BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

MAÂT

Média

Média de cet article dans l'Encyclopædia Universalis :

 

Gracieuse déesse égyptienne, représentée anthropomorphe généralement assise et coiffée d'une plume d'autruche qui écrit le hiéroglyphe de son nom, MaâtMaât est parfois représentée agenouillée, ailée et coiffée du disque solaire. Les premières mentions de cette déesse sont attestées dans les Textes des pyramides sous l’Ancien Empire.

MaâtDessin

MaâtMaât, déesse égyptienne coiffée d'une plume d'autruche, représente la norme, l'ordre divin auquel tous doivent se soumettre pour la bonne marche de l'Univers.

Crédits: Encyclopædia Universalis France Consulter

Maât symbolise l'ordre, la justice et la vérité : l'ordre immuable du monde auquel tous doivent se conformer, l'ordre qui est « l'expression idéologique normale des sociétés asiatiques » (J. Chesnaux). Elle est l’offrande divine par excellence. Elle est le ka de , son énergie vitale. Elle compte parmi les déesses dites « Filles de Rê », qui incarnent son œil brûlant manifesté dans l’uræus (cobra en fureur). Mais, elle est aussi fille d’Atoum au moment de la naissance ordonnée de l’Univers, et se trouve ainsi assimilée à Tefnout. Dans le nome d’Hermopolis, elle est la parèdre du dieu Thot.

Il n'est pas exagéré de dire que la notion de Maât, de norme, surdétermine l'ensemble de l'idéologie égyptienne. Le monde a été créé en conformité avec Maât. L'ensemble des rites, ainsi que des actes du souverain, vise à maintenir Maât contre les forces du mal tant au niveau politique qu'au niveau religieux. Le vizir, premier juge d'Égypte, s'appelle « prêtre de Maât » et porte l'image de celle-ci sur la poitrine. L'individu doit aussi se conformer à Maât. Lors du jugement des morts, un plateau de la balance contiendra le « cœur » du défunt et l'autre Maât ; si le défunt n'a pas respecté la norme, il sera dévoré par un monstre qui attend au pied de la balance le résultat du jugement.

Sous la XVIIIe dynastie, le couple royal est comparé à Rê et Maât. Si aucun grand temple n’est consacré à Maât, elle est présente dans chacun d’eux comme offrande et bénéficie de cultes dans des sanctuaires.

Yvan KOENIG
Universalis

Pour citer cet article

KOENIG, E.U., « MAÂT  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maat/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« MAÂT » est également traité dans :

AMARNIEN STYLE

Écrit par :  Jean LECLANT

Après l'épanouissement de l'art égyptien le plus classique sous Aménophis III, l'Égypte connaît soudain, vers ~ 1370, une révolution en tous domaines. Le fils d'Aménophis III, le pharaon hérétique Aménophis IV, prend le nom d'Akhénaton (Celui-qui-est-agréable-à-Aton)… Lire la suite
ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique

Écrit par :  François DAUMAS

Dans le chapitre "Persistance d'une civilisation brillante"  : …  Mais il a le devoir, aussi, de rendre compte à son père de son gouvernement. Ce dernier vit essentiellement de Maât, vérité, justice, norme même du monde, sans laquelle il ne saurait exister. Si le roi ne lui présente pas Maât, le Dieu le juge. Placer à la tête de la cité les philosophes face à leurs responsabilités éternelles, n'est-ce pas là… Lire la suite
ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La religion

Écrit par :  Jean VERCOUTTER

Toutes les conceptions philosophiques et religieuses égyptiennes reposent sur Maât, en qui l'on voyait naguère un symbole de la Vérité et de la Justice, mais elle est beaucoup plus que cela. Représentée matériellement par une déesse à la tête surmontée d'une plume d'autruche, elle est l'offrande type que les rois font aux… Lire la suite
MYTHOLOGIES - Premiers panthéons

Écrit par :  Jean BOTTERO E.U.Yvan KOENIGDimitri MEEKS

Dans le chapitre "Les dieux, les hommes et la nature"  : …  zoomorphes, ainsi que le culte des animaux, qui devait connaître une grande faveur à l'époque tardive. Mais, si par sa révolte l'homme mit le monde (c'est-à-dire l'Égypte) en déséquilibre, le rite allait lui permettre de rétablir ce déséquilibre, tout en maintenant une certaine forme d'unité : c'est ce que les Égyptiens appelaient « Maât… Lire la suite
PHARAON

Écrit par :  Jean VERCOUTTER

Dans le chapitre "Le garant de l'Ordre universel"  : …  un rôle important sur terre. C'est lui, en effet, qui est chargé d'assurer l'Ordre universel conformément à Maât, déesse de la Vérité et de la Justice, enfant, comme lui, du Dieu solaire Rê. Cette conception, typiquement égyptienne, tout en incluant les deux notions de vérité et de justice, recouvre bien davantage. Elle s'applique à l'Ordre… Lire la suite

Écrit par :  E.U.Yvan KOENIG

Dieu égyptien anthropomorphe ou avec une tête de faucon, Rê est coiffé du disque solaire autour duquel s’enroule un serpent (uræus). Dans sa forme naissante, il peut être représenté par un veau, un enfant, ou un scarabée. Ses aspects nocturnes lui valent d’être doté d’une tête de bélier. En tant qu’ennemi d’Apopis, il peut… Lire la suite
TEFNOUT, religion égyptienne

Écrit par :  Florence GOMBERT

envoyé contre les hommes. Si dans le mythe elle retrouve un aspect aimable après s’être plongée dans les eaux du Nil, cette fille de Rê-Atoum placée au front du dieu n’en reste pas moins sa défense sous la forme de l’uræus. Dans les Textes des sarcophages, elle est assimilée à MaâtLire la suite

Afficher la liste complète (7 références)

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.