BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

PLASTIQUES

1.  Un premier âge

Vers le milieu du xixe siècle, la pénurie en ivoire devint préoccupante. En Europe et aux États-Unis, on en faisait notamment des boules de billard. Une firme qui produisait celles-ci, Phelan & Collander, lança un concours pour un produit de remplacement : l'inventeur recevrait 10 000 dollars, somme alors considérable. L'Anglais Alexander Parkes (1813-1890), inventeur prolifique, trouva en 1856 un ersatz, la Parkesine. Elle est faite de cellulose traitée par de l'acide nitrique – un « collodion » –, et l'incorporation d'éthanol (l'alcool ordinaire) comme solvant la rendait plastique. Cet ivoire artificiel valut à Parkes la renommée. Daniel Spill (1832-1887), qui fabriquait des imperméables pour son frère George, fut séduit par l'imperméabilité de la Parkesine. La société George Spill & Co, à Stepney Green, près de Londres, commença donc à la fabriquer. Mais cette matière demeurait onéreuse, en raison de l'alcool entrant dans sa composition. De plus elle avait pour défaut de se déformer et de se fissurer rapidement.

L'annonce du prix de Phelan & Collander mit l'Américain John Wesley Hyatt (1837-1920) en quête lui aussi d'ivoire artificiel. Comme Spill et Parkes, Hyatt incorpora du camphre au collodion. Mais il eut l'idée astucieuse, pour éviter l'ajout d'éthanol, d'additionner le camphre à chaud et sous pression. De ce fait, son produit ne présentait plus le vieillissement rapide de la Parkesine. Il le breveta et mit sur le marché en 1863 ce dérivé de la cellulose, sous le nom de Celluloïd. John W. Hyatt (qui s'associa son frère Isaich Smith) construisit des machines permettant de mouler le Celluloïd par injection. Fille de deux substances naturelles, la cellulose du bois et le camphre, la première matière plastique artificielle était née. La Parkesine ne soutint pas la concurrence. Sa fabrication cessa dès 1868. En 1870, les frères Hyatt fondèrent une première société à Albany, l'Albany Dental Plate Company. Sa principale production n'était pas [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  6 pages…

 

Pour citer cet article

Pierre LASZLO, « PLASTIQUES  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/plastiques/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« PLASTIQUES » est également traité dans :

ACROLÉINE
ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Plastique
Dans le chapitre "L'économie esthétique des plastiques"
BAEKELAND LEO HENDRIK (1863-1944)
BAKÉLITE
CATALYSE - Catalyse homogène
Dans le chapitre "Réactions de formation de liaisons carbone-carbone"
CHIMIE - Histoire
Dans le chapitre "La chimie moléculaire et la biochimie"
COLLAGE, physique
Dans le chapitre "Le traitement plasma"
ÉLASTOMÈRES ou CAOUTCHOUCS
Dans le chapitre "Caractéristiques fondamentales des élastomères"
EXTRÉMOPHILES
Dans le chapitre "Les polymères bactériens"
FROTTEMENT
Dans le chapitre "Données numériques et conclusions pratiques"
HABITAT - L'habitat contemporain
Dans le chapitre "Les plastiques"
INDUSTRIE - Industrialisation et formes de société
Dans le chapitre "Découvertes scientifiques et mutations techniques"
MATÉRIAUX
Dans le chapitre "L'artiste et le philosophe face au matériau"
MÉTHANOL ou ALCOOL MÉTHYLIQUE
MYLAR
NANOFIBRES PLASTIQUES HAUTEMENT CONDUCTRICES
NANOTECHNOLOGIES
Dans le chapitre "Les nanomatériaux structuraux"
NATTA GIULIO (1903-1979)
PHOTOGRAPHIE - Procédés argentiques
Dans le chapitre "Le nitrate de cellulose"
PLEXIGLAS
POLYMÈRES
REPPE WALTER (1892-1969)
STAUDINGER HERMANN (1881-1965)
ZIEGLER KARL WALDEMAR (1898-1973)

Afficher la liste complète (24 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.