BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

HÉMATOLOGIE

L'hématologie est la science du sang. Mais elle n'est pas seulement la science du sang, car avec le sang elle a pour objet les organes qui forment, les organes qui détruisent les éléments du sang. Elle n'est pas la science de tout le sang, car par convention certaines substances que le sang ne fait que véhiculer, sucre, urée, chlorures, ne lui appartiennent pas.

Bien que le sang, liquide rouge omniprésent, source de la vie, tienne dans toutes les médecines magiques ou primitives un rang majeur, l'hématologie est longtemps demeurée une discipline mineure. La première monographie est celle de Thomas Schwencke, Haematologia sive Sanguis historia, publiée à La Haye en 1743, et le premier traité véritable est écrit en 1843 par Gabriel Andral sous le titre d'Essai d'hématologie pathologique. Au xixe siècle, alors que s'édifient la pneumologie, la cardiologie, la neurologie, l'hématologie reste ésotérique. Cette situation se prolonge pendant tout le premier tiers du xxe siècle. Puis soudain, par une heureuse concordance de progrès techniques et de l'ouverture de voies originales de la pensée scientifique, l'hématologie se trouve portée au premier rang. Elle inspire des recherches qui vont renouveler la médecine tout entière et, au-delà de la médecine, l'anthropologie et l'ethnologie. Elle permet des applications pratiques et efficaces des données fondamentales.

La première définition biologique de l'homme, une nouvelle définition des populations, la naissance de la pathologie moléculaire, la première définition biochimique du terrain morbide, l'essor de la transfusion sanguine et les millions de vies sauvées, la connaissance des étonnants conflits biologiques qui pendant la grossesse opposent la mère et l'enfant qu'elle porte, la guérison de l'anémie pernicieuse, la découverte des fondements biologiques des greffes d'organes, celle des dangers des radiations, l'étude des leucémies, maladies pilotes de la cancérologie, l'étude des plaquettes sanguines laissant espérer la préventi […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  12 pages…

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« HÉMATOLOGIE » est également traité dans :

ADÉNOGRAMME

Écrit par :  Laurent DEGOS

… *L'adénogramme correspond à l'examen du frottis du suc ganglionnaire après ponction d'un ganglion. La ponction de ganglion est une technique simple et sans danger. Le ganglion est piqué avec une aiguille, et le suc ganglionnaire est éjecté sur une lame grâce à une seringue. Ce suc est ensuite étalé et séché sur cette lame. Après coloration, le… Lire la suite
ANÉMIES

Écrit par :  Bruno VARET

L'*anémie est souvent identifiée à la pâleur. Cette notion populaire correspond à une donnée physiologique : les globules rouges contiennent un pigment de coloration rouge, l'hémoglobine. Ce pigment, rouge comme la couleur du sang qui s'écoule d'une blessure, participe à la coloration des téguments. Cette… Lire la suite
ANTIAGRÉGANTS PLAQUETTAIRES

Écrit par :  Jacques CAENJean-Luc WAUTIER

… *Les plaquettes ont un rôle dominant dans la genèse des thromboses artérielles et de l'athérosclérose, en intervenant au moins sur l'altération endothéliale ou sous-endothéliale, la prolifération des cellules musculaires lisses, ce qui a conduit à l'utilisation et à la rationalisation de médicaments capables de modifier les fonctions des plaquettes… Lire la suite
AUTO-IMMUNITAIRES MALADIES

Écrit par :  Guy-André VOISIN

Dans le chapitre "Troisième groupe de M.A.I."  : …  les types I et II, est à retenir : il concerne essentiellement des M.A.I. sanguines et hépatiques. *Parmi les premières : les anémies hémolytiques auto-immunitaires les plus fréquentes à anticorps IgG « chauds » et opsonisants, anti-Rh, les autres à anticorps IgM « froids » anti-antigène I de surface ; les purpuras thrombopéniques (par manque de… Lire la suite
BERNARD JEAN (1907-2006)

Écrit par :  Jacques-Louis BINET

…  ou les sociétés savantes, et au comité des sages, voulu par le général de Gaulle après 1958.* Il l'a surtout, personnellement, incarnée à l'hôpital Saint-Louis, au centre Georges-Hayem, où il a créé une nouvelle discipline, l'hématologie, modèle de la nouvelle médecine. Celle qui connaît le temps plein hospitalier et l'unité de lieu (… Lire la suite
CELLULE - La prolifération

Écrit par :  Axel KAHNMichel SIGOT Universalis

Dans le chapitre "Facteurs de croissance actifs sur les lignées hématopoïétiques"  : …  *Cinq substances stimulant la prolifération des lignées cellulaires à l'origine des cellules sanguines ont été caractérisées ; leur efficacité est telle que certaines de ces molécules ont déjà donné lieu à des tests thérapeutiques. L'érythropoïétine provoque la différenciation et stimule la prolifération des précurseurs précoces de la… Lire la suite
CRYOGLOBULINES

Écrit par :  Laurent DEGOS

… *Par définition, les cryoglobulines sont des globulines sériques qui précipitent à une température inférieure à 37 0C. Cette précipitation au froid provoque des troubles liés aux variations de la température. Les extrémités du corps (doigts, orteils, oreilles, nez) exposées au froid deviennent blanches, puis bleues et peuvent même se… Lire la suite
DAUSSET JEAN (1916-2009)

Écrit par :  Jean-Luc TEILLAUD

…  ou médecine qu'il partagea avec les Américains Baruj Benacerraf et George David Snell. L'*intitulé du laboratoire de Jean Dausset, « laboratoire d'immuno-hématologie », résume bien le parcours de ce scientifique. Initialement formé à la transfusion sanguine, qu'il a pratiquée pendant la Seconde Guerre mondiale, il observe, en 1952, que… Lire la suite
DÉFICIT EN GLUCOSE-6-PHOSPHATE DÉSHYDROGÉNASE

Écrit par :  Universalis

… *Maladie héréditaire du métabolisme caractérisée par une augmentation de la tendance à la destruction des globules rouges qui libèrent leur hémoglobine (hémolyse), en particulier après absorption de certains médicaments. Comme son nom l'indique, la maladie est due à une diminution importante de l'activité d'une enzyme (catalyseur organique), la… Lire la suite
ÉRYTHRODERMIES

Écrit par :  Pierre de GRACIANSKY

… *Lésions érythématosquameuses caractérisées par leur étendue et par leur durée. Parmi les érythrodermies, on distingue par leur aspect : l'érythrodermie pityriasiforme de Hebra-Jadassohn, à desquamation fine ; le type Wilson-Brocq, desquamant par larges lambeaux ; les érythrodermies œdématovésiculeuses, où à la rougeur et à la desquamation s'associe… Lire la suite
HÉMAGGLUTINATION

Écrit par :  Jacques BEJOT

… *Agglutination des hématies aboutissant à la formation de petits amas visibles à l'œil nu, l'hémagglutination est une méthode très employée en immunologie pour détecter les anticorps et les antigènes. Il existe trois sortes de réactions d'hémagglutination. Dans la première, utilisée pour la détermination des groupes sanguins, on fait agir des… Lire la suite
HÉMOCLASIQUE CRISE

Écrit par :  François BOURNÉRIAS

… *La crise hémoclasique, quelle qu'en soit la cause, traduit une destruction massive et brutale des globules rouges (hémolyse). Son intensité dépend de l'importance du désordre sanguin. Elle associe un tableau d'anémie aiguë, de la fièvre, une hémoglobinurie fréquente, auxquels s'ajoute rapidement un ictère. Ce tableau va s'atténuer en quelques jours… Lire la suite
HÉMOGLOBINOPATHIES

Écrit par :  Michel COHEN-SOLALJean-Claude DREYFUS

L'*hémoglobine peut être l'objet des modifications héréditaires. Chez le sujet homozygote, ces mutations entraînent la synthèse d'une hémoglobine anormale et il en résulte des troubles cliniques plus ou moins graves. En revanche, chez le sujet hétérozygote, de l'hémoglobine normale est… Lire la suite
HÉMOGRAMME

Écrit par :  Laurent DEGOS

… *Décompte des cellules contenues dans le sang. Un volume exactement connu de sang est dilué dans un réactif approprié à la catégorie de cellules sanguines que l'on veut étudier. En tenant compte de la dilution et du volume de sang prélevé, les résultats seront donnés en nombre d'éléments par millimètre cube. Le dénombrement de ces éléments est… Lire la suite
HÉMOLYSE & SYNDROMES HÉMOLYTIQUES

Écrit par :  François BOURNÉRIAS

… *L'hémolyse est la lyse des hématies du sang circulant ; elle doit être notable pour entraîner des manifestations cliniques dont l'intensité sera parallèle à la quantité de cellules sanguines détruites : anémie avec toutes ses manifestations, ictère à bilirubine libre, hémoglobinurie en cas de lyse massive. Secondairement apparaîtra la régénération… Lire la suite
HÉMOPHILIE

Écrit par :  Édith FRESSINAUDDominique MEYER

L'*hémophilie est une affection hémorragique héréditaire due à la diminution ou à l'absence d'un facteur de coagulation dit facteur antihémophilique. L'existence de facteurs antihémophiliques A et B permet de distinguer deux formes différentes d'hémophilies : l'hémophilie A et l'hémophilie B… Lire la suite
HÉMORRAGIES

Écrit par :  Jean-Pierre SOULIER Universalis

Le *sang est composé d'un liquide, le plasma, et d'éléments figurés, les globules rouges, les globules blancs, les plaquettes sanguines. C'est au niveau du plasma et des plaquettes que se trouvent les mécanismes capables de transformer le sang liquide en une masse solide. Ce phénomène biochimique,… Lire la suite
IONOGRAMME

Écrit par :  François BOURNÉRIAS

… *Mesure des substances ionisées dissoutes dans les fluides de l'organisme. On établit habituellement en clinique des ionogrammes sanguin (ou plus exactement plasmatique) et urinaire. Les concentrations des différents ions sont exprimées en milliéquivalent par litre de plasma (mEq/l). Le total des cations électropositifs égale toujours celui des… Lire la suite
LANDSTEINER KARL (1868-1943)

Écrit par :  Paul SPEISER

Dans le chapitre "Le père de l'immunologie sanguine"  : …  *Le premier travail scientifique sur l'agglutination de certains globules rouges par le sérum d'autres individus paraît en 1900. En 1901, Landsteiner publie un article fondamental : « Über Agglutinationserscheinungen normalen menschlichen Blutes » (Wiener klinische Wochenschrift, 1901), où il définit les réactions des groupes sanguins A, B… Lire la suite
LECTINES

Écrit par :  Jacques MIÈGE

Dans le chapitre "Utilisation"  : …  sont fréquemment employées en immunologie, sérologie, cancérologie, biologie cellulaire, etc. En *hématologie, elles sont couramment utilisées pour caractériser les groupes sanguins, séparer les leucocytes et les érythrocytes, agglutiner les cellules sanguines afin de séparer le plasma, déceler et isoler les macromolécules contenant des résidus… Lire la suite
LEUCÉMIES

Écrit par :  Michel LEPORRIER

Le* mot « leucémie » apparaît pour la première fois sous la plume de Rudolf Virchow, qui décrit en 1845 un envahissement du sang par les globules blancs (weisses blut, « sang blanc »). Faute de disposer à cette époque de méthodes de coloration pour l'examen des cellules au microscope, il n'était guère… Lire la suite
LEUCOPÉNIE

Écrit par :  Michel PRIVAT DE GARILHE

… *Diminution anormale du nombre des globules blancs du sang (leucocytes) qui tombent à moins de 5 000 unités par millimètre cube de sang. Elle accompagne fréquemment certaines affections, surtout celles qui sont causées par des virus ou des protozoaires, la malnutrition, les anémies chroniques, certains troubles spléniques, l'agranulocytose, le lupus… Lire la suite
MÉTHÉMOGLOBINÉMIE

Écrit par :  Universalis

… *La méthémoglobinémie est une diminution héréditaire ou acquise de la capacité des globules rouges à transporter l'oxygène. L'hémoglobine des globules rouges doit, pour lier l'oxygène, être sous forme réduite (non oxydée). La méthémoglobine, forme oxydée de l'hémoglobine, en est incapable. Différents catalyseurs organiques permettent normalement de… Lire la suite
MINOT GEORGE RICHARDS (1885-1950)

Écrit par :  Samya OTHMAN

… *Médecin américain, né en 1885 à Boston, mort en 1950 à Brooklyne (Massachusetts), George Minot obtient le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1934 avec ses compatriotes William Parry Murphy et George Hoyt Whipple, pour la thérapie de l'anémie pernicieuse. Professeur de médecine à l'université Harvard, praticien associé au Boston City Hospital… Lire la suite
MURPHY WILLIAM PARRY (1892-1987)

Écrit par :  Samya OTHMAN

… *Médecin hématologiste américain, né en 1892 à Stoughton (Wisconsin), professeur de médecine à l'université de Harvard, Murphy est connu pour ses travaux sur les anémies, en particulier l'anémie pernicieuse et son traitement oral à base d'extraits de foie cru dont l'activité thérapeutique devait être expliquée en 1948 par la présence de la fragile… Lire la suite
MYÉLOGRAMME

Écrit par :  Laurent DEGOS

… *Examen cytologique de la moelle osseuse, c'est-à-dire des cellules du tissu qui fabrique les cellules du sang. La moelle rouge des épiphyses des os longs et des os plats permet de produire 250 milliards de globules rouges par jour, 150 milliards de plaquettes et quelques dizaines de milliards de leucocytes polynucléaires. Cet organe a donc une très… Lire la suite
NEUTROPÉNIES

Écrit par :  Laurent DEGOS

… *Lorsqu'elle est importante, la diminution du taux sanguin des polynucléaires neutrophiles (polynucléaires inférieurs à 500 par mm3) s'accompagne de risques infectieux majeurs (angine ulcéronécrotique, septicémies graves). Les agranulocytoses peuvent se situer dans le cadre d'insuffisance médullaire totale, qu'elles soient dues à… Lire la suite
PATHOLOGIE MOLÉCULAIRE DES HÉMOGLOBINES - (repères chronologiques)

Écrit par :  Dominique LABIE

… * L. Pauling : isolement par électrophorèse de l'hémoglobine S de la drépanocytose. V. Ingram : notion de maladie moléculaire (différence de structure entre hémoglobines A et S). V. Ingram : phylogénie des hémoglobines et démembrement des thalassémies. M. Perutz : structure tridimensionnelle de l'hémoglobine (cristallographie de rayons X). M. Perutz… Lire la suite
PHOSPHORÉMIE

Écrit par :  François BOURNÉRIAS

… *Dosage de la concentration du phosphore contenu dans les phosphates inorganiques du plasma. La phosphorémie normale subit de notables variations chez une population de sujets sains : elle est comprise entre 30 et 45 mg/l chez l'adulte, et elle est plus élevée chez l'enfant. La phosphorémie joue un rôle important dans la régulation de la calcémie.… Lire la suite
POLYGLOBULIES

Écrit par :  Didier LAVERGNE

… *Syndromes caractérisés par l'augmentation du nombre de globules rouges (hématies) dans le sang. La polyglobulie idiopathique, ou maladie de Vaquez, se caractérise par la teinte particulière des téguments (érythrose) associée à une splénomégalie. Des complications graves (hémorragies buccales et digestives, avec ulcères gastriques, associées à des… Lire la suite
PURPURAS

Écrit par :  Jacques CAENJacques DELOBEL

Dans le chapitre "Purpuras avec anomalie de l'hémostase"  : …  Le* purpura peut être dû soit à une réduction du nombre des plaquettes, soit à une altération fonctionnelle de celles-ci, cette altération pouvant être ou primitive ou liée à une anomalie plasmatique, encore que le mécanisme exact ne puisse être toujours élucidé… Lire la suite
SANG - Composition et propriétés

Écrit par :  Alain COSSONJacques ROUFFY

Dans le chapitre " Constitution"  : …  Le *sang est formé d'une suspension homogène de corpuscules dans du plasma. Ces corpuscules sont de trois types : globules rouges (encore appelés hématies, ou érythrocytes), globules blancs (ou leucocytes), plaquettes (ou thrombocytes… Lire la suite
SANG - Écoulement

Écrit par :  Jean-François STOLTZ

Trop *souvent, des résultats bien établis en mécanique des fluides classique ont été appliqués à l'hémodynamique, sans même s'assurer de la validité des hypothèses de départ. Il faut, en effet, tenir compte de trois données particulières à l'écoulement du sang : d'abord la nature du fluide, qui est une… Lire la suite
SANG - Coagulation

Écrit par :  Jacques CAENGérard TOBELEM Universalis

La *coagulabilité du sang est une propriété d'importance vitale, car elle assure l'hémostase en réalisant la fermeture des effractions qui affectent les vaisseaux sanguins. Divers phénomènes locaux permettent l'arrêt du saignement en trois minutes, mais il en faut cinq pour la coagulation du sang, car celle-ci implique… Lire la suite
SELIGMANN MAXIME (1927-2010)

Écrit par :  Gabriel GACHELIN

…  1957, il rejoint Jean Bernard, spécialiste des maladies du sang, à l'hôpital Saint-Louis (Paris). *Agrégé en 1961, il se spécialise en immuno-hématologie et effectuera toute sa carrière scientifique dans cet hôpital, comme directeur du laboratoire d'immunologie de l'Institut de recherches sur les maladies du sang puis de l'Unité d'enseignement et… Lire la suite
WILLEBRAND MALADIE DE ou ANGIOHÉMOPHILIE

Écrit par :  Universalis

… *La maladie de Willebrand, également appelée pseudohémophilie B, hémophilie vasculaire ou angiohémophilie, est une maladie héréditaire hémorragique caractérisée par une augmentation du temps de saignement et un déficit en facteur antihémophilique (facteur VIII), facteur important de la coagulation. Cette maladie est liée au déficit en facteur von… Lire la suite
XANTHOMATOSE

Écrit par :  Pierre de GRACIANSKY

… *La xanthomatose cutanée est réalisée par un dépôt lipidique à l'intérieur de cellules du derme (cellules de Touton) constituant des plaques infiltrées (xanthome plan), des tumeurs (xanthome tubéreux) ou une éruption passagère (xanthome éruptif). Certains xanthomes normolipémiques représentent un stade tardif de certaines hématodermies (… Lire la suite

Afficher la liste complète (37 références)

 

Dictionnaire

Définition du mot "HEMATOLOGIE"

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média