BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

MIME ET PANTOMIME

La pantomime, la mime sont des formes d'expression par gestes sans recours à la parole ; par extension, au théâtre, la pantomime elle-même constitue l'argument interprété par l'acteur – le pantomime ou, par contraction, le mime –, en fonction d'une histoire dramatique de composition (le mimodrame) ou d'un ensemble de situations comiques, sans intrigue et sans dénouement, animées par la verve de l'interprète (la pantomime sautante ou acrobatique, l'arlequinade). Si haut que cette forme remonte dans les lointains de l'humanité, elle n'a pris identité que dans la Grèce du ve siècle avant J.-C., d'où elle gagna Rome pour s'épanouir en Occident, non qu'elle se limite à ce continent, comme en témoignent les études consacrées au théâtre d'Afrique et d'Asie.

1.  Origines antiques

Au cours des siècles, l'art de la pantomime ne s'est pas figé ; il a changé de contenu selon les époques et les circonstances. Bien qu'on attribue l'invention de cette forme théâtrale au poète grec Sophron de Syracuse (ve s.), on peut soutenir qu'elle existait bien avant lui. De tout temps, l'acteur placé dans un cadre de grande dimension doit multiplier ses gestes pour être compris ; il recourait parfois à un masque accusant ses traits, à un costume traditionnel caractérisant son personnage. Les mimes grecs, dans des scènes réduites à quelques types sociaux, animaient des parodies, ridiculisaient les travers de leurs contemporains. Ces imitations, servies par des mimes de plus en plus nombreux mais de moins en moins capables, passèrent de la caricature plaisante à la parodie si grossière que les auteurs de pantomimes comprirent la nécessité d'en relever l'esprit par la comédie de mœurs et de situations, ainsi que par des sujets touchant à la tragédie et à la religion. On y parlait peu, mais on y parlait encore.

À Rome, sous la République, la parodie des personnages appartenant à la classe dominante s'étendit à l'expression des sentiments sous les traits du niais, de l'amoureux, de l'avare, et à la raillerie de types populaires : belluaire, a [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  4 pages…

 

Pour citer cet article

Tristan RÉMY, « MIME ET PANTOMIME  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mime-et-pantomime/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« MIME ET PANTOMIME » est également traité dans :

ANGIOLINI GASPARO (1731-1803)

Écrit par :  Universalis

celles qui sont proposées par son rival, le chorégraphe Jean-Georges Noverre. Apôtre du ballet-pantomime, Angiolini défend la possibilité pour la danse de tout dire par elle-même et prône une pantomime chorégraphiée dite « mesurée », alors que Noverre promeut une pantomime « marchée » juxtaposée à une « danse d'expression ». En dépit de leurs… Lire la suite
ARLEQUIN

Écrit par :  Nicole QUENTIN-MAURER

Personnage de la comédie italienne, très populaire en France. Arlequin, valet bouffon, habituellement superstitieux et pleutre, propre aux Bergamasques, garda, en passant en France au xviie siècle, son costume traditionnel : le masque noir aux paupières étroites, le chapeau de… Lire la suite
BOULEVARD THÉÂTRE DE

Écrit par :  Daniel ZERKI

Dans le chapitre "L'âge tendre (1789-1814)"  : …  de Loaisel de Tréogate. Dès 1792, on pratiquait dans ce théâtre un genre paradoxal : la pantomime parlée. Ces pantomimes étaient à grand spectacle : elles comprenaient de nombreux décors, des costumes, de la musique, des ballets, des intermèdes acrobatiques ; on y voyait des mimes et des comédiens ; on y riait, on y pleurait. Elles donnèrent… Lire la suite
CHORÉGRAPHIE - L'art de créer les gestes

Écrit par :  Agnès IZRINE

Dans le chapitre "Les origines de la chorégraphie"  : …  le ballet-tragédie, qui sont les héritiers du ballet de cour puisque l'on y parle encore, vont être progressivement remplacés par le ballet-pantomime au cours du xviiie siècle. La chorégraphie seule, aidée de la pantomime, doit alors prendre en charge la totalité du programme narratif sans le moindre mot. Les premières tentatives ont lieu en… Lire la suite
CLOWN

Écrit par :  Tristan RÉMY

Dans le chapitre "Auguste la victime triomphe"  : …  La disparition vers 1860 des spectacles de pantomime permet au cirque d'engager les derniers mimes, qui apportent au répertoire clownesque, fort pauvre encore, une somme de canevas et de traditions qui émaillaient et rendaient drôles les arlequinades acrobatiques. Les clowns s'en emparent et les accommodent à l'optique et à l'acoustique du cirque,… Lire la suite
COMMEDIA DELL'ARTE

Écrit par :  Robert ABIRACHED

Dans le chapitre "Les troupes et leur répertoire"  : …  Héritières d'une tradition qui remonte aux atellanes et aux pantomimes de la Rome antique, les troupes de la commedia dell'arte sont, à leur origine, presque toutes itinérantes. Vouées au voyage comme les jongleurs, les funambules et les marchands d'orviétan, elles parcourent l'Italie dans tous les sens, soit qu'elles… Lire la suite
DANSE

Écrit par :  Marie-Françoise CHRISTOUTSerge JOUHET

Dans le chapitre "Les danses imitatives"  : …  Le deuxième type de danse religieuse a un caractère imitatif et implique de la part des exécutants des dons d'acteur. Il suppose généralement le port de déguisements, de masques ou tatouages, d'accessoires évocateurs. Grâce au geste imitatif, le danseur croit capter une force et l'asservir. En concentrant son énergie, il… Lire la suite
DECROUX ÉTIENNE (1898-1991)

Écrit par :  Armel MARIN

Le mime Étienne Decroux n'a cessé de lutter pour la rénovation de l'art du mime. Selon ce maître de Jean-Louis Barrault et de Roger Blin, « après Deburau, le mime est devenu acteur ». Allant à l'encontre de la mimotechnique de Wague, qui accorde au minimum de gestes un maximum d'expression, le « mime véritable » de Decroux s… Lire la suite
FUNAMBULES

Écrit par :  Jean BAUDEZ

On appelle funambules les danseurs et danseuses de corde. La danse de corde, sans doute la plus ancienne des spécialités acrobatiques, demeure, des siècles durant, la plus populaire. Elle fait fureur à la fin du xviiie siècle ; elle triomphe sous l'Empire. Il n'est point de… Lire la suite
JAPON (Arts et culture) - La littérature

Écrit par :  Jean-Jacques ORIGASCécile SAKAIRené SIEFFERT

Dans le chapitre "De l'épopée au théâtre"  : …  l'influence des bugaku, toutefois, s'étaient formées des sortes de pantomimes dansées populaires et, vers 1350, deux écoles s'en partageaient l'exécution ; ces écoles différaient surtout par le style de leur interprétation : le dengaku no nō et le sarugaku no nō. La rivalité qui les opposait les incita à… Lire la suite
LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - Le théâtre

Écrit par :  Jacques LACARRIÈRE

Dans le chapitre "Origines et genres"  : …  les types grecs. Elles sont de facture beaucoup plus populaire que leur modèle grec, et les techniques italiques, mime, pantomime, danse, chants, y jouent un rôle déterminant. Par le fait, les personnages sont à la fois traditionnels et marginaux, issus des milieux populaires : courtisanes, esclaves, affranchis, soldats, proxénètes. Là encore, l'… Lire la suite
MARCEAU MARCEL (1923-2007)

Écrit par :  Didier MÉREUZE

Dans le chapitre "Une longue tradition"  : …  Maître incontesté du mime ou plutôt du mimodrame, Marcel Marceau a redonné ses lettres de noblesse à un art qui semblait figé dans le souvenir du boulevard du crime. Se rattachant directement à Deburau, et avant lui au Pierrot des Italiens et de Watteau, il avait su lui insuffler une poétique… Lire la suite
OPÉRETTE

Écrit par :  Sylvie FÉVRIER

Dans le chapitre "Les origines"  : …  Germain et la foire Saint-Laurent, où les badauds trouvent toutes sortes de distractions, y compris de petits spectacles montés sur des tréteaux. Ces spectacles tiennent de la pantomime, de la chanson ou de la satire : le « chansonnier » qui s'attaque de préférence aux gens en place et qui brocarde les politiques est un type éternel en France… Lire la suite
PIERROT

Écrit par :  Jean-Paul MOURLON

Personnage de la commedia dell'arte, le plus souvent jeune valet rêveur et poétique. Amant malheureux de Colombine, il est en butte aux facéties des autres personnages. Son costume comprend une veste blanche, à gros boutons sur le devant, une fraise, un pantalon flottant et un… Lire la suite
SAQUI LES (XVIIIe-XIXe s.)

Écrit par :  Jean BAUDEZ

En 1791, un Lalanne (d'une famille de bateleurs parisiens) qui tient l'emploi de premier danseur chez Nicolet sous le nom de Navarin le Fameux, présente sa fille Marguerite (1786-1866), alors âgée de cinq ans. Portée à bout de bras, elle se renverse en arrière pour saisir entre ses lèvres une pièce que son père tient entre ses dents. Peu après… Lire la suite
TÉRENCE (-190 env.-env. -159)

Écrit par :  Barthélemy A. TALADOIRE

Dans le chapitre "Les illustrations des manuscrits"  : …  par le caractère des postures, les documents iconographiques de la comédie italienne. C'est aussi le retour de quelques attitudes, où l'on peut soupçonner la trace d'une tradition mimique. Ces attitudes sont notées, et, pour ainsi dire, stylisées avec une outrance dans l'expression, qui répond tout à fait à celle que laissent deviner certaines… Lire la suite
WEDEKIND FRANK (1864-1918)

Écrit par :  Philippe IVERNEL

Dans le chapitre "Le recours au cirque"  : …  1891 et 1895, Wedekind se prend d'une curiosité redoublée pour les arts réputés mineurs : les variétés, le cirque. Dans sa pantomime L'Impératrice de Terre-Neuve, une jeune impératrice se trouve guérie grâce à un haltérophile de la mélancolie engendrée par les conventions : situations burlesques, gags en cascade, rythmes trépidants soulignent la… Lire la suite

Afficher la liste complète (17 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.