BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

TOUT OU RIEN LOI DU

Ce phénomène propre aux fibres nerveuses et aux fibres musculaires striées prises isolément est lié aux caractéristiques des membranes excitables dont ces cellules sont entourées. Lorsqu'un stimulus dépasse une valeur minimale appelée seuil d'excitation, la membrane subit une dépolarisation locale entraînant le passage brutal du potentiel membranaire de son niveau de repos à son niveau d'activité. La variation du potentiel électrochimique au niveau de la membrane excitée se produit d'emblée de façon maximale. Elle ne dépend donc en rien de la grandeur du stimulus lorsqu'il est d'intensité supérieure au seuil, c'est-à-dire supraliminaire. Un stimulus liminaire, ayant la valeur seuil, déclenchera le même effet. En revanche, avec un stimulus infraliminaire, la variation de potentiel ne se produit pas. Il n'y a donc que deux réponses membranaires possibles : tout ou rien.

Didier LAVERGNE

Pour citer cet article

LAVERGNE, « TOUT OU RIEN LOI DU  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-du-tout-ou-rien/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« TOUT OU RIEN LOI DU » est également traité dans :

DÉPOLARISATION

Écrit par :  Didier LAVERGNE

Phénomène créé par l'ouverture, sous l'effet du voltage ou sous l'effet d'un neuromédiateur, des canaux ioniques servant au passage du sodium dans les membranes cellulaires, ce qui décharge la surface extérieure de celles-ci, positivement chargée au repos. Le déclenchement de cette… Lire la suite
ÉLECTROPHYSIOLOGIE

Écrit par :  Max DONDEYJean DUMOULINAlfred FESSARDPaul LAGETJean LENÈGRE

Dans le chapitre "Dérivations élémentaires"  : …  à savoir que les potentiels d'action propagés élémentaires obéissent à la loi dite du «  tout ou rien », leur amplitude étant soit nulle, soit au maximum de ce que permettent les conditions locales. De plus, ils ne s'atténuent pas en se propageant. Le Japonais G. Kato et l'Anglais E. D. Adrian sont les deux grands auteurs de cette remarquable… Lire la suite
LUDWIG CARL FRIEDRICH WILHELM (1816-1895)

Écrit par :  Jean CALMARD

Professeur de physiologie dans les universités de Marburg (1846-1849), Zurich (1849-1855), Vienne (1855-1865) et Leipzig (1865-1895), Ludwig est surtout connu pour ses études sur le système cardio-vasculaire. Il inventa en 1847 un appareil connu sous le nom de kymographion (hémodynanomètre) pour enregistrer les modifications de la pression sanguine… Lire la suite
MUSCLES

Écrit par :  Jean RAIMBAULTBernard SWYNGHEDAUW

Dans le chapitre "Phénomènes électriques"  : …  électrode dans la fibre isolée, est semblable à celui des fibres nerveuses non myélinisées : il obéit à la loi du « tout ou rien ». Il se développe en deux phases : la première est brève et ample, c'est le potentiel de pointe (ou spike des Anglo-Saxons), d'une durée de 1,5 milliseconde environ, pour les fibres striées les plus rapides, et d… Lire la suite
NERVEUX (SYSTÈME) - L'influx nerveux

Écrit par :  Alfred FESSARD

Dans le chapitre "Mécanisme de la conduction"  : …  la notion, alors combattue, que la conduction dans les fibres individuelles implique la loi du « tout ou rien », et est aussi non décrémentielle. Dès qu'on put travailler directement sur des fibres isolées, une étude biophysique précise révéla que le même phénomène apparaissait sous trois aspects fondamentaux (fig. 6)… Lire la suite

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.