BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

SCHIZOÏDIE

Type de caractère pathologique ayant des traits communs avec la psychose schizophrénique. Kretschmer (1888-1964), inventeur du terme « schizoïdie », l'emploie (1921) tantôt comme un synonyme de schizothymie, tantôt pour indiquer des états qui se situent davantage sur le chemin de la psychose. Cette ambiguïté langagière n'a jamais été résolue, et aujourd'hui encore on appelle schizoïdie :

a) Un tempérament, dit aussi schizothyme, pendant du cyclothyme dans le système de Kretschmer, propre à des sujets de constitution leptosome, et caractérisé psychologiquement par une humeur renfermée, introvertie, rêveuse et solitaire, un manque de réalisme conduisant à des positions philosophiques et religieuses fumeuses, ainsi que par une affectivité en surface pauvre et en profondeur hypersensible, délicate et susceptible. Ce caractère « anguleux », qui est celui de beaucoup d'artistes et de penseurs, peut s'« arrondir » à l'expérience de la vie et à l'épreuve de la réussite. Cependant, il peut aussi faire le lit de la schizophrénie. D'après des travaux récents, schizoïdie et schizophrénie seraient attribuables au même gène dominant dans l'hétérozygotie (c'est le cas de 50 p. 100 des membres des familles de schizophrènes), la schizophrénie se manifestant s'il y a, en plus, iso-allélisme et aussi sous l'effet de certaines circonstances extérieures (L. Heston, 1970).

b) Un caractère psychotique, celui que H. Claude appelait « schizomanie ». De même structure générale que la schizoïdie-tempérament, il conduit le sujet à l'isolement, au refuge dans une rêverie à thème compensatoire. Il s'explique par la mauvaise tolérance à la frustration et par la prédominance du narcissisme primaire. Ses limites avec la schizophrénie, d'une part, avec la « crise d'originalité juvénile », d'autre part, ne sont pas toujours nettes. En ce sens, le schizoïde est un prépsychotique.

c) Sous la dénomination de schizoïdie évolutive, des cas qui dépassent le trouble du caractère pour constituer une véritable maladie mentale, qui n'est cependant pas encore la schizophrénie proprement dite ; on parle aussi de schizophrenia mitis ou de schizophrénie apsychotique ou ambulatoire. Les bizarreries s'accroissent lentement au cours de l'existence. F. Marco Merenciano (1945) en a décrit trois formes : mélancolique, hypocondriaque et dépressive.

Georges TORRIS

Pour citer cet article

Georges TORRIS, « SCHIZOÏDIE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/schizoidie/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« SCHIZOÏDIE » est également traité dans :

PSYCHOSE

Écrit par :  Pierre FÉDIDAPierre JUILLETHélène STORK

Dans le chapitre "Aperçu historique"  : …  l'étude du jeu et des fantasmes exprimés en psychothérapie par de tout jeunes enfants. La phase « * schizoïde paranoïde », qui s'étend normalement sur les six premiers mois de la vie, fut alors considérée comme le point de fixation des psychoses infantiles avec une angoisse de type persécutoire, des mécanismes de défense très primitifs tels que le… Lire la suite
SCHIZOPHRÉNIE

Écrit par :  Maurice BAZOTGilles DELEUZE

Dans le chapitre "Le groupe des schizophrénies de Bleuler"  : …  héréditaire et prédisposante ; il distingue ainsi la schizothymie (variation dans le normal), la *schizoïdie (état psychopathique) et la schizophrénie (psychose). Partant de la même hypothèse relative à la nature endogène et constitutionnelle de la maladie, de nombreux travaux (tels ceux de l'école suédoise) se sont attachés à rechercher les… Lire la suite

 

Voir aussi

 

Dictionnaire

Définition du mot "SCHIZOIDIE"

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média