BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

RÉDUCTION PHÉNOMÉNOLOGIQUE ou TRANSCENDANTALE

Processus spécifique de la phénoménologie de Husserl, la réduction phénoménologique — ou réduction transcendantale — consiste en un effort pour arriver à la source de la signification du monde vécu à travers un mouvement qui fait qu'on cesse de voir celui-ci d'une manière naturelle et quotidienne pour le voir d'une manière réflexive en tant que phénomène pur ; une telle méthode implique la mise entre parenthèses de tous les jugements concernant l'existence du monde, c'est-à-dire une suspension (en grec épokhê) de tout jugement à propos de celle-ci de sorte qu'on ne la présuppose pas, ni ne la nie, ni ne l'affirme.

Le monde perçu selon l'attitude naturelle est celui des choses, des faits, des valeurs, des soucis et des buts pratiques, le monde dans lequel chacun vit, un monde préréflexif qui ne fait l'objet d'aucune réflexion radicale sur sa réalité, et à l'occasion duquel on n'examine ni la possibilité ou les fondements de la connaissance, ni la validité de la perception ; c'est donc un monde où les choses sont senties de manière immédiate. Le monde est continuellement là pour la personne qui vit de façon naturelle. Et, en tant qu'il est vu ainsi, il se situe au niveau ontique des étants (en allemand Seiendes) et des faits. Mais le même monde peut aussi être saisi d'une manière réflexive lorsqu'on l'examine comme un tout et qu'on s'interroge sur les fondements de la connaissance, afin de comprendre à la fois le monde et la conscience aussi bien que les rapports qu'ils entretiennent. Saisi de cette manière, le monde se situe au niveau ontologique de l'être (en allemand Sein) des étants et selon la signification (Sinn) du monde et de la conscience.

Modifiant ainsi l'attitude naturelle, la réduction phénoménologique vise à trouver pour la connaissance un fondement indubitable. Le monde, qui est continuellement là dans l'attitude naturelle, est alors mis entre parenthèses, opération qui n'est pas un déni du monde ni une mise en doute de son existence, mais plutôt une décision de ne porter aucun jugement sur le monde quotidien des choses et des faits. Cette modification d'attitude est appelée phénoménologique parce qu'elle amène à voir le monde comme un phénomène, c'est-à-dire comme quelque chose qui apparaît ; elle est appelée transcendantale parce qu'elle révèle ou découvre l'ego, pour lequel toute chose a un sens ; elle est appelée réduction parce qu'elle ramène à l'origine de la signification du monde.

Ainsi, tout en restant conscient de ce qui est mis entre parenthèses, on suspend sa croyance au sujet des contenus des phénomènes, tout en préservant encore leur essence à titre de pure possibilité. En tant qu'elle s'applique à l'objet, la réduction est donc une mise entre parenthèses et, en tant qu'elle s'applique à la conscience, une mise hors jeu ou une suspension.

 […]
1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

Pour citer cet article

Universalis, « RÉDUCTION PHÉNOMÉNOLOGIQUE ou TRANSCENDANTALE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/reduction-phenomenologique-transcendantale/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« RÉDUCTION PHÉNOMÉNOLOGIQUE ou TRANSCENDANTALE » est également traité dans :

ALTÉRITÉ, philosophie

Écrit par :  Sylvie COURTINE-DENAMY

Dans le chapitre "L'intentionnalité husserlienne : une « reconstruction » de l'autre"  : …  rigoureuse, pour trouver un fondement plus profond que celui de l'idéal géométrique cartésien,* Husserl met en œuvre une « méthode universelle et radicale », l'épochè, ou réduction transcendantale qui, même si elle s'inspire bien du doute hyperbolique, va permettre l'accès à un fondement plus radical que l'ego cogitoLire la suite
FORME

Écrit par :  Jean PETITOT

Dans le chapitre "Phénoménologie et éidétique descriptive"  : …  Pour conquérir ainsi une objectivité propre de l'apparaître, Husserl a dû s'appuyer sur l'*épochè (la réduction phénoménologique) neutralisant la réalité externe. La conséquence en a été que, chez lui, la transcendance objective s'est disjointe de la réalité physique. Chez Husserl, ce n'est pas l'objectivité qui se phénoménalise elle-… Lire la suite
MÉDITATIONS CARTÉSIENNES, livre de Edmund Husserl

Écrit par :  François TRÉMOLIÈRES

Dans le chapitre "Husserl lecteur de Descartes"  : …  (1913, traduites en 1950 par un autre des grands phénoménologues français, Paul Ricœur). *Même distinguée de « la tentative cartésienne de doute universel », l'« épochè phénoménologique » ou « réduction transcendante », mise entre parenthèses de « l'attitude naturelle » permettant d'atteindre une évidence « réellement apodictique… Lire la suite
PHÉNOMÉNOLOGIE

Écrit par :  Renaud BARBARASJean GREISCH

Dans le chapitre "L'« épochè » phénoménologique"  : …  elle organise, s'oubliait comme sa source véritable pour s'en saisir seulement comme un figurant. * L'épochè peut être définie comme une altération de la thèse d'existence, consistant à la neutraliser, à la « mettre entre parenthèses » : il ne s'agit pas de nier l'existence du monde mais de cesser d'adhérer à cette thèse, de la « dévitaliser »,… Lire la suite
RÉDUCTION EIDÉTIQUE

Écrit par :  Universalis

… *Dans la phénoménologie de Husserl, la réduction eidétique consiste en une méthode grâce à laquelle le philosophe passe de la conscience des objets individuels et concrets au royaume transempirique des pures essences et atteint ainsi une intuition de l'eidos de la chose, c'est-à-dire de ce qu'elle est dans sa structure essentielle et… Lire la suite
SARTRE JEAN-PAUL (1905-1980)

Écrit par :  Jacques LECARMEJuliette SIMONT

Dans le chapitre "L'intentionnalité"  : …  « moi » psycho-physique, n'ait pas compris que le « je » devait lui aussi être soumis à une telle *tréduction ; il soutient qu'il est superflu de donner à la conscience ranscendantale la figure personnelle du je, et que les Ideen, parce qu'elles vont dans cette direction –  notamment dans leur rapprochement avec la notion kantienne d'« … Lire la suite
SCIENCES - Science et philosophie

Écrit par :  Alain BOUTOT

Dans le chapitre "Science et phénoménologie"  : …  et supporte toutes les autres, la région conscience. Elle met en œuvre une méthode originale : la* « réduction phénoménologique », qui permet de remonter de l'objet constitué au principe qui le constitue, c'est-à-dire à la conscience pure elle-même. Dans l'attitude naturelle, le monde est là, les choses corporelles sont là avec leur distribution… Lire la suite

Afficher la liste complète (7 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média