BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

MECKERT JEAN (1910-1995)

Jean Meckert fait partie de ces romanciers contemporains que n'aime guère l'Université, tant leurs personnages et leur écriture sont éloignés des dogmes qui règnent souvent sur l'enseignement des lettres. Au carrefour du populisme, de l'anarchisme et de l'esthétique du « polar » moderne, violemment engagé dans les combats contre l'exploitation des hommes, Meckert a sans doute souffert d'être un autodidacte. Né le 24 novembre 1910 à Paris, il est le fils d'un employé de la compagnie des omnibus, un libertaire qui sera fusillé en 1917 pour mutinerie. Sa mère, internée pendant deux ans, n'eut ensuite pas d'autre choix que d'être femme de peine jusqu'à la fin de ses jours. Rébellion et humiliation : figures parentales et choix éthiques se conjuguent pour façonner un révolté dressé contre le monde des puissants, du mensonge et de l'injustice. Meckert passe son enfance à Belleville puis dans un orphelinat protestant à Courbevoie. Son certificat d'études en poche, il devient apprenti, lit et étudie seul avec facilité. Il perd son travail, effectue avec déplaisir son service militaire, apprend la vie en pratiquant les métiers les plus variés avant de se retrouver mobilisé en 1939. Interné en Suisse pendant neuf mois, il imagine Les Coups – qui paraîtra en 1942 – un roman largement autobiographique où la lutte des classes passe à travers l'histoire privée d'un couple, dans sa difficulté à s'aimer et même à coexister. Meckert, employé de mairie depuis son retour, a la chance d'être remarqué à la N.R.F. par Gide, Martin du Gard et plus encore Queneau, qui s'amuse de ce que le manuscrit ait été dactylographié, sous Vichy, sur du papier timbré périmé de la République française. Gallimard aurait aimé que le livre concurrençât Voyage au bout de la nuit de Céline, qui avait fait le bonheur de son éditeur Denoël et que Meckert admirait (à la différence de Bagatelles pour un massacre, précisait-il...). Engagé dans la Résistance et les maquis de l'Yonne, Meckert ne nourrit cependant a [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

 

Pour citer cet article

Michel P. SCHMITT, « MECKERT JEAN - (1910-1995)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-meckert/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« MECKERT JEAN (1910-1995) » est également traité dans :

POLICIER ROMAN

Écrit par :  Claude MESPLÈDEJean TULARD

Dans le chapitre "L'école française"  : …  , 1949) et à son acolyte, l'infâme Bérurier. S'ils ont marqué le genre, ces deux incontournables ne doivent pas occulter l'importance de l'œuvre de Jean Meckert (1910-1995) qui débute en 1942 à la N.R.F. avec Les Coups. À partir de 1950, sous le pseudonyme de John (puis Jean) Amila, il publie une série d'excellents romans noirs (… Lire la suite

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.