BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

INVESTISSEMENT

L'investissement est l'opération qui vise soit à maintenir, soit à accroître le stock de capital d'un agent économique. Par exemple, les ménages investissent lorsqu'ils achètent un logement, l'État investit lorsqu'il construit une route et les entreprises investissent lorsqu'elles achètent une machine. Cet article a pour objet l'investissement des entreprises, l'investissement productif.

Le stock de capital de l'entreprise, ou capital technique, est constitué de machines, d'ordinateurs, de logiciels informatiques, de véhicules, de terrains, etc. Ce capital permet à l'entreprise de produire des biens ou des services. En comptabilité d'entreprise, l'ensemble de ces biens constitue les « immobilisations ». Il existe deux types d'immobilisations : les immobilisations corporelles et les immobilisations incorporelles. Les immobilisations corporelles représentent la partie physique de l'entreprise, c'est-à-dire principalement les murs et les machines ; les immobilisations incorporelles représentent la partie non physique, c'est-à-dire le savoir, les logiciels, les fonds de commerce et les brevets. Il existe donc deux types d'investissements, liés à la structure soit corporelle soit incorporelle des immobilisations.

L'investissement des entreprises, au même titre que la consommation des ménages, est un élément moteur de la croissance économique. Les entreprises qui investissent contribuent par ailleurs à la diffusion du progrès technique et, par conséquent, à la croissance de la productivité. En sens inverse, c'est en fonction du niveau de croissance économique que les entreprises décident d'investir ou non. Investissement et croissance interagissent et cette interaction est l'une des difficultés de l'analyse économique de l'investissement.

1.   L'analyse traditionnelle de l'investissement

  La mesure de l'investissement

La mesure de l'investissement n'est pas la même selon la perspective adoptée. Au niveau macro-économique, c'est-à-dire en comptabilité nationale, l'investissement des […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  9 pages…

Pour citer cet article

Richard DUHAUTOIS, « INVESTISSEMENT  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/investissement/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« INVESTISSEMENT » est également traité dans :

L'ACCUMULATION DU CAPITAL, livre de Rosa Luxemburg

Écrit par :  Jérôme de BOYER

Dans le chapitre "Monnaie et plus-value"  : …  de production apparaît et que les biens de consommation sont invendables pour un même montant : *ils ne peuvent être utilisés comme biens d'investissement, la plus-value incorporée dans ces biens de consommation ne peut être investie en nature. Pour être investie, cette plus-value doit préalablement être réalisée en monnaie. Les biens de… Lire la suite
AGENCES DE NOTATION

Écrit par :  Patrick JOLIVET

Dans le chapitre " Périmètre d'intervention"  : …  et financière, et donc leur capacité à payer des intérêts et à rembourser leur emprunt. Symétriquement, les *investisseurs disposent des fonds, mais ils n'ont pas toujours les moyens d'investiguer sur la santé économique et financière des emprunteurs. Les agences de rating remplissent donc ce rôle en fournissant une information à l'attention des… Lire la suite
ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'économie allemande depuis la réunification

Écrit par :  Hans BRODERSEN

Dans le chapitre "Enracinement d'une misère sociale"  : …  B., contre 79,3 p. 100 dans les deux autres pays. Encore plus sensible était le décalage en matière *d'investissement : il représentait 20,7 p. 100 des P.I.B. français et italien, contre 17,8 p. 100 du P.I.B. allemand. Si on se focalise sur la dynamique des facteurs de la demande sur les décennies de 1990 et 2000, on constate une stagnation de la… Lire la suite
ARBITRAGE, finance

Écrit par :  Gunther CAPELLE-BLANCARD

Dans le chapitre "Une stratégie financière"  : …  la possibilité de réaliser un gain sans risque. Une opportunité d'arbitrage se définit comme une* stratégie d'investissement financier qui, en combinant plusieurs opérations, assure un profit et ne nécessite aucune mise de fonds initiale. L'arbitrage le plus simple consiste à acheter un actif (une action, une obligation, une devise, etc.) sur… Lire la suite
ARGENTINE

Écrit par :  Romain GAIGNARDRoland LABARRELuis MIOTTICarlos QUENANJérémy RUBENSTEINSébastien VELUT

Dans le chapitre "Restructuration de la dette en défaut et amélioration des ratios financiers"  : …  expliquent le succès du gouvernement argentin pour faire accepter sa proposition. Premièrement,* il existe un noyau dur de créanciers locaux, constitué pour l'essentiel par les fonds de pension et autres investisseurs institutionnels argentins, qui détiennent 38 p. 100 de la dette restructurée et qui participent dans leur quasi-totalité à l'… Lire la suite
ASSURANCE - Évolution contemporaine

Écrit par :  Jean-Pierre AUDINOTJacques GARNIER Universalis

Dans le chapitre "Le rôle d'investisseur"  : …  Le rôle premier de l'assurance est d'apporter de la sécurité aux agents économiques. *Un autre rôle, non moins important, est sa contribution au financement des investissements. Les entreprises d'assurances prennent à l'égard de leurs assurés, moyennant paiement immédiat du prix de cette garantie, des engagements qui ne se traduiront en paiement que… Lire la suite
AUTOFINANCEMENT

Écrit par :  Geneviève CAUSSE

Dans le chapitre "La définition de l'autofinancement"  : …  déjà effectué. En effet, la marge dégagée au cours de l’a ctivité ne reste pas oisive en trésorerie. *Le taux d’a utofinancement indique la part des investissements financée par des ressources internes. On le mesure par le rapport : autofinancement/investissements. Un ratio inférieur à 1 signifie que la politique d’investissements a été rendue… Lire la suite
BANK RUNS, DEPOSIT INSURANCE, AND LIQUIDITY, livre de D. Diamond et P. Dybvig

Écrit par :  Jézabel COUPPEY

Dans le chapitre "Service de liquidité et fragilité intrinsèque des banques"  : …  assure les déposants de pouvoir récupérer leurs fonds dès qu'ils en auront besoin pour consommer. *Paradoxalement, c'est l'investissement des fonds à long terme (engendrant un rendement supérieur à celui d'un investissement de court terme) qui permet aux banques d'offrir ce service de liquidité et, ce faisant, de réaliser un meilleur partage du… Lire la suite
BANQUE - Économie de la banque

Écrit par :  Emmanuelle GABILLONJean-Charles ROCHET

Dans le chapitre "La diversification des risques"  : …  des risques réalisée par les banques est aussi un facteur important d'économies d'échelle. *En effet, un investisseur prudent cherche typiquement à diversifier ses placements, conformément au vieil adage selon lequel on ne met pas tous ses œufs dans le même panier. Du fait des indivisibilités (on ne peut pas acheter une demi-action ou une… Lire la suite
BOURSE - Réglementation des marchés boursiers

Écrit par :  Didier DAVYDOFF

Dans le chapitre "Les déclarations de « franchissements de seuils » par les investisseurs"  : …  Un *investisseur qui achète des actions d'une société cotée le fait parce qu'il a confiance dans les orientations stratégiques de celle-ci et la gestion de ses dirigeants. Si le contrôle du capital de la société change, il se peut que la stratégie ou la qualité de la gestion en soit affectée. C'est pourquoi le législateur impose à tout investisseur… Lire la suite
BRÉSIL - Économie

Écrit par :  Jacques BRASSEUL

Dans le chapitre "Instabilité et difficile restauration de la confiance"  : …  de stimuler l'efficacité des firmes nationales en les exposant davantage à la concurrence externe. *Le troisième volet concerne les investissements : les I.D.E. (investissements directs étrangers) sont favorisés et les multinationales multiplient leurs implantations. Mais l'État entreprend aussi une politique de grands projets, d'investissements… Lire la suite
BREVET D'INVENTION

Écrit par :  Jacques AZÉMABernard EDELMANMichel VIVANT

Dans le chapitre "Un droit de l'investissement"  : …  de fixer le prix auquel se fera cette mise sur le marché et d'obtenir ainsi un juste retour sur* investissement (un investissement qu'autrement il n'aurait peut-être jamais fait). Il faut, en effet, avoir conscience que les coûts de recherche peuvent être considérables. Dans le secteur pharmaceutique, on estime qu'un investissement de l'ordre d… Lire la suite
CAPITAL-RISQUE

Écrit par :  Marie-France BAUD-BABIC Universalis

… *Véritable levier du dynamisme industriel et économique, le capital-risque traduit bien imparfaitement le concept américain de venture capital : la version française fait primer la notion de risque sur celle d'aventure. Il s'agit pourtant d'une aventure d'un type nouveau entre un industriel et un financier, associés dans un projet d'… Lire la suite
CHANGE - Les théories du change

Écrit par :  Hélène RAYMOND-FEINGOLD

Dans le chapitre "Le taux de change réel naturel (Natrex)"  : …  capital, consommation, taux d'intérêt), mais aussi du stock de capital et de la dette extérieure. *À cet horizon de moyen terme, une augmentation de la consommation engendre une baisse du différentiel entre l'investissement et l'épargne, financée par une augmentation des entrées nettes de capitaux, c'est-à-dire par une hausse de l'endettement… Lire la suite
COMMUNISME - Histoire économique des pays communistes

Écrit par :  Marie LAVIGNE

Dans le chapitre "Les variantes"  : …  correspondantes. On y voit d'abord comment le partage du revenu national entre consommation et *investissement a donné a celui-ci une part croissante du produit matériel net, à partir de niveaux remarquablement faibles en 1950, surtout, précisément, en R.D.A. et en Tchécoslovaquie. Le point culminant, en ce qui concerne le rapport entre… Lire la suite
CORPORATE FINANCING AND INVESTMENT DECISIONS WHEN FIRMS HAVE INFORMATION THAT INVESTORS DO NOT HAVE, livre de S. Myers et N. Majluf

Écrit par :  Nicolas COUDERCSéverine VANDELANOITE

Dans le chapitre "Asymétrie d'information et structure financière de l’entreprise"  : …  *Sous l'hypothèse d’une information asymétrique entre dirigeant et actionnaires, le résultat théorique majeur de Myers et Majluf est qu'une entreprise peut être amenée à renoncer à de nouveaux projets d'investissement, a priori rentables (dont la valeur actualisée nette est positive), si elle est pour cela contrainte à une augmentation de capital (… Lire la suite
COÛTS DE TRANSACTION

Écrit par :  Claude MÉNARD

Dans le chapitre "Les caractéristiques des transactions"  : …  contrats plus complexes, soit par l'intégration des transactions dans une entité qu'ils contrôlent. *Enfin et surtout, en raison de l'importance que ce facteur a prise dans les études empiriques, les transactions requièrent des actifs, en particulier des investissements, dont le degré de spécificité se révèle déterminant. Par degré de… Lire la suite
CREDIT RATIONING IN MARKETS WITH IMPERFECT INFORMATION, livre de J. Stiglitz et A. Weiss

Écrit par :  Catherine REFAIT

Dans le chapitre "L'asymétrie d'information à l'origine du rationnement du crédit"  : …  taux d'intérêt à la nature du projet financé, et elle offre un même taux à toutes les entreprises. *Or plusieurs types d'investissements se présentent ; ils procurent la même rentabilité, mais diffèrent par leur risque. Le profit de la banque est alors conditionné par le choix d'investissement du débiteur. Or une divergence d'intérêt existe. Un… Lire la suite
CRISES ÉCONOMIQUES (1980-2012)

Écrit par :  Dominique PLIHON

Dans le chapitre "À l'origine des crises : un petit nombre de mécanismes"  : …  l'origine d'un troisième mécanisme déstabilisant. L'ouverture des systèmes financiers nationaux aux *investisseurs étrangers a entraîné une interdépendance accrue des marchés financiers. Cela favorise la diffusion des emballements spéculatifs entre des pays parfois fort distants les uns des autres, mais désormais reliés par les opérations des… Lire la suite
CRISES FINANCIÈRES - Régulation financière internationale

Écrit par :  Dominique PLIHON

Dans le chapitre "La régulation des grands groupes financiers à caractère systémique"  : …  sur les métiers de la banque de détail, ce qui les amène à gérer l’épargne des particuliers, et sur *les métiers de la banque d’investissement, ce qui correspond souvent à une activité à haut risque et de nature spéculative. La crise a montré que les pertes associées à des prises de risque excessives pouvaient mettre en péril la pérennité du groupe… Lire la suite
CYCLES ÉCONOMIQUES

Écrit par :  Denis CLERC

Dans le chapitre "Le rôle de la politique économique"  : …  du prix Nobel d'économie en 1970), fait reposer les mécanismes cycliques sur le marché lui-même. *Lorsque les affaires marchent, les entreprises investissent et constituent des stocks, ce qui stimule la croissance. Mais, pour peu que des signes avant-coureurs de ralentissement se fassent sentir, elles freinent leurs investissements et réduisent… Lire la suite
DÉPRESSION ÉCONOMIQUE

Écrit par :  Bernard DUCROS

Dans le chapitre "L'analyse keynésienne"  : …  d'investissement. Enfin, dans la détermination du revenu national et donc de la demande effective,* l'investissement joue un rôle moteur, que ne saurait jouer la consommation, elle-même fonction des revenus distribués. Par contre, la consommation sous la forme de la propension à consommer, c'est-à-dire du rapport entre la variation de la… Lire la suite
DROGUE

Écrit par :  Alain EHRENBERGOlivier JUILLIARDAlain LABROUSSE Universalis

Dans le chapitre "Les mécanismes du blanchiment"  : …  criminelle a ainsi été effacée peut ensuite « s'intégrer » dans l'économie licite à travers des* investissements, tel l'achat d'établissements commerciaux, voire industriels. C'est ce qu'ont fait les organisations criminelles italiennes en achetant des entreprises non rentables en Allemagne de l'Est après la chute du Mur de Berlin et en les… Lire la suite
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

Écrit par :  Jérôme de BOYER

Dans le chapitre "Valeur, répartition et croissance"  : …  global de la demande, avec pour effet de faire baisser les prix et de compromettre la croissance. *Selon Smith, les obstacles à la croissance résident du côté de l'investissement. En effet, la croissance du revenu nécessite une accumulation du capital. Or cette dernière exacerbe la concurrence, qui engendre la baisse du taux de profit, laquelle… Lire la suite
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

Écrit par :  Olivier BROSSARD

Dans le chapitre "Sous-emploi et demande effective"  : …  sont élevées et plus les entrepreneurs sont prêts à embaucher un volume important de main-d'œuvre. *Au niveau macroéconomique, les ventes des entrepreneurs sont égales à la somme de deux éléments : la consommation de biens et services et les achats de biens d'équipement nécessaires à la production (investissement). La première dépend du revenu… Lire la suite
ÉCONOMIE INDUSTRIELLE

Écrit par :  Bruno JULLIEN

Dans le chapitre "Les barrières stratégiques à l'entrée"  : …  de la pression concurrentielle, même si elle n'agit que comme une menace pour les firmes en place. *En effet, les entreprises disposant d'un pouvoir de marché important ont une tendance à ne pas investir assez et à restreindre le volume des échanges (cela ressort de la discussion du monopole et de l'effet de remplacement). La crainte de faire face… Lire la suite
ÉCONOMIE MONDIALE - 1996 : sur la voie de la convergence

Écrit par :  Tristan DOELNITZ

Dans le chapitre "Une croissance durable pour les États-Unis"  : …  (pour la première fois depuis quatre ans) et sur le rythme, apparemment peu soutenable, de *l'investissement productif. Depuis le deuxième trimestre de 1992, celui-ci a en effet progressé de 44 p. 100, se concentrant à partir de 1995 sur le matériel informatique. Pendant les phases de ralentissement de l'activité et de baisse des bénéfices… Lire la suite
ÉCONOMIE MONDIALE - 1998 : fin d'un cycle, début d'une nouvelle ère

Écrit par :  Jacques ADDA

Dans le chapitre "La fin d'un cycle financier"  : …  de proportion avec leurs capacités d'absorption. L'attrait des marchés financiers locaux pour les *investisseurs étrangers résultait à la fois du vaste mouvement de libéralisation financière encouragé par les institutions internationales (F.M.I. et Banque mondiale) et du dynamisme économique extraordinaire de la région dans son ensemble. L'atonie… Lire la suite
ÉCONOMIE MONDIALE - 2001 : état de choc

Écrit par :  Jacques ADDA

Dans le chapitre "L'onde récessive partie des États-Unis..."  : …  de la politique monétaire consécutif à une accélération de l'inflation ou à un choc extérieur. *Il résulte fondamentalement de l'excès d'investissement observé à la fin des années 1990 et des déséquilibres financiers qui l'ont accompagné. En dépit de fortes coupes dans les dépenses en capital, notamment en matériel informatique, déjà opérées au… Lire la suite
ÉDUCATION - Économie de l'éducation

Écrit par :  François LECLERCQ

Dans le chapitre " La demande d'éducation"  : …  leur parcours scolaire et universitaire de façon rationnelle, en fonction du rendement de *l'investissement en capital humain qu'il représente. Ce rendement est la différence entre les bénéfices de l'éducation, qui incluent notamment des revenus du travail plus élevés reflétant la productivité accrue des travailleurs les mieux formés, et… Lire la suite
ENTREPRISE - Financement

Écrit par :  Michel ALBOUYGeneviève CAUSSE

Dans le chapitre "La structure optimale : coût du capital et effet de levier"  : …  L'existence d'une structure optimale de financement donne lieu à un débat fondamental en théorie financière, car *c'est la structure financière qui détermine le coût des capitaux, donc le choix des investissements. En effet, déterminer la rentabilité d'un investissement consiste à comparer les cash-flows (ou flux nets de trésorerie) dégagés par cet… Lire la suite
ÉPARGNE

Écrit par :  Didier DAVYDOFF

…  le marché des actions pour un double avantage : en renforçant les fonds propres des entreprises, *on favorise l'investissement et donc la croissance économique. En même temps, les actions représentent pour l'investisseur le placement à long terme le plus rémunérateur, dont on attend la solution au difficile problème de financement de la retraite… Lire la suite
ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Économie

Écrit par :  Sabine LE BAYON

Dans le chapitre "Une croissance dopée par l'immobilier"  : …  de P.I.B. par an en moyenne sur cette période. Les deux moteurs de la croissance espagnole ont été *l'investissement et la consommation des ménages, portés par des taux d'intérêt bas. Depuis 1999, la politique monétaire de la Banque centrale européenne s'est révélée très accommodante pour l'Espagne, au regard de son différentiel d'inflation avec la… Lire la suite
EXPANSION ÉCONOMIQUE

Écrit par :  Bernard DUCROS

Dans le chapitre "Les théories « réelles » d'inspiration keynésienne"  : …  des dépenses dont la contrepartie est le produit final, dans la mesure où ces dépenses auront un caractère autonome. Dans une version simplifiée du multiplicateur, on peut ne retenir que deux types de dépenses, celles d'*investissement, que l'on suppose autonomes en totalité, et celles de consommation, que l'on suppose induites en totalité… Lire la suite
FINANCE DE MARCHÉ - Marchés de capitaux

Écrit par :  Christian de BOISSIEU

Dans le chapitre "Les investisseurs"  : …  *Les investisseurs sont d'abord les agents à capacité de financement, donc ceux qui dégagent une épargne positive et qui se préoccupent légitimement de la placer et d'en obtenir un rendement. On pense bien sûr aux particuliers, résidents ou non-résidents. Mais la notion d'investisseur va au-delà, puisqu'elle inclut aussi les placements effectués par… Lire la suite
FINANCE DE MARCHÉ - Théorie des marchés financiers

Écrit par :  Emmanuelle GABILLON

…  les marchés financiers, en particulier ce qui détermine les prix des actifs et la façon dont les* investisseurs composent et gèrent leur portefeuille d'actifs (actions, obligations, produits dérivés, etc.). Sur les marchés financiers, l'orientation des capitaux se fait par l'intermédiaire du mécanisme des prix, qui permet de valoriser les… Lire la suite
FINANCE DE MARCHÉ - Comportement des investisseurs

Écrit par :  Patrick ROGER

…  les années 1950 en s'appuyant sur des hypothèses draconiennes relatives au comportement supposé des* investisseurs. Ces hypothèses résultent de la formalisation des préférences élaborée par John Von Neumann et Oskar Morgenstern (Theory of Games and Economic Behavior, 1947). Les marchés financiers sont supposés peuplés d'homo œconomicusLire la suite
FONDS SOUVERAINS

Écrit par :  Françoise PICHON-MAMÈRE

Dans le chapitre "Un poids croissant et un changement de stratégie"  : …  des pays émergents à forte croissance ont fait exploser leurs réserves et ont modifié leurs *stratégies d'investissement. Leur concentration dans un petit nombre d'entités étatiques capables de réaliser des transactions d'un montant élevé avec un fort impact potentiel sur les marchés peut représenter un risque politique. Les fonds souverains… Lire la suite
HICKS JOHN RICHARD (1904-1989)

Écrit par :  Christine BARTHET

… *Économiste britannique, Hicks a mené de front des activités de professeur (à l'université de Manchester jusqu'en 1946, puis, à partir de 1952, au All Souls College à Oxford) et la rédaction de nombreux ouvrages de qualité. Dès 1932, il publie La Théorie des salaires (Theory of Wages), où il développe sa conception des « inventions… Lire la suite
JAPON (Le territoire et les hommes) - L'économie

Écrit par :  Evelyne DOURILLE-FEER

Dans le chapitre "Une succession de chocs internes"  : …  2001 par le ralentissement de l'économie américaine et de la demande mondiale de semi-conducteurs. *Face à de telles incertitudes, les agents économiques se montrent prudents, en matière de consommation comme d'investissement privé. Ces deux moteurs principaux de la demande intérieure, qui représentent respectivement 55 p. 100 et 13 à 16 p. 100 du… Lire la suite
KALDOR NICHOLAS (1908-1986)

Écrit par :  Gérard GRELLET

… *Économiste britannique d'origine hongroise, Nicholas Kaldor, né à Budapest en 1908, est mort à Cambridge en 1986. Professeur à l'université de Cambridge (1952), conseiller des gouvernements travaillistes de l'après-guerre et de nombreux pays, membre de la Chambre des lords (1974), il contribue à l'évolution de la théorie économique dans des… Lire la suite
LAND GRABBING ou ACCAPAREMENT DE TERRES AGRICOLES

Écrit par :  Jean-Paul CHARVET

Dans le chapitre "Acteurs et modalités des prises de contrôle d'actifs agricoles à l'étranger"  : …  Certains *agents économiques attendent de leurs investissements des bénéfices à court terme réalisés sur la vente des productions agricoles, elles-mêmes obtenues grâce à des coûts de production d'autant plus bas que les prix du foncier et de la main-d'œuvre agricole le sont. Parmi ces agents économiques figurent des groupes financiers tels que l'… Lire la suite
LIQUIDITY PREFERENCE AS BEHAVIOR TOWARDS RISK, livre de James Tobin

Écrit par :  Gunther CAPELLE-BLANCARD

Dans le chapitre "Du « tout ou rien » à la diversification financière"  : …  micro-économique. Doit-on pour autant rejeter la théorie keynésienne ? Pour Tobin, en aucun cas ; *le principe de préférence pour la liquidité peut, en effet, s’appuyer sur un ensemble d’h ypothèses réalistes décrivant le comportement d’un investisseur rationnel qui détient des liquidités et/ou des actifs risqués. Supposons qu’un agent décide d’… Lire la suite
LOIS DE PROGRAMME

Écrit par :  Jean-Claude MAITROT

… *Apparues sous la IIIe République afin de permettre la réalisation d'investissements de grande ampleur, les lois de programme sont destinées à étendre les perspectives financières de l'État au-delà du cadre annuel. Jusqu'en 1959, on considérait que le vote d'une loi de programme par le Parlement entraînait l'ouverture de crédits d'… Lire la suite
MACROÉCONOMIE - Théorie macroéconomique

Écrit par :  Edmond MALINVAUD

Dans le chapitre "Fluctuations conjoncturelles"  : …  de ces phénomènes nous retiendrons ici deux éléments portant sur les rôles joués respectivement par *l'investissement et par les chocs à allure aléatoire. Une caractérisation complète des fluctuations de l'investissement doit faire intervenir de nombreux éléments, tels que les taux d'intérêt, la situation financière des investisseurs. Mais nous en… Lire la suite
MACROÉCONOMIE - Croissance économique

Écrit par :  Jean-Olivier HAIRAULT

Dans le chapitre "Institutions et incitations privées"  : …  *Si le rendement futur de l'accumulation est fondamentalement incertain, il ne doit exister aucune incertitude pour l'investisseur sur son appropriation. C'est pourquoi le système juridique doit garantir à l'investisseur la propriété de ce revenu futur. Les droits de propriété, y compris sur les connaissances, doivent être clairement établis et… Lire la suite
MACROÉCONOMIE - Systèmes financiers

Écrit par :  Jean-Paul POLLIN

Dans le chapitre "La gestion et la répartition des risques"  : …  et de risques, de sorte qu'une autre fonction des systèmes financiers est de transformer les *caractéristiques des « investissements réels » pour permettre la gestion et la répartition des risques qu'ils comportent. Ces risques peuvent être classés en trois catégories : – un risque de revenu qui est propre à une activité ou à une entreprise… Lire la suite
MATIÈRES PREMIÈRES

Écrit par :  Emmanuel HACHE

Dans le chapitre "Un sous-investissement massif"  : …  que l'on a pu noter une véritable hausse des dépenses dans le secteur minier. Ce décalage – *l'investissement suit de quelques trimestres la reprise de la demande et des prix – est caractéristique des activités industrielles et le délai moyen de réponse varie de trois à cinq ans selon les secteurs. Si la hausse des cours a permis, notamment… Lire la suite
MEXIQUE

Écrit par :  Jacques BRASSEULHenri ENJALBERTRoland LABARRECécile LACHENALJean A. MEYERMarie-France PRÉVÔT-SCHAPIRAPhilippe SIERRA

Dans le chapitre "Le dynamisme industriel"  : …  du pétrole et du gel des prix agricoles susceptibles de se répercuter sur le niveau des salaires, *investissements dans l'infrastructure et l'industrie de base jusqu'à concurrence de 43 p. 100 de l'ensemble des investissements entre 1940 et 1954, 31 p. 100 entre 1955 et 1961, 40 p. 100 entre 1962 et 1970, 44 p. 100 entre 1971 et 1978. Enfin, il a… Lire la suite
MONDIALISATION - Globalisation financière

Écrit par :  Philippe MARTIN

Dans le chapitre "La prise de risque excessive"  : …  financiers. Grâce à une brusque libéralisation des mouvements de capitaux dans les années 1990, les *investissements des pays émergents pouvaient être financés en dollars sur les marchés de capitaux internationaux à des taux d'intérêt (et donc à un coût) bien inférieurs aux taux nationaux. Les banques locales, principales récipiendaires de ces… Lire la suite
MONNAIE - Théorie économique de la monnaie

Écrit par :  Patrick VILLIEU

Dans le chapitre "Les imperfections de l'information et de la concurrence "  : …  alors un transfert au bénéfice des firmes (baisse des salaires réels) qui stimule l'activité. *Du côté de la demande globale, le principal canal de transmission passe par l'investissement, qui dépend du coût du capital, que l'on peut identifier au taux d'intérêt réel et sur lequel une politique monétaire expansionniste exerce deux tensions… Lire la suite
MULTINATIONALES ENTREPRISES

Écrit par :  Jean-Louis MUCCHIELLI

Dans le chapitre "Entreprise multinationale et investissement direct à l'étranger"  : …  La *notion d'investissement direct part du même principe que la multinationalisation. La possession de 10 p. 100 des actions donnant un droit de vote est censée indiquer l'existence d'une relation d'investissement direct et d'une influence sur la gestion de la société concernée. C'est ce pourcentage de participation qui est retenu par les… Lire la suite
NOTATION EXTRA-FINANCIÈRE

Écrit par :  Patrick JOLIVET

…  liées au développement durable et à la responsabilité sociale de l'entreprise. On définit ainsi l'*investissement socialement responsable (I.S.R.) comme l'ensemble des pratiques d'investissement intégrant des considérations sur les politiques environnementales, sociales et de Gouvernance des entreprises, ce que l'on appelle les critères E.S.G. Le… Lire la suite
PARIS

Écrit par :  Jean-Pierre BABELONMichel FLEURYFrédéric GILLIDaniel NOINJean ROBERTSimon TEXIERJean TULARD

Dans le chapitre "Inégalités et fragmentations internes"  : …  ou Sevran ne leur permettent pas d'investir dans l'avenir, tout juste de réparer le présent. *Pour améliorer la compétitivité globale de la métropole et permettre des investissements dans l'ensemble de ses territoires, y compris les plus pauvres ou dégradés, il s'agit donc de mutualiser les investissements (en permettant que les territoires… Lire la suite
PÉTROLE - Les politiques pétrolières

Écrit par :  Denis BAUCHARDJean CHARDONNET

Dans le chapitre "Compagnies pétrolières internationales et pays producteurs du Tiers Monde jusqu'en 1971"  : …  pétrolière est une industrie lourde, intense en capital, car le rapport entre le montant des *investissements annuels et la valeur ajoutée nette d'impôts est particulièrement élevé. Or, en raison de la croissance très forte de la production et du coût unitaire de plus en plus important de certains investissements pétroliers, les compagnies… Lire la suite
PRESSE - Économie de la presse écrite française

Écrit par :  Nadine TOUSSAINT-DESMOULINS

Dans le chapitre "La spécificité du produit"  : …  disposer de son matériel d'impression, au moins pour ce qui est de la composition. L'ampleur des *investissements nécessaires –  plusieurs dizaines de millions d’euros pour créer une imprimerie nouvelle – rend particulièrement élevé le coût d'entrée sur le marché et explique en partie le très petit nombre de créations de quotidiens ces dernières… Lire la suite
QATAR

Écrit par :  André BOURGEYPhilippe DROZ-VINCENT

Dans le chapitre "Une stratégie performante "  : …  par exemple). La visibilité internationale et le prestige sont aussi des éléments importants des *investissements qataris (magasins Harrods, nombreux palaces dans le monde entier, club de football du Paris-Saint-Germain, projets d'investissements dans les banlieues françaises en 2012, etc.). Enfin, le Qatar investit dans les terres agricoles en… Lire la suite
RISQUE ET INCERTITUDE

Écrit par :  Christian GOLLIER

Dans le chapitre "Comportement à l'égard du risque et gestion du risque"  : …  égard du risque est un fait empirique vérifié. Celle-ci permet de comprendre pourquoi les épargnants* n'investissent pas toutes leurs économies dans les actions dont les rendements espérés sont pourtant largement supérieurs à ceux offerts par des placements moins risqués. De même, cela justifie l'achat d'assurance malgré son coût parfois élevé. Si… Lire la suite
RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Économie

Écrit par :  Julien VERCUEIL

Dans le chapitre "La réaffirmation de l’État dans l’économie russe"  : …  en effet exposée au carry trade (jeu spéculatif sur les taux d’intérêt des devises), et *les capitaux investis à long terme cèdent le pas aux investissements à court terme, beaucoup plus spéculatifs. Moscou voudrait en effet devenir une grande place financière, mais son secteur bancaire est fragile : les banques sont peu productives et… Lire la suite
SPORT (Histoire et société) - Sport et argent

Écrit par :  Pierre LAGRUE

Dans le chapitre "Les nouveaux investisseurs"  : …  nationales – l'achat du Milan A.C. par Silvio Berlusconi en 1986 en constitue un parfait exemple.* Mais, depuis quelques années, de nouveaux investisseurs ont fait leur apparition dans le sport européen, et plus particulièrement dans le football. Magnats de la finance nord-américains, oligarques russes et rois du pétrole moyen-orientaux ont… Lire la suite
TAÏWAN [T'AI-WAN] (FORMOSE)

Écrit par :  Philippe CHEVALÉRIASÉvelyne COHENJean DELVERTFrançois GODEMENTFrank MUYARDAngel PINOPierre SIGWALTCharles TESSON Universalis

Dans le chapitre "Virage technologique et reprise des échanges à travers le détroit"  : …  De son côté, Pékin fait les yeux doux aux entrepreneurs taïwanais en leur octroyant en 1989 des *zones d'investissement exclusives. Profitant d'un assouplissement de la réglementation sur les mouvements de capitaux (1987), les hommes d'affaires de l'île investissent 8,7 milliards de dollars américains en Asie du Sud-Est, et 1,9 milliard en Chine… Lire la suite
TAUX D'INTÉRÊT

Écrit par :  Virginie COUDERT

Dans le chapitre "La conception néo-classique du taux d'intérêt réel"  : …  économie, un certain nombre d'agents, les épargnants, doivent accepter de prêter à d'autres agents, *qui désirent dépenser pour investir. D'un côté, le taux d'intérêt réel a pour fonction de rémunérer les épargnants en échange de leur renoncement à la consommation présente. Il est donc justifié par une « préférence pour le présent » liée elle-même à… Lire la suite
THÉORIE GÉNÉRALE DE L'EMPLOI, DE L'INTÉRÊT ET DE LA MONNAIE, livre de John Maynard Keynes

Écrit par :  Marion GASPARD

Dans le chapitre "Une théorie de l'emploi"  : …  consommation diminue, au profit de l'épargne. « Pour qu'un certain volume d'emploi soit justifié, *il faut donc qu'il existe un certain volume d'investissement courant suffisant pour absorber l'excès de la production totale sur le volume que la communauté désire consommer. » Contrairement à ce qu'affirment les classiques, l'épargne n'est pas… Lire la suite
TOBIN JAMES (1918-2002)

Écrit par :  Bruno JETIN

…  ce qui révèle toute l'ambiguïté des progrès accomplis par le keynésianisme de la synthèse. *Le deuxième apport de Tobin concerne l'extension de cette théorie du portefeuille à la théorie de l'investissement productif, en prenant en compte les actifs productifs. Tobin innove en définissant un ratio qui deviendra célèbre sous le nom de « Lire la suite

Afficher la liste complète (64 références)

 

Voir aussi

 

Dictionnaire

Définition du mot "INVESTISSEMENT"

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média