BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

RADIO-IMMUNOLOGIE

La radio-immunologie est une technique de dosage des grosses molécules biologiques, notamment celles qui sont contenues dans le sang et les urines. L'essor de cette méthode est immense, depuis sa mise au point, en 1960, par R. Yalow (ce qui lui valut le prix Nobel en 1977) et S. Berson. Son principe de base est élégant et son champ d'application, déjà vaste, se développe avec rapidité. On exposera ici les grandes lignes de cette nouvelle technique et son apport à la biologie et à la médecine.

1.  Les bases

La radio-immunologie fait appel à la physique nucléaire (radioactivité) et à l'immunologie. 

En effet, on marque les molécules avec un radionucléide, qui est généralement de l'iode 131 ou 125. C'est une technique bien maîtrisée et appliquée ici dans son principe de dilution isotopique.

La réaction immunologique de base (antigène-anticorps) est souvent utilisée comme moyen de diagnostic, soit in vivo (on obtient alors un phénomène clinique local : cuti-réaction, intradermo-réaction, tests d'allergie, etc.), soit in vitro.

Pour mettre en évidence et éventuellement titrer un anticorps dans le sérum d'un sujet, il suffit de placer ce sérum en présence de l'antigène correspondant, dans des conditions techniques optimales déterminées, et de disposer d'un moyen pour observer quantitativement la réaction antigène-anticorps.

Inversement, au lieu de rechercher l'anticorps, on peut se servir de ce dernier pour déceler et évaluer l'antigène spécifique. Comme dans le cas précédent, le phénomène devra être visualisé par un procédé technique soit biologique, telle l'inhibition de l'hémagglutination (diagnostic immunologique de la grossesse de Wide et Gemzell), soit physique (radioactivité).

Il faudra donc obtenir, dans un premier temps, un anticorps spécifique de l'antigène (insuline, par exemple) que l'on veut mettre en évidence et doser : pour cela, on injecte cette hormone à un animal ; celui-ci élabore alors un anticorps anti-insuline, c'est-à-dire un antisérum qui constituera le réactif de dosage. Puis, grâce à cet antisérum, on mettra en évidence et on dosera l'insuline dans un sérum humain. Les radionucléides serv […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  3 pages…

Pour citer cet article

Claude LÉVY, « RADIO-IMMUNOLOGIE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/radio-immunologie/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« RADIO-IMMUNOLOGIE » est également traité dans :

NUCLÉAIRE MÉDECINE

Écrit par :  Jean-Louis BARATDominique DUCASSOUNathalie VALLI

Dans le chapitre "Dosages radio-immunologiques"  : …  S. Berson* et R. Yalow décrivirent en 1960 le principe du dosage par radio-immunologie, et cette découverte fut couronnée en 1977 par l'attribution à R. Yalow du prix Nobel de médecine. Cette technique de dosage est à la fois extrêmement sensible puisqu'elle est capable de détecter des substances dont la concentration est de l'ordre de 10 pmol/1, et… Lire la suite
YALOW ROSALYN SUSSMAN (1921-2011)

Écrit par :  Universalis

… *Physicienne et médecin américaine, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1977 (conjointement à Andrew V. Schally et Roger Guillemin), pour le développement de la méthode de dosage radio-immunologique, technique très sensible qui permet de mesurer des quantités infimes de substances biologiquement actives. Rosalyn Sussman Yalow est née le 19 … Lire la suite

 

Voir aussi

 

Dictionnaire

Définition du mot "RADIOIMMUNOLOGIE"

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média