BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

MALI

3.   Le Mali depuis l'indépendance

Depuis l'indépendance jusqu'à 1990, année qui verra l'émergence d'un pluralisme politique, le Mali a vécu sous deux régimes autoritaires : l'un de type socialiste, sous la direction de Modibo Keita, l'autre de type militaire, sous la direction de Moussa Traoré.

  Le socialisme de Modibo Keita

La première République du Mali fut marquée par une tentative de transformation radicale de la société : il s'agissait de s'affranchir des structures laissées par la colonisation, et d'affirmer l'indépendance du pays. Le parti de Modibo Keita, l'U.S.-R.D.A., devint parti unique de fait. Il était censé jouer un rôle de premier plan dans la construction du socialisme : c'était en son sein qu'étaient définies les grandes options économiques, sociales et politiques ; c'était lui qui était chargé d'encadrer la population.

Dès l'indépendance, le régime élabora une politique économique ambitieuse qui prévoyait un taux de croissance annuel de 8 p. 100 et reposait sur la création de sociétés d'État. Ainsi furent constitués la Somiex (Société malienne d'import-export), qui avait le monopole de l'import-export, l'O.P.A.M. (Office des produits alimentaires du Mali), qui disposait du monopole d'achat et de distribution des céréales, et Air Mali et la Régie des transports du Mali.

Pour ce qui était de l'agriculture, l'accent fut mis sur la mise en place de coopératives et de groupements ruraux de secours mutuel, encadrés par le parti. On attendait de ces réformes qu'elles permettent de dégager des surplus de nature à financer l'industrialisation.

Dans le domaine monétaire et bancaire, le régime chercha à se défaire de l'influence française : le système bancaire fut nationalisé et le franc malien quitta la zone franc.

Cependant, cette politique se solda par un échec retentissant. Les sociétés d'État devinrent un gouffre financier et aboutirent à une bureaucratisation stérile de la vie économique pour le seul profit d'une classe pléthorique de fonctionnaires. La production agricole stagna, et l'État dut avoir recours à d'importants achats à l'étranger, déséquilibrant ainsi la balance des paiements et la balan […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  13 pages…

Pour citer cet article

Pierre BOILLEY, François BOST, Christian COULON, « MALI  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mali/

Offre essai 7 jours

« MALI » est également traité dans :

MALI - Chronologie (1990-2008)
MALI - Actualité (2009)
MALI - Actualité (2010)
MALI - Actualité (2011)
ADRAR DES IFORAS
AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles
Dans le chapitre "L'art dogon"
BAMAKO
BAMBARA
Dans le chapitre "Une identité sociale relative"
BOBO
DOGON
FRANCE - L'année politique 2013
Dans le chapitre "La France dans le monde"
GAO
INDÉPENDANCE DE L'AFRIQUE NOIRE FRANÇAISE - (repères chronologiques)
KEITA MODIBO (1915?-1977)
KEÏTA SEYDOU (1921 env.-2001)
MALI EMPIRE DU (XIe-XVIIe s.)
MALINKÉ
MANDÉ
MAURES, ethnie
SAHARA
SAHEL
Dans le chapitre "Les activités humaines"
SÉNÉGAL, fleuve
SENOUFO ou SENUFO
SONINKÉ ou SARAKHOLÉ
STATUAIRE DOGON (Mali)
TOMBOUCTOU
TOUAREGS
Dans le chapitre "Intégration forcée ou marginalisation"

Afficher la liste complète (27 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média