BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

LUNE

Afficher la liste complète (18 médias)

La Lune est le seul satellite naturel de la Terre. Les caractéristiques de ses mouvements apparents sont connus depuis la plus haute antiquité, les valeurs approximatives de ses paramètres physiques et orbitaux depuis le xviiie siècle. La précision de ces valeurs a ensuite considérablement augmenté avec les progrès de l'astronomie et avec l'exploration directe de la Lune.

Depuis 1609, date à laquelle Galilée pointa pour la première fois sa lunette vers le ciel, on sait que la Lune est solide et qu'elle présente des plaines et des montagnes, des pics et des vallées. Au xviie siècle, les « femmes savantes » croyaient y voir des habitations, mais les progrès accomplis dans la fabrication des lunettes et des télescopes conduisirent rapidement à l'abandon de ces idées et permirent d'acquérir une bonne connaissance du relief lunaire. C'est depuis la Terre que l'on a défini les deux originalités majeures de la géographie lunaire, ou tout au moins de la face visible : la dualité des terrains et la présence d'innombrables cratères. En effet, la face visible de la Lune est constituée, pour environ 35 p. 100 de sa surface, de terrains sombres, assez plats, que l'on appelle depuis le xviie siècle « mers », bien qu'ils ne contiennent pas une seule goutte d'eau. Les autres 65 p. 100 de la surface sont constitués de terrains à la fois beaucoup plus clairs et montagneux, les « continents ». Mers et continents sont criblés de dépressions circulaires, appelées cirques ou cratères, bordées de montagnes parfois très élevées.

Cependant, si la topographie lunaire était connue depuis longtemps, il n'en était pas de même de l'origine des structures, et en particulier de celle des cratères, qui fut très controversée jusqu'au milieu du xxe siècle. C'est à partir des années 1960 que nos connaissances sur la Lune firent un fantastique bond en avant, grâce à l'exploration spatiale. Nous ne citerons que les étapes les plus marquantes de cette exploration. En septembre 1959, la sonde soviétique Lun […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  14 pages…

Pour citer cet article

Pierre THOMAS, « LUNE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lune/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« LUNE » est également traité dans :

ÂGE DE LA LUNE

Écrit par :  Maud BOYET

Lors de la mission Apollo-16 en 1969, un échantillon d'une masse de 1,8 kilogramme (échantillon 60025) a été récolté et son étude pousse à reconsidérer l'âge de la Lune. Cette mission fut la seule à permettre l'échantillonnage de la croûte anorthositique lunaire, car située dans une zone à relief escarpé. Toutes les autres missions d'échantillonna… Lire la suite
PREMIERS HOMMES SUR LA LUNE

Écrit par :  Jacques VILLAIN

Le 25 mai 1961, le président des États-Unis John Fitzgerald Kennedy lance aux Soviétiques – qui jusqu'alors ont affirmé leur domination en matière spatiale – mais aussi à la nation américaine tout entière, un gigantesque défi : dans un discours au Congrès, il déclare que « cette nation doit se fixer pour objectif de faire atterrir un homme sur la… Lire la suite
PROGRAMME APOLLO - (repères chronologiques)

Écrit par :  Jacques VILLAIN

La N.A.S.A. signe un contrat avec Rocketdyne, division de la société North American Aviation, Inc., pour développer un moteur-fusée de très forte poussée, le F-1. L'équipe de Wernher von Braun qui opérait au sein de l'U.S. Army est transférée à la N.A.S.A. Le nom « Apollo » est choisi pour une future mission de débarquement de l'homme sur la Lune.… Lire la suite
ROCHES LUNAIRES

Écrit par :  Mireille CHRISTOPHE MICHEL-LEVY

Le dernier débarquement lunaire de la série des vols Apollo a eu lieu le 4 décembre 1972. Lors des vols américains Apollo-11, 12 et 14 à 17, ont été recueillis 390 kg de roches et de poussières du sol, et les trois sondes automatiques soviétiques Luna en ont rapporté quelques centaines de grammes. Aucun des échantillons recueillis n'était en place… Lire la suite
ALDRIN EDWIN EUGENE dit BUZZ (1930- )

Écrit par :  Jacques VILLAIN

…  des étoiles et de la Terre. La mission Gemini-XII aura duré au total 94 heures et 34 minutes. *Aldrin est ensuite astronaute de réserve de la mission Apollo-8 (21-27 décembre 1968), au cours de laquelle des hommes (Franck Borman, James A. Lovell et William A. Anders) contournent pour la première fois la Lune, le 24 décembre 1968. Le 16 juillet… Lire la suite
ARMSTRONG NEIL ALDEN (1930-2012)

Écrit par :  Jacques VILLAIN

… équipage mais l'a tout naturellement désigné pour commander la première mission sur le sol lunaire. *Le 16 juillet 1969, la mission Apollo-11 décolle de Cape Canaveral pour le premier débarquement de l'homme sur la Lune, emportant Armstrong, commandant de la mission, Michael Collins, pilote du module de commande Columbia, et Buzz Aldrin, pilote du… Lire la suite
ASTRONOMIE

Écrit par :  James LEQUEUX

Dans le chapitre "L'école d'Alexandrie"  : …   000 stades (46 000 km env.), n'est que de peu supérieure à la valeur correcte. La distance de la *Lune est déterminée avec une bonne précision par Aristarque, puis par Hipparque, en mesurant les dimensions du cône d'ombre lors d'une éclipse de Lune. Ils montrent ainsi que le diamètre de la Lune est égal au tiers du diamètre terrestre (valeur… Lire la suite
BRAUN WERNHER VON (1912-1977)

Écrit par :  Hubert CURIEN

Dans le chapitre "Le rêve assouvi"  : …  de trois hommes, Frank Borman, James A. Lovell, Jr. et William A. Anders (mission Apollo-8). *Enfin, le 16 juillet 1969, des astronautes américains, Neil A. Armstrong, Edwin E. Aldrin, Jr. et Michael Collins partent pour la Lune : Armstrong et Aldrin y posent le pied le 21 juillet. Les rêves du jeune von Braun sont devenus une réalité, en… Lire la suite
CALENDRIERS

Écrit par :  Jean-Paul PARISOT

Dans le chapitre " Calendriers lunaires et calendriers solaires"  : …  La mesure du temps étant essentiellement astronomique, ce sont la* Lune et le Soleil qui sont à la base de la constitution des calendriers. L'intervalle de temps qui sépare le passage de la Lune dans la même zone du ciel étoilé – ce que l'on appelle période sidérale – vaut 27,3217 jours = 27 jours 7 heures 43 minutes 11,42 secondes. La… Lire la suite
CONJONCTION, astronomie

Écrit par :  Jean-Marc BRISSAUD

… *Position de deux astres dont les longitudes célestes géocentriques ou héliocentriques sont égales. La conjonction est dite conjonction vraie lorsque les deux astres ont également même latitude et se trouvent donc sur un même rayon visuel. L'astre médian provoque alors, le plus souvent, une éclipse. À chaque nouvelle Lune, l'astre est en conjonction… Lire la suite
CONRAD CHARLES (1930-1999)

Écrit par :  Jacques VILLAIN

…  L'ensemble du train spatial est alors propulsé jusqu'à l'altitude record de 1 373 kilomètres. *En 1966, Conrad est pressenti pour être le commandant d'une mission lunaire. Il a même une bonne chance de devenir le premier homme à marcher sur la Lune. Mais l'avancement du programme Apollo est tel que cet honneur reviendra à Armstrong. Il devient… Lire la suite
DELAUNAY CHARLES EUGÈNE (1816-1872)

Écrit par :  Bruno MORANDO

… *Né à Lusigny (Aube), l'astronome français Charles Eugène Delaunay meurt accidentellement à Cherbourg, noyé au cours d'une promenade en barque. Son père, géomètre, et sa mère, fille de cultivateur, s'établirent à Ramerupt en 1818. Charles Delaunay fit ses études au collège de Troyes et entra à l'École polytechnique en 1834. Il en sortit major en… Lire la suite
ÉCLIPSE DU 11 AOÛT 1999

Écrit par :  Jean Claude FALQUE

… notre étoile n'a longtemps été possible que durant une occultation totale de l'astre du jour par la *Lune, phénomène qui est improprement qualifié d'éclipse totale de Soleil. Mais, depuis l'invention du coronographe par le Français Bernard Lyot, en 1930, cette couronne est régulièrement observée en dehors des « éclipses », en particulier grâce à des… Lire la suite
ÉCLIPSES

Écrit par :  Bruno MORANDO

Dans le chapitre "Éclipses de Lune"  : …  La figure 1a montre les cônes d'ombre et de pénombre portés par la Terre. Quand la *Lune est dans la région 1, il y a éclipse par l'ombre, totale si la Lune y est tout entière plongée, partielle si une partie seulement de la Lune s'y trouve. Dans la région 2, il y a éclipse par la pénombre, les points qui s'y trouvent n'étant pas éclairés par tous… Lire la suite
ESPACE (CONQUÊTE DE L') - L'espace et l'homme

Écrit par :  Jacques VILLAIN

Dans le chapitre " L'espace pour connaître l'Univers"  : …  de Spoutnik-1, et s'inscrit dans la compétition que se livrent les États-Unis et l'U.R.S.S. La* Lune, objet le plus proche de la Terre, est naturellement d'abord visée. Il s'agit, dans un premier temps, de s'en approcher, puis de s'écraser sur son sol avant d'y atterrir en douceur et de placer des sondes en orbite lunaire. Dans ces quatre… Lire la suite
ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Des pionniers à la fin de la guerre froide

Écrit par :  Jacques VILLAIN

Dans le chapitre "1957-1966 : le prestige des grandes premières soviétiques"  : …  autre compétition démarre. Elle concerne l'un des plus vieux rêves de l'homme : le voyage dans la *Lune. La conquête de la Lune se fera d'abord avec des sondes automatiques et en trois étapes : tout d'abord réaliser l'impact d'un engin sur le sol lunaire, puis mettre sur orbite lunaire un satellite et, enfin, atterrir en douceur. Dans tous ces… Lire la suite
ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Le droit de l'espace

Écrit par :  Simone COURTEIX

Dans le chapitre "L'accord sur la Lune"  : …  distinction entre l'exploration et l'utilisation de l'espace extra-atmosphérique et celles de la *Lune – sauf en ce qui concerne les utilisations militaires. Compte tenu des nouvelles perspectives offertes à l'humanité par la conquête de la Lune, l'adoption de règles spécifiques aux activités des États sur la Lune s'est imposée. L'originalité de… Lire la suite
ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Succès et désillusions

Écrit par :  Jacques VILLAIN

Dans le chapitre "L'homme dans l'espace"  : …  essentielle de cette compétition. Mais, derrière ces vols habités sur orbite terrestre, se profile *la compétition liée au débarquement de l'homme sur la Lune lancée par le président Kennedy en 1961. Les États-Unis en seront les gagnants avec le programme Apollo. Le 21 juillet 1969, Neil Armstrong et Buzz Aldrin marchent sur la Lune. De 1969 à 1972… Lire la suite
ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE - Chronologie (1990-2008)

Écrit par :  Universalis

…  de la nation. la N.A.S.A. rend public son programme visant à envoyer des missions habitées vers la* Lune, à partir de 2018, à l'aide de nouveaux lanceurs et véhicules spatiaux. Elle répond ainsi à la volonté exprimée par le président Bush en janvier 2004. Le programme prévoit une exploration poussée du satellite de la Terre et l'établissement d'… Lire la suite
EXOBIOLOGIE

Écrit par :  François RAULIN

Dans le chapitre "De Mercure à la Terre"  : …  moléculaire et d'une fraction notable d'ozone fait partie de ces signes très spécifiques. Le *satellite naturel de notre planète a aussi, bien que plus limité, un intérêt exobiologique. L'exploration de la Lune grâce au programme américain Apollo a fourni à l'homme la première occasion d'étudier in situ une quasi-planète. Deux mille… Lire la suite
GALILÉE (1564-1642)

Écrit par :  Pierre COSTABEL

Dans le chapitre "« Le Messager céleste »"  : …  d'instrument astronomique, de longs développements sont accordés au résultat de l'observation de la *Lune, et le lecteur moderne peut s'étonner non seulement de cette longueur, mais aussi de la prudence qui préside aux conclusions proposées. Celles-ci concernent essentiellement, par l'interprétation des variations des ombres, l'existence d'un relief… Lire la suite
GRIMALDI FRANCESCO MARIA (1618-1663)

Écrit par :  Bernard PIRE

…  à l'aide d'un télescope ingénieusement construit par Grimaldi, leur permettent d'estimer *l'altitude des montagnes lunaires et de dresser une carte de la Lune fort détaillée. Son traité intitulé Physico-mathesis de Lumine, Coloribus et Iride aliisque annexis, publié à Bologne en 1665, est sans aucun doute l'œuvre la plus achevée… Lire la suite
INTERPLANÉTAIRE MILIEU

Écrit par :  Pierre COUTURIERJean-Louis STEINBERG

Dans le chapitre " La turbulence dans le vent solaire"  : …  planétaires. Toutefois, autour des corps sans atmosphère et de petite dimension comme la *Lune, on ne trouve plus de structure à caractère fluide : la Lune se comporte comme un obstacle bombardé sur la face côté Soleil par les particules individuelles du vent solaire ; mais derrière l'autre face, c'est le vide quasi absolu. Cela montre… Lire la suite
LAPLACE PIERRE SIMON DE (1749-1827)

Écrit par :  Pierre COSTABEL

Dans le chapitre "« Théorie du mouvement et de la figure elliptique des planètes »"  : …  d'améliorer considérablement les résultats de ses devanciers. En ce qui concerne le mouvement de la *Lune, Laplace sut exprimer les perturbations théoriques provenant de la non-sphéricité de la Terre d'après les hypothèses émises par d'Alembert pour rendre compte des deux phénomènes de la précession des équinoxes et de la nutation, et il en déduisit… Lire la suite
MARÉES

Écrit par :  Françoise COMBESAndré GOUGENHEIMChristian LE PROVOSTJean-Paul ZAHN

Dans le chapitre "La force génératrice des marées"  : …  chaque astre, proportionnelle à sa masse mais inversement proportionnelle au cube de sa distance. *C'est ce qui explique qu'en fait seuls deux astres exercent une influence appréciable sur la Terre en termes de marées : la Lune, en raison de sa proximité de la Terre (distance moyenne 384 400 km, pour une masse de 7,35 × 1022 kg), et le… Lire la suite
MAYER TOBIAS (1723-1762)

Écrit par :  James LEQUEUX

…  ville où il passera le reste de sa vie, et dont il dirigera l'observatoire à partir de 1754.* Il se consacre surtout à l'étude de la Lune : il en étudie les librations (1750), en dresse une magnifique carte (qui ne sera publiée à Göttingen qu'en 1775, après sa mort, dans les Opera inedita Tobiae Mayeri, éditées par Georg Christoph… Lire la suite
MÉCANIQUE CÉLESTE

Écrit par :  Bruno MORANDO

Dans le chapitre "Les équations aux perturbations"  : …  planètes crée des petites perturbations de ce mouvement képlérien. S'il s'agit du mouvement de la *Lune autour de la Terre, ou du mouvement d'un satellite autour d'une planète, là encore un mouvement képlérien du satellite autour de sa planète constitue une bonne approximation, car le corps perturbateur principal, qui est ici le Soleil à cause de… Lire la suite
MÉCANIQUE SPATIALE

Écrit par :  Jean-Pierre CARROU

Dans le chapitre "Les perturbations"  : …  Astrophysical Observatory) ; – GEM 10B du Goddard Space Flight Center de la N.A.S.A. Quant *au potentiel luni-solaire, l'influence de la Lune est environ double de celle du Soleil pour des satellites en orbite terrestre. L'explicitation de la force et le développement des perturbations de manière analytique sont complexes. En… Lire la suite
MERCURE, planète

Écrit par :  Pierre THOMAS

Dans le chapitre "Chronologie"  : …  donc « jeunes ». En comparant les dénombrements de cratères avec ceux qui ont été effectués sur la *Lune, où l'on connaît les âges absolus des terrains (mesurés par des méthodes de datation isotopique), on peut estimer à 3,8-3,9 milliards d'années l'âge des plaines jeunes, et à au moins 4,0-4,2 milliards d'années celui des plaines intercratères.… Lire la suite
MÉTÉORES

Écrit par :  André VIAUT

On appelle couramment « météores » les phénomènes atmosphériques directement perceptibles autres que les nuages. Ils apparaissent au niveau du sol (rosée, gelée blanche), dans la troposphère (pluie, neige) ou dans les couches les plus élevées de l'atmosphère (aurores polaires). Très divers de nature, ces phénomènes peuvent être classés, comme l'a… Lire la suite
OPPOSITION, astronomie

Écrit par :  Jean-Marc BRISSAUD

…  soit leurs longitudes géocentriques, soit leur ascensions droites diffèrent de 1800.* À la pleine lune, la Lune et le Soleil sont en opposition par rapport à la Terre. La Lune passe au méridien à minuit environ. Une planète est en opposition quand sa longitude diffère de 1800 de celle du Soleil. Seules les planètes… Lire la suite
PHASES, astronomie

Écrit par :  Jean-Marc BRISSAUD

…  les corps célestes éclairés par un astre (le Soleil dans le cas du système solaire). Les* phases de la Lune sont les plus remarquables. Si L et l sont les longitudes géocentriques de la Lune et du Soleil, les phases de la Lune sont définies par des relations précises. À la nouvelle lune (conjonction), L = l ; la face lumineuse est… Lire la suite
PLANÈTES

Écrit par :  Guy ISRAËLAnne-Marie LAGRANGEJames LEQUEUX Universalis

…  techniques de communication à très grandes distances. Tout naturellement, la première cible a été *la Lune. Le plus grand apport scientifique – et l'aspect le plus spectaculaire – des missions Apollo résulte du travail des astronautes sur le sol lunaire. Néanmoins, tout aussi riches d'enseignements scientifiques, les analyses des échantillons de… Lire la suite
POINCARÉ HENRI (1854-1912)

Écrit par :  Gérard BESSONChristian HOUZELMichel PATY

Dans le chapitre "Mécanique céleste et systèmes dynamiques"  : …  la méthode plus générale de Newcomb, où plusieurs termes sont à éliminer, montrant que l'élimination d'un terme provoque la disparition spontanée d'un autre, ce qui permet de développer en série – et donna le moyen de former directement ces séries. Il appliqua ces résultats à la théorie de la *Lune, où apparaît l'importance des solutions périodiques… Lire la suite
RADIOASTRONOMIE

Écrit par :  André BOISCHOTJames LEQUEUX

Dans le chapitre "Rotation et caractéristiques physiques des planètes"  : …  exemple) il est possible de déduire des informations sur la nature de la surface réfléchissante. *Les premières recherches dans ce domaine ont été effectuées, à partir de la Terre, sur la Lune, dont on a obtienu des échos sur toutes les longueurs d'onde entre 8 millimètres et 15 mètres. On a mesuré ainsi, en fonction de la longueur d'onde… Lire la suite
TERRE - La planète Terre

Écrit par :  Jean AUBOUINJean KOVALEVSKYEvry SCHATZMAN

Dans le chapitre "Le problème du calendrier"  : …  La révolution de la Terre autour du Soleil et celle de la *Lune autour de notre planète sont à l'origine du calendrier, dont la mise au point fut et ne peut constituer qu'un compromis, même si l'on ne tient pas compte des irrégularités des mouvements de la Terre et de la Lune. La Lune est à l'origine du mois lunaire, d'une durée de 29 jours 12 … Lire la suite
THÉORIE HÉLIOCENTRIQUE D'ARISTARQUE DE SAMOS

Écrit par :  James LEQUEUX

  *L'observation du ciel conduit tout naturellement à penser que c'est le Soleil qui tourne autour de la Terre : c'était l'opinion d'Aristote (385 env.-322 avant J.-C.) et de ses contemporains. Un siècle après Aristote, Aristarque de Samos (310 env.-env. 230 avant J.-C.) émet l'hypothèse que c'est en fait la Terre qui tourne… Lire la suite

Afficher la liste complète (37 références)

 

Voir aussi

 

Dictionnaire

Définition du mot "LUNE"

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média