BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

POLYGAMIE

7.  Lévirat et sororat

On a déjà rencontré deux fois le lévirat et le sororat. D'abord à propos du schéma évolutionniste des types d'alliances matrimoniales ; le lévirat, qui oblige la veuve à épouser le frère de son mari défunt, et le sororat, qui oblige un homme à épouser les sœurs cadettes de sa femme, qu'elle soit en vie ou morte, seraient pour Tylor et Frazer des survivances du mariage par groupes (pour J. F. Helennan, le lévirat serait un reste de polyandrie et le sororat la forme première de la polygynie). Ensuite, lorsqu'on s'est posé le problème de savoir comment les jeunes gens pouvaient trouver une femme dans des sociétés où les vieux et les chefs accaparent les épouses, vu que la sex ratio est en général équilibrée et qu'il n'existe pas un surplus de femmes disponibles ; le lévirat est une des solutions qui permettent alors à un célibataire d'avoir une femme avant de contracter un autre mariage ; Denise Paulme a trouvé chez les Bete de la Côte-d'Ivoire deux maris qui totalisaient quatorze épouses, mais dont cinq étaient les veuves d'un aîné.

  Le cadet ou la cadette, substitut de l'aîné

Seulement, il faut bien distinguer, avec A. R. Radcliffe-Brown, un « vrai » et un « faux » lévirat. Le premier, celui qui est décrit dans la Bible (Ruth et Booz), n'a existé que chez les Hébreux et dans l'Inde ; il ne se retrouve aujourd'hui que dans quelques populations, comme les Nuer ou les Zoulous en Afrique : lorsqu'un homme meurt et que sa femme n'a pas dépassé l'âge d'enfanter, le frère du mari doit cohabiter avec la veuve afin de lui donner des enfants ; dans le vrai lévirat, la veuve reste la femme du mort, le frère n'est que son substitut, et les enfants sont tenus pour les fils du défunt ; il s'agit de perpétuer la lignée du mort et le culte des ancêtres lignagers (Genèse, xxxviii, 9). Dans le faux lévirat, qui est beaucoup plus répandu, il s'agit d'une espèce de mesure de secours mutuel entre frères et d'un moyen d'assurer la survie des veuves, trop vieilles souvent pour travailler ; le frère alors hérite bien des femmes de son frère défunt (si elles y consentent), mais, si elles sont encor […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  14 pages…

Pour citer cet article

Roger BASTIDE, « POLYGAMIE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/polygamie/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« POLYGAMIE » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Le droit antique
Dans le chapitre "La famille"
CHARLEMAGNE (742-814)
Dans le chapitre "Le souverain à « la barbe fleurie »"
ETHNOLOGIE - Ethnologie générale
Dans le chapitre "La monogamie et la prohibition de l'inceste"
ISLAM (La religion musulmane) - Les fondements
Dans le chapitre "Une abondante législation"
MARIAGE
Dans le chapitre "Les interdits matrimoniaux"
MORMONS
Dans le chapitre "Les mormons, la polygamie et le gouvernement fédéral"
MUNDUGUMOR
ORGANISATION SOCIALE
Dans le chapitre "Les formes composées de la famille"

Afficher la liste complète (8 références)

 

Voir aussi

 

Dictionnaire

Définition du mot "POLYGAMIE"

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média