BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ROMAN & SOCIÉTÉ

Ce sujet est traité dans les articles suivants :

1.  ROMAN - Roman et société

Écrit par : Michel ZÉRAFFA

Le roman peut aussi bien traduire la réalité sociale que la trahir. D'une part, il est le mode d'expression artistique dont les relations avec cette réalité sont les plus amples et les plus précises : la fiction chinoise Le Rêve du pavillon rouge, les œuvres de Balzac , de Proust ou de Joyce auront retranscrit, chacun en son… Lire la suite
2.  AMADO JORGE (1912-2001)

Écrit par : Mario CARELLI

Dans le chapitre "La voix d'un peuple"  : … à sa splendeur passée. Là, il fait ses premières armes de journaliste ; militant communiste, il s'engage dans la voie du roman prolétarien. Dès 1931, Amado s'installe à Rio de Janeiro où son premier roman publié, País do carnaval, est bien reçu. Tout en étudiant le droit, il continue à écrire, et son second roman, Cacau, saisi par la police… Lire la suite
3.  ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

Écrit par : Elisabeth ANGEL-PEREZJacques DARRASJean GATTÉGNOChristine JORDISAnn LECERCLEMario PRAZ

Dans le chapitre "Retour au réel"  : … e siècle. Dans les années 1930, plusieurs intellectuels, en rébellion contre les valeurs d'une classe sociale trop policée, découvraient la vitalité de la classe ouvrière et renonçaient aux obscurités d'une langue recherchée, pour rapprocher masses et cultures. En 1939, Stephen Spender publiait un pamphlet intitulé… Lire la suite
4.  ARABE (MONDE) - Littérature

Écrit par : Jamel Eddine BENCHEIKHHachem FODAAndré MIQUELCharles PELLATHammadi SAMMOUDÉlisabeth VAUTHIER

Dans le chapitre "Le roman historique"  : … Le roman de peinture sociale, souvent de facture réaliste, se chargera de traduire cette aspiration à ancrer les Arabes dans l'histoire et la réalité contemporaines. C'est le genre où se lisent le plus aisément les structures historiques d'une société. Il est par conséquent le plus à même de parvenir à réinsérer l'être arabe dans une histoire qui… Lire la suite
5.  L'ASSOMMOIR, livre de Émile Zola

Écrit par : Guy BELZANE

La réprobation fut à peu près unanime : à droite, on fustigeait cette « littérature de l'ordure » ; à gauche, on s'offusquait d'une vision aussi désespérante du monde ouvrier. À ses détracteurs qui se bouchaient le nez, Émile Zola (1840-1902) donnait d'ailleurs raison, en répliquant dans le même registre : « L'Assommoir est [...] une… Lire la suite
6.  AU BONHEUR DES DAMES, livre de Émile Zola

Écrit par : Guy BELZANE

Dans le chapitre "Au désir des femmes"  : … Héritier du Balzac de La Maison du chat-qui-pelote et de Grandeur et décadence de César Birotteau, Zola reprend ici un thème déjà abondamment traité : celui de l'expansion des grands magasins au détriment du petit commerce. Un motif d'autant plus familier aux lecteurs contemporains qu'ils pouvaient tous les… Lire la suite
7.  AUSTEN JANE (1775-1817)

Écrit par : Brian C. SOUTHAM

Dans le chapitre "De l'univers provincial à la peinture des sentiments"  : …  Northanger et de Persuasion, dévoile l'identité de leur auteur. La Grande-Bretagne de la régence n'a pas conscience d'avoir perdu son observateur le plus attentif et son analyste le plus pénétrant ; elle ne réalise pas qu'un miniaturiste – terme que Jane Austen s'appliquait volontiers à elle-même et qui lui était souvent attaché –, qu'un… Lire la suite
8.  BALZAC (H. de)

Écrit par : Maurice MÉNARD

Dans le chapitre "« Plus historien que romancier »"  : … Sur l'ensemble de la Restauration et de la monarchie de Juillet, Balzac fait de l'histoire économique et sociale en mettant à nu les mécanismes et en montrant comment ils se meuvent. Deux grands moteurs, la soif d'argent et la soif de pouvoir, permettent à la bourgeoisie de poursuivre, à travers heurs et malheurs, son imperturbable ascension. Pour… Lire la suite
9.  BARBUSSE HENRI (1873-1935)

Écrit par : Antoine COMPAGNON

Journaliste dès l'âge de seize ans, Henri Barbusse fut d'abord influencé par le Parnasse et par le symbolisme. Ses premiers poèmes, réunis en recueil en 1894 sous le titre Le Mystère d'Adam, furent salués par Mallarmé et par Barrès. Puis cet ami de Heredia évolue vers le naturalisme, et son roman… Lire la suite
10.  LES BUDDENBROOK, livre de Thomas Mann

Écrit par : Lionel RICHARD

Dans le chapitre "Quelle place pour l'art, dans le monde bourgeois ?"  : … la folie. Avec des variations, ce thème allait accompagner toute son œuvre. Dans Les Buddenbrook, son habileté a été cependant de rejeter cette thèse à l'arrière-plan afin de composer, avec une extraordinaire maturité pour un jeune homme qui n'en était qu'à ses débuts d'écrivain, un roman total, englobant tous les aspects de la… Lire la suite
11.  CASSOU JEAN (1897-1986)

Écrit par : Marc BLOCH

À la fois poète et critique d'art, historien et romancier, rêveur plongé dans son monde intérieur et homme d'action, Jean Cassou est né à Bilbao. Orphelin de père, pauvre, il doit très tôt gagner sa vie et celle de sa mère. Ainsi, très jeune, passant d'un métier à un autre, il se forge une image d'un monde incohérent qu'il… Lire la suite
12.  LES CHOUANS, livre de Honoré de Balzac

Écrit par : Philippe DULAC

Dans le chapitre "Le débat d'une ère nouvelle"  : … Ce souci de réalisme ne donne que plus d'acuité à l'étude de mœurs. Balzac a voulu saisir le moment où basculent un siècle, et avec lui les valeurs qui l'accompagnent. 1799 n'est pas 1789 ou 1793. La Révolution s'achève, en même temps que l'ère des grands idéaux collectifs, dont Hulot, « une image vivante de cette énergique République », et… Lire la suite
13.  LA CONFESSION D'UN ENFANT DU SIÈCLE, livre de Alfred de Musset

Écrit par : Guy BELZANE

Dans le chapitre "« Sur un monde en ruine une jeunesse soucieuse »"  : … Mais l'enjeu principal du livre réside dans l'entrelacement de l'histoire – romanesque – d'Octave et Brigitte, de celle – autobiographique – de Musset et George Sand, et du tableau sociologique, dressé dans le deuxième chapitre, qui montre une génération en proie à la « désespérance » : orpheline des grands idéaux (la Révolution, l'épopée… Lire la suite
14.  COURTELINE GEORGES MOINAUX dit (1858-1929)

Écrit par : Hélène LACAS

Après s'être essayé à plusieurs genres littéraires, c'est en tant qu'auteur de petites comédies gaies que Georges Courteline a connu le plus de succès et qu'il a dominé le théâtre comique des années 1900. Il doit peut-être à son père, le chroniqueur humoriste de La Gazette des tribunaux, Jules Moinaux,… Lire la suite
15.  DABIT EUGÈNE (1898-1936)

Écrit par : Antoine COMPAGNON

Romancier français, né à Paris dans un milieu ouvrier. Très jeune, Eugène Dabit doit travailler ; il pratique divers métiers, apprenti ferronnier à quatorze ans, électricien, dessinateur industriel, avant de s'engager en 1916 : il restera au front jusqu'à la fin de la guerre. Il se croit d'abord une vocation de peintre, mais n'obtient guère de… Lire la suite
16.  DAENINCKX DIDIER (1949-    )

Écrit par : Michel P. SCHMITT

Le « polar » a embrouillé la question des genres littéraires. Peu soucieux de figurer parmi les humanités modernes, choisissant d'ailleurs ses modèles chez les Anglo-Saxons, étranger à l'esthétisme comme à la littérature de laboratoire, il mêle les charmes du fort codage rhétorique qui caractérise le roman policier aux… Lire la suite
17.  DUHAMEL GEORGES (1884-1966)

Écrit par : Daniel MADELÉNAT

Dans le chapitre "Le romancier"  : … Dans un paysage parisien sans joie, la vie mesquine d'un petit employé falot dont les médiocres aventures débouchent sur une mort banale : ce thème naturaliste de la morosité et de l'échec, transformé par une intuition pénétrante des secrètes complexités de l'âme, se gonfle d'une riche signification ; « privé de l'axe métaphysique », Salavin « ne… Lire la suite
18.  FERRANTE ELENA (1943 ?-    )

Écrit par : Giovanni JOPPOLO

Dans le chapitre "Un roman-fleuve"  : … Elena Ferrante propose ici une certaine « lisibilité romanesque » de l’histoire italienne de ces soixante dernières années. Une structure narrative qui n’est pas sans faire penser aux séries télévisées dont les soubassements nous renvoient aux mécanismes de l’épopée. Dans cette saga d’environ 1 600 pages, les grands thèmes… Lire la suite
19.  FONTANE THEODOR (1819-1898)

Écrit par : Éliane KAUFHOLZ

Dans le chapitre "Des intuitions novatrices"  : … Par l'évocation de certains destins féminins, en effet, Fontane a percé à jour les faiblesses d'une société et le nouveau qui s'annonçait. Il a certes préféré les fragiles héroïnes aristocratiques et on lui a reproché de sacrifier au goût des romans de femmes. Pourtant, certains portraits de bourgeoises révèlent un Fontane perspicace, dur même :… Lire la suite
20.  GERMINAL, livre de Émile Zola

Écrit par : Jean-Didier WAGNEUR

Dans le chapitre "Fresque sociologique et vision hallucinée"  : … Germinal représente dans les Rougon-Macquart « la lutte du travail et du capital ». Dès juillet 1883, Germinal est en chantier, mais Zola s'est auparavant documenté de manière très méthodique. Il se rend à Valenciennes, Anzin et Denain, et descend au fond d'un puits. Il visite un coron,… Lire la suite
21.  GUILLOUX LOUIS (1899-1980)

Écrit par : Philippe DULAC

Né à Saint-Brieuc, Louis Guilloux était peut-être, d'origines, d'action et de style, le dernier et le plus pur des grands écrivains populistes français. D'origines d'abord : ce fils de cordonnier, ce boursier, ce journaliste à la petite semaine était de toujours sensibilisé aux luttes et aux problèmes sociaux. D'action ensuite, car cet écrivain,… Lire la suite
22.  L'HOMME QUI RIT, livre de Victor Hugo

Écrit par : Philippe DULAC

Dans le chapitre "Drame et poésie"  : … Mais Gwynplaine ne cherche pas que son salut. Il est également investi d'une mission : être, auprès de ceux d'en haut, « celui qui vient des profondeurs » et faire entendre la voix des opprimés. Devant les lords incrédules, il prophétise les révolutions à venir : « Tremblez. Les incorruptibles solutions approchent [...] ; les paradis bâtis sur les… Lire la suite
23.  HONG LOU MENG [HONG LEOU MONG]

Écrit par : null LI TCHE-HOUA

Dans le chapitre "Roman d'amour, roman social"  : … Mais l'œuvre ne se réduit pas à une simple intrigue amoureuse. Grâce à sa propre expérience nourrie de la tradition ancestrale, Cao Xueqin montre, à travers la grandeur et la décadence de la famille Jia, le déclin inéluctable de la classe féodale, exploitant jusque-là le peuple. D'une part, il dépeint la vie fastueuse des privilégiés à travers le… Lire la suite
24.  KESSEL JOSEPH (1898-1979)

Écrit par : Jean-Pierre ÉNARD

Fils d'émigrés russes d'origine juive, Joseph Kessel est né à Clara, en Argentine. Son père avait fui les persécutions antisémites et était venu faire des études de médecine en France avant de s'embarquer pour l'Argentine travailler comme médecin dans une colonie agricole. Toute la vie de Kessel sera placée sous le signe de ses origines… Lire la suite
25.  LESKOV NICOLAS SEMIONOVITCH (1831-1895)

Écrit par : Sylvie LUNEAU

Dans le chapitre "À contre-courant"  : … de nouveau les attaques des radicaux contre Leskov. Il tente en vain de s'expliquer : il ne faut pas construire dans l'abstrait une société idéale, mais d'abord s'informer des besoins réels du peuple. Il n'est pas écouté. Il est rejeté du mouvement de réformes auquel il espérait collaborer, et même exclu du milieu littéraire. Alors, il fait un… Lire la suite
26.  LIBRA, livre de Don DeLillo

Écrit par : Michel FABRE

Dans le chapitre "Politique et fiction"  : … Il faut souligner que DeLillo s'attache moins à illustrer la thèse d'un complot qu'à démonter les mécanismes qui conditionnent le psychisme des Américains typiques. Le pays implante en eux ses idéaux médiatiques, et les personnages agissent moins de leur propre gré qu'ils ne sont portés par les discours ambiants. Ils aspirent à un moi idéalisé,… Lire la suite
27.  MAC ORLAN PIERRE DUMARCHEY dit PIERRE (1882-1970)

Écrit par : Marc BLOCH

Pour signer une œuvre romanesque et poétique importante, Pierre Dumarchey a choisi le pseudonyme de Pierre Mac Orlan. Ses romans, dont l'action se situe aussi bien dans les bouges de Montmartre ou dans les arrière-salles des bistrots d'un port embrumé que dans le cadre exotique et aventureux de la Légion étrangère, sont empreints d'une mélancolie… Lire la suite
28.  MAHFOUZ ou MAHFŪZ NAGUIB (1911-2006)

Écrit par : Luc-Willy DEHEUVELS

Dans le chapitre "Le romancier du Caire"  : … l'évolution d'une famille de la petite bourgeoisie commerçante du vieux Caire ; elle mène à bien une analyse évolutive de la société égyptienne dans l'entre-deux-guerres et réussit à mettre en évidence le passage, en un demi-siècle, d'une société dominée par la tradition et l'autorité patriarcale, à un monde nouveau d'une foisonnante diversité, où… Lire la suite
29.  MALAPARTE CURZIO (1898-1957)

Écrit par : Giovanni JOPPOLO

Dans le chapitre "Le roman essai "  : … Dans cette perspective, les deux œuvres majeures de Malaparte, celles qui font de lui un très grand écrivain du xxe siècle, sont incontestablement Kaputt (1944) et La Peau (La Pelle, 1949). Deux livres « cruels », selon sa propre définition,… Lire la suite
30.  MANN (T.)

Écrit par : André GISSELBRECHT

Dans le chapitre "Ironie, jeu et parodie"  : … de Princeton, sur La Montagne magique et Joseph : l'écrivain n'invente rien, tout son matériel lui est fourni par le réel, depuis l'histoire de sa propre famille, des amis proches ou des personnages réels de rencontre, comme Lukács, jusqu'à des courants de pensée représentatifs de son temps et qu'il a côtoyés de près ou de loin ; d'où la… Lire la suite
31.  MARGUERITTE VICTOR (1866-1942)

Écrit par : Antoine COMPAGNON

Frère de Paul Margueritte, Victor Margueritte entreprend d'abord une carrière militaire. En 1886, il s'engage dans les spahis et deviendra lieutenant de dragons avant de démissionner de l'armée en 1896. Il collabore pendant plus de dix ans avec son frère ; mais, dans le même temps, il écrit quelques pièces pour le théâtre,… Lire la suite
32.  MAUPASSANT GUY DE (1850-1893)

Écrit par : Antonia FONYI

Dans le chapitre "Les contes du désespoir"  : … Omniprésente dans l'œuvre de Maupassant, cette fatalité, qui supprime le statut d'individu, reste indéfinie : elle est incompréhensible comme le pouvoir de l'argent, et elle est impénétrable comme la puissance des pulsions qui agissent par des voies inconscientes. Car le pessimisme de Guy de Maupassant ne résulte pas seulement de l'observation d'… Lire la suite
33.  MIRBEAU OCTAVE (1848-1917)

Écrit par : Universalis

Auteur de romans et de pièces de théâtre, Mirbeau dressa un réquisitoire impitoyable contre le clergé ainsi que contre les inégalités sociales de son époque. Il fut l'un des dix premiers membres de l'Académie Goncourt, fondée en 1903. Ayant commencé sa carrière comme journaliste dans la presse bonapartiste et royaliste, il établit sa réputation de… Lire la suite
34.  LES MYSTÈRES DE PARIS, livre de Eugène Sue

Écrit par : Philippe DULAC

Dans le chapitre "La ville sauvage"  : … À initier les belles dames à l'argot des bagnes et aux mœurs des mauvais lieux, à procurer aux gens honnêtes les frissons de l'encanaillement, le risque était toutefois de porter atteinte à l'ordre moral. L'auteur s'en inquiète : « Nous nous sommes demandé si de pareils tableaux devaient être mis sous les yeux. » Mais il rassure son lecteur.… Lire la suite
35.  NATURALISME

Écrit par : Yves CHEVREL

Dans le chapitre "D'une thématique à une poétique"  : … “bas-fondsmanie” d'une part, s'exprimant dans une langue poissarde de l'autre. Il est vrai que le choix de certains sujets fait parfois supposer une orientation privilégiant l 'étude des “basses classes” de la société (si la Préface de Germinie Lacerteux réclamait expressément pour elles le “droit au roman”, celle des Frères Zemganno,… Lire la suite
36.  NATURALISME, notion de

Écrit par : Florence FILIPPI

Dans le chapitre "Un « révélateur » social"  : … même si la personnalité de l'auteur ne peut s'effacer complètement derrière l'enquête. Le but du roman expérimental est de montrer l'influence d'un milieu sur un tempérament et la prééminence de l'organique chez l'individu. L'évolution des personnages zoliens dépend de leur hérédité et du groupe social dans lequel ils évoluent ( Lire la suite
37.  NÉMIROVSKY IRÈNE (1903-1942)

Écrit par : Alain CLERVAL

Couriloff, Irène Némirovsky décrit les milieux de l'émigration russe à Paris, elle témoigne dans La Proie de sa parfaite connaissance de la société française, où sa notoriété précoce l'introduisit dès les débuts de sa carrière, ce qui lui permit d'étudier l'envers du parisianisme et une certaine vanité mondaine, avec en… Lire la suite
38.  ORGUEIL ET PRÉJUGÉS, livre de Jane Austen

Écrit par : Catherine BERNARD

Dans le chapitre "Une vision ironique de la société"  : … L'art consommé de l'ironie permet à Jane Austen de sonder l'âme d'une société prise dans des contradictions qui l'empêchent de revenir sur ses propres principes et d'évoluer. Bien que le champ de réflexion social soit ici très restreint, la maîtrise de la mécanique dramatique des personnages et de l'action permet à la romancière de montrer l'… Lire la suite
39.  PAUL ET VIRGINIE, livre de Jacques Henri Bernardin de Saint-Pierre

Écrit par : Michel DELON

Dans le chapitre "Une utopie manquée"  : … La bonne société a assuré un triomphe à une histoire pathétique et sentimentale qui voue un grand amour à la mort, de même qu'elle a applaudi le providentialisme simplet des Études de la nature. Par la suite, la bourgeoisie postrévolutionnaire a fait de Paul et Virginie un livre de… Lire la suite
40.  PÉREZ GALDÓS BENITO (1843-1920)

Écrit par : Emilio SOSA LÓPEZ

Dans le chapitre "La société contemporaine"  : … Doña Perfecta (1876) ouvre un nouveau cycle de romans. Galdós se rend alors compte des problèmes de conscience, des excès de l'intolérance, du fanatisme, de l'hypocrisie et des préjugés raciaux. Il cherche dans le roman à thèse à inquiéter son milieu social. Ainsi, tant Doña Perfecta que La Familia Lire la suite
41.  POLICIER ROMAN

Écrit par : Claude MESPLÈDEJean TULARD

Dans le chapitre "Aux origines du roman policier"  : … En réalité, le roman policier date de la révolution industrielle, de l'accroissement de la population ouvrière dans les villes et de l'effroi qui en naquit. Le glissement de la « classe laborieuse » à la « classe dangereuse », analysé en 1840 par Frégier, provoqua une peur dans la bourgeoisie, que traduisent bien Lire la suite
42.  POULAILLE HENRY (1896-1980)

Écrit par : Daniel OSTER

Fils d'un charpentier militant syndicaliste et d'une canneuse de chaises, Henry Poulaille occupe une place très particulière dans le monde des lettres françaises : celle de l'écrivain prolétarien, au même titre qu'un Tristan Rémy, un Marc Bernard ou un Louis Guilloux. Mais ce sont les conditions mêmes de la vie ouvrière qui… Lire la suite
43.  PROLÉTAIRES ÉCRIVAINS SCANDINAVES dits

Écrit par : Régis BOYER

à peu près toujours autobiographiques, se voulant, consciemment ou non, exemplaires : ils témoignent en faveur d'un accès à la culture à partir d'une expérience vécue, qui ne passerait pas sous les fourches caudines de l'enseignement traditionnel et qui ne partirait pas nécessairement des présupposés « bourgeois », sociaux et politiques, en vigueur… Lire la suite
44.  LA RABOUILLEUSE, livre de Honoré de Balzac

Écrit par : Philippe DULAC

Dans le chapitre "Une société sans père"  : … Autre « phénomène de société » qu'entend illustrer le roman : la crise d'une génération qui avait placé son ambition dans l'expansion militaire de l'Empire et que l'abdication de Napoléon laisse désaxée. « Combien de dépravations, dit Balzac, causent les nécessités de la guerre chez certains esprits qui, dans la vie privée, osent agir comme sur les… Lire la suite
45.  ROMAINS LOUIS FARIGOULE dit JULES (1885-1972)

Écrit par : Antoine COMPAGNON

Né dans le Velay, venu enfant à Paris, Jules Romains est reçu à l'École normale supérieure en 1905 et à l'agrégation de philosophie en 1909. Il enseigne pendant dix ans, mais depuis 1903 il a parallèlement une activité littéraire importante et il devient vite le représentant le plus brillant de l'unanimisme, doctrine qui marque toute son œuvre. Il… Lire la suite
46.  ROMAN - Essai de typologie

Écrit par : Jean CABRIÈS

En fait, le roman peut utiliser tous les genres de discours, et surtout la plupart des langages d'une société à une époque donnée. Comme l'a montré M. Bakhtine, la structure socioculturelle et idéologique du carnaval transparaît dans les romans de Dostoïevski. L'œuvre de Proust porte l'écho des grandes proses classiques et romantiques. Rabelais,… Lire la suite
47.  ROMAN - Le personnage de roman

Écrit par : Michel ZÉRAFFA

Dans le chapitre "Les aspects de la personne"  : … que l'existence du personnage dépend de la manière dont le narrateur conçoit l'homme, la réalité sociale, les rapports humains : le personnage (du moins le ou les figures principales du texte) a pour mission primordiale de traduire le sens qu'un écrivain attribue à une réalité historique et sociale, si fictive soit-elle. Un personnage de roman… Lire la suite
48.  ROMAN POPULAIRE

Écrit par : Jean TULARD

Cette infralittérature, selon l'expression péjorative de la critique contemporaine, obéit à des lois, respecte des traditions et répond à des normes fixées autant par les éditeurs que par les goûts du public… Lire la suite
49.  ROMANTISME

Écrit par : Henri PEYREHenri ZERNER

Dans le chapitre "Rapports avec l'histoire et avec la philosophie"  : … René) que débuta et vainquit le romantisme. Si le romantisme exprima ensuite, mieux que bien des historiens, les bouleversements causés par l'afflux des populations vers l'industrie et vers les villes, la misère des classes laborieuses jugées aussi classes dangereuses (un ouvrage remarquable de Louis Chevalier les unit dans son titre), ce fut… Lire la suite
50.  LES ROUGON-MACQUART, livre de Émile Zola

Écrit par : Jean-Didier WAGNEUR

Dans le chapitre "« Histoire naturelle et sociale d'une famille sous le second Empire »"  : … La théorie du milieu et du moment de Taine offre à Zola le cadre méthodologique déterminant des personnages dont l'« ambition » et les « appétits » vont s'exercer sur la société. C'est celle du second Empire (1852-1870) qu'il choisit, alors qu'elle se clôt tragiquement au moment même où il s'attelle à la tâche. La Fortune des Rougon Lire la suite
51.  LE SANG NOIR, livre de Louis Guilloux

Écrit par : Philippe DULAC

« Ce temps-ci », celui des années 1930, est marqué par un pessimisme profond que reflètent la plupart des romans français d'alors, et en tout premier lieu Voyage au bout de la nuit, paru en 1932. La crise économique, l'essor des nationalismes et la menace d'un nouveau conflit, qui… Lire la suite
52.  SCHLUMBERGER JEAN (1877-1968)

Écrit par : Antoine COMPAGNON

Romancier et essayiste, Jean Schlumberger reste à travers toute son œuvre d'une discrétion et d'une lucidité très classiques. Ami d'André Gide et, comme lui, né protestant, il se dégage de la religion et de la conscience du péché, tout en gardant un sens aigu de la famille et du devoir. De 1909 à 1914 il anime la N.R.F.,… Lire la suite
53.  SCHNITZLER ARTHUR (1862-1931)

Écrit par : Jacques LE RIDER

Dans le chapitre "Une éducation sentimentale"  : … Le roman Vienne au Crépuscule (Der Weg ins Freie) est l'œuvre de Schnitzler la plus conforme au modèle européen du grand « roman de société ». Commencé dans l'été 1902, publié en 1908, ce succès de librairie présente une des fresques les plus suggestives de la métropole habsbourgeoise… Lire la suite
54.  SINCLAIR UPTON (1878-1968)

Écrit par : Jean-Paul ROSPARS

D'abord révolté, puis révolutionnaire, Upton Sinclair se présente résolument comme un romancier idéologue, dont l'œuvre est non seulement le reflet, mais aussi le prolongement actif d'une vision politique du monde. Socialiste convaincu, il introduit dans le roman le prolétariat industriel et la lutte des classes, faisant ainsi figure de précurseur… Lire la suite
55.  LES SOMNAMBULES, livre de Hermann Broch

Écrit par : Jacques LE RIDER

Dans le chapitre "Une comédie humaine grinçante"  : … Dans Les Somnambules, Broch démontre le processus historique de dégradation des valeurs qui caractérise la crise de la culture contemporaine. Progressivement détachés du système des valeurs traditionnelles, les individus livrés à leurs instincts oscillent entre l'anarchie et le réalisme, ce qui signifie, dans le langage de Broch… Lire la suite
56.  SUE MARIE-JOSEPH dit EUGÈNE (1804-1857)

Écrit par : France CANH-GRUYER

L'écrivain français le plus populaire du xixe siècle, qui conféra au feuilleton ses lettres de noblesse en y intégrant le roman social. Issu d'une famille prestigieuse de chirurgiens, fils du médecin en chef de la garde des consuls, le petit Marie-Joseph Sue a pour marraine… Lire la suite
57.  LES THIBAULT, livre de Roger Martin du Gard

Écrit par : Alain CLERVAL

Dans le chapitre "Une fresque amère"  : … Hauts-Ponts (1932-1936) de Jacques de Lacretelle. Ce type de romans, qui hérite du réalisme social de Balzac et de Zola, est inséparable d'une interrogation sur le sens de l'aventure individuelle, fécondée par le conflit de la science et de la foi. L'homme s'épanouit-il en reliant son destin à une cause collective, portée par un… Lire la suite
58.  TOM JONES, livre de Henry Fielding

Écrit par : Claude-Henry du BORD

Dans le chapitre "Une fresque sociale"  : … Malgré son ampleur, ce roman, véritable fresque de la société anglaise du xviiie siècle, possède de très grandes qualités de narration, une justesse d'expression teintée d'une bonne dose de causticité et de comique. Ce n'est certes pas par hasard si Fielding plaça en exergue de son roman cette phrase… Lire la suite
59.  TRIOLET ELSA (1896-1970)

Écrit par : Jean-Pierre ÉNARD

Née à Moscou, Elsa Triolet a fréquenté très jeune les milieux intellectuels progressistes de la capitale russe. Sœur cadette de Lili Brik, la femme de Maïakovski, elle est aussi amie d'enfance du linguiste Roman Jakobson. Sa beauté, son charme et son intelligence font d'elle une sorte de muse du groupe futuriste. C'est pour elle que Victor… Lire la suite
60.  VAUTRIN JEAN (1933-2015)

Écrit par : Michel P. SCHMITT

La carrière de Jean Vautrin n'est pas banale. Après s'être illustré d'une façon très honorable dans son premier métier de cinéaste, il décide à quarante ans de se tourner vers l'écriture, en jugeant avec sévérité ses films qu'il assimile à des productions ratées… Lire la suite
61.  LE VENTRE DE PARIS, livre de Émile Zola

Écrit par : Guy BELZANE

Dans le chapitre "Un Maigre chez les Gras"  : … étranger qui s'y intègre, le perturbe un temps, avant d'en être finalement expulsé. Grâce à ce témoin extérieur, le romancier se ménage la possibilité d'une étude quasi ethnographique du microcosme social choisi, la description prenant ici largement le pas sur l'action, réduite, le plus souvent, à des déambulations au milieu des étalages… Lire la suite
62.  VÉRISME

Écrit par : André GAUTHIERAngélique LEVI

Dans le chapitre "Un phénomène régionaliste et méridional"  : … la saynète caricaturale, le récit menu ou futile, la poésie satirique et la chanson. Le naturalisme, qui enseignait qu'un caillou est aussi digne de représentation que les sujets les plus élevés, qu'il n'y a point de réalité mesquine, scabreuse, humble ou grossière qui ne dût être explorée par l'art, provoqua une éclosion extraordinaire d'œuvres… Lire la suite
63.  VIENNE AU CRÉPUSCULE, livre de Arthur Schnitzler

Écrit par : Jacques LE RIDER

Le roman Vienne au crépuscule (Der Weg ins Freie, mot à mot : « Le Chemin de la liberté ») est l'œuvre de Schnitzler (1862-1931) la plus conforme au modèle européen du grand « roman de société ». Commencé durant l'été de 1902, publié en 1908, ce succès de librairie (en 1929,… Lire la suite
64.  VOYAGE AU BOUT DE LA NUIT, livre de Louis-Ferdinand Céline

Écrit par : Philippe DULAC

Dans le chapitre "« Jeter une bombe contre l'édifice de l'humanité »"  : … Roman de la guerre d'abord : parti combattre en fanfare en 1914, le héros se voit « embarqué dans une croisade apocalyptique », semée de corps déchiquetés par les explosions et réduits à l'état de viandes. Roman des colonies : après avoir été soigné pour traumatisme de guerre, Bardamu décide de tenter sa chance en Afrique. Il échoue en « Bambola-… Lire la suite
65.  WOLF CHRISTA (1929-2011)

Écrit par : Nicole BARY

En 1968, la publication du roman Nachdenken über Christa T. (Christa T.) lui vaut des critiques virulentes de la part des autorités du pays. On lui reproche de réhabiliter des valeurs bourgeoises, telles que la subjectivité ou l'intériorité. Raconter signifie pour la romancière, comme pour Lire la suite
66.  ZOLA (É.)

Écrit par : Henri MITTERAND

Dans le chapitre "Le naturalisme"  : … futur. L'ensemble de cette œuvre romanesque est à prendre au sérieux par l'historien. Car il résulte d'enquêtes de première main – aux Halles, dans les théâtres, au Bon Marché, au fond des galeries de mine, à travers les campagnes de Beauce, etc. Partout, Zola accorde la vision du peintre et celle du sociologue, attentif à toutes les contraintes… Lire la suite

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.