BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

HUS JAN (1370 env.-1415)

Passionnément attaché à la réforme de l'Église catholique, Jan Hus a dépassé les enseignements de John Wyclif par la hardiesse et l'étendue de son action qu'il a menée jusqu'au sacrifice suprême. Il apparaît ainsi comme le précurseur, à plus d'un siècle de distance, des grands réformateurs du xvie siècle, de Luther en particulier, qui préfacera la publication de ses œuvres en Allemagne.

Aussi soucieux de justice sociale (aspect sur lequel insistent surtout les historiens marxistes) que de morale religieuse, il fut en même temps un patriote qui demeure pour les Tchèques l'incarnation de leur conscience nationale forgée dans les guerres hussites, l'auteur de l'affirmation qu'ils n'ont cessé de répéter dans les heures difficiles : « La vérité vaincra. »

1.  Le réformateur

Originaire de la région de Prachatice, en Bohême méridionale, Jan Hus tient son nom de son village natal, Husinec. Étudiant pauvre à l'Université de Prague, il devient bachelier en théologie (1394), puis maître ès arts libéraux (1396). Ordonné prêtre en 1400, doyen de la Faculté de théologie de Prague l'année suivante, Jan Hus apparaît surtout comme le plus illustre représentant de ce courant de prédication réformatrice, né au milieu du xive siècle de la crise morale de l'Église tchèque, que le grand schisme d'Occident aggrave encore. À partir de mars 1402, ses sermons rassemblent régulièrement plus de trois mille personnes dans la chapelle de Bethléem, destinée aux prédications en langue tchèque. Orateur officiel des synodes annuels de Bohême et confesseur de la reine, Hus bénéficie d'abord de l'appui de l'archevêque et du roi Venceslas IV (1378-1419) : jusqu'en 1408, c'est légalement qu'il prêche la réforme de l'Église et oppose la richesse corruptrice à la pauvreté évangélique. Car l'Évangile est, selon lui, la seule règle infaillible et suffisante de la foi, et tout homme a le droit de l'étudier pour son propre compte ; il entreprend donc de le traduire en tchèque.

Alors que les querelles du schisme e [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

 

Pour citer cet article

LARAN, « HUS JAN (1370 env.-1415)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-hus/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« HUS JAN (1370 env.-1415) » est également traité dans :

ADAMITES

Écrit par :  Raoul VANEIGEM

Terme désignant les membres de deux sectes différentes, l'une gnostique, l'autre de la fin du Moyen Âge. La première eut pour fondateur Prodicus, disciple de Carpocrate (iie s.). Soucieux d'imiter Adam avant la chute, les adamites allaient complètement nus et c'est dans cet état… Lire la suite
CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

Écrit par :  Jean DANIÉLOUAndré DUVAL

Dans le chapitre "La réforme, nécessaire et difficile"  : …  des lollards, trouvent écho jusqu'en Bohême, aux dépens de Jean Huss dont l'action réformatrice est présentée par ses adversaires politiques comme véhiculant les mêmes erreurs. En livrant Jean Huss au feu comme hérétique (1415), le concile de Constance donne sa cohésion à une véritable dissidence schismatique, celle des hussites… Lire la suite
CHELČIKY PETR (1380 env.-1467)

Écrit par :  Bernard ROUSSEL

Penseur religieux et écrivain tchèque de la tradition hussite, né près du bourg de Chelčice, en Bohême méridionale, Petr Chelčiký lut des œuvres de Thomas de Štítný et entendit peut-être des prédications de Jean Hus. Pacifiste intransigeant, il s'écarta des taborites, utraquistes radicaux et, pendant… Lire la suite
CONCILE DE CONSTANCE

Écrit par :  Jean-Urbain COMBY

Pour sortir de la crise une Église qui a trois papes, l'empereur allemand Sigismond impose au pape Jean XXIII de convoquer à Constance un concile qui s'ouvre le 5 novembre 1414. C'est le seizième concile général ou œcuménique. Le vote se fera par… Lire la suite
CONSTANCE (CONCILE DE)

Écrit par :  Marcel PACAUT

Seizième concile œcuménique de l'Église romaine, réuni en vue de mettre fin au Grand Schisme qui divisait l'Occident depuis la double élection pontificale de 1378 et qu'un concile tenu à Pise, en 1409, n'avait pu réduire, puisqu'il avait élu un troisième pape sans parvenir à… Lire la suite
PRAGUE QUATRE ARTICLES DE (juill. 1420)

Écrit par :  Jean-Urbain COMBY

L'exécution de Jean Hus à Constance, le 6 juillet 1415, déclenche la révolte de ses partisans contre l'Église romaine ; ils sont eux-mêmes divisés en extrémistes (taborites) et en plus modérés, « utraquistes » ou « calixtins » à cause de leur revendication de la communion par les laïcs sous les deux espèces du pain… Lire la suite
PRAGUE UNIVERSITÉ DE

Écrit par :  Jacques VERGER

Jusqu'au milieu du xive siècle, sans doute en raison de l'archaïsme de ses structures sociales, l'Europe centrale et orientale n'a pas eu d'université propre et ses étudiants devaient aller à Paris ou à Bologne. En 1347, Charles IV, roi des Romains et roi… Lire la suite
TABORITES

Écrit par :  E.U.

Tenant cette appellation du nom biblique de Thabor qu'ils avaient donné à leur camp retranché, au sud de Prague, les taborites formaient l'une des deux factions qui divisèrent la postérité spirituelle de Jan Hus dans le deuxième quart du xve siècle. Opposés aux… Lire la suite
TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

Écrit par :  Jaroslav BLAHAMarie-Elizabeth DUCREUXMarie-Claude MAURELVladimir PESKA

Dans le chapitre "Époque hussite et posthussite"  : …  la spiritualité et une conception spécifique de l'Église, de la société, de la vie chrétienne « évangélique « : Jan Hus (1371-1415), principal inspirateur de la Réforme tchèque, maître et recteur de l'Université, éloquent prédicateur. Il rédige plusieurs traités théologiques en latin (notamment De ecclesia, 1413) et en tchèque ; de surcroît… Lire la suite
UTRAQUISTES ou CALIXTINS

Écrit par :  E.U.

Le plus modéré des deux partis entre lesquels se divisèrent les disciples de Jan Hus après leur lutte commune contre Rome et l'empereur germanique et après la promulgation des « Quatre Articles de Prague » (1420). À la différence de l'autre parti hussite, celui des taborites, qui adopta des positions… Lire la suite
VENCESLAS (1361-1419) roi de Bohême sous le nom de VENCESLAS IV (1363-1419) et empereur germanique (1378-1400)

Écrit par :  Anne BEN KHEMIS

Fils aîné de Charles IV, Venceslas est couronné roi de Bohême en 1363, puis élu roi des Romains en 1376 contre la promesse de fortes sommes à verser aux électeurs : il succède ainsi très naturellement à son père, qui meurt en 1378. C'est un prince très cultivé, certainement très paresseux, moins diplomate que son père ; c'est pourquoi en disposant… Lire la suite

Afficher la liste complète (11 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.