BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

DUCHENNE MYOPATHIE DE

Ce sujet est traité dans les articles suivants :

1.  GÉNÉTIQUE

Écrit par : Axel KAHNPhilippe L'HÉRITIERMarguerite PICARD

Dans le chapitre "À partir des gènes d'eucaryotes"  : … sont responsables chez l'homme de la myopathie liée au chromosome X, ou maladie de Duchenne de Boulogne. Le rapport entre la taille des exons et des introns est également très variable, allant de valeurs supérieures à 1 (plus de séquences exoniques qu'introniques, par exemple pour le gène de l'hormone antimüllérienne) à des valeurs inférieures à 1… Lire la suite
2.  HÉRÉDITÉ

Écrit par : Charles BABINETLuisa DANDOLOJean GAYONSimone GILGENKRANTZ

Dans le chapitre "Maladies liées à l'X"  : … Parmi les nombreuses maladies récessives liées à l'X, la dystrophie musculaire de Duchenne (D.M.D.), individualisée vers 1860 par le neurologue Guillaume B. Duchenne de Boulogne, est l'une des mieux connues et des plus sévères (cf. myopathies). Chez les garçons atteints, la dégénérescence musculaire… Lire la suite
3.  MALADIES MOLÉCULAIRES

Écrit par : Jean-Claude DREYFUSFanny SCHAPIRA

Dans le chapitre "Les méthodes d'étude des anomalies"  : … soit dans l'étude des myopathies de Duchenne, où on a pu montrer le maintien du « type fœtal » de nombreuses enzymes (Dreyfus et coll., Schapira et coll.), lequel type fœtal n'est que la conséquence de lésions génétiques pouvant toucher des protéines non enzymatiques appartenant au cytosquelette des fibres… Lire la suite
4.  MUSCLES

Écrit par : Jean RAIMBAULTBernard SWYNGHEDAUW

Dans le chapitre "Les dystrophies musculaires progressives"  : … La myopathie de Duchenne de Boulogne, la plus anciennement décrite, représente la forme la plus fréquente et sans doute la plus grave, du moins en Europe, puisqu'elle affecte un nouveau-né masculin sur 6 000, soit environ un enfant sur 12 000 naissances. C'est une maladie héréditaire transmise sur le mode récessif lié au sexe… Lire la suite
5.  MYOPATHIES

Écrit par : Gisèle BONNEValérie DECOSTREAnne LOMBÈS

Dans le chapitre "L'apport de la génétique moléculaire"  : … à son gène. C'est avec l'identification du gène de la dystrophine, responsable de la dystrophie musculaire de Duchenne de Boulogne, que le « clonage positionnel » a pris son essor. Le principe ici n'est plus de découvrir le gène à partir de la protéine qu'il code, mais de localiser sur le génome la région chromosomique contenant le gène en cause… Lire la suite

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.