BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

INTESTIN, pathologie

On sait que l'intestin humain est un organe de forme tubulaire (2 cm de diamètre, 7 m de longueur), replié à l'intérieur de la cavité abdominale. Il complète et achève la digestion des aliments et il réalise l'absorption des constituants alimentaires qui sont transportés vers l'organisme par le sang des vaisseaux mésentériques (dont le débit est de un litre par minute) et par la lymphe (dont le débit est de un litre par 24 heures) ; le flux de liquides et d'aliments qui pénètre dans l'intestin après un repas est de l'ordre de 5 à 10 millilitres par minute. À la suite de la double fonction assurée par son intestin, l'homme normal élimine chaque jour une selle de 150 à 200 grammes comprenant des déchets et de l'eau.

Il pourrait sembler saugrenu de se poser la question de savoir si on peut vivre sans intestin, sachant que cet organe est le lieu d'absorption des aliments. Les chirurgiens la posent pourtant car, en cas de maladie grave, il leur arrive d'enlever une grande longueur d'intestin sans troubles majeurs pour le patient. Par exemple, l'ablation du côlon gauche n'a aucun retentissement sur l'état général, celle du côlon droit ou même de la totalité du côlon n'a d'autre inconvénient qu'une légère diarrhée. L'intestin grêle est certes plus important, mais on peut en supprimer la moitié sans aucun trouble secondaire. Cela met en évidence l'étendue des capacités d'adaptation de l'homme et permet de mesurer les possibilités thérapeutiques : un antibiotique, une enzyme, un régime, voire une opération, permettent d'obtenir en général de très bons résultats.

La physiologie comparée contribue peu à améliorer ces performances. Le lecteur pourra cependant se référer utilement à l'article digestion pour en apprécier l'intérêt.

1.  Symptômes des maladies intestinales

  Douleurs abdominales

Les douleurs abdominales ne sont pas toutes liées à la pathologie de l'intestin : la colique hépatique est en rapport avec les maladies biliaires, la crampe épigastrique périodique évoque l'ulcère de  […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  6 pages…

Pour citer cet article

Jean-Jacques BERNIER, « INTESTIN, pathologie  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/intestin-pathologie/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« INTESTIN, pathologie » est également traité dans :

ABDOMEN

Écrit par :  Claude GILLOT

Dans le chapitre "Les syndromes occlusifs"  : …  Il *existe des occlusions « fonctionnelles », sans obstacle mécanique, dont le type est l'iléus paralytique postopératoire, et des occlusions « mécaniques ». On oppose les occlusions par obturation, qui ferment la lumière intestinale, et les strangulations, par obstacle extrinsèque. Les premières sont provoquées par un corps… Lire la suite
AMIBIASE

Écrit par :  Robert DURIEZYves GOLVAN

Dans le chapitre "Le parasite et sa transmission"  : …  Le parasite existe sous trois formes : deux végétatives et une kystique. – La *forme végétative, dite minuta, a un diamètre de 12 à 15 μm et vit à la surface de la muqueuse colique. Elle se nourrit du contenu intestinal, mais jamais de globules rouges. C'est elle que l'on rencontre au début de l'infestation, dans les colites chroniques… Lire la suite
ANKYLOSTOMOSE

Écrit par :  Jacques BEJOT

… Parasitose *intestinale due à deux espèces très voisines de vers ronds (nématodes) : Ancylostoma duodenale et Necator americanus. Elle est très répandue sous les tropiques, où elle prend un aspect endémique (600 millions de sujets parasités, en 1962, d'après l'O.M.S.) ; dans les zones tempérées, il en existe de petits foyers dans… Lire la suite
APPENDICITE

Écrit par :  Laurent CHARBIT

… Affection *très fréquente, l'appendicite peut encore, de nos jours, avoir des conséquences graves. Anatomiquement, l'appendice peut être atteint à divers degrés : appendicite catarrhale, où l'appendice est simplement œdématié et hypervascularisé ; appendicite purulente (empyème appendiculaire) ; gangrène et perforation enfin. Les organes de… Lire la suite
ASCARIDIOSE

Écrit par :  Michel PRIVAT DE GARILHE

… Maladie *humaine provoquée par la présence, dans l'intestin grêle, d'un ver rond, Ascaris lumbricoides. La contamination se fait par l'ingestion des œufs de ce parasite. Ceux-ci, éliminés dans les selles des sujets parasités, subiront ensuite dans le milieu extérieur une phase de maturation, et finalement pourront être véhiculés par les… Lire la suite
BILHARZIOSES ou SCHISTOSOMIASES

Écrit par :  Robert DURIEZYves GOLVAN

Dans le chapitre "Contamination"  : …  est très original. Les femelles adultes, tapies dans les fines veinules de la vessie ou de l'*intesœtin de l'homme, pondent des œufs qui s'éliminent avec les urines et les matières fécales. Mais ces ufs ne donneront naissance à une larve, appelée miracidium, que dans une eau douce et de 20 à 25 0C de température : marigots… Lire la suite
BOTULISME

Écrit par :  Jacques BEJOT

…  en question. Après ingestion de l'aliment pollué, le microbe pourrait produire la toxine botulique *dans l'intestin du sujet contaminé. En pratique, une ébullition de quelques minutes suffit à détruire la toxine et à rendre inoffensif tout aliment suspect. La réglementation de leur fabrication met les conserves industrielles à l'abri de tout risque… Lire la suite
CHOLÉRA

Écrit par :  Henri-Hubert MOLLARET

Dans le chapitre "Pouvoir pathogène du vibrion cholérique"  : …  Tous les vibrions pathogènes élaborent une entérotoxine protéique de poids moléculaire 84 000. *Libérée dans la lumière intestinale, celle-ci se fixe rapidement sur les sites récepteurs de l'épithélium intestinal de l'intestin grêle, en particulier du jéjunum. Cette fixation irréversible stimule l'activité adénylcyclasique de l'intestin,… Lire la suite
COLIBACILLOSE

Écrit par :  Henri-Hubert MOLLARET

…  pour la première fois par Escherich, en 1885, sous le nom de Bacterium coli commune. *Hôte normal de l'intestin et des voies génito-urinaires inférieures de l'homme et des animaux, en équilibre avec les autres germes de la flore intestinale, le colibacille participe aux fonctions de cette flore. La rupture de cet équilibre, et surtout… Lire la suite
DIGESTIF APPAREIL

Écrit par :  Jean-Jacques BERNIERJean-Louis FRESLONClaude GILLOT Universalis

Dans le chapitre "Traitement des affections intestinales"  : …  un traitement spécifique tels que des antibiotiques, des antiseptiques intestinaux ou des antifongiques. *Les médicaments antidiarrhéiques à visée symptomatique sont destinés à lutter contre l'accélération du transit intestinal et l'augmentation de l'élimination digestive de l'eau et du sodium. Parmi les ralentisseurs du transit figurent les… Lire la suite
DISTOMATOSES

Écrit par :  Robert DURIEZ

Dans le chapitre "Distomatoses intestinales et pulmonaires"  : …  D'autres douves enfin peuvent envahir les *intestins et les poumons. – Fasciolopsis buski, agent de la distomatose intestinale, est très répandue aux Indes, en Chine et en Malaisie. Parasite du porc, c'est une douve de très grande taille, pouvant atteindre 7 cm de long sur 1,5 cm de large et ses œufs ressemblent beaucoup à ceux de Lire la suite
ENTÉROCOLITES

Écrit par :  François BOURNÉRIAS

… Syndromes *pathologiques atteignant à la fois le côlon et l'intestin grêle. Habituellement aiguës, les entérocolites doivent être distinguées des affections de même symptomatologie, mais d'origine parasitaire ou dysentérique. L'entérocolite banale, associant une débâcle diarrhéique, de la fièvre et quelquefois des vomissements, est due à l'… Lire la suite
ÉTRANGLEMENT HERNIAIRE

Écrit par :  Laurent CHARBIT

… Par* les lésions intestinales qu'il entraîne, l'étranglement est la complication la plus fréquente des hernies, et la plus grave. Toutes les hernies peuvent s'étrangler : inguinales, crurales et ombilicales surtout, mais aussi diaphragmatiques, obturatrices et épigastriques. L'étranglement est caractérisé par la striction serrée et permanente des… Lire la suite
LAXATIFS

Écrit par :  Dominique BIDETJean-Cyr GAIGNAULT

… Les *substances qui accélèrent la vitesse du transit intestinal sont appelées laxatifs. Pour la plupart, ces produits ne sont pas dangereux lorsqu'ils sont administrés occasionnellement, mais ils peuvent, par contre, le devenir lors d'abus prolongés. Bien que ces médicaments ne représentent pas une thérapeutique majeure, ils sont commercialement… Lire la suite
OXYUROSE

Écrit par :  Yves GOLVAN

… Parasitose *intestinale très répandue, surtout chez l'enfant, où le taux d'infestation peut atteindre 50 à 60  p. 100 en collectivités scolaires. L'agent pathogène est un petit ver rond (nématode), l'oxyure, Enterobius vermicularis, mesurant 3 à 5 millimètres de longueur pour le mâle, 10 à 12 pour la femelle, avec un diamètre de 0,2 à 0,5… Lire la suite
PÉRITONITE

Écrit par :  François BOURNÉRIAS

…  aiguës purulentes ont pour cause la plus fréquente la perforation d'un viscère abdominal : *appendicite, perforation d'ulcère gastro-duodénal, perforation d'un diverticule colique, perforation tumorale, ou encore perforation traumatique. Les péritonites bactériennes « primitives » sont bien plus exceptionnelles, survenant habituellement sur… Lire la suite
STRONGYLOÏDOSE ou ANGUILLULOSE

Écrit par :  Yves GOLVAN

… Parasitose* humaine due à la présence dans l'intestin d'un petit ver rond nématode, Strongyloides stercoralis, ou anguillule. Le cycle biologique de ce parasite est très voisin de celui de l'ankylostome. Il est répandu dans les régions tropicales d'Amérique (Antilles notamment), d'Asie et d'Afrique, mais il peut exister sous climat tempéré… Lire la suite
TÉNIASIS

Écrit par :  Yves GOLVAN

… Ces ténias parasites de l'homme à l'état adulte déterminent des maladies le plus souvent bénignes, *liées à la présence des vers dans l'intestin grêle et groupées sous le terme général de téniasis. Ces maladies s'opposent donc aux maladies déterminées par l'infestation d'un individu humain par des larves de ténias dont l'évolution spontanée est le… Lire la suite
TRICHINOSE

Écrit par :  Yves GOLVAN

…  (de porc ou de cheval) insuffisamment cuite et contenant des larves encapsulées du parasite. Dans *l'estomac et l'intestin grêle, la membrane capsulaire est digérée et les larves libérées envahissent le revêtement muqueux de l'intestin grêle, devenant adultes en l'espace d'une semaine. Après fécondation, le ver femelle dépose ses œufs dans la… Lire la suite
TRICHOCÉPHALOSE

Écrit par :  Yves GOLVAN

… Parasitose *intestinale largement répandue chez l'homme, la trichocéphalose est tout à fait bénigne. Le parasite responsable, Trichuris trichiura, ou trichocéphale, est un ver rond (nématode) qui mesure de 3 à 5 centimètres de longueur sur 1 millimètre de diamètre ; sa morphologie est caractéristique : extrémité antérieure longue et effilée… Lire la suite

Afficher la liste complète (20 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média