BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

POUVOIR POLITIQUE

Ce sujet est traité dans les articles suivants :

1.  POLITIQUE - Le pouvoir politique

Écrit par : Jean William LAPIERRE

La lutte pour le pouvoir est au centre de la vie politique : selon les sociétés et les régimes, des partis, des factions, des clans ou des familles se battent pour prendre le pouvoir ou s'y maintenir. La réflexion sur le pouvoir est au centre de la philosophie politique : depuis Platon , elle ne cesse de se demander comment et à quelles conditions… Lire la suite
2.  ADMINISTRATION - Le droit administratif

Écrit par : Jean RIVERO

Dans le chapitre "L'administration soumise au droit"  : … Pour que cette soumission apparaisse, il n'a rien fallu de moins qu'une révolution dans la nature et la conception du pouvoir, c'est-à-dire l'avènement, par des voies et sous des formes diverses selon les États, de la démocratie libérale… Lire la suite
3.  ANTHROPOLOGIE POLITIQUE

Écrit par : Georges BALANDIER

Dans le chapitre "Le pouvoir politique"  : … Ces constatations entraînent une conclusion. Le pouvoir politique est inhérent à toute société : il provoque le respect (relatif) des règles qui la fondent ; il la défend contre ses propres imperfections ; il limite, en son sein, les effets de la compétition entre les individus et les groupes. Ce sont ces fonctions… Lire la suite
4.  ARMÉE - Pouvoir et société

Écrit par : Pierre DABEZIES

Dans le chapitre "Pouvoir civil et pouvoir militaire"  : … La confusion des pouvoirs caractérise, dans l'Orient ancien, les grands empires où, comme plus tard, sous Octave Auguste et sous les Francs, la monarchie est militaire ; elle caractérise aussi l'époque féodale qui réunit dans les mains du roi et des seigneurs les deux pouvoirs. Le système est, toutefois, fragile, soit que le… Lire la suite
5.  AUTORITÉ

Écrit par : Éric LETONTURIER

Dans le chapitre "La modernité politique"  : … Edmund Burke, Louis de Bonald), mais également par Hegel, l'opposition entre l'autorité sociale traditionnelle des communautés et le pouvoir politique du nouvel ordre social issu de la Révolution nourrit la réflexion des premiers sociologues. Ainsi, le rationalisme positiviste d'Auguste Comte se refermera sur l'appel à un retour à un système d'… Lire la suite
6.  BIOPOLITIQUE

Écrit par : Frédéric GROS

Dans le chapitre "Une nouvelle logique de pouvoir"  : … théorique que proprement historique, car les deux formes ne cessent en fait de coexister. La forme traditionnelle est le pouvoir de « souveraineté ». Il procède par prélèvement contraint et marquage symbolique. Par exemple : soustraire une partie des récoltes, supplicier les corps de condamnés, réquisitionner des richesses matérielles ou des… Lire la suite
7.  BOBBIO NORBERTO (1909-2004)

Écrit par : Giovanni BUSINO

Dans le chapitre "Un « philosophe militant »"  : … la transparence était à la base du rapport gouvernants/gouvernés, délégués/citoyens. La démocratie peut bien fonctionner seulement là où le pouvoir est transparent, visible. Les mécanismes de la représentation politique ne prennent d'ailleurs de sens que dans cette perspective. Là où se développent des formes de pouvoir… Lire la suite
8.  BURDEAU GEORGES (1905-1988)

Écrit par : Bernard CHANTEBOUT

politique a été créé par Dieu pour satisfaire ses desseins concernant la race humaine. Peu importe qu'il ait ensuite laïcisé cette donnée de base en faisant procéder le pouvoir de la société humaine... Pour lui, le pouvoir reste la pierre angulaire de toute organisation sociale, et l'État en est la forme la plus achevée… Lire la suite
9.  BURLAMAQUI JEAN-JACQUES (1694-1748)

Écrit par : Yves SUAUDEAU

Juriste suisse dont les écrits et commentaires feront connaître à son concitoyen Rousseau le baron von Pufendorf et Jean de Barbeyrac. Pendant vingt ans, Burlamaqui enseigna le droit à l'université de Genève, sa ville natale, dont il fut membre du Conseil d'État. Il publia différents ouvrages,… Lire la suite
10.  CHEFFERIE

Écrit par : Henri LAVONDÈSJean-Claude PENRAD

à bien d'autres références que les sociétés dites « historiques » ou que les sociétés dominées par un appareil étatique. Dans la diversité effective des degrés et des types d'organisation du pouvoir politique, la chefferie représente une formule qui s'est imposée à l'observateur des sociétés traditionnelles, en dépit de la part d'arbitraire ou d'… Lire la suite
11.  CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

Écrit par : Pierre BRÉCHON

Dans le chapitre "L'adoption de la nouvelle Constitution"  : … pleins pouvoirs temporaires en cas de crise majeure. Ces principaux pouvoirs peuvent désormais être exercés sans contreseing ministériel, alors que précédemment tous les actes présidentiels devaient être contresignés, le président étant considéré comme politiquement irresponsable. Le président a donc des pouvoirs renforcés. Il n'… Lire la suite
12.  CLASSES SOCIALES - Classe dominante

Écrit par : Gérard MAUGER

Dans le chapitre "Bourgeoisie et élite(s)"  : … financières et la gestion déléguée à des salariés. Dans cette perspective, la domination politique n'est qu'une conséquence de la domination économique de la classe qui détient les moyens de production. « Classe en soi » définie par sa position dans les rapports de production, la classe capitaliste ne peut se constituer comme « classe pour soi… Lire la suite
13.  CLIENTÉLISME

Écrit par : Jean-Louis BRIQUET

Dans le chapitre "Clientélisme et démocratie"  : … « culture civique » des populations (Robert D. Putnam) soit aux détournements des institutions opérés par des dirigeants politiques uniquement occupés à conserver leur pouvoir. Le clientélisme était alors considéré comme une pathologie politique, entravant la réalisation d'une démocratie accomplie ainsi que sa légitimation durable (Luigi Graziano… Lire la suite
14.  CONSIDÉRATIONS POLITIQUES SUR LES COUPS D'ÉTAT, livre de Gabriel Naudé

Écrit par : Christian BIET

Dans le chapitre "Le théâtre du pouvoir"  : … Naudé, depuis Rome, engage ses lecteurs à épier le lieu où le pouvoir exerce avec violence et ruse ses coups d'État, selon l'exercice d'une prudence politique qui n'est ni religieuse, ni seulement technique. Car le coup d'État, explique-t-il, est un acte d'exception, dont l'effet seul vient, dans l'après-coup et dans l'… Lire la suite
15.  CONSTITUTIONNEL DROIT

Écrit par : André DEMICHEL

Dans le chapitre "Méthode positive et méthode normative"  : … supérieure, sont opposées de plus en plus fréquemment des considérations tirées de la légitimité ou de l'absence de légitimité du pouvoir qui a édicté cette règle – le gouvernement légitime étant celui qui correspond à la conception du pouvoir juste qui est celle d'un individu ou d'une société. On voit que cette notion est valorisante, même… Lire la suite
16.  CONTRÔLE SOCIAL

Écrit par : Philippe ROBERT

notion de contrôle social dans une perspective résolument contraire, puisqu'il s'agit de focaliser l'attention sur les appareils ou, plus largement, sur des lieux et des pratiques généralement contrôlés par l'État. On note même une tendance à réserver l'expression « contrôle social » aux cas où l'intervention d'un de ces réseaux étatiques… Lire la suite
17.  CORPS INTERMÉDIAIRES

Écrit par : Solange MARIN

L'ancienne France était, depuis le Moyen Âge, composée de groupes d'individus appelés corps : collèges, communautés, associations de gens ayant même métier ou même fonction dans la nation, et réunis à la fois pour la préservation de leurs intérêts particuliers et celle du bien commun. Ces corps existaient avec la permission du souverain et lui… Lire la suite
18.  DÉMOCRATIE

Écrit par : Daniel GAXIE

Dans le chapitre "La représentation et la professionnalisation politiques"  : … politique moderne est engagé dans une pratique spécialisée qui consiste à gagner ou à préserver des positions de pouvoir spécifiques (« politiques »), distinctes des positions économiques, religieuses ou intellectuelles. Dans le cadre d'un processus général de division du travail social, une répartition des tâches au sein de l'État sépare de… Lire la suite
19.  DON

Écrit par : François POUILLON

Dans le chapitre "L'apport de l'ethnographie"  : … Sans doute l'analyse de Mauss est-elle fautive, mais l'intuition qui l'inspire est juste : le donateur acquiert bien un pouvoir sur le donataire ; et celui-ci n'a, pour s'en libérer, d'autre choix que de rendre. Ni mystique ni économique, ce pouvoir est fondamentalement politique. L'examen du cas des Trobriand et de celui des Kwakiutl permet à… Lire la suite
20.  ÉLECTIONS - Histoire des élections

Écrit par : Christophe VOILLIOT

et ce de manière spontanée, à des positionsd'État, c'est-à-dire à des positions de pouvoir dont les règles de dévolution sont définies par l'État : l'élection du président de la République, des députés à l'Assemblée nationale, etc. Bien souvent d'ailleurs, l'histoire des élections se résume à ces élections d'un… Lire la suite
21.  ÉTAT

Écrit par : Olivier BEAUD

ne compte plus les livres ou les articles qui évoquent la fin prochaine de l'État. Celui-ci serait une forme du pouvoir politique dépassée, parce qu'adossée à la nation, elle-même devenue obsolète en raison de l'influence croissante des puissances économiques et financières. La thèse n'est cependant pas entièrement nouvelle. En 1941, le juriste… Lire la suite
22.  ÉTAT, sociologie

Écrit par : Hervé FAYAT

Dans le chapitre "L'État et le « mécanisme monopoliste »"  : … il rompt avec la conception coercitive du mode de domination étatique en signalant que l'État parvient, par l'usage réitéré de moyens de domination monopolisés, à inculquer la reconnaissance a priori de son action et à concentrer ainsi un pouvoir symbolique qui, contrairement à la violence physique dont il épargne l'usage,… Lire la suite
23.  FÉMINISME - France : du M.L.F. à la parité

Écrit par : Muriel ROUYER

Dans le chapitre "L'opportunité politique : la gauche au pouvoir et l'impulsion européenne"  : … Ce fait ne pouvait devenir un grief qu'une fois intégrée la perspective réformiste. Dès la fin des années 1980, remarque Françoise Gaspard, la réflexion féministe avait interrogé, de manière critique, les rapports entre le pouvoir politique et les femmes, spécialement en démocratie. Les travaux de Geneviève Fraisse et de… Lire la suite
24.  FOUCAULT MICHEL (1926-1984)

Écrit par : Frédéric GROS

Dans le chapitre "La gouvernementalité"  : … Cette première étude du pouvoir menée par Foucault avait volontairement neutralisé le pouvoir politique d'État, pour se concentrer sur des mécanismes disciplinaires innervant les institutions. Dans une série de cours prononcés au Collège de France sur la « gouvernementalité » (de 1978 à 1979), Foucault tente de montrer… Lire la suite
25.  GÉOPOLITIQUE

Écrit par : Philippe MOREAU DEFARGES

Dans le chapitre "Les pionniers anglo-américains de la géopolitique"  : … classé comme tel, est certainement l'amiral américain Alfred Thayer Mahan (1840-1914). Toute sa réflexion est sous-tendue par une interrogation de patriote ou de nationaliste : comment son pays, les États-Unis, peut-il devenir une puissance mondiale ? Mahan étudie la rivalité entre la France et l'Angleterre, de Louis XIV à Napoléon I… Lire la suite
26.  GOUVERNEMENT

Écrit par : Didier MAUS

Dans le chapitre "Les pouvoirs propres"  : … Les missions ainsi attribuées au gouvernement se traduisent par des pouvoirs juridiques dans le domaine civil ou dans le domaine militaire. Dans le domaine civil, il est indispensable que le gouvernement, à travers son chef, ses ministres ou son entité collective, dispose du pouvoir normatif délégué – ce que les Français appellent le pouvoir… Lire la suite
27.  GOUVERNEMENTALITÉ

Écrit par : Richard HUFF

Le concept de gouvernementalité conçoit le « gouvernement » comme l’exercice d’un pouvoir politique organisé par une nation ou un État. Il étend cette définition pour y inclure le consentement actif des individus qui participent à leur propre gouvernance. Il suggère que le gouvernement par l’État ne constitue qu’une forme de… Lire la suite
28.  GROUPE DE PRESSION

Écrit par : Jean LADRIÈRE

différentes selon la nature et le rôle des partis qui, dans les États modernes, sont les porteurs effectifs du pouvoir politique. Aussi a-t-on orienté l'étude de la vie politique vers l'étude des partis, des interactions entre partis et systèmes institutionnels, des différents types de configurations politiques (systèmes à parti unique, à deux… Lire la suite
29.  HISTOIRE (Histoire et historiens) - Les usages sociaux de l'histoire

Écrit par : Olivier LÉVY-DUMOULIN

Dans le chapitre "Aux origines"  : … Dans les sociétés anciennes, la production historique s'inscrit dans deux traditions parallèles en rapport étroit avec le pouvoir politique et ses aléas. Dans la Chine impériale, la tradition historiographique s'entend, depuis les annales de Sima Qian, comme le récit chronologique de la dynastie et l'un de ses titres de justification… Lire la suite
30.  HOBBES THOMAS (1588-1679)

Écrit par : Raymond POLIN

Dans le chapitre "De l'état de nature à l'omnipotence du souverain"  : … Ainsi se trouve institué le souverain, qui dispose d'un pouvoir absolu, unique, indivisible, irrésistible. Les citoyens demeurent liés par le contrat, lui seul ne l'est pas, car il n'a contracté avec personne. Sa légitimité ne tient qu'à sa toute-puissance désormais. Il est au-dessus de tous les… Lire la suite
31.  INÉGALITÉS HOMMES-FEMMES, France

Écrit par : Alain BIHRRoland PFEFFERKORN

Dans le chapitre "Inégalités dans l'espace public"  : … L'antique monopolisation par les hommes de l'espace public s'est pour l'essentiel maintenue jusqu'à présent. Pour s'en tenir à deux chiffres, l'Assemblée nationale élue en 1997 comptait à peine 10 p. 100 de femmes, et au Sénat, il y avait moins de 6 p. 100 de femmes à la même époque. Le Parlement français au seuil du xxi Lire la suite
32.  INSTITUTION

Écrit par : Delphine DULONG

Dans le chapitre "L'influence des institutions sur les individus"  : … ensuite le fait que les institutions fournissent également des ressources aux acteurs. Par exemple, la personne qui occupe la position présidentielle en France est la seule à pouvoir dissoudre l'Assemblée nationale ou à enclencher l'arme nucléaire. De ce point de vue, les institutions peuvent se concevoir comme « un ensemble de positions qui… Lire la suite
33.  JOUVENEL BERTRAND DE (1903-1987)

Écrit par : Evelyne PISIER

La dénonciation du pouvoir est incontestablement un thème majeur : croissance d'un pouvoir qui s'institutionnalise en État, concentration du pouvoir au sein de l'institution-État. La société se multiplie par ses couches supérieures qui monopolisent la richesse, la fonction militaire et la puissance politique. Elle prend une… Lire la suite
34.  JUSTICE - Justice constitutionnelle

Écrit par : Francis HAMONCéline WIENER

Dans le chapitre "L'audace ou la prudence des politiques jurisprudentielles"  : … est toujours et partout réel, ni que les juges entrent nécessairement en conflit avec un pouvoir politique d'orientation opposée à celui dont ils tiennent leur mandat. La plupart des cours, en effet, adoptent une attitude médiane qui combine des éléments d'activisme et des éléments de réserve. Ce fut notamment le cas en France de 1981 à 1986,… Lire la suite
35.  JUSTICE - Justice politique

Écrit par : Robert CHARVIN

Dans le chapitre " Fonctions et signification de la justice politique"  : … Tout pouvoir cherche à se pérenniser : l'opposition est plus supportée que délibérément respectée. Lorsque, selon l'évaluation faite par les dominants, une opposition dépasse les limites qui lui sont implicitement (et non légalement) reconnues, la répression frappe. La médiation juridictionnelle conforte la légitimité du… Lire la suite
36.  LÉGITIMITÉ

Écrit par : Paul BASTID

Le terme de « légitimité » évoque le fondement du pouvoir et la justification de l'obéissance qui lui est due. Le problème a reçu les solutions les plus diverses, depuis une interprétation purement religieuse, c'est-à-dire métajuridique, propre aux théocraties, jusqu'à une traduction purement logique Lire la suite
37.  LÉVIATHAN, livre de Thomas Hobbes

Écrit par : Francis WYBRANDS

Dans le chapitre "La soumission au souverain"  : … moi-même, à cette condition que tu lui abandonnes ton droit et autorises toutes ses actions de la même manière » (chapitre 17). Ce contrat fait de chaque individu le sujet volontaire de l'institution politique dont le souverain est l'expression. Cessant d'être le produit de la coutume ou d'une puissance transcendante, la… Lire la suite
38.  LOI

Écrit par : Georges BURDEAUUniversalis

Dans le chapitre "La loi, procédé de gouvernement"  : … pour réaliser le bien collectif, déniait aux gouvernements toute faculté créatrice. Le pouvoir devait se borner à administrer la société existante dont la structure juridique était fixée par la loi. Avec le développement de l'exigence démocratique, la passivité gouvernementale n'apparaît plus tolérable. Gouverner ce n'est plus gérer la société… Lire la suite
39.  MACHIAVEL (1469-1527)

Écrit par : Jean-François DUVERNOY

Dans le chapitre "Pouvoir"  : … Le pouvoir marque la rencontre, pour un temps nécessairement limité, d'une façon toujours précaire et inévitablement polémique, entre la virtù d'un prince et une occasion de la Fortune. Un pouvoir d'État donne réalité – une certaine réalité – à un groupe humain. Machiavel appelle cela l'instauration d'une nation qui, de… Lire la suite
40.  MAFIA

Écrit par : Clotilde CHAMPEYRACHEUniversalisJean SUSINI

Dans le chapitre "Caractéristiques de toute mafia"  : … dans le débarquement allié sur l’île en 1943 ; ils n'hésitent pas à surévaluer leur rôle. La prétention de la mafia à être un acteur de l'histoire explique en grande partie sa proximité avec le pouvoir politique. En tant que patriotes, réels ou supposés, sincères ou opportunistes, les mafieux ne restent pas dans l'ombre et n'hésitent pas à négocier… Lire la suite
41.  MAGIE

Écrit par : René ALLEAURoger BASTIDE

Dans le chapitre "Le fonctionnalisme et le structuralisme"  : … comparaison statistique faite par B. Whiting. Ce qui veut dire que, lorsqu'il existe un pouvoir politique capable de faire respecter les normes sociales, la magie est au minimum ; lorsque, par contre, ce pouvoir politique n'existe pas, des sanctions surnaturelles deviennent obligatoires pour que l'ordre et la coopération soient maintenus à l'… Lire la suite
42.  MANIFESTATION

Écrit par : Danielle TARTAKOWSKY

Dans le chapitre "Un mode de régulation des crises"  : … dans un état d'anomie. La progressive intervention régulatrice du pouvoir central s'opère à partir de considérations d'ordre public, non de légitimité politique. En 1907, Clemenceau admet qu'on puisse tolérer certaines démonstrations, en fonction de la personnalité de leurs organisateurs et de leur capacité à les encadrer… Lire la suite
43.  MILITAIRE INDUSTRIE

Écrit par : Pascal LE PAUTREMAT

Dans le chapitre "Le poids du complexe militaro-industriel"  : … »), remonte aux années 1960. Face aux lobbies de poids du complexe militaro-industriel, la présidence est effectivement tenue de répondre aux attentes de réseaux d'influence qui, en bien des cas, ont financé les campagnes électorales. Le général Dwight Eisenhower (1890-1969), président des États-Unis de 1952 à 1960, fut le premier responsable… Lire la suite
44.  MORGENTHAU HANS JOACHIM (1904-1980)

Écrit par : Universalis

adéquates, rationnelles et objectives s'ils les ignorent. Morgenthau place au cœur de sa théorie le concept de pouvoir comme but suprême en matière de politique internationale. En outre, l'intérêt national se définit aussi en termes de pouvoir. Refusant d'assimiler les aspirations morales d'un État aux lois morales objectives qui gouvernent l'… Lire la suite
45.  NOTABLES

Écrit par : Christophe CHARLE

Dans le chapitre "Le temps des notables triomphants (1800-1848)"  : … autorité en nouvelles petites féodalités qui défendent leurs intérêts particuliers face aux grands enjeux nationaux. L'inégale proximité du pouvoir d'État introduit cependant une discrimination à l'intérieur même de la classe dirigeante selon les périodes : les vrais notables sont les plus hauts placés et les plus proches du… Lire la suite
46.  ODEGARD PETER (1901-1968)

Écrit par : Daniel DERIVRY

Spécialiste américain de la science politique et de l'étude du fonctionnement du pouvoir, Peter H. Odegard prépara un doctorat de philosophie à l'université Columbia avant d'acquérir une grande expérience des affaires publiques en occupant différents postes : conseiller du gouvernement américain… Lire la suite
47.  OPINION PUBLIQUE

Écrit par : Patrick CHAMPAGNE

publique » est produite par le fonctionnement même du champ politique, c'est-à-dire par cet espace spécifique dans lequel l'enjeu est l'imposition des principes de vision et de division du monde social. C'est un principe de légitimité qui s'impose aux acteurs du jeu politique, ou qui est invoqué par eux, pour justifier l'exercice du… Lire la suite
48.  ORDONNANCES

Écrit par : Jean-Claude MAITROT

Sous l'Ancien Régime, les ordonnances étaient des actes par lesquels le roi édictait des règles juridiques. Abandonnée par la Révolution, la notion d'ordonnance fut à nouveau utilisée sous la Restauration. Selon l'article 14 de la charte de 1814, elle désignait certains actes émanant de l'autorité royale nécessaires pour l'… Lire la suite
49.  ORDRE & DÉSORDRE DANS LA SOCIÉTÉ

Écrit par : Georges BURDEAU

Dans le chapitre "La dialectique de l'ordre et du mouvement"  : … en voient écartées. Ce n'est pas en effet la société elle-même qui pratique l'opération. Elle est subordonnée au pouvoir politique dont l'une des fonctions est, précisément, de décider quelles sont celles de ces forces dont les objectifs peuvent être assignés aux mécanismes responsables de l'ordre existant, quelles sont celles dont il convient d'… Lire la suite
50.  PARTIS POLITIQUES - Théorie

Écrit par : Michel OFFERLÉ

Dans le chapitre "Les partis contre la démocratie ?"  : … Les débats sur la nécessité d'une organisation soudée et disciplinée pour conquérir le pouvoir ont été les plus nombreux chez les fascistes (Hitler, Mussolini) et plus encore chez les intellectuels organiques (Antonio Gramsci), chez les révolutionnaires réfléchissant à la formation d'un parti de classe (Karl Marx) ou d'une organisation de… Lire la suite
51.  PATRIMOINE, art et culture

Écrit par : Jean-Michel LENIAUD

Dans le chapitre "Filiation, culte des morts et héritage"  : … morts – c'est en ce lieu que sont disposées les effigies royales et que les rois eux-mêmes peuvent être enterrés. Ainsi, l'exercice du pouvoir est lié à la possession des morts, dieux de la maison : à des siècles de distance, les nécropoles organisées par les dynasties modernes – Saint-Denis, Westminster, l'Escurial, la crypte des Capucins à… Lire la suite
52.  POLITIQUE - La philosophie politique

Écrit par : Éric WEIL

Dans le chapitre "L'État en lui-même : la politique pure et la formation du citoyen"  : … est-elle prise ? Sur quoi portent les choix ? Quand convient-il d'en prendre ? Dans quelles limites le choix est-il ouvert ? La série des questions semble infiniment étendue ; elle se réduit cependant à une racine commune, que l'on peut désigner par le concept de pouvoir (ou de l'autorité, celle-ci étant comprise comme ce qui, aux yeux… Lire la suite
53.  POLITIQUE - Les régimes politiques

Écrit par : Georges BURDEAU

Dans le chapitre "Structures sociales et mentales de la collectivité"  : … une caste ou une classe qui sera seule autorisée à parler au nom du peuple. Dans le premier cas, il y a démocratie, dans le second, il y a monocratie. Concrètement, la différence ressort du fait que, dans la démocratie, le pouvoir procède de la concurrence d'une pluralité de partis, tandis que, dans la monocratie, son assise est un parti unique… Lire la suite
54.  POLITIQUE - La communication politique

Écrit par : Jacques GERSTLÉ

Dans le chapitre "Des techniques aux pratiques"  : … Les pratiques mises en œuvre par les gouvernants et les gouvernés montrent clairement, toutefois, que la technique ne suffit pas à régir les usages qui se montrent en fait très dépendants des positions de pouvoir et des compétences politiques. Aussi faut-il bien distinguer entre la communication de conquête du pouvoir, notamment par le biais des… Lire la suite
55.  POLITIQUE - La science politique

Écrit par : Marcel PRÉLOT

Dans le chapitre "Conception dynamique"  : … contemporaine, le professeur Cook a cette affirmation péremptoire : « La notion de pouvoir est l'objet propre de la science politique. » Toutes ses branches ont un objet commun qui, sous ses divers aspects, est l'étude du pouvoir dans la société. Sa source, sa nature, ses fondements, son utilité, ses objectifs, ses effets… Lire la suite
56.  POLYARCHIE

Écrit par : Jean-Claude LAMBERTI

Ce terme a été introduit par le politologue américain Robert Dahl pour décrire le fonctionnement politique des sociétés industrielles occidentales. Les caractères constitutifs de la polyarchie sont la dispersion des sources du pouvoir, le droit pour tous de participer à la désignation des autorités politiques et une… Lire la suite
57.  POUVOIR

Écrit par : Catherine COLLIOT-THÉLÈNE

si la fin des guerres de Religion (traités de Westphalie, 1648) a tranché la question du pouvoir politique au bénéfice des premières (les princes), la conception séculière du pouvoir ainsi que les structures de son organisation (l'État) reconduisent des représentations et des structures antérieurement élaborées par les Pères de l'Église et dans… Lire la suite
58.  PRÉFET, France

Écrit par : Annie GRUBER

Institué en l'an VIII, le préfet succède à l'intendant de l'Ancien Régime. Véritable délégué du pouvoir central dans chaque département, principal agent de la centralisation, le préfet napoléonien est conçu comme essentiellement chargé de l'exécution des décisions ministérielles. Selon la formule de Chaptal, rapporteur de la… Lire la suite
59.  PROCÈS DE MAJESTÉ

Écrit par : Xavier LAPRAY

sa répression –, et de procès – qui témoignent de l'évolution de son application. C'est donc une pratique judiciaire qu'il s'agit d'examiner, mais c'est aussi de l'histoire de l'État romain qu'il est question : la majesté affirmant l'état de supériorité du pouvoir (I. Thomas), et les procès sa défense sur le plan pénal, c'… Lire la suite
60.  PRONUNCIAMIENTO

Écrit par : Charles LESELBAUM

Passé dans le vocabulaire politique international, le terme de pronunciamiento désigne en Espagne et en Amérique latine un coup d'État militaire qui fait appel à l'opinion publique ; l'auteur du coup d'État « prononçait » un discours qui marquait une prise de position politique partagée par la population, mais que celle-ci… Lire la suite
61.  PROTECTIONNISME

Écrit par : Bernard GUILLOCHON

Dans le chapitre "Protection à vendre "  : … autres biens (subventions aux importations ou taxations des exportations, selon les cas). Le gouvernement, quant à lui, offre une politique commerciale (taxes ou subventions à l'importation ou à l'exportation pour les diverses branches) et cherche, grâce à cette offre, à se faire réélire. Son choix résulte d'une « fonction de décision » qui dépend… Lire la suite
62.  P.S. (Parti socialiste), France

Écrit par : UniversalisFrédéric SAWICKI

très pragmatique, théorise ce grand écart en distinguant « conquête révolutionnaire du pouvoir » et « exercice du pouvoir ». Tirant un bilan critique du soutien apporté aux gouvernements radicaux, il considère qu'en dehors des situations où la République est menacée, les socialistes ne peuvent accepter d'exercer le pouvoir que s'ils sont en… Lire la suite
63.  RAISON D'ÉTAT

Écrit par : Pierre LEGENDRE

Notion ancienne de la tradition politique des Occidentaux. Le terme se trouve déjà chez Cicéron (consul en ~ 63), ratio reipublicae. D'autres expressions ou maximes, souvent empruntées au droit romain (utilité publique, raison de l'Empire, nécessité n'a pas de loi), furent les conducteurs du concept chez… Lire la suite
64.  SCHMITT CARL (1888-1985)

Écrit par : Jean-Louis SCHLEGEL

Dans le chapitre "Le décisionnisme"  : … Le « décisionnisme » de Schmitt s'inscrit absolument en faux contre un tel normativisme. « Est souverain celui qui décide de la situation exceptionnelle ». La phrase célèbre qui ouvre Théologie politique I signifie qu'à l'ordre juridique, ou à la norme, préexiste un sujet individuel prenant des décisions souveraines dans des… Lire la suite
65.  SÉNAT (France)

Écrit par : Arnaud LE PILLOUER

dans l'Esprit des lois, parce qu'agencée de telle sorte que « le pouvoir arrête le pouvoir ». C'est bien de cela qu'il s'agit : on craint les emportements, les passions, l'emballement d'une chambre unique (notamment démocratique) laissée à elle-même et portée, puisqu'elle ne rencontre par hypothèse aucune limite, à ne pas respecter ses propres… Lire la suite
66.  SERVICES SECRETS

Écrit par : Pascal LE PAUTREMAT

Dans le chapitre "Une pratique très ancienne"  : … Depuis des siècles, les chefs politiques font systématiquement appel à des agents chargés de collecter des renseignements, tant sur l'opinion de leurs sujets pour mesurer le sentiment d'hostilité susceptible d'amoindrir leur autorité que sur les puissances adverses La pratique des services de renseignements s'étend à tous… Lire la suite
67.  STRAUSS LEO (1899-1973)

Écrit par : Miguel ABENSOURMichel-Pierre EDMOND

Dans le chapitre "Un philosophe politique"  : … de la pensée et de conquérir des espaces de liberté en recouvrant la dignité du politique contre la menace d'une collectivisation totale sous la forme d'un État universel (Hegel) ou d'un État socialement homogène (Marx), sans cependant s'engager dans la voie aventureuse de l'appel au surhomme contre la venue du « dernier homme ». La possibilité de… Lire la suite
68.  TABOU

Écrit par : Daniel de COPPET

Dans le chapitre "Les tabous et la Loi"  : … politiques usent des tabous, sur lesquels ils assurent les conditions de la reproduction des systèmes de pouvoir. Pour ce faire, ils s'appuient sur les forces contradictoires de l'ambivalence qui fondent tout système normatif. Que les tabous frappent surtout les actes alimentaires, sexuels ou meurtriers, qui tous disposent d'un objet selon… Lire la suite
69.  VIOLENCE

Écrit par : Yves MICHAUD

Dans le chapitre "Violence, État et société"  : … de la règle. À l'évidence, il y a là une pensée de la guerre civile : toute autorité vaut mieux que la violence de tous contre tous. Cette tradition de pensée fait périodiquement surface pour rappeler, notamment aux moments de crise et de doute, que le pouvoir souverain a d'abord pour fonction d'interdire aux individus le recours à la violence. Lire la suite

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.