BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

RADICALISME, politique

Le radicalisme comme doctrine politique remonte à la monarchie de Juillet, mais son contenu et sa signification ont évolué au fil des décennies en fonction des mutations de la société au sein de laquelle il s'inscrit.

Le radicalisme apparaît au cours des années 1840 comme une des réponses possibles à la société industrielle qui est en train d'émerger en France. Il trouve un porte-parole en Alexandre Ledru-Rollin qui en diffuse les idées lors de sa campagne électorale dans la Sarthe en 1841, puis dans son journal La Réforme. Son thème fondamental est l'instauration de la démocratie politique mise en œuvre par le suffrage universel, afin de parvenir par ce moyen « aux justes améliorations sociales ». Cette fin sociale de la démocratie est définie comme une voie moyenne entre le libéralisme qui écrase les « petits » au profit des puissants et le socialisme qui remet en cause la propriété privée. Car le radicalisme entend protéger celle-ci, conçue comme la garantie de la liberté et de la dignité humaines, de l'emprise du capitalisme. Son rêve est la constitution d'une société de petits propriétaires maîtres de leurs instruments de travail qui échapperaient ainsi à la condition salariale. Pour y parvenir, il compte sur l'action de l'État qui doit protéger les faibles et les petits et mettre fin aux abus du capital en rendant à la nation les grandes richesses nationales concédées, mines, canaux ou chemins de fer. Ces idées sont considérées comme extrémistes par la société de l'époque et c'est pourquoi on les qualifie de « radicales », anglicisme que ces démocrates reprennent à leur compte puisque la loi interdit de se dire républicain.

Éclipsé sous la IIe République par le socialisme qui le déborde, puis tenu en suspicion par la vague réactionnaire, le radicalisme renaît à la fin du second Empire autour de Léon Gambetta et de son Programme de Belleville (1869) en ajoutant aux vues de Ledru-Rollin quelques thèmes qui marquent l'époque : la revendication de l'instruction pr [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

 

Pour citer cet article

BERSTEIN, « RADICALISME, politique  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/radicalisme-politique/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« RADICALISME, politique » est également traité dans :

ARGENTINE

Écrit par :  Romain GAIGNARDRoland LABARRELuis MIOTTICarlos QUENANJérémy RUBENSTEINSébastien VELUT

Dans le chapitre "L'ouverture politique : l'expérience radicale (1916-1930)"  : …  avec l'élection à la présidence de son caudillo, Hipolito Irigoyen. Le radicalisme, expression politique de la classe moyenne urbaine prise en charge par quelques caudillos de solide tradition créole et aristocratique, succède pour quatorze ans exactement à la « génération de 1880 », qui a marqué de son empreinte indélébile l'… Lire la suite
COMBES (É.)

Écrit par :  Serge BERSTEIN

Mais très vite, le virus de la politique s’empare du docteur Combes, archétype de ces petits notables de province qui constituent l’assise sociale du radicalisme au début de la IIIe République. Il deviendra successivement maire de Pons en 1876, conseiller général en 1879, sénateur en 1885. Cette forte… Lire la suite
FABRE ROBERT (1915-2006)

Écrit par :  Serge BERSTEIN

La carrière politique de Robert Fabre illustre les hésitations et les incertitudes d'un radicalisme mal à l'aise dans les structures et les pratiques d'une Ve République dont la bipolarité heurte la vocation centriste des radicaux et dont l'aspiration à la modernité convient mal à un parti qui représente traditionnellement la… Lire la suite
FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

Écrit par :  Sylvain VENAYRE

Dans le chapitre "Refaire la Révolution (1848-1880)"  : …  ceux de la monarchie, les hommes de la IIIe République se scindèrent en deux. D'un côté, les « radicaux », tels Léon Gambetta et Georges Clemenceau, critiquèrent un régime qui, du Sénat au président élu pour sept ans en passant par le refus de l'impôt sur le revenu et celui de la séparation des Églises et de l'État, ne… Lire la suite
PARTI RADICAL, France

Écrit par :  Jean MENDELSON

L'organisation dite communément Parti radical se nomme en réalité Parti républicain radical et radical-socialiste. À sa naissance, le 21 juin 1901 à Paris, ce parti hérite de la tradition des divers comités radicaux dont le programme avait été exprimé par Gambetta (Belleville, 1869) puis par Clemenceau (Montmartre, 1881) ;… Lire la suite
SOLIDARISME

Écrit par :  Jean MENDELSON

Doctrine politique dont le principal théoricien est le politicien radical français Léon Bourgeois (1851-1925). Bien qu'il ait son origine historique chez le socialiste français Pierre Leroux (1797-1871), le solidarisme se rattache aux courants de pensée du xixeLire la suite
TROISIÈME RÉPUBLIQUE

Écrit par :  Louis GIRARD

Dans le chapitre "La crise du 16 mai 1877 et la République des républicains"  : …  baptisèrent « opportunistes », entendaient sérier mais aussi limiter les réformes. Les radicaux, déjà talonnés par les socialistes, réclamaient avec Henri de Rochefort et Clemenceau le « maximum de République » : séparation de l'Église et de l'État, service militaire de courte durée, impôt sur le revenu, élection des juges… Lire la suite

Afficher la liste complète (7 références)

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.