BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ÉLECTRONIQUE INDUSTRIE

2.   Évolution des composants

Cependant, il ne suffisait pas d'avoir énoncé les grandes lois de l'électromagnétisme et d'avoir obtenu des liaisons à relativement courte distance ; il fallait disposer des organes (composants) capables, à court terme, d'émettre des puissances élevées et d'améliorer la sensibilité des récepteurs, et, à plus long terme, de manipuler et de filtrer les signaux reçus.

Plusieurs découvertes essentielles ont lieu au début du xxe siècle, qui apportent les outils nécessaires : la triode, inventée en 1906 par Lee De Forest, sera, jusqu'à l'invention du transistor, l'organe essentiel de l'électronique ; elle est encore utilisée aujourd'hui dans certains émetteurs de très grande puissance (souvent sous la forme de tétrode).

Les tubes électroniques du type triode (notamment la pentode) ont été longtemps les seuls dispositifs « actifs » utilisés en circuiterie électronique. Ils étaient devenus « miniatures » (une dizaine de cm3) dans les années 1940, puis « subminiatures » dans les années 1950 (quelques cm3), puis enfin « ultraminiatures » (environ 1 cm3). Cette évolution sera stoppée par l'arrivée massive des transistors et circuits intégrés.

Le premier magnétron est réalisé par Albert Wallace Hull (1880-1966) en 1924 et perfectionné par les Français Maurice Ponte (1902-1983) et Henri Gutton entre 1934 et 1939 ; il contribuera à améliorer les radars d'une manière décisive lors de la Seconde Guerre mondiale, car il était capable de produire des puissances élevées à des longueurs d'onde décimétriques et centimétriques. Le magnétron est aujourd'hui le composant essentiel des fours à micro-ondes.

Le klystron, qui est chronologiquement le deuxième type de tubes générateurs ou amplificateurs de micro-ondes, est inventé en 1936 (en même temps donc que les magnétrons modernes) par G. F. Metcalf et W. C. Hahn. Il s'agit du premier des tubes dits à modulation de vitesse, ou tubes O, dans lesquels l'énergie électrique donne aux électrons une énergie cinétique qui se transforme en énergie électromagnétique, alors que dans les tubes M tels que le magnétron, l'énergie électri […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  21 pages…

Pour citer cet article

Michel-Henri CARPENTIER, « ÉLECTRONIQUE INDUSTRIE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/industrie-electronique/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2015, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.