BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

POINÇONS, étain

En France, les pièces d'étain ont toujours comporté, en principe, au moins un poinçon : le poinçon de maître ou de « potier d'étain » ; le potier l'apposait dès 1382 sur les pièces de « bon aloy », c'est-à-dire d'étain fin. Les maîtres potiers devaient présenter leur poinçon aux jurés de la communauté et l'insculper sur une plaque de contrôle. Les pièces non marquées risquaient d'entraîner le paiement d'une amende. En 1643, obligation fut faite de marquer ETIN FIN sur les grands poinçons à côté du symbole évoquant le nom du potier (une poire pour un Poirier, par exemple) et la date de réception à la maîtrise. Le petit poinçon devait regrouper les initiales du maître, son symbole et P. pour Paris, ou l'initiale de la ville en province. En 1691, le poinçon doit comprendre le nom et la date d'admission à la maîtrise. Les potiers de certaines régions se reconnaissent par la présence permanente sur leur poinçon de motifs caractéristiques : par exemple l'ange pour la région de Strasbourg et de Lyon ; la croix de Lorraine pour Nancy ; la rose se trouvait un peu partout, elle était complétée par les inscriptions « étain fin », « cristallin », « d'Angleterre » ou « de Cornouailles », rappelant ainsi la provenance géographique du métal.

Dès le xive siècle, les potiers d'étain devaient présenter leurs produits aux maîtres jurés de leur corporation. Le poinçon de contrôle, introduit par Louis XIV en 1657, fut imposé en 1691 aux potiers provinciaux. Il concerne la qualité de l'étain utilisé : il est circulaire, comporte la date de 1691, le nom de la ville et la lettre F ou C pour marquer la qualité de l'étain : fin ou commun.

À Paris, le poinçon est plus varié. Les poinçons de contrôle sont supprimés après 1784 ; certains continuèrent à être utilisés au xixe siècle, sans signification légale. Pour les objets en étain à bas alliage, tels que les moules à chandelles, les mouchettes, les bougeoirs, les boutons, etc., l'alliage utilisé était la « claire étoffe » avec une teneur en é [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

 

Pour citer cet article

Catherine ARMINJON, « POINÇONS, étain  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/poincons-etain/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.