BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

Chiffres du MondeAltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

GALLIENI JOSEPH-SIMON (1849-1916)

Né le 24 avril 1849 à Saint-Béat (Haute-Garonne), fils d'officier, Joseph-Simon Gallieni fit ses études au prytanée militaire de La Flèche, intégra l'École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1868 et en sortit deux ans plus tard, avec le grade de sous-lieutenant dans l'infanterie de marine, lors de la guerre franco-prussienne. Présent à Bazeilles (31 août-1er sept. 1870), il fit partie de la troupe héroïque qui se sacrifia dans la célèbre « maison des dernières cartouches », immortalisée par le peintre Alphonse de Neuville. Blessé à la tête et fait prisonnier en Allemagne, il eut la satisfaction de ne pas capituler avec l'armée de Sedan.

Après l'armistice (1871), le jeune officier colonial passa trois ans à la Réunion puis au Sénégal, à partir de 1876, où il réussit à imposer le protectorat français à Ahmadou, sultan de Ségou. Capitaine en 1878, puis chef de bataillon en 1882, il put, tout en combattant, affermir ses idées et ses méthodes au contact des réalités quotidiennes. Promu au grade de lieutenant-colonel en 1886, il revint en métropole suivre les cours de la toute nouvelle École de guerre dont il sortit breveté avant de quitter une nouvelle fois la France pour répondre à l'appel de l'Asie. Rejoignant le Tonkin et la garnison de Lang Son, il pacifia méthodiquement cette région alors en pleine ébullition, organisa la frontière de Chine, trouvant déjà auprès de lui le chef d'escadron Lyautey qui racontera dans ses Lettres du Tonkin comment le colonel Gallieni sut l'affranchir de la tyrannie des règlements et l'initier à la lecture de D'Annunzio et de Stuart Mill.

Mais la grande œuvre restait à accomplir : la pacification et l'organisation de Madagascar qui exigeront, neuf années durant, des trésors d'intelligence, d'expérience et de courage. Une double tâche l'attendait alors qu'il venait d'être promu général de brigade en 1896 : réprimer la révolte qui mettait la Grande Île à feu et à sang, puis soumettre les tribus restées indépendantes. Dans un premier temps, il montra sa force et déposa la reine R […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« GALLIENI JOSEPH-SIMON (1849-1916) » est également traité dans :

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE)

Écrit par :  Marc FERRO

Dans le chapitre "La faillite des stratèges"  : …  Kluck et von Bülow n'avaient pas réussi à envelopper l'aile gauche des armées franco-anglaises ; *Gallieni invita alors Joffre et French à tenter un coup d'arrêt par une percée sur la Marne. Joffre avait réussi à ramener assez d'effectifs devant Paris pour que l'entreprise aboutît : un vrai miracle qu'expliquent en partie l'incompétence du… Lire la suite
LYAUTEY LOUIS HUBERT GONZALVE (1854-1934)

Écrit par :  Jean-Marcel CHAMPION

… *Fils d'un ingénieur des Ponts et Chaussées, issu lui-même d'une famille d'officiers, Lyautey naît dans un milieu d'aristocratie et de grande bourgeoisie lorraine dont il conservera toujours les sentiments monarchiques ainsi que le sens de l'autorité et de la hiérarchie qu'il équilibre, sous l'influence d'Albert de Mun, par un christianisme social à… Lire la suite
MADAGASCAR

Écrit par :  Marie Pierre BALLARINChantal BLANC-PAMARDCharles CADOUXHubert DESCHAMPSBakoly DOMENICHINI-RAMIARAMANANAPaul LE BOURDIECHervé RAKOTO RAMIARANTSOADavid RASAMUEL Universalis

Dans le chapitre "La période Gallieni"  : …  Pendant *neuf ans (1896-1905), le général Gallieni, secondé un temps par le colonel Lyautey, imprime sa marque à la colonisation. Il se comporte en véritable proconsul de la République française, attachant définitivement son nom à l'histoire moderne de Madagascar. Jusqu'en 1972, sa statue équestre (retirée alors discrètement par les autorités… Lire la suite
MARNE PREMIÈRE BATAILLE DE LA (6-12 sept. 1914)

Écrit par :  Universalis

…  sont épuisées par douze jours de retraite ininterrompue qui les a conduites au sud de la Marne. *Le commandant en chef français, le général Joffre, sur une idée du général Gallieni, commandant la place de Paris, décide alors de risquer une contre-offensive. Dans la matinée du 5 septembre, la VIe armée française, déployée au nord-est… Lire la suite

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média