BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

QIAN XUESEN (1911-2009)

Né le 9 décembre 1911 à Hangzhou (province du Zhejiang), en Chine, Qian Xuesen (Tsien Hsue-shen, aux États-Unis et pour la N.A.S.A.) est considéré comme le père de l'astronautique chinoise. En 1935, Qian, diplômé de l'université Jiaotong de Shanghai, part pour les États-Unis, afin d'y étudier au Massachusetts Institute of Technology. Il intègre ensuite le California Institute of Technology, où il obtient son doctorat et où il va se consacrer à l'étude et au développement des fusées ; il est l'un des fondateurs de ce qui deviendra le prestigieux Jet Propulsion Laboratory du « Caltech ». Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il participe au développement de missiles américains, parmi lesquels le Private A. Qian participe aussi au Manhattan Project de mise au point de la bombe atomique. Consultant de l'U.S. Army Air Force, il est envoyé en Allemagne afin d'étudier les avancées technologiques accomplies par les nazis en matière de fusées ; c'est à ce titre qu'il a, dans le cadre de l'opération Paperclip, l'occasion d'interroger Wernher von Braun, concepteur du V2. En 1945, Qian épouse la fille d'un conseiller militaire du leader nationaliste chinois Tchiang Kai-chek, Jiang Ying, qui deviendra une chanteuse renommée de l'Opéra de Pékin, et, en 1949, sur la recommandation de Theodore von Kármán, il devient le premier directeur du Daniel and Florence Guggenheim Jet Propulsion Center du Caltech. Cette même année, il sollicite la nationalité américaine, mais, peu après la proclamation de la République populaire de Chine, le 1er octobre 1949, il est soupçonné de sympathies communistes, ce qui semble faux ; soumis à une enquête approfondie, il se voit cependant retirer toutes ses accréditations en juin 1950. Arrêté puis placé en résidence surveillée, il est expulsé en 1955 vers la Chine. Dès son arrivée, il crée et devient le directeur de l'Institut de mécanique de l'Académie des sciences chinoise, à Pékin – premier en date des instituts chinois de recherche en matière de missiles et de fusées – et est nommé responsable du développement des missiles. Il propose un programme de missiles balistiques, qui est placé sous son autorité à la fin de 1956. Il met au point les missiles Dongfeng, dont le premier tir intervient en 1964, et Silkworm. On lui attribue la mise au point du premier satellite chinois, Dong Fang Hong I, placé sur orbite le 24 avril 1970. Il prend sa retraite en 1991. Il meurt à Pékin, le 31 octobre 2009. Une biographie de Qian, Thread of the Silkworm, par Iris Chang, est parue en 1995 (Basic Books, New York).

Universalis

Pour citer cet article

Universalis, « QIAN XUESEN (1911-2009)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/qian/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2016, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.