BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

Chiffres du MondeAltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

MYCOBACTÉRIES

Les mycobactéries sont des micro-organismes de grande importance écologique et médicale. De nombreuses espèces habitent les milieux naturels sans faire preuve de propriétés pathogènes : ce sont des saprophytes. D'autres peuvent causer des infections opportunistes chez les malades immunodéprimés, mais d'autres encore sont strictement parasites, et certaines, très pathogènes, produisent des maladies graves chez l'homme et les animaux (tabl. 1).

1.   Classification

Les mycobactéries se distinguent des Actinomycètes par l'absence complète de tout mycélium aérien, et se présentent le plus souvent sous la forme de bâtonnets (2 à 5 μm de long sur 0,2 à 0,3 μm de large) positifs à la coloration de Gram et résistants à l'alcool acide (acido-alcoolo résistance). Dans la méthode de Ziehl-Nielsen, ces bacilles colorés en rouge par la fuchsine retiennent cette coloration en présence du mélange acide chlorhydrique-éthanol, qui décolore les autres micro-organismes. Runyon a classé les mycobactéries selon deux critères (fig. 1) : vitesse de croissance et synthèse de pigments. Les mycobactéries à croissance lente qui forment des pigments soit à la lumière (photochromogènes), soit à l'obscurité (scotochromogènes) représentent les groupes I et II. Les organismes à croissance lente non pigmentés (non-chromogènes) et ceux à prolifération rapide constituent les groupes III et IV. Mycobacterium leprae, le bacille de la lèpre, est rangé dans un Ve groupe, sa culture in vitro n'ayant jamais pu être réalisée. Les mycobactéries d'importance médicale ou écologique faisant partie des groupes de Runyon sont mentionnées au tableau 2, qui spécifie également leur caractère pathogène éventuel.

2.   Constituants des mycobactéries

La cellule mycobactérienne contient un cytoplasme renfermant le génome (une molécule d'ADN bicaténaire circulaire) et les ribosomes. Le cytoplasme est enveloppé d'une membrane mince et déformable entourée à son tour par une paroi épaisse et rigide conférant à la cellule sa forme et sa résistance. L'architecture cellulaire des mycobactéries ressemble à celle des Corynébactéries et […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  6 pages…

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« MYCOBACTÉRIES » est également traité dans :

ACTINOMYCÈTES

Écrit par :  Hubert A. LECHEVALIER

Dans le chapitre "Les Actinomycètes pathogènes"  : …  carie des bois. Les deux maladies humaines les plus sérieuses causées par des Actinomycétales sont* la tuberculose (Mycobacterium tuberculosis et autres mycobactéries) et la lèpre (Mycobacterium leprae). Secondes en importance sont les actinomycoses humaines et animales causées par plusieurs espèces d'Actinomyces (ALire la suite
BACTÉRIES

Écrit par :  Jean-Michel ALONSOJacques BEJOTPatrick FORTERRE

Dans le chapitre "Physiologie des populations bactériennes"  : …  certaines espèces bactériennes ne sont pas cultivables sur milieux artificiels ; c'est le cas de *Mycobacterium leprae, agent de la lèpre, ou de Treponema pallidum, agent de la syphilis non cultivable in vitro. D'autres bactéries authentiques, autrefois classées dans les virus, les Rickettsiales, parasites obligatoires des… Lire la suite
BACTÉRIOLOGIE

Écrit par :  Jean-Michel ALONSOJacques BEJOTMichel DESMAZEAUDDidier LAVERGNEDaniel MAZIGH

Dans le chapitre "L'isolement des bactéries"  : …  ) sont isolées par ensemencement sur cultures de cellules eucaryotes, mais d'autres telles que Treponema pallidum (agent de la syphilis) ou *Mycobacterium leprae (agent de la lèpre) et sans doute d'autres agents encore insoupçonnés ne bénéficient, à ce jour, pas encore de milieux définis permettant leur croissance in vitro… Lire la suite
DÉFICIENCE IMMUNITAIRE AUTO-IMMUNE

Écrit par :  Chantal GUÉNIOT

…  sécrétée par les cellules immunitaires joue un rôle essentiel dans les défenses de l'organisme contre les *mycobactéries et d'autres germes comme les salmonelles. Une étude publiée dans le New England Journal of Medecine (vol. 367, pp. 725-734, 2012) confirme l'existence de ce nouveau syndrome en Thaïlande et à Taïwan, et précise ses… Lire la suite
LEDERER EDGAR (1908-1988)

Écrit par :  Pierre LASZLO

…  sur l'essence de jasmin, les sesquiterpènes du géranium bourbon, puis l'arôme du cacao. Peu *après son retour à Paris en 1947, il se mit à étudier les mycobactéries. Le genre Mycobacterium inclut des germes responsables de la peste et de la tuberculose. Avec Jean Asselineau, Lederer commença l'étude des lipides de la paroi… Lire la suite
LÈPRE

Écrit par :  Nicole BOURCART

Dans le chapitre "Agent pathogène de la lèpre"  : …   ». Dénommé Mycobacterium leprae, il appartient comme le bacille tuberculeux au genre des *mycobactéries (classe des Actinomycétales, d'après la classification de Bergey, 1957), caractérisées par une constitution ciro-graisseuse qui leur confère, lors de la coloration par la méthode de Ziehl-Nielsen, une propriété tinctoriale particulière… Lire la suite
PARASITISME

Écrit par :  Claude COMBESLouis EUZETGeorges MANGENOT

Dans le chapitre "Bactéries, Champignons et Végétaux proprement dits"  : …  les grands groupes fongiques. Les 5 p. 100 qui restent sont des Bactéries (Eubacteria et *Mycobacteria seulement ; cf. bactéries), des Algues (très peu nombreuses : quelques Dinophycées, Chlorophycées et Rhodophycées), une Gymnosperme (Podocarpus ustus, de Nouvelle-Calédonie), des Angiospermes dicotylédones (… Lire la suite
RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Pathologie

Écrit par :  Raoul KOURILSKY

Dans le chapitre " Tuberculose pulmonaire"  : …  agent plus subtil qui s'y trouve contenu et qui échappe à nos sens ». Cette découverte arrivait à l'heure de la bactériologie naissante. La prescience de Villemin fut sanctionnée en 1882, lorsque R. Koch découvrit *Mycobacterium tuberculosis, germe pathogène spécifique, dans les lésions et les produits tuberculeux de l'homme et des animaux… Lire la suite
TUBERCULOSE

Écrit par :  Jean BRETEYCharles COURY

Dans le chapitre "Le bacille tuberculeux"  : …  de la lèpre, le bacille tuberculeux bovin et les nombreux bacilles apparentés dits atypiques, au genre des *mycobactéries. On appelle bacille de Koch (B.K.), du nom du savant allemand qui l'a découvert en 1882, le germe pathogène responsable de la tuberculose humaine. Certaines tuberculoses animales (bovine, par exemple) en dépendent néanmoins… Lire la suite
TUBERCULOSE MULTIRÉSISTANTE

Écrit par :  Gabriel GACHELIN

La tuberculose est une maladie grave provoquée par une *mycobactérie appelée Mycobacterium, appartenant au groupe tuberculosis, découverte par Robert Koch en 1882. Elle affecte surtout les poumons, mais peut atteindre les os (mal de Pott) et de nombreux autres organes. Maladie à… Lire la suite

Afficher la liste complète (10 références)

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média