BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

SCIENCES HISTOIRE DES, Antiquité et Moyen Âge

Ce sujet est traité dans les articles suivants :

1.  ADÉLARD DE BATH (XIIe s.)

Écrit par : André CANTIN

Philosophe, mathématicien et naturaliste du début du xiie siècle, Adélard de Bath, par les traductions qu'il rapporta d'Orient, augmenta singulièrement le savoir de l'Occident latin dans les sciences du nombre et de la nature. Sa naissance à Bath, sa formation à Laon et à Tours, et ses voyages en… Lire la suite
2.  AETIUS D'AMIDE (502-575)

Écrit par : Jacqueline BROSSOLLET

Né en Mésopotamie, Aetius étudie la médecine à Alexandrie avant de s'installer à Byzance où règne Justinien qui le fait comte de la cour impériale. Son traité de médecine en seize livres, le Tetrabiblos, est une vaste compilation, précieuse par les citations des auteurs grecs, qu'il commente en ajoutant à ses propres… Lire la suite
3.  ALBERT LE GRAND (1193?-1280)

Écrit par : Édouard-Henri WÉBER

Dans le chapitre "Le savant"  : … Aux sciences de la nature, Albert consacre de nombreux ouvrages conçus sur le modèle de l'encyclopédie d'Aristote. Il y condense, soumis à un essai de critique, les apports des anciens, Grecs et Latins (surtout Aristote, Galien, Pline), complétés à l'aide des ouvrages arabes (d'astronomes, de mathématiciens, de médecins tel… Lire la suite
4.  ALBERT DE SAXE (1316 env.-1390)

Écrit par : Universalis

Albert de Saxe étudie en effet 254 sophismes, dont il établit une classification. Il est surtout célèbre pour ses recherches dans le domaine de la physique. Ses écrits en la matière concernent le lieu, l’espace et le temps, ainsi que l’impossibilité de la pluralité des mondes. Il décrit minutieusement le mouvement des corps (ce dont Léonard de… Lire la suite
5.  ALCMÉON DE CROTONE (-520 env.-env. -450)

Écrit par : Barbara CASSIN

Philosophe grec né en Grande-Grèce, à Crotone, où il a pu suivre les leçons de Pythagore (Diogène Laërce, VIII, 83). Il écrit, comme presque tous les penseurs de son époque, un traité Sur la nature. La tradition reconstruit avec les six brefs fragments conservés et divers témoignages, dont ceux de… Lire la suite
6.  ALEXANDRE DE TRALLES (525-605)

Écrit par : Jacqueline BROSSOLLET

Né près d'Éphèse, Alexandre de Tralles est le plus grand médecin byzantin du vie siècle. Il étudia en Grèce et à Alexandrie puis, en qualité de médecin en chef des armées de l'empereur Justinien Ier, il parcourut le pourtour du Bassin méditerranéen, au cours des campagnes de ce… Lire la suite
7.  ALEXANDRIE ÉCOLE MATHÉMATIQUE D'

Écrit par : Jean ITARD

Les débuts des travaux mathématiques des Alexandrins nous sont mal connus. Ils appartiennent à des mathématiciens déjà confirmés, recrutés par les deux premiers Ptolémées dans les divers centres scientifiques grecs. Ils sont donc directement rattachés aux travaux des savants du ive siècle avant J.-C.,… Lire la suite
8.  ALHAZEN

Écrit par : Bernard PIRE

Le physicien, astronome et mathématicien Abu Ali al-Hasan ibn al-Haytham (connu dans l'Occident médiéval sous le nom d'Alhazen), né à Basra (Perse) et mort au Caire (Égypte), développe de façon originale l'optique théorique et expérimentale. Son traité d'optique, le Kitab al-manazir, aura une grande influence jusqu'au xvii Lire la suite
9.  AL-KHWARIZMI

Écrit par : Bernard PIRE

Résident de la maison de la Sagesse à Bagdad, le mathématicien Abu Ja'far Muhammad ibn Musa al-Khwarizmi a participé à la traduction de nombreux manuscrits scientifiques grecs. Son traité intitulé Hisab al-jabr w'al-muqabala est considéré comme le premier manuel d'algèbre. Le terme « algèbre » vient ainsi… Lire la suite
10.  ALPHONSINES TABLES

Écrit par : James LEQUEUX

Dans l'Antiquité et au Moyen Âge, l'astronomie a pour but de prédire les positions du Soleil, de la Lune et des planètes. À cet effet, les astronomes élaborent des éphémérides, ou tables, fondées sur le système géocentrique de Ptolémée. Vers 900, par exemple, l'astronome arabe… Lire la suite
11.  ANAXIMANDRE (-VIe s.)

Écrit par : Clémence RAMNOUX

De quelque quinze ou vingt ans le cadet de Thalès, et sans doute son élève : ce qui place sa maturité entre ~ 570 et ~ 565 environ. À la suite d'Aristote et de Théophraste, la doxographie ancienne lui attribue une place importante à l'origine des techniques, des sciences et de la… Lire la suite
12.  ANTHÉMIOS DE TRALLES (2e moitié Ve s.-env. 534)

Écrit par : Jean-Pierre SODINI

Architecte lydien né à Tralles dans la seconde moitié du ve siècle, Anthémios appartenait à une famille extrêmement cultivée. L'historien Agathias nous apprend que son père était un médecin réputé et que ses frères furent respectivement maître de rhétorique (Métrodore, qui s'installa à Constantinople… Lire la suite
13.  APOLLONIOS DE PERGA (-262?-? -190)

Écrit par : Jean MEYER

Mathématicien grec de l'école d'Alexandrie, Apollonios de Perga est né probablement vingt-cinq ans après Archimède (donc vers ~ 262) et est mort sous le règne de Ptolémée IV (~ 222-~ 205). La renommée de son ouvrage principal, le Traité des sections coniques, lui valut le surnom de Grand Géomètre. Le… Lire la suite
14.  ARATOS DE SOLES (-315--245)

Écrit par : Universalis

Poète grec alexandrin, surtout connu pour son poème didactique sur l'astronomie, Les Phénomènes, adaptation très fidèle d'un texte en prose d'Eudoxe de Cnide (~ 390 env.-env. ~ 340) ; le second livre de l'ouvrage, consacré à la météorologie et intitulé Pronostics Lire la suite
15.  ARCHIMÈDE (-287--212)

Écrit par : Jean ITARD

Dans le chapitre "Le principe d'Archimède : démonstration et non expérience"  : … La légende se plaît à représenter Archimède parcourant, dévêtu, les rues de Syracuse au cri de Eurêka ! Eurêka ! Il venait, dit-on, de trouver, à la requête de Hiéron, comment confondre un orfèvre indélicat. On peut remarquer, plus prosaïquement, que l'État battait monnaie, ce qui implique l'existence d'un service des fraudes… Lire la suite
16.  ARISTOTÉLISME

Écrit par : Hervé BARREAU

Dans le chapitre "La physique, la biologie"  : … Aristote fait de la nature elle-même le principe du mouvement, que ce soit dans le ciel (où le mouvement des astres est circulaire et uniforme) ou sur la Terre (où ont lieu le changement substantiel, et le changement selon le lieu, la qualité ou la quantité). D'où les deux compartiments de la nature : le ciel, dont les… Lire la suite
17.  ARITHMÉTIQUES (Diophante)

Écrit par : Bernard PIRE

Diophante d'Alexandrie, parfois appelé le « père de l'algèbre », est connu par son ouvrage les Arithmétiques, qui traite des solutions des équations algébriques. On ne sait pratiquement rien de sa vie et ses dates de naissance et de mort sont très controversées. Les Arithmétiques sont… Lire la suite
18.  ARNAUD DE VILLENEUVE (1235-1311)

Écrit par : Jacqueline BROSSOLLET

Le plus célèbre des médecins de l'école de Montpellier, au xiiie siècle. Né en Espagne, d'où son surnom de « Catalan », il étudia à Paris, à Montpellier et à Salerne, puis se fixa à Montpellier d'où il fit de fréquents voyages en Italie, en France et en Espagne pour remplir des… Lire la suite
19.  ARYABHATIYA (Aryabhata)

Écrit par : Bernard PIRE

Né à Kusumapura (proche de l'actuelle Patna) en Inde, Aryabhata (476-550) avait vingt-trois ans lorsqu'il termina son chef-d'œuvre : l'Aryabhatiya. Ce court traité d'astronomie, publié en 499, contient un résumé des mathématiques indiennes et en particulier 66 théorèmes d'arithmétique, d'algèbre, de… Lire la suite
20.  ASTRONOMIE

Écrit par : James LEQUEUX

Dans le chapitre " Les origines"  : … Les plus anciennes civilisations sur lesquelles nous possédons des informations occupent, entre 5000 et 4000 ans avant J.-C., les plaines fertiles de Chine, des Indes, de Mésopotamie et d'Égypte, mais c'est probablement en Mésopotamie, sur les bords du Tigre et de l'Euphrate, que l'observation des astres tint le plus de… Lire la suite
21.  ATOME

Écrit par : José LEITE LOPES

Dans le chapitre "Les origines philosophiques de la notion d'atome"  : … La notion d'atome a été formulée pour la première fois par les philosophes de la Grèce ancienne. On l'attribue à Empédocle, Démocrite, Leucippe, puis Épicure. Leurs conceptions d'une structure atomique de la matière ne procédaient pas d'observations ni d'expériences… Lire la suite
22.  AVENZOAR (1090 env.-1160)

Écrit par : Jacqueline BROSSOLLET

Fils et petit-fils de médecins arabes d'Andalousie, Avenzoar étudia d'abord la théologie avant de se tourner vers la médecine, et son renom lui valut d'être nommé vizir du sultan ‘Abd al-Mu'min ; il résida alors dans le Maghreb. Puis il revint à Séville et son enseignement est connu non seulement par les éloges qu'en fit le plus célèbre de ses… Lire la suite
23.  AVERROÈS, arabe IBN RUSHD (1126-1198)

Écrit par : Jean JOLIVET

Dans le chapitre "Médecin et juriste"  : … Averroès, il convient de considérer l'ensemble de ses œuvres, et notamment de ne pas oublier que ce philosophe fut aussi médecin et juriste ; c'est même à ce double titre que s'exerça sa carrière officielle, et il écrivit d'abord sur la médecine et le droit. Vers la quarantaine, il composa en effet un grand traité médical intitulé al-Kulliyyāt ( Lire la suite
24.  BĪRŪNĪ (973-1050)

Écrit par : Roger ARNALDEZ

Dans le chapitre "Le savant"  : … En 995, Bīrūnī effectue des mesures astronomiques dans le sud du Khwārizm, sur la rive gauche de l'Amū Daryā, avec des instruments dont l'importance semble prouver qu'il travaillait dans un observatoire officiel. Il se rend auprès du sultan sāmānide Manṣūr II b. Nūḥ (997-999), qu'il a loué comme son premier bienfaiteur. Mais des troubles ont lieu… Lire la suite
25.  BOTANIQUE (HISTOIRE DE LA)

Écrit par : Lucien PLANTEFOLHervé SAUQUET

Dans le chapitre "Antiquité"  : … C'est seulement avec la pensée grecque que naît une science organisée, un savoir synthétique et désintéressé : il y a une botanique d'Aristote. Même si le Περ̀ι ϕυτ̃ων (Des plantes) qu'on lui a attribué n'est pas ce qu'il avait écrit, sa théorie des plantes transparaît dans ses œuvres zoologiques. Les deux grands ouvrages de son… Lire la suite
26.  BOUSSOLE

Écrit par : Olivier LAVOISY

L'utilisation du magnétisme, qui permet d'orienter une aiguille aimantée, suit une évolution progressive imparfaitement connue : première mention d'une aiguille aimantée au iie siècle avant notre ère, utilisation attestée du magnétisme vers le vi Lire la suite
27.  CANON (Avicenne)

Écrit par : Danielle JACQUART

Né à Boukhara en 980, mort à Hamadan en 1037, Ibn Sīnā ou Avicenne est le modèle du philosophe médiéval, expert dans tous les domaines du savoir. Ajoutant à ses talents la qualité de médecin, il s'efforça d'embrasser dans un vaste ouvrage, auquel le titre de Canon de la médecine fut donné par la suite, toutes les connaissances… Lire la suite
28.  CLASSIFICATION DU VIVANT

Écrit par : Pascal DURISPascal TASSY

Dans le chapitre " Classifications et espèces"  : … Aristote est, au ive siècle avant notre ère, l'un des premiers à tenter de classer les quelque 500 animaux connus de lui. Il les sépare en deux grands ensembles : les animaux qui ont du sang, parmi lesquels il range l'homme, les quadrupèdes, les oiseaux, les Lire la suite
29.  CONSTANTIN L'AFRICAIN (1015-1087)

Écrit par : Jacqueline BROSSOLLET

Lorsqu'il arriva à Salerne en 1076, Constantin était auréolé d'une légende facilement greffée sur une vie d'aventures : né à Carthage, il serait allé jusqu'aux Indes, mais séjourna réellement en Syrie, en Égypte, en Éthiopie et à Bagdad, apprenant le grec, l'hébreu, l'arabe, le latin, le syriaque, le persan, étudiant la grammaire, la géométrie, l'… Lire la suite
30.  CONSTELLATIONS

Écrit par : Owen GINGERICHWarren Melvin YOUNG

Dans le chapitre "Relation entre les étoiles brillantes et leurs constellations"  : … également au British Museum, montre un planisphère illustrant les Phénomènes d'Aratos, mais n'indiquant pas les étoiles individuellement. Le plus ancien manuscrit astronomique arabe enluminé, une copie de 1009-1010 de l'ouvrage d'al-Sufi sur les étoiles fixes, présente chaque constellation avec les étoiles qui les constituent… Lire la suite
31.  DIOCLÈS (-240 env.-env. -180)

Écrit par : Bernard PIRE

Mathématicien grec, né vers l'an 240 avant J.-C. et mort vers l'an 180 avant J.-C., Dioclès est un contemporain d'Apollonius de Perga. On sait peu de choses de lui, sinon qu'il vécut en Arcadie. Son œuvre principale, Sur les miroirs chauffants, nous est parvenue à travers des extraits cités par le mathématicien byzantin du… Lire la suite
32.  DIOPHANTE D'ALEXANDRIE

Écrit par : Roshdi RASHED

De la vie de Diophante, nous ne connaissons presque rien : Alexandrin, il vécut après Hypsiclès et avant Théon d'Alexandrie, c'est-à-dire après la première moitié du iie siècle avant notre ère, et avant la seconde moitié du ive siècle de notre ère. Nos… Lire la suite
33.  DIOSCORIDE PEDANIUS (40 env.-env. 90)

Écrit par : Jacqueline BROSSOLLET

Né en Cilicie, à Anazarbe, ce Grec d'Asie Mineure étudia la médecine à Alexandrie puis à Athènes où il fut l'élève de Théophraste. Venu à Rome, il devint médecin militaire des légions sous Néron et parcourut, entre 54 et 68, une grande partie de l'Europe, mettant à profit ses voyages pour approfondir ses connaissances cliniques et botaniques ; il… Lire la suite
34.  LES ÉLÉMENTS (Euclide)

Écrit par : Bernard PIRE

Euclide d'Alexandrie (vers — 325-vers — 265) est peut-être le mathématicien le plus renommé de l'Antiquité ; pourtant, on ne sait presque rien de lui, sinon qu'il enseigna à Alexandrie et écrivit un traité, Les Éléments, qui rassemble en treize volumes tout le savoir Lire la suite
35.  EMPÉDOCLE (-490 env.-env. -430)

Écrit par : Jean BOLLACK

Dans le chapitre "Les fonctions physiologiques"  : … Empédocle concevait toutes les fonctions physiologiques comme déterminées par le dynamisme des forces primaires : les quatre éléments. La médecine devait rester longtemps marquée par l'application de ce postulat philosophique. À la différence des appareils que l'on voit : œil, oreille, chair, etc., les vaisseaux se constituent dans l'embryon géant… Lire la suite
36.  ÉPICURE (-341--270)

Écrit par : Graziano ARRIGHETTI

Dans le chapitre "Physique : atomes et agrégats"  : … On ne peut exposer la physique épicurienne sans tenir compte de quelques données. En premier lieu, bien que pour Épicure la physique reste subordonnée à l'éthique, il ne l'élabora pas avec moins de soin et d'enthousiasme, précisément parce qu'elle constituait à ses yeux le fondement de l'éthique ; en second lieu, et en étroit rapport avec ce qui… Lire la suite
37.  ÉRATOSTHÈNE DE CYRÈNE (-275--195)

Écrit par : Georges KAYAS

Savant grec, premier géographe de l'Antiquité, célèbre aussi comme bibliothécaire du musée d'Alexandrie, Ératosthène était contemporain d'Archimède (~ 287-~ 212), lequel lui adressa une lettre sur La Méthode, sorte de testament scientifique où le Syracusain révèle le secret de… Lire la suite
38.  EUCLIDE (-IVe--IIIe s.)

Écrit par : Jean ITARD

L'œuvre euclidienne est couronnée par les Éléments, traduits dans toutes les langues anciennes et modernes, monument mathématique qui a représenté, pendant plus de deux millénaires, un modèle d'exposition déductive d'une science exacte à partir de quelques définitions et propriétés admises sans… Lire la suite
39.  EUDOXE DE CNIDE (-400 env.--355)

Écrit par : Jean ITARD

Le Cnidien Eudoxe est sans doute le plus grand savant du ive siècle avant notre ère, et l'un des mieux connus, bien qu'il ne reste de son œuvre que des fragments, la plupart du temps retrouvés à travers des commentateurs. Ses traités de mathématiques ont profondément influencé les Lire la suite
40.  FIBONACCI LEONARDO (1170 env.-env. 1250)

Écrit par : Jacques MEYER

Mathématicien italien, né et mort à Pise. Connu aussi sous le nom de Léonard de Pise, Leonardo Fibonacci fut éduqué en Afrique du Nord, où son père, marchand de la ville de Pise (l'un des plus grands centres commerciaux d'Italie, à l'époque, au même rang que Venise et Gênes), dirigeait une sorte de comptoir ; c'est ainsi qu'il eut l'occasion d'… Lire la suite
41.  GALIEN CLAUDE (131 env.-env. 201)

Écrit par : Jacqueline BROSSOLLET

Né à Pergame, fils de l'architecte grec Nicon, Claude Galien (en grec Klaudios Galenos ; en latin Claudius Galenus) commence dans cette cette ville ses études de philosophie et de médecine, qu'il poursuit à Alexandrie. Il voyage ensuite tout autour du Bassin méditerranéen pendant une douzaine d'années, recherchant les meilleurs médecins pour… Lire la suite
42.  GÉOGRAPHIE

Écrit par : Dominique CROZATJean DRESCHPierre GEORGEPhilippe PINCHEMELCéline ROZENBLATJean-Paul VOLLE

Dans le chapitre "Des théories de l'Antiquité aux découvertes arabes"  : … Le bilan de la géographie antique n'est pas négligeable, et son influence s'est étendue jusqu'au xvie siècle ; trois courants s'y sont formés… Lire la suite
43.  GÉOLOGIE - Histoire

Écrit par : François ELLENBERGER

Dans le chapitre "L'Antiquité classique"  : … Il n'a pas existé de « geôlogia » gréco-romaine. Le legs très influent des auteurs grecs et latins se limite à des domaines particuliers, principalement du ressort de la géodynamique. Ils ont ignoré toute étude du sous-sol rocheux (mais l'Italie et la Grèce, avec leur structure tectonique extrêmement… Lire la suite
44.  GERSONIDE LÉVI BEN GERSHOM dit (1288-1344)

Écrit par : Charles TOUATI

Dans le chapitre "L'écriture, imitation de Dieu"  : … Parallèlement à ses ouvrages philosophiques, théologiques et exégétiques, Gersonide compose des traités scientifiques : un ouvrage d'arithmétique, où il utilise l'induction mathématique ; un autre, traduit en latin pour Philippe de Vitry, dans lequel il étudie les nombres harmoniques ; un commentaire sur Euclide, dans lequel il essaie de construire… Lire la suite
45.  GUY DE CHAULIAC (1300-1368)

Écrit par : Jacqueline BROSSOLLET

Né dans le diocèse de Mende, cet humble paysan fut remarqué par l'Église qui le fit étudier. Devenu clerc de la cathédrale de Mende, Guy de Chauliac alla suivre à Montpellier les cours de l'école de médecine (la chirurgie n'était pas encore enseignée) et il y obtint les grades de maître en médecine de cette ville. Il… Lire la suite
46.  HELLÉNISTIQUE CIVILISATION

Écrit par : Paul GOUKOWSKY

Dans le chapitre "Le piétinement de la science hellénistique"  : … On célèbre à juste titre les progrès accomplis en trois siècles par les savants grecs. Les grands mathématiciens, Euclide, Archimède, continuèrent sur la lancée de leurs prédécesseurs. Leurs travaux, en particulier ceux portant sur la sphère et le cône, permirent l'avancée de la géographie mathématique : avec Ératosthène, on… Lire la suite
47.  HERMANN VON REICHENAU (1013-1054)

Écrit par : James LEQUEUX

les mélodies, Hermann est tout à la fois chroniqueur de son temps, poète, compositeur, théoricien de la musique, mathématicien et astronome. C'est lui qui va introduire dans l'Europe latine l'astrolabe, le cadran solaire portatif et un quadrant à curseur, tous instruments arabes provenant d'Andalousie. On lui attribue deux traités sur ces… Lire la suite
48.  HÉRON D'ALEXANDRIE (Ier s.?)

Écrit par : Universalis

Géomètre grec et inventeur, actif au ier siècle après J.-C. à Alexandrie (Égypte), Héron a transmis à la postérité les connaissances mathématiques et techniques de Babylone et du monde gréco-romain… Lire la suite
49.  HÉROPHILE (-340 env.--300)

Écrit par : Jacqueline BROSSOLLET

Bien que né en Chalcédoine, Hérophile passa sa vie à Alexandrie, alors au sommet de l'épanouissement artistique et scientifique que suscitèrent les Ptolémées, après la mort d'Alexandre le Grand, en encourageant la fusion des cultures grecque et orientale. Il étudia la médecine avec Praxagoras de Cos (… Lire la suite
50.  HIPPARQUE DÉCOUVRE LA PRÉCESSION DES ÉQUINOXES

Écrit par : James LEQUEUX

Hipparque de Nicée (ou Hipparque de Rhodes, premier quart du iie siècle-après 127 avant J.-C.) est sans conteste le plus grand astronome de l'Antiquité. Parmi ses nombreuses découvertes, la plus importante est celle de la précession des équinoxes (déjà entrevue par les Chaldéens), c'est-à-dire de la… Lire la suite
51.  HIPPOCRATE

Écrit par : Didier LAVERGNE

Père de la médecine occidentale, Hippocrate est né en — 460, dans l'île grecque de Cos. Il appartenait à une longue lignée de médecins remontant, selon la légende, à Asclépios (l'Esculape des Latins) et, par lui, au dieu Apollon. On connaît ses principes et son enseignement par les aphorismes dont lui-même ou ses disciples ont encadré le savoir… Lire la suite
52.  HIPPOCRATE DE CHIOS (actif vers -460)

Écrit par : Universalis

Géomètre grec qui réunit le premier ouvrage connu d'éléments de géométrie, près d'un siècle avant Euclide. Bien qu'à l'heure actuelle nous ne possédions pas l'ouvrage dans son intégralité, il est possible qu'Euclide l'ait utilisé comme modèle pour écrire ses Éléments. Lire la suite
53.  HIPPOCRATE DE COS (-460-env. -370)

Écrit par : Jacques JOUANNA

Les médecins grecs de l'époque classique ont beaucoup écrit, comme le remarque Xénophon dans ses Mémorables. De cette littérature médicale, il subsiste une collection d'une soixantaine de traités médicaux attribués à Hippocrate. Bien qu'elle soit importante par son volume et par sa qualité, cette… Lire la suite
54.  HISTOIRE DES ANIMAUX (Aristote)

Écrit par : Pierre LOUIS

La date de 335 avant notre ère est très importante dans l'histoire de la science grecque et de la science en général. Elle correspond pourtant à une période assez sombre de l'histoire de la Grèce ancienne. Trois années plus tôt, en — 338, la défaite des Athéniens et des Thébains, battus par Philippe de Macédoine à Chéronée, a signifié la fin de l'… Lire la suite
55.  HYPATIE (370 env.-415)

Écrit par : Pierre HADOT

Fille du mathématicien Théon d'Alexandrie, elle est peut-être la seule femme versée dans les sciences exactes qu'ait connue l'Antiquité. Elle commente, dans des ouvrages malheureusement perdus, les écrits mathématiques de Diophante et d'Apollonius ; elle écrit un « canon astronomique » et sait fabriquer des appareils scientifiques (planisphère,… Lire la suite
56.  IBN ṬUFAYL ABŪ BAKR MUḤAMMAD (déb. XIIe s.-1185/86)

Écrit par : Abdelkader BEN CHEHIDA

Né à Wādi Ash (Guadix) et mort à Marrakech, Abū Bakr Muḥammad Ibn Ṭufayl, contemporain et disciple indirect d'Ibn Bādjdja (Avempace), appartient, selon les historiens, à la génération qui précède celle d'Ibn Rushd (Averroès). Descendant de la célèbre famille arabe de Kays, il s'est illustré par ses talents d'homme politique, de savant et de… Lire la suite
57.  ISIDORE DE MILET (mort av. 558)

Écrit par : Jean-Pierre SODINI

Associé à Anthémios de Tralles pour la construction de Sainte-Sophie, Isidore de Milet était, comme ce dernier, méchanopoios. C'est lui qui après la mort d'Anthémios de Tralles eut à achever seul la construction de Sainte-Sophie et à ériger la partie la plus délicate de l'édifice, la coupole Lire la suite
58.  ISRAELI ISAAC BEN SALOMON (850 env.-950)

Écrit par : André NEHER

Contemporain du grand penseur et homme politique juif Saadia Gaon (892-942) et éclipsé par sa gloire, Isaac Israeli (en arabe : Isḥāq ben Sulaymān al-Isrā‘īlī) n'en a pas moins exercé une influence remarquable et durable aussi bien à l'intérieur de la communauté juive qu'au sein de l'islam et du christianisme. Ses traités de médecine sont cités… Lire la suite
59.  KARAJĪ ABŪ BAKR IBN MUḤAMMAD IBN AL-ḤUSAYN AL- (IXe-Xe s.)

Écrit par : UniversalisJacques SESIANO

Mathématicien né vers 980, probablement à Karadj, en Perse, et mort vers 1030… Lire la suite
60.  KĀSHĪ ou KACHI GHIYĀTH AL-DĪN JAMSHĪD MAS‘ŪD AL- (mort en 1429)

Écrit par : Yvonne DOLD-SAMPLONIUSUniversalis

Mathématicien et astronome persan, né vers 1380 à Kāshān (Perse, auj. Iran), mort le 22 juin 1429 à Samarcande (Ouzbékistan… Lire la suite
61.  KHAYYĀM ‘UMAR (1021 env.-env. 1122)

Écrit par : Mohammad Hassan REZVANIAN

Dans le chapitre "Un esprit encyclopédique"  : … du sultan saldjūḳide Alp Arslan, aurait conclu un pacte d'amitié et d'entraide avec ses célèbres condisciples. Ce qui est certain, en revanche, c'est qu'il a cultivé toutes les sciences importantes de son époque : les mathématiques, la physique, l'astronomie, la philosophie et la médecine, sciences dans lesquelles il a atteint le plus haut degré… Lire la suite
62.  KHUWĀRIZMĪ ou KHWĀRIZMĪ AL- (IXe s.)

Écrit par : Universalis

Mathématicien arabe, al-Khuwārizmī fut l'un des membres les plus importants du Bayt al-ḥikma, sorte d'institut où le calife ‘abbāside al-Ma'mūn avait regroupé hommes et moyens en vue du développement des sciences. Le Bayt al-ḥikma, renommé pour divers travaux, notamment des observations astronomiques et la mesure d'un degré du méridien terrestre,… Lire la suite
63.  LYCÉE, Antiquité

Écrit par : Jean-Paul DUMONT

Dans le chapitre "Épistémologie"  : … Dans les sciences expérimentales, Théophraste n'entend pas seulement « sauver les phénomènes », selon l'expression d'Aristote, mais plus exactement partir des découvertes et y harmoniser ou y faire concorder l'explication. La sensation permet une appréhension directe non seulement des principes, comme chez Aristote, mais de l'individualité. L'… Lire la suite
64.  MÉDECINE - Histoire

Écrit par : Charles COURY

Dans le chapitre "Primauté de la magie et de la religion"  : … Contre les affections dont les causes matérielles étaient indiscernables, toutes les médecines dites « archaïques » ont fait appel à la magie, à la prière et à la divination. La maladie était considérée comme une sanction surnaturelle infligée à l'individu par une puissance démoniaque ou divine, étrangère à lui : seuls les sorciers, les prêtres,… Lire la suite
65.  MÉDECINE ANTIQUE - (repères chronologiques)

Écrit par : Didier LAVERGNE

— 460 Naissance d'Hippocrate… Lire la suite
66.  MÉDECINE MÉDIÉVALE - (repères chronologiques)

Écrit par : Didier LAVERGNE

Vers 850 Hunayn ibn Ishaq, à Bagdad, traduit du grec en arabe les œuvres de Galien… Lire la suite
67.  MENELAÜS D'ALEXANDRIE (70 env.-env. 120)

Écrit par : Bernard PIRE

Né vers l'an 70, sans doute à Alexandrie (Égypte), Menelaüs vécut une partie de sa vie à Rome, comme l'atteste le témoignage de Ptolémée qui cite l'observation par Menelaüs de l'occultation par la Lune de l'étoile Bêta du Scorpion, le 14 janvier 98, à Rome. Le seul livre de Menelaüs qui nous soit accessible est Sphericae, qui… Lire la suite
68.  MONDINO DEI LUZZI (1275-1326)

Écrit par : Jacqueline BROSSOLLET

Fils d'un pharmacien bolonais, Mondino étudia la médecine puis l'enseigna à Bologne où il acquit une très grande réputation, non seulement comme anatomiste, mais comme homme politique : des missions diplomatiques lui furent confiées ; il fut ambassadeur auprès de Jean, fils du roi de Naples. Professeur d'anatomie, il… Lire la suite
69.  MYTHE - Mythos et logos

Écrit par : Clémence RAMNOUX

Dans le chapitre "De la généalogie cosmogonique aux protophysiques"  : … Elle révèle d'abord que les « physiciens » ont choisi de poser à l'origine tantôt, et le plus souvent, un seul principe (l'Eau de Thalès, l'Air d'Anaximène, le Feu d'Héraclite), tantôt un couple contrasté (le vide et le plein, le chaud-lumineux et le froid-ténébreux des vieux pythagoriciens) ; en deuxième lieu, que les étoffes cosmiques que ces… Lire la suite
70.  NEUROLOGIE

Écrit par : UniversalisRaymond HOUDARTHubert MAMOJean MÉTELLUS

Dans le chapitre "Histoire de la neurologie"  : … Au xviie siècle avant J.-C., le papyrus d'Edwin Smith révèle l'existence, chez les Égyptiens, de connaissances neurologiques précises. Par exemple, l'hémiplégie spasmodique est décrite avec concision : « L'œil de ce côté louche [...] ; les ongles sont au milieu de la paume… Lire la suite
71.  OBSERVATION ASTRONOMIQUE

Écrit par : Marc LACHIÈZE-REY

L'astronomie de l'Antiquité était surtout soucieuse des mouvements des astres : il s'agissait de les observer, de les consigner, de les prédire et de les expliquer. Cela ne pouvait s'accomplir sans émettre des hypothèses sur la nature du monde, sans en bâtir des modèles. Univers fini, Terre au centre… Lire la suite
72.  ORIBASE (325 env.-403)

Écrit par : Jacqueline BROSSOLLET

Né dans une famille patricienne de Pergame et venu à Alexandrie apprendre la médecine, Oribase fut appelé en 355 à Constantinople, et devint le médecin de l'empereur Julien l'Apostat qui le nomma questeur de la ville. Exilé par les successeurs de Julien, il dut à sa renommée d'être rappelé dans la capitale où il se consacra… Lire la suite
73.  PAPPUS (IVe s.)

Écrit par : Jacques MEYER

Né probablement à Alexandrie vers 320, Pappus fut le dernier grand mathématicien de l'école d'Alexandrie. Son œuvre, moins considérable que celles d'Euclide, d'Archimède et d'Apollonios (écrites plus de cinq cents ans auparavant), mais venant après une longue période où les recherches s'étaient limitées à l'… Lire la suite
74.  PAUL D'ÉGINE (625 env.-690)

Écrit par : Jacqueline BROSSOLLET

La médecine et surtout la chirurgie byzantines du viie siècle sont dominées par Paul d'Égine dont le seul ouvrage qui nous soit parvenu est l'Épitomê de la médecine. On sait cependant que son œuvre fut plus considérable et qu'elle fut traduite, de son vivant… Lire la suite
75.  PÈLERIN DE MARICOURT PIERRE (XIIIe s.)

Écrit par : Denis COUTAGNE

Personnage énigmatique dont Roger Bacon, en 1267, fait l'éloge dans son ouvrage Opus majus : opticien qui travaille à un miroir dont la puissance comburante dépasserait toute limite connue, mathématicien ou astronome occupé à construire un astrolabe sphérique, expérimentateur qui cherche à donner à celui-… Lire la suite
76.  POMPÉI, NATURE, SCIENCES ET TECHNIQUES (exposition)

Écrit par : Hélène ERISTOV

Deux aspects extrêmes de la science sont à souligner. Au plus près de l'homme, la médecine antique permettait l'exploration et l'intervention chirurgicale. Divers spécimens de spéculums, un crochet pour embryons, un cathéter, un phlébotome, un étui contenant sondes, bistouris, spatules, pinces, aiguilles pour l'opération de la cataracte, davier ont… Lire la suite
77.  PSYCHIATRIE

Écrit par : Jean AYMEFrançois CAROLIGeorges LANTERI-LAURAJean-Michel THURIN

Dans la tradition grecque fondée par Hippocrate, poursuivie à Alexandrie, puis dans l'Empire romain, la médecine se caractérise, de manière formelle, par la référence exclusive à la phusis (la nature), par le fait qu'il existe plus d'une entité morbide, qu'elle concerne les maladies et non le mal, qu'on doit, même dans les… Lire la suite
78.  PTOLÉMÉE CLAUDE (90 env.-env. 168)

Écrit par : Pierre COSTABEL

Le nom de Ptolémée n'est guère connu aujourd'hui qu'en tant qu'il désigne un système : le système astronomique qui plaçait la Terre immobile au centre du monde et dont la mise en question, de Copernic à Newton, a commandé la révolution scientifique. Ce fut pourtant le nom d'une œuvre considérable, dont l'Almageste et ses… Lire la suite
79.  PYTHAGORE

Écrit par : Bernard PIRE

Fils d'un marchand de Tyr établi à Samos, Pythagore de Samos est considéré comme le premier pur mathématicien ; ses premiers biographes le présentaient comme un être pourvu d'attributs divins. Il rencontra Thalès et suivit à Milet l'enseignement de son élève Anaximandre. Il quitte Samos en —… Lire la suite
80.  PYTHAGORE (-580?-? -500) ET PYTHAGORISME

Écrit par : Marcel DETIENNEDaniel SAINTILLAN

Dans le chapitre "La « science » de Pythagore"  : … C'est dans cette perspective théologico-politique que doit être abordée la « science » de Pythagore, à laquelle la tradition veut qu'il ait donné, le premier, le nom de « philosophie ». Accueillant en elle les connaissances les plus diverses (si l'on en croit Héraclite, qui accusa Pythagore de « polymathie »), elle accordait vraisemblablement une… Lire la suite
81.  RHAZÈS, arabe ABŪ BAKR MUḤAMMAD IBN ZAKARĪYĀ AL-RĀZĪ (865 env.-env. 925)

Écrit par : Universalis

Médecin, alchimiste et philosophe persan, né vers 865 à Ray, près de Téhéran, mort vers 925 à Ray… Lire la suite
82.  STRATON DE LAMPSAQUE (-330 env.-env. -270)

Écrit par : Michel GAREL

Philosophe péripatéticien. Également surnommé le Physicien. Disciple de Théophraste, Straton succéda à ce dernier comme chef de file du Lycée, position qu'il occupa pendant dix-huit ans. Il fut sans doute, pendant un temps, le précepteur de Ptolémée II Philadelphe et jouit de la protection d'Arsinoé,… Lire la suite
83.  SYSTÈME GÉOCENTRIQUE DE PTOLÉMÉE

Écrit par : James LEQUEUX

Dans sa Syntaxe mathématique, plus connue sous le titre d'Almageste, et dans laquelle la dernière observation consignée date de 141, Claude Ptolémée (iie siècle) expose l'ensemble des… Lire la suite
84.  SYSTÈMES DU MONDE - (repères chronologiques)

Écrit par : James LEQUEUX

Fin du vie siècle - début du ve siècle avant J.-C. Philolaos propose que la Terre, la… Lire la suite
85.  TERRE - La planète Terre

Écrit par : Jean AUBOUINJean KOVALEVSKYEvry SCHATZMAN

Dans le chapitre "Histoire de la Terre"  : … L'Antiquité ne s'était intéressée qu'aux phénomènes dynamiques les plus apparents, éruptions volcaniques et tremblements de terre d'une part, érosion et sédimentation d'autre part, avec toutefois une attention portée aux fossiles. L'œuvre d'Aristote accomplit la synthèse de cette première pensée scientifique, largement… Lire la suite
86.  THĀBIT IBN QURRA AL-ḤARRĀNĪ AL-ṢĀBI' (836-901)

Écrit par : Universalis

Mathématicien, astronome, médecin et philosophe arabe, né en 836 en Syrie, mort en 901 à Bagdad… Lire la suite
87.  THALÈS

Écrit par : Bernard PIRE

On considère généralement que Thalès de Milet fut le premier philosophe et mathématicien grec. Sa renommée est telle qu'il fait partie des sept sages de l'Antiquité honorés par Diogène Laërce. Il voyagea en Égypte, où il détermina la hauteur d'une pyramide à partir de son ombre et de celle d'un bâton… Lire la suite
88.  THALÈS DE MILET (-625 env.-env. -547)

Écrit par : Clémence RAMNOUX

Thalès avait environ quarante ans lors de l'éclipse du Soleil dont la prédiction lui a valu de rester célèbre (585 av. J.-C.). Il possédait des connaissances en astronomie assez positives et assez avancées pour faire des prévisions rationnelles. Il habitait la cité ionienne de Milet, port et centre d'un commerce étendu aux… Lire la suite
89.  THÉÉTÈTE (-415 env.-env. -369)

Écrit par : Barbara CASSIN

Mathématicien grec, élève de Théodore de Cyrène. Le dialogue de Platon qui porte le nom de Théétète permet de situer approximativement sa naissance en ~ 415 et sa mort (à la suite d'une blessure de guerre et d'une dysenterie) vers ~ 369. Théodore le présente à Socrate comme un élève d'une nature… Lire la suite
90.  THÉODORE DE CYRÈNE (fin -Ve-déb. -IVe s.)

Écrit par : Barbara CASSIN

Mathématicien grec, qui enseignait à Cyrène (on ne doit pas le confondre avec Théodore l'Athée, dit aussi Théodore de Cyrène). D'après Diogène Laërce (III, vi), Théodore de Cyrène aurait connu et même instruit Platon, lors de son passage dans cette ville. Platon fait d'ailleurs de lui un des… Lire la suite
91.  THÉORIE DE L'ARC-EN-CIEL

Écrit par : Bernard PIRE

Né à Ilchester (Angleterre) et mort à Oxford, le moine franciscain philosophe et théologien Roger Bacon (vers 1220-1292) appartient à l'école d'Oxford où il fut le disciple de Robert Grosseteste (vers 1175-1253), après avoir été étudiant à Paris. Dans l'Opus maius envoyé en 1267 au pape Clément VI, il… Lire la suite
92.  THÉORIE HÉLIOCENTRIQUE D'ARISTARQUE DE SAMOS

Écrit par : James LEQUEUX

L'observation du ciel conduit tout naturellement à penser que c'est le Soleil qui tourne autour de la Terre : c'était l'opinion d'Aristote (385 env.-322 avant J.-C.) et de ses contemporains. Un siècle après Aristote, Aristarque de Samos (310 env.-env. 230 avant J.-C.) émet l'hypothèse que c'est en fait la Terre qui tourne… Lire la suite
93.  TRAITÉ DES CORPS FLOTTANTS (Archimède)

Écrit par : Bernard PIRE

Archimède (— 287-— 212) est sans aucun doute un des plus importants personnages de la science antique. Ses travaux sont encore mal connus et l'on a parfois du mal à distinguer les faits historiques d'éléments quasi légendaires qui les accompagnent depuis plusieurs siècles. Dans le… Lire la suite
94.  ṬŪSĪ MUḤAMMAD IBN MUḤAMMAD NAṢĪR AL-DĪN AL- (1201-1274)

Écrit par : Universalis

Philosophe, scientifique et mathématicien persan, né le 18 février 1201 à Ṭūs (Khūrāsān), mort le 26 juin 1274 à Bagdad… Lire la suite
95.  ZOOLOGIE (HISTOIRE DE LA)

Écrit par : Valérie CHANSIGAUD

Dans le chapitre "Aristote et les origines de la science des animaux"  : … C'est Aristote (384-322 av. J.-C.) qui est l'auteur de l'œuvre zoologique de l'Antiquité la plus remarquable en ce qu'il analyse l'ensemble des phénomènes de la nature et de l'être humain dans une approche unifiée. Il réalise la classification d'environ 500 espèces d'animaux en se fondant sur les modes de vie, l'anatomie et la physiologie. Il mêle… Lire la suite

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.