BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ITALIE, économie

2.   La croissance « spontanée » et ses conséquences

Le processus de transformation et de développement qui a caractérisé l'économie italienne jusqu'aux années 1980 peut être subdivisé en cinq phases : la reconstruction, qui se termine au début des années 1950 ; le renforcement du système industriel et de son intégration dans l'économie mondiale, qui couvre les cinq années suivantes ; l'explosion de la société de consommation, qui s'enraye en 1963-1964 ; le développement précaire, dans plusieurs directions, à laquelle l'« automne chaud » de 1970 vient mettre un terme ; la crise structurelle, qui s'accentue après la crise pétrolière.

  Une croissance relativement stable

Reconstruction

C'est durant la première phase que se créent les conditions préalables pour les deux phases ultérieures. La politique Einaudi-De Gasperi parvient à freiner l'inflation, et donc à préserver le pouvoir d'achat des classes moyennes (agriculteurs, employés, travailleurs indépendants) dont l'importance socio-économique se renforce au cours des phases suivantes : de fait, ces classes contribueront fortement au miracle économique, non pas, comme le préconisait Einaudi, en augmentant l'épargne, et donc les investissements, mais en rendant possible le succès rapide du nouveau modèle de développement dérivant de l'implantation en Italie du capitalisme de consommation.

Durant cette phase de reconstruction, la politique monétaire déflationniste ne parvient pas à endiguer la dépense publique. Mais celle-ci permet une reconstruction rapide tendant à encourager un développement reposant sur les exportations, puis amplifié par l'explosion de la consommation. Les perspectives de développement des exportations qui existaient alors (conséquences des destructions qui avaient affecté l'industrie d'autres pays), favorisant quelques-uns des secteurs de l'industrie italienne (le textile en particulier), facilitèrent le processus de reconstruction, évitant qu'il n'aggrave le déficit avec l'étranger, déjà très préoccupant pour des motifs structurels.

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  17 pages…

 

Pour citer cet article

Siro LOMBARDINI, Janine MENET-GENTY, « ITALIE, économie  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-economie/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« ITALIE, économie » est également traité dans :

AGNELLI GIOVANNI (1921-2003)
CHANGE - Les régimes de change
Dans le chapitre "Les crises du système monétaire européen (S.M.E.)"
CHEMINS DE FER
Dans le chapitre "Italie"
DRAGHI MARIO (1947-    )
Dans le chapitre "De Rome à Francfort"
ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique
Dans le chapitre "Convalescence de la croissance européenne "
ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise
Dans le chapitre "Croissance en panne en Europe"
ÉCONOMIE MONDIALE - 2006 : symphonie de croissances
Dans le chapitre "La consolidation de la croissance européenne "
ÉCONOMIE MONDIALE - 1997 : la crise asiatique
Dans le chapitre "Le difficile redressement italien"
MEZZOGIORNO

Afficher la liste complète (9 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.