BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

SATANISME, littérature

On désigne par « satanisme » un certain nombre de courants qui se sont développés au xixe siècle, principalement en Angleterre et en France, dans l'orbite du romantisme. Il s'agit toujours, pour les auteurs qui magnifient Satan ou qui modèlent à son image des héros révoltés, de faire entendre leur protestation contre un ordre social jugé inique, contre une morale hypocrite ou oppressive, contre une religion qui dégrade le sens du sacré, ou bien – surtout à la fin du siècle – contre une esthétique qui a besoin de traitements de choc pour sortir du prosaïsme où elle s'enlise. Cependant, ces écrivains ne peuvent exprimer leur sympathie envers le Prince des ténèbres ou ses suppôts sans donner issue aux forces instinctives, enracinées dans les zones obscures de l'être humain, que les époques éprises de clarté ont réprimées ou ignorées. En ce sens, le satanisme littéraire assume la fonction paradoxale de prolonger le mouvement des Lumières et de contribuer puissamment à révéler au monde moderne que la littérature pourrait bien être autre chose qu'une célébration de l'Être.

1.  Les ambiguïtés originelles

Le mot « satanisme » est de création récente. Ignoré par le Littré, il n'apparaît, selon le Grand Robert, qu'en 1862, avec une référence à La Sorcière de Michelet. Mais l'application de l'adjectif « satanique » à un courant littéraire date de 1821. Dans la Préface de La Vision du Jugement, Robert Southey, devenu ultraconservateur, s'en sert pour qualifier la poésie de Byron et de ses émules. Ce n'est pas par hasard que le satanisme reçoit son acte de naissance en Angleterre. Que Milton, en octroyant noblesse et beauté au Satan du Paradis perdu, ait trahi une sympathie secrète pour le grand révolté, cela est fort douteux. Mais le fait est que Blake l'a lu avec la conviction qu'il était « du parti du diable sans le savoir » et que cette lecture a exercé une profonde influence sur Le Mariage du ciel et de l'enfer (1790-1793), où les symboles du Bien et du

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  5 pages…

 

Pour citer cet article

Max MILNER, « SATANISME, littérature  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/satanisme-litterature/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« SATANISME, littérature » est également traité dans :

BECKFORD WILLIAM (1759-1844)

Écrit par :  Ann Daphné GRIEVE

Riche héritier d'une vieille famille anglaise, fils d'un fastueux lord-maire de Londres, membre du Parlement et pair d'Angleterre, William Beckford, précurseur du romantisme, appartient à la lignée des mystiques de l'enfer. À vingt et un ans, « infernal amant » de sa cousine et amoureux des jeunes garçons, il compose… Lire la suite
LES DIABOLIQUES, livre de Jules Barbey d'Aurevilly

Écrit par :  Patrick AVRANE

Dans le chapitre "La clinique de l'inconscient"  : …  Accusé de libertinage, de crime contre la morale comme le marquis de Sade, le catholique Barbey d'Aurevilly proteste. Sa volonté, affirme-t-il, est didactique : « Or, l'auteur de ceci, qui croit au Diable et à ses influences dans le monde, n'en rit pas, et il ne les raconte aux âmes pures que pour les en épouvanter » (Préface de 1874). L'écrivain… Lire la suite
LE DOCTEUR FAUST, Christopher Marlowe

Écrit par :  Line COTTEGNIES

Dans le chapitre "Un pacte avec le diable"  : …  La pièce, publiée pour la première fois en 1604, puis dans une version différente, plus longue, en 1616, retrace sous forme de tableaux quelques événements qui séparent le moment où Faust décide d'abjurer la science et de choisir la magie et celui, vingt-quatre ans plus tard, où Lucifer vient réclamer son âme. Guidé par Méphistophélès, Faust… Lire la suite
L'ÉTRANGE CAS DU DOCTEUR JEKYLL ET DE M. HYDE, livre de Robert Louis Stevenson

Écrit par :  Marc PORÉE

Dans le chapitre "Une allégorie victorienne"  : …  moderne (1818), avec lequel les parentés sont également d'ordre thématique : le rapport entre créateur et créature est en effet au cœur du récit de Stevenson, qui renoue avec la légende médiévale du pacte avec le diable. Modernisée, la légende de Faust se médicalise, – c'est une substance chimique qui permet à Jekyll de se… Lire la suite
FAUST

Écrit par :  André DABEZIES

Dans le chapitre "De l'histoire à la légende et au drame"  : …  Ce Livre populaire (Volksbuch) connut vingt-deux éditions allemandes de 1587 à 1598 (plus diverses imitations jusqu'en 1725). De la traduction anglaise, Christopher Marlowe tira le sujet d'un de ses meilleurs drames, La Tragique Histoire Lire la suite
LES FLEURS DU MAL, livre de Charles Baudelaire

Écrit par :  Jean-Didier WAGNEUR

Dans le chapitre "Entre classicisme et modernisme"  : …  poésie et nature. Ce refus de la nature est refus du romantisme et de la création. Tout au contraire, c'est dans le négatif, le mal, le transitoire, le délaissé de la société moderne qu'il va tenter de rejoindre l'infini. « Des poètes illustres s'étaient partagés depuis longtemps les provinces les plus fleuries du monde poétique. Il m'a paru… Lire la suite
FRÉNÉTIQUES LES

Écrit par :  France CANH-GRUYER

On appelle souvent frénétiques de nombreux écrivains français, vers 1830, que regroupe à proprement parler une tendance plutôt qu'une école. Cette tendance se ressent de l'influence du roman noir anglais de la fin du xviiie siècle qui, traduit et imité à des milliers d'… Lire la suite
HUGO (V.)

Écrit par :  Pierre ALBOUYPierre GEORGELJacques SEEBACHERAnne UBERSFELDPhilippe VERDIER

Dans le chapitre "La « grande pyramide »"  : …  du créateur, s'en rapproche par une ascension lumineuse infinie. C'est ce que signifie La Fin de Satan, commencée au début de 1854, reprise et complétée en 1859-1860, abandonnée et restée inachevée. L'histoire est ouverte par la chute de l'archange révolté, se poursuit dans la fatalité, sous la forme de la guerre (Nemrod), du… Lire la suite
LÀ-BAS, livre de Joris-Karl Huysmans

Écrit par :  Philippe DULAC

Dans le chapitre "Démons et succube"  : …  Alors qu'il aborde le moment où Gilles de Rais se tourne vers le mal et croit conclure un pacte avec le diable en lui sacrifiant des centaines d'enfants qu'il viole et éventre, Durtal s'interroge sur la survivance du satanisme. Des Hermies lui ayant assuré que des messes noires sont encore pratiquées, il n'a de cesse d'en savoir plus à ce sujet. Un… Lire la suite
LAUTRÉAMONT ISIDORE DUCASSE dit COMTE DE (1846-1870)

Écrit par :  Jean-Luc STEINMETZ

Dans le chapitre "« Les Chants de Maldoror »"  : …  Faust de Goethe. De ces figures il gardera surtout l'image d'un héros négatif et satanique, en lutte ouverte contre Dieu. Mais le module qu'il choisit en fin de compte montre son intérêt pour la littérature épique ; de là, la division en strophes de chacun des Chants, à l'exception du sixième et dernier, où la… Lire la suite
LEWIS MATTHEW GREGORY (1775-1818)

Écrit par :  Ann Daphné GRIEVE

Au risque de décevoir, on ne peut pas maintenir la légende qui, par une étrange assimilation du personnage central d'une œuvre à son créateur, abolissant ainsi l'écart entre le réel et l'imaginaire, fait de M. G. Lewis, auteur du Moine (The Monk, 1796), Monk Lewis, un homme monstrueux, une figure satanique.… Lire la suite
MATURIN CHARLES ROBERT (1782-1824)

Écrit par :  Ann Daphné GRIEVE

Personnage qui séduit les surréalistes par son extravagance : danseur, dandy, allant à la pêche en bas de soie ou portant une hostie rouge au front pour signaler qu'il se livre à la composition littéraire, Maturin débute pourtant dans la carrière ecclésiastique après de sérieuses études à Dublin, puis à Trinity College. D'impérieux besoins d'argent… Lire la suite
MILNER MAX (1923-2008)

Écrit par :  Universalis

Baltrušaitis, un de ces « grands transversaux » capable de mettre en évidence les survivances et les réveils qui habitent la vie des formes. Après Poésie et vie mystique chez saint Jean de la Croix (1951), il publie un essai qui fera date, Le Diable dans la littérature française de Cazotte à Baudelaire (1960). Par-delà un panorama du thème de Lire la suite
LE PARADIS PERDU, livre de John Milton

Écrit par :  Line COTTEGNIES

Dans le chapitre "Une esthétique de la chute"  : …  l'autorité divine une tyrannie et son acte de désobéissance est une rébellion d'ordre politique et spirituel. Pour les romantiques, il a ainsi pu incarner un être maudit, digne d'admiration pour son courage absolu, et le portrait qu'en dresse Milton n'est pas sans séduction. Ainsi dans un monologue du livre IV, il nous le montre tiraillé entre l'Lire la suite
ROMAN NOIR ou ROMAN GOTHIQUE

Écrit par :  Ann Daphné GRIEVE

Roman « terrifiant », roman noir, ou encore, plus proche de l'anglais, roman gothique : il semble malaisé de définir cet ensemble d'œuvres romanesques, dont la vogue en Angleterre, à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle, coïncide avec le… Lire la suite
ROMANTISME

Écrit par :  Henri PEYREHenri ZERNER

Dans le chapitre "Descente aux enfers et élan vers l'empyrée"  : …  nulle part autant qu'au pays naguère proclamé raisonnable et mesuré, la France, les illuminés, les mystiques, les adorateurs littéraires du diable pullulèrent. De Cazotte à Balzac, du troublant Melmoth de l'Irlandais Maturin au « Démon » du Russe Lermontov, on évoqua des démons et des vampires. Théophile Gautier, Baudelaire, Swinburne, nombre d'… Lire la suite
SATAN

Écrit par :  Hervé ROUSSEAU

Dans le chapitre "Fluctuations d'une croyance"  : …  et même, à la fin du siècle, une hostilité obsessionnelle vis-à-vis de la franc-maçonnerie leur fit assimiler cette dernière à une Contre-Église satanique (affaire Léo Taxil). Dans la littérature chrétienne contemporaine, Satan reste un personnage agissant (ainsi chez Dostoïevski, Bloy, Bernanos, et, de façon voilée, chez Green et Mauriac… Lire la suite
LA SORCIÈRE, livre de Jules Michelet

Écrit par :  Guy BELZANE

Publiée en 1862 chez Dentu et Hetzel, La Sorcière peut être considérée, après L'Amour (1858) et La Femme (1859) comme le troisième volet d'une trilogie consacrée par Jules Michelet (1798-1874) à la femme, dont il avait également célébré la grandeur dans… Lire la suite
SOUS LE SOLEIL DE SATAN, livre de Georges Bernanos

Écrit par :  Claude-Henry du BORD

Dans le chapitre "Le « désir du néant »"  : …  « Le mal est un fait d'expérience qu'il n'est pas facile de nier », écrira Bernanos dans Le Crépuscule des vieux : l'omniprésence du mal est, selon lui, sensible dans le travail de sape que le Malin opère contre l'espérance et la joie de l'homme. Bernanos fait ici une place essentielle au dogme de la communion des saints, au… Lire la suite
UNE SAISON EN ENFER, livre de Arthur Rimbaud

Écrit par :  Hédi KADDOUR

Dans le chapitre "« Livre nègre » ou poème satanique ?"  : …  Un poème sans titre ouvre cet ensemble qui en comporte huit. Son destinataire est Satan, à qui s'adressent les textes qui suivent comme autant de « hideux feuillets de mon carnet de damné ». Viennent ensuite « Mauvais sang », « Nuit de l'enfer », « Délires I et II », « L'Impossible », « L'Éclair », « Matin et « Adieu… Lire la suite

Afficher la liste complète (20 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.