BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

Chiffres du MondeAltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

MULTIPLICATION VÉGÉTATIVE

3.  Avantages et inconvénients

De la propriété de reproduction « conforme » de l'information génétique découle un certain nombre de conséquences. Dans les conditions naturelles, les plantes présentant ce mode de reproduction sont dans une situation éminemment favorable pour conquérir un biotope à partir d'un individu dont le génotype est bien adapté aux conditions de ce site. Cela est particulièrement évident quand la multiplication végétative est réalisée par des organes de résistance permettant le passage par des conditions écologiques difficiles ou lorsque les conditions écologiques sont incompatibles avec la reproduction sexuée.

Elle permet d'assurer la conservation théoriquement « indéfinie » de végétaux auxquels le patrimoine génétique interdit la reproduction sexuée : triploïdes (bananiers), hybrides inféconds (clémentines, raisins, oranges sans pépins), ou la propagation d'individus d'un seul sexe d'une espèce dioïque (élodée).

Grâce à elle, l'homme a pu multiplier des individus végétaux formés d'une mosaïque ordonnée de cellules de divers génotypes. De telles combinaisons, dites chimères, plus particulièrement celles « périclines », constituées d'« emboîtements » de tissus de structures génétiques différentes, sont très fréquentes chez les plantes cultivées (pommiers, œillets, érables, sansevières, etc.) et ne peuvent être conservées que par cette voie. De ce fait, la multiplication végétative ouvre des possibilités quant à l'introduction de variations. On peut, en effet, l'employer pour la sélection de certaines formes de fonctionnement de l'information génétique, ce qui a certainement déjà été utilisé empiriquement dans les pratiques de l'horticulture. Récemment, on a montré que les processus d'adaptation de certaines Graminées (Panicum maximum) à diverses conditions écologiques passaient, pour une part importante, par des différenciations transmises par multiplication végétative banale (marcottes) et, pour une autre, par des graines apomictiques. Notons, enfin, que de […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  3 pages…

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« MULTIPLICATION VÉGÉTATIVE » est également traité dans :

ADVENTIFS ORGANES
AQUACULTURE
Dans le chapitre "La culture de l'algue rouge nori, Porphyra tenera, au Japon"
BASIDIOMYCÈTES
Dans le chapitre "Les Urédinales"
BOURGEONS
Dans le chapitre "Multiplication végétative"
CHAMPIGNONS
Dans le chapitre " Les structures reproductrices et la classification générale des champignons"
CLONAGE
DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement végétal
Dans le chapitre "Un développement itératif"
DIASPORES, botanique
HORTICULTURE ORNEMENTALE
Dans le chapitre "Bouturage et greffage"
HYDROPHYTES ou HYGROPHYTES
MÉRISTÈMES
PHYTOGÉNÉTIQUE
Dans le chapitre "Expression phénotypique : structuration et variabilité d'expression des gènes chez les végétaux supérieurs"
PLANTES VIVACES
REPRODUCTION, biologie
Dans le chapitre " La reproduction asexuée"
RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES - Réserves végétales
Dans le chapitre "Réserves destinées à la reproduction"
STOLON
VIROSES VÉGÉTALES
Dans le chapitre "Incidence économique"
ZOOSPORES

Afficher la liste complète (18 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média