BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

RÉVOLUTION MEXICAINE (1910)

Média

Média de cet article dans l'Encyclopædia Universalis :

 

Révolution mexicaineAlors que le vieux dictateur Porfirio Díaz vient d'être reconduit à la tête du Mexique qu'il dirige depuis 1876, Francisco Madero, grand propriétaire terrien partisan d'une évolution libérale et démocratique, lance un appel à l'insurrection générale pour le 20 novembre 1910, inaugurant ainsi la révolution mexicaine. Après avoir obtenu le départ de Díaz en mai 1911, Madero est élu président de la République, mais se heurte aux nostalgiques de l'ancien régime et surtout aux révoltes paysannes. Menées par quelques figures emblématiques telles que Pascual Orozco et Pancho Villa dans le nord du pays ou Emiliano Zapata dans le sud, celles-ci ne se contentent pas de l'instauration d'un régime parlementaire, mais réclament également une profonde réforme agraire. L'assassinat de Madero en février 1913 est suivi d'une longue période d'instabilité politique au terme de laquelle Venustiano Carranza s'impose au pouvoir : en février 1917, il fait promulguer une nouvelle Constitution empreinte d'anticléricalisme et de réformisme social, qui jette les bases du Mexique moderne.

Révolution mexicainePhotographie

Révolution mexicaineFrancisco Madero (1873-1913), principal artisan de la révolution mexicaine, saluant la foule lors de son entrée dans Cuernavaca, le 12 juin 1911.

Crédits: AKG Consulter

Olivier COMPAGNON

Pour citer cet article

COMPAGNON, « RÉVOLUTION MEXICAINE (1910)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-mexicaine/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« RÉVOLUTION MEXICAINE (1910) » est également traité dans :

MADERO FRANCISCO (1873-1913)

Écrit par :  Olivier COMPAGNON

Après plusieurs mois de troubles, une armée révolutionnaire scelle le destin du régime de Díaz lors de la prise de Ciudad Juárez, en mai 1911. Diminué par la maladie, le dictateur renonce au pouvoir et s'exile à Paris, tandis que Madero entre triomphalement dans Mexico le 7 juin 1911. Il est élu président en octobre avec 90 p.100 des suffrages,… Lire la suite
MEXIQUE

Écrit par :  Jacques BRASSEULHenri ENJALBERTRoland LABARRECécile LACHENALJean A. MEYERMarie-France PRÉVÔT-SCHAPIRAPhilippe SIERRA

Dans le chapitre "L'étape madériste"  : …  conduisit à l'insurrection armée, qui, presque sans combats, donna la victoire aux partisans de Madero. Ce dernier, extraordinairement populaire, essaya de changer la structure politique du pays sans toucher au principal problème, le problème de la terre. Rapidement attaqué par tous les partisans de l'ancien régime qui n'avait perdu que… Lire la suite
VILLA FRANCISCO, dit PANCHO (1878-1923)

Écrit par :  Annick LEMPÉRIÈRE

La légende a longtemps attribué à Pancho Villa, héros du panthéon mexicain, les débuts d'un « bandit social » très populaire. La réalité est plus prosaïque. Né au Rancho de la Coyotada, dans l'État de Durango, de son vrai nom Doroteo Arango, métayer dans un grand domaine, il mène dès son adolescence la vie d'un petit hors-la-loi, ce qui lui vaut d'… Lire la suite
ZAPATA EMILIANO (1879 env.-1919)

Écrit par :  Annick LEMPÉRIÈRE

La révolution mexicaine a fait d'Emiliano Zapata un martyr de la réforme agraire et un héros national. Sa vie se confond, pour l'essentiel, avec celle des paysans qui combattirent à ses côtés entre 1911 et 1919 pour faire reconnaître leurs droits sur la terre… Lire la suite

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.