BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

NICÉE (CONCILE DE)

Premier concile œcuménique, c'est-à-dire s'étendant à l'Église entière, le concile de Nicée (325) a été réuni par l'empereur Constantin, devenu maître de tout l'Empire, pour résoudre les problèmes qui divisaient alors les Églises d'Orient, problèmes disciplinaires et surtout problème dogmatique, celui de l'hérésie d'Arius. Sa décision la plus importante concerne la théologie trinitaire : le Fils fut déclaré « de même substance » que le Père. Si cette définition, d'abord contestée en Orient, dut attendre l'empereur Théodose (380) pour s'imposer comme essentielle à l'orthodoxie, le concile de Nicée, important d'autre part par ses canons ou décisions en matière de discipline, créa un précédent qui explique la convocation des conciles œcuméniques ultérieurs et, jusque dans les détails, la procédure qu'ils suivront.

1.  Constantin et le concile

Après sa victoire sur Licinius (sept. 324), Constantin achève d'étendre sa domination à tout l'Empire romain en annexant les provinces orientales ; il y trouve les Églises chrétiennes profondément divisées sur des questions de discipline ecclésiastique, comme la fixation de la date de Pâques, par l'existence en Égypte du schisme mélétien, séquelle de la grande persécution de Dioclétien, et surtout par les contestations entre partisans et adversaires d'Arius ; ce prêtre d'Alexandrie avait été condamné quelques années ou quelques mois plus tôt par son évêque Alexandre pour sa doctrine subordinatianiste, mais était soutenu par bon nombre de théologiens faisant autorité, évêques en Palestine ou en Asie Mineure.

Déjà sans doute sinon converti, du moins favorable au christianisme, Constantin se préoccupa de rétablir la paix et l'unité de l'Église ; il envoya son conseiller ecclésiastique, l'évêque espagnol Ossius de Cordoue, enquêter sur la situation à Alexandrie. Vu l'intensité de la querelle, il lui parut nécessaire de convoquer un concile œcuménique, rassemblant non plus seulement comme les conciles précédents les évêques d'une province ou  […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  3 pages…

Pour citer cet article

Henri Irénée MARROU, « NICÉE (CONCILE DE)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicee-concile-de/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« NICÉE CONCILE DE (325) » est également traité dans :

CONCILE DE NICÉE

Écrit par :  Jean-Urbain COMBY

Le premier concile œcuménique (universel) convoqué à Nicée en Bithynie par l'empereur Constantin veut donner une solution à la controverse née des opinions du prêtre Arius d'Alexandrie, condamnées en 318. Celui-ci, voulant sauvegarder le monothéisme biblique, affirme que le Père est le seul à être sans commencement et que le Fils, le Verbe engendr… Lire la suite
ARIANISME

Écrit par :  Michel MESLIN

Dans le chapitre "L'ὁμοούσιος nicéen"  : …  Constantin, qui venait de réunir sous son unique pouvoir l'ensemble du monde romain, convoqua à *Nicée un concile œcuménique pour fixer les termes mêmes de la théologie trinitaire (325). Malgré la répugnance des théologiens orientaux, il impose comme dogme de foi la croyance en l'ὁμοούσιος, c'est-à-dire que « Jésus-Christ est le Fils de Dieu,… Lire la suite
CONCILE

Écrit par :  Bernard DUPUY

Dans le chapitre "Les conciles œcuméniques"  : …  parler du concile de Jérusalem (49), qui a une place à part, normative, on a toujours regardé le *concile de Nicée comme ayant une importance unique, à cause de sa définition de la divinité du Christ. Il y a aussi une primauté des quatre premiers conciles –  Nicée, Constantinople, Éphèse, Chalcédoine – qui ont établi les fondements de la… Lire la suite
ORIENT ÉGLISES CHRÉTIENNES D'

Écrit par :  Irénée-Henri DALMAISHervé LEGRAND

Dans le chapitre "Du modèle impérial aux autocéphalies"  : …  acquise au début du ive siècle. Elle fut sanctionnée par les canons 4 et 5 du *concile de Nicée (325), qui reconnaissait par ailleurs les primaties plus étendues des sièges d'Alexandrie, Rome et Antioche (canon 6). Les conciles d'Éphèse (431), de Constantinople (canons 2 et 3) et de Chalcédoine confirmèrent cette structure,… Lire la suite
OSSIUS DE CORDOUE (256 env.-357/58)

Écrit par :  Pierre Thomas CAMELOT

… *Évêque de Cordoue, confesseur de la foi durant la persécution de Maximien (303-305), Ossius (et non pas Osius ni Hosius) devint le conseiller théologique de Constantin, qui l'envoya en Orient pour tenter de régler l'affaire d'Arius. Il joua un rôle de premier plan au concile de Nicée (325), où il fit définir le « consubstantiel » (homoousiosLire la suite
PATRIARCATS

Écrit par :  Hervé LEGRAND

Dans le chapitre "Formation des patriarcats"  : …  parmi lesquelles certaines tiennent une place éminente, qui sera reconnue par le canon 6 du *concile de Nicée (325) : les trois capitales d'alors, Rome pour l'Occident, Alexandrie pour l'Égypte et Antioche pour le diocèse (civil) d'Orient, se voient attribuer une place privilégiée dans l'organisation ecclésiastique, sans autre motivation que… Lire la suite
TRINITÉ

Écrit par :  Hervé SAVON

Dans le chapitre "La fixation du dogme"  : …  Christ n'est Dieu que nominalement, comment attendre de lui une véritable divinisation de l'homme ? *Arius fut condamné en 325 par un concile réuni à Nicée. Ce premier « concile œcuménique » adopta une formule de foi, où on lit notamment : « Nous croyons [...] en un seul Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, engendré Fils unique du Père, c'est-à-dire… Lire la suite

Afficher la liste complète (7 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média