BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

QIANLONG [ K'IEN-LONG ] (1711-1799) empereur de Chine (1736-1795)

Qianlong est le quatrième empereur de la dynastie mandchoue des Qing à régner sur la Chine. Son long règne (écourté un peu plus de trois ans avant sa mort pour ne pas dépasser le « record » de son grand-père Kangxi) coïncide avec l'apogée de la dynastie : rarement en fait, dans toute son histoire, la Chine a été aussi prospère et aussi puissante. Monté sur le trône à vingt-cinq ans après avoir été (comme ses frères) soigneusement préparé au métier d'empereur, Qianlong affirme vouloir suivre une voie moyenne entre la tolérance de Kangxi et la rigueur de son père Yongzheng. Les réformes administratives de Yongzheng sont préservées, de même qu'un style de gouvernement plus centralisé que jamais, s'appuyant sur la communication directe entre l'empereur et ses proches conseillers (le Grand Conseil) d'une part, les hauts fonctionnaires provinciaux et métropolitains de l'autre. Ces institutions font peser une charge considérable sur l'empereur lui-même, et, tout comme son père, Qianlong est un travailleur acharné, suivant avec une attention impitoyable la marche des affaires dans toutes les parties de l'empire. Politiquement, son règne peut être divisé en trois grandes périodes. Pendant la première, le Grand Conseil est dominé par des hommes d'État expérimentés, arrivés au pouvoir sous le règne de Yongzheng, tels Oertai et Zhang Tingyu. Pendant la deuxième (1750-1780 env.), les principaux conseillers de l'empereur sont son beau-frère Fuheng (mort en 1770), puis Yu Mingzhong ; c'est pendant ces années que Qianlong exerce le pouvoir de la façon la plus « personnelle ». Le nouvel homme fort, dès avant 1780, est Heshen, un jeune Mandchou de la garde impériale devenu le favori du vieil empereur ; brillant mais corrompu, Heshen monopolise le gouvernement avec la complicité active ou forcée de la plus grande partie de la bureaucratie ; en dépit de l'abdication volontaire du nouvel an 1796, Qianlong et Heshen conservent le pouvoir de facto jusqu'à la mort du premier, promptement suivie d […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

 

Pour citer cet article

Pierre-Étienne WILL, « QIANLONG [K'IEN-LONG] (1711-1799) - empereur de Chine (1736-1795)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/qianlong-k-ien-long-empereur-de-chine/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« QIANLONG [ K'IEN-LONG ] (1711-1799) empereur de Chine (1736-1795) » est également traité dans :

CASTIGLIONE GIUSEPPE (1688-1766)

Écrit par :  Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS

… *Originaire de Milan, Giuseppe Castiglione a sans doute reçu sa première formation de peintre avant son entrée au noviciat de Gênes en 1707. Se destinant à l'évangélisation en Chine, il est envoyé au Portugal en 1710 et termine son noviciat au couvent des jésuites de Coimbra, avant de s'embarquer, en 1714, à destination de Macao. Il y arrive en 1715… Lire la suite
CHINE - Histoire jusqu'en 1949

Écrit par :  Jean CHESNEAUXJacques GERNET

Dans le chapitre "Expansion et apogée"  : …  transformé en province en 1884. L'Empire des Qing atteint donc son apogée au milieu du règne de *Qianlong (1736-1796). Plus vaste que l'actuelle république populaire de Chine, il s'étend de la mer d'Okhotsk au lac Balkhach, englobant non seulement le Tibet et le Turkestan chinois, mais le territoire de l'Ili, la Mongolie-Extérieure et l'île de… Lire la suite
DYNASTIE QING - (repères chronologiques)

Écrit par :  Pascal BURESI

… Guerre de quatre ans menée par les Qing contre la Birmanie, qui reconnaît la suzeraineté mandchoue. * L'empereur Qianlong envoie ses troupes au Népal pour mater les tribus Gurkha qui troublent les régions du Tibet méridional. Le traité de Nankin met fin à la première guerre de l'opium. La Chine cède Hong Kong au Royaume-Uni, lui verse une « … Lire la suite
KALMOUKS

Écrit par :  Françoise AUBIN

Dans le chapitre "L'exode"  : …  venir se livrer aux Qing. Mais, à l'arrivée, ils virent qu'ils n'avaient pas d'autre solution. Pour *Qianlong, leur soumission ajoutait un prestige considérable à la conquête de la Djoungarie, qu'il avait consommée quinze ans plus tôt, et le consacrait chef temporel des lamaïstes. Pourtant, même affaiblis comme ils l'étaient, il se méfiait d'eux.… Lire la suite
KAZAKHSTAN

Écrit par :  Isabelle OHAYONArnaud RUFFIERDenis SINORJulien THOREZ Universalis

Dans le chapitre "Histoire"  : …  ultime du fléau djoungar vint de l'intervention chinoise (mandchoue) : en 1757-1758, l'empereur *Qianlong lança deux grandes campagnes au cours desquelles les Djoungars furent peu ou prou exterminés et où leur territoire fut incorporé à la Chine. Pendant un temps, le rusé Abylaï Khan, de la Horde moyenne, avait préféré ne pas prendre parti dans… Lire la suite
OÏRAT

Écrit par :  Françoise AUBIN

Dans le chapitre "L'écrasement"  : …  appelle en 1755 ses compatriotes à une révolte contre la Chine. Une mêlée générale s'ensuit, et *Qianlong, l'empereur Qing, en profite pour anéantir à tout jamais le pouvoir ǰūngar : le général mandchou Zhaohui conquiert systématiquement l'Ili et le Tarbagatai (1755-1757), puis la Kashgarie (1758-1759). À la place des J̌ūngar, massacrés ou… Lire la suite
QING [TS'ING] LES, dynastie mandchoue (1644-1911)

Écrit par :  Pierre-Étienne WILL

… *Dernière maison impériale ayant régné sur la Chine, les Qing sont issus d'un groupe de tribus Tungus vivant dans les forêts de l'est de la Mandchourie, considérées comme vassales par les Ming, et fédérées à la fin du xvie siècle par Nurhaci (1559-1626), tenu pour le fondateur de la dynastie. La construction d'un État mandchou (… Lire la suite
TIBET (XIZIANG)

Écrit par :  Chantal MASSONAUDLuciano PETECHDavid SNELLGROVEPierre TROLLIET Universalis

Dans le chapitre "Dalaï-lamas, Qoshot et aristocratie"  : …  fut payée. En 1791, nouvelle invasion gorkha et sac du couvent de Tashilhunpo. Alors l'empereur *Qianlong intervint ; une armée impériale, commandée par le général Fukang'an, refoula les Népalais jusqu'aux portes de Kathmandu et les obligea à signer la paix. En cette occasion, le contrôle chinois sur le gouvernement tibétain fut resserré et les… Lire la suite

Afficher la liste complète (8 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2016, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.