BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

Chiffres du MondeAltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

POINÇONS, métaux précieux

Les premiers témoignages que l'on trouve en France d'une empreinte appelée poinçon datent du xiiie siècle ; ils attestent une reconnaissance de titre légal dans l'usage du métal précieux employé, or ou argent. Au cours du siècle suivant les documents laissent penser que, parallèlement, un autre poinçon, signature de l'orfèvre ou poinçon de maître, pouvait être apposé ; il deviendra obligatoire plus tard. Il existe dès lors deux catégories de poinçons : le poinçon-signature de l'artisan orfèvre, et le poinçon de contrôle attestant non seulement de l'usage d'un métal au bon titre, mais aussi du paiement d'une taxe ou impôt sur le poids de métal utilisé.

Les premiers poinçons de contrôle furent appelés poinçons de ville ou de communauté, et réglementés pour la communauté d'orfèvres parisiens par le prévôt de Paris, Étienne Boileau, vers 1260 ; saint Éloi en fut le patron. Le poinçon de ville reproduit en général les armes de la ville ou une sorte de rébus à partir de son nom : une tour pour la ville de Tours, les clés des armes d'Angers, ou un rat passant pour Arras. Certains poinçons reproduisent des lettres du nom de la ville, « M.O.P. » pour Montpellier. Ce poinçon était apposé par le garde de la communauté élu dans chaque communauté d'orfèvres de chaque ville. En 1355, le roi Jean le Bon introduit des modifications dans les statuts. Le poinçon de ville sera désormais accompagné d'une marque pour chaque orfèvre, représentant selon le choix de chacun une devise ou une lettre accompagnant un symbole : à Paris la fleur de lys couronnée est invariable ; en province rien n'est particulièrement fixé, mais la fleur de lys ou la couronne sont assez souvent employées, les orfèvres voulant imiter leurs collègues parisiens.

Les plus anciens poinçons de maître connus remontent aux années 1340-1350, à Paris comme en province. Certaines pièces du Trésor de Coeffort conservé dans la cathédrale du Mans comportent des poinçons provinciaux très lisibles à initiales et fleurs de lys, que l'on peut dater des dernières déce […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« POINÇONS, métaux précieux » est également traité dans :

CARRÉ LOUIS (1897-1977)

Écrit par :  Antoine TERRASSE

…  considérable, qui devait donner naissance à un grand ouvrage publié six années plus tard : *Les Poinçons de l'orfèvrerie françaises du XIVe siècle jusqu'au début du XIXe siècle. Devenu son propre éditeur, dirigeant lui-même la publication de ce livre, Louis Carré écrivit dans son avant-propos : « Il fallait… Lire la suite
ORFÈVRERIE

Écrit par :  Gérard MABILLE

…  donc nécessaire de surveiller de près la régularité du titre ou « aloi ». Ainsi s'expliquent les *poinçons, apparus dans l'empire byzantin dès le vie siècle, et dont l'usage se généralise en Europe au Moyen Âge. Quel que soit le pays considéré – France, Angleterre, Italie, Pays-Bas ou Espagne –, l'ensemble des poinçons apposés… Lire la suite
PALÉOCHRÉTIEN ART

Écrit par :  François BARATTEFrançoise MONFRINJean-Pierre SODINI

Dans le chapitre "Le triomphe de l'imagerie biblique"  : …  précédée quelques essais sporadiques, permet de saisir le rôle essentiel de Constantinople : ce* sont les poinçons d'argenterie, apposés sur certaines pièces par les services du Comte des Largesses sacrées, chargés dans la capitale impériale du contrôle sur les métaux précieux. Datés, ils permettent aussi une appréciation plus sûre de l'… Lire la suite
TITRES & GARANTIES, métaux précieux

Écrit par :  Catherine ARMINJON

… *Le pourcentage d'or ou d'argent contenu dans un alliage officiel est appelé « titre ». En France, sous l'Ancien Régime et jusqu'à la loi du 19 brumaire an VI (1797), il n'y avait qu'un seul titre pour l'or ainsi que pour l'argent. « Nul orfèvre ne peut ouvrer à Paris d'argent que ne soit aussi bon qu'esterling, ou meilleur », telle était l'… Lire la suite

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média