BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

INSTITUTIONNALISME, économie

1.  L'approche évolutionnaire de l'institution

En rupture avec la vision orthodoxe de l'économie, la notion d'institution est comprise comme une construction sociale des actions économiques individuelles. Dans cette optique, Thorstein B. Veblen (1857-1929) appelle institution une habitude mentale spécifique, une façon particulière de penser et d'agir dans le domaine économique, tandis que John R. Commons (1862-1945) la définit comme l'action collective contrôlant l'action individuelle (Institutional Economics 1934). Ainsi, l'institution ne réside ni dans l'autonomie individuelle ni dans l'hétéronomie sociale ; elle est la façon dont un acteur économique doit, peut, pourrait ou non se comporter.

Les institutions évoluent continûment et une approche « évolutionnaire », selon une représentation de l'histoire des sociétés inspirée par la biologie, permet d'analyser le processus de sélection auquel elles sont soumises. Ce processus s'inscrit dans la logique phylogénétique de l'institution primaire dominante, la propriété pour Veblen, et selon des procédures de sélection régies par les autorités (légitimes, judiciaires, etc.), pour Commons.

La théorie de l'institution de la consommation et du loisir développée par Veblen dans Théorie de la classe de loisir (1899) fournit une bonne illustration de ce processus d'évolution. Veblen met en avant le renforcement des institutions dites « cérémonielles » face aux mentalités « industrielles ». La propriété est née de l'accaparement du surplus de la production commune par une classe supérieure qui a alors développé des pratiques de vie oisive et de consommation superflue. Ce loisir et cette consommation « de luxe » sont devenus, dans les mentalités, le signe ostentatoire de la supériorité sociale, alors que le travail productif a été dénigré comme marque d'infériorité sociale. Dès lors, les individus ont rivalisé en gaspillage de temps et de biens, preuves de leur supériorité sociale.

Une fois enclenché, le processus spéculaire de la comparaison provocante a renforcé l'institution « cérémoniel[...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

 

Pour citer cet article

Jean-Jacques GISLAIN, « INSTITUTIONNALISME, économie  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/institutionnalisme-economie/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« INSTITUTIONNALISME, économie » est également traité dans :

CLARK JOHN MAURICE (1884-1963)
COÛTS DE TRANSACTION
Dans le chapitre " Historique"
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants
Dans le chapitre "L'institutionnalisme "
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Néo-institutionnalisme
GALBRAITH JOHN KENNETH (1908-2006)
Dans le chapitre "Un économiste critique "
LE NOUVEL ÉTAT INDUSTRIEL, livre de John Kenneth Galbraith
Dans le chapitre "Institutionnalisme et hétérodoxie économique"
THÉORIE DE LA CLASSE DE LOISIR, livre de Thorstein Veblen
VEBLEN THORSTEIN (1857-1929)

Afficher la liste complète (8 références)

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.