BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

UDALL NICOLAS (1505-1556)

Le nom d'Udall, bien que ce maître d'école ait traduit du Térence (1533), préparé un divertissement en vers latins et anglais pour le couronnement d'Anne Boleyn (1533) et adapté les Apophtegmes d'Érasme (1466-1536) en 1542, n'est passé à la postérité que grâce à sa comédie Ralph Roister Doister, la première comédie « classique » en anglais, jouée en 1533, sans doute par les élèves de Westminster School, dont il était le directeur. Udall, ancien étudiant de Corpus Christi (Oxford), fit une carrière de pédagogue. Il était maître à manier les verges à Eton, où il eut quelques ennuis. Il en fut chassé, occupa divers postes dans l'Église, et finit directeur de Westminster School, où il écrivit ce petit chef-d'œuvre savoureux, qui présidait à la naissance de la comédie anglaise en plein âge Tudor.

L'expression comédie classique en anglais n'est pas une vaine formule. Ralph Roister Doister est, en effet, de construction classique, comme chez Plaute ou Térence. Les personnages recoupent les emplois traditionnels de la comédie latine, et les péripéties de l'intrigue obéissent aux mêmes règles, quiproquos, mystifications, bagarres, rendez-vous retardés ou manqués. Mais cela est coulé dans un moule typiquement anglais : climat de l'action, noms des personnages, robustesse de la langue, commérages, vives couleurs d'un réalisme qui se rend crédible par on ne sait quelles invraisemblances. On se croit vraiment dans un village anglais, où dame Christian Constance, veuve de solide vertu, entourée de la bande naïve et futée de ses servantes, subit à contre-cœur les assauts désordonnés du fanfaron Ralph Roister Doister (le miles gloriosus devenu le braggart), secondé par son fripon de valet, Matthew Merrygreek, moitié esclave de la comédie latine, moitié Vice des moralités, en tout cas prototype du parasite comique, voleur-menteur-intrigant, dont la postérité est longue et les avatars divers dans la comédie anglaise. Mais dame Constance ne cède pas : elle attend avec sérénité le retour de Gawyn Goodluck, son f [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

 

Pour citer cet article

Henri FLUCHÈRE, « UDALL NICOLAS - (1505-1556)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-udall/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« UDALL NICOLAS (1505-1556) » est également traité dans :

ÉLISABÉTHAIN THÉÂTRE

Écrit par :  Henri FLUCHÈRE

Dans le chapitre "La comédie"  : …  descendance. Il est repris dans Ralph Roister Doister (1550-1553) de Nicolas Udall (1505-1556), que l'on tient pour la première comédie anglaise. En effet, le fanfaron Roister Doister et le parasite Merrygreek sont autant des créatures du terroir que des résidus de la comédie latine. Cette farce savoureuse et naïve évoque déjà l'atmosphère d'un… Lire la suite

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.