BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

HEINE HEINRICH (1797-1856)

Plus d'un siècle après sa mort, Heine demeure un écrivain discuté, en particulier dans son propre pays. Sans qu'on lui dénie du talent, sa personne est souvent mise en cause et son nom passionne les débats. Auteur de lieder, et parmi les plus populaires dans les pays de langue allemande, il semblerait devoir, par là, échapper aux polémiques ; mais son œuvre lyrique compte aussi de grandes parties satiriques dont les traits portent et réveillent d'anciennes blessures.

Il a échoué au théâtre et ne s'est jamais essayé au roman, mais il a découvert, avec le récit de voyage, une forme flexible, capable de supporter toutes les digressions et toutes les variations, et il a su, avec une exceptionnelle virtuosité, y mêler la prose et les vers, la rêverie et la moquerie, les bons mots et les aperçus soudainement révélateurs. Aussi a-t-il été, sa vie durant, journaliste, principalement à Paris où il vint après la révolution de Juillet.

Il lui apparut alors que sa mission serait de servir d'interprète aux deux littératures, analysant l'Allemagne pour le public français et faisant à ses lecteurs allemands le tableau de Paris. Ce dédoublement lui a été quelquefois reproché, surtout du côté allemand où on lui pardonne souvent mal sa liberté de jugement, son goût de l'irrévérence. Pourtant, c'est le chancelier Bismarck lui-même qui l'a défendu, un jour, au Reichstag : « N'oubliez pas, Messieurs, qu'il est, après Goethe, l'auteur des plus beaux lieder en langue allemande. »

1.  De Düsseldorf aux universités

Heinrich Heine a écrit que toute sa carrière, au long de sa vie, s'expliquait par ses origines. Il voulait rappeler par là qu'il était né dans une famille juive, à Düsseldorf, au bord du Rhin, en un temps où cette ville était française (elle devait le demeurer durant la période napoléonienne). Les juifs de Düsseldorf jouissaient en 1799 de plus de libertés et de droits que dans la plupart des autres villes allemandes et, si l'on en croit ses souvenirs, le jeune Heinrich, d'abord appe [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  4 pages…

 

Pour citer cet article

GRAPPIN, « HEINE HEINRICH - (1797-1856)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-heine/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« HEINE HEINRICH (1797-1856) » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

Écrit par :  Nicole BARYClaude DAVIDClaude LECOUTEUXÉtienne MAZINGUEClaude PORCELL

Dans le chapitre "Un demi-siècle de pénombre"  : …  Le sentiment que Henri Heine exprime, peut-être avec un peu d'ironie : « Goethe n'est plus. Les dieux sont morts », est partagé par l'Allemagne entière. Après un demi-siècle d'invention et de richesse, on éprouve tout à coup le vide. Les talents, bien entendu, ne disparaissent pas pour autant ; mais ils sont isolés, calfeutrés au fond des provinces… Lire la suite
BIERMANN WOLF (1936-    )

Écrit par :  M. NUGUE

Fils d'un communiste assassiné à Auschwitz par les nazis, élevé dans la tradition communiste, membre des Jeunes Pionniers, puis du Parti socialiste unifié, Wolf Biermann, né à Hambourg en 1936 et passé à l'Est en 1953, disposait de tous les atouts permettant d'espérer une carrière paisible dans le pays qu'il avait… Lire la suite
HEYM STEFAN (1913-2001)

Écrit par :  Nicole BARY

Stefan Heym est mort le 16 décembre 2001 en Israël où il venait de prononcer une conférence sur Heinrich Heine, ce poète à qui soixante-cinq ans plus tôt il avait consacré sa thèse. Comme lui, Stefan Heym aura refusé toute sa vie de hurler avec les loups… Lire la suite
MÜLLER WILHELM (1794-1827)

Écrit par :  Brigitte MASSIN

Sans l'Intermezzo lyrique de Heinrich Heine et sans les deux cycles de lieder, La Belle Meunière et Le Voyage d'hiver, de Franz Schubert, qui se souviendrait encore aujourd'hui — hors des limites du monde germanique — du nom et du rôle du… Lire la suite
PLATEN AUGUST VON (1796-1835)

Écrit par :  Marie-Claude DESHAYES

Républicain par ses idées, aristocrate dans sa recherche de la beauté formelle, August von Platen est avant tout poète lyrique. Admirateur de l'Antiquité et de la Renaissance, il considère la poésie comme une véritable mission. Mi-Tristan, mi-don Quichotte, il refuse le trivial et le laisser-aller. Sa philosophie se fonde sur une esthétique… Lire la suite
ROMANCERO, livre de Heinrich Heine

Écrit par :  Isabelle KALINOWSKI

Le Romancero (1851), dernier grand recueil lyrique de Heinrich Heine (1797-1856), l'écrivain allemand exilé à Paris, expose dans une veine grinçante et radicale le bilan d'un rapport singulièrement déchiré avec le genre poétique. Dès le Livre des chants (1827),… Lire la suite
TRANSFERTS CULTURELS

Écrit par :  Michel ESPAGNE

de l’histoire littéraire du xixe siècle et de l’œuvre de Heinrich Heine (1797-1856). La question était celle-ci : comment aborder l’œuvre d’un écrivain allemand, qui a passé l’essentiel de sa période créatrice à Paris, décrivant la France de Louis-Philippe, de la révolution de 1848 et des débuts du Second Empire comme un… Lire la suite

Afficher la liste complète (7 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.