BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

GUINÉE ÉQUATORIALE

2.   Une économie traditionnelle transformée par la découverte d'hydrocarbures

Au temps des Espagnols, la Guinée était l'un des pays les plus prospères d'Afrique, car tout y était mis en œuvre pour permettre aux investisseurs métropolitains d'obtenir un rendement élevé et à la population, l'insulaire tout au moins, de recueillir les miettes d'un développement indéniable à partir du début des années 1950.

La Guinée espagnole était le fleuron de la colonisation ibérique grâce, avant tout, à une politique de subvention des prix d'achat du café et surtout du cacao dont l'Espagne est grosse consommatrice. Cette économie reposait sur un triptyque : cacao, café, bois, les autres cultures tropicales (oléagineux, bananes) étant accessoires. Le cacao constituait la raison d'être de Bioko, qui disposait de plus de 41 000 hectares (un millier de plantations) cultivés, non pas par une paysannerie locale, mais par un prolétariat allogène (Nigérians) pouvant atteindre 30 000 personnes sous contrat. Bien que les Africains locaux, les Bubi et les Fernandinos, aient conservé la propriété d'environ 800 plantations, ils louaient la plupart de leurs terres à des planteurs européens et profitaient au maximum des prix préférentiels consentis par la métropole. Modernes, relativement bien gérées, les plantations produisaient un des meilleurs cacaos du monde

La cassure politique de mars 1969 (rapatriement d'une grande partie des Européens), l'irrationalité de la gestion du pays, l'absence d'entretien, le manque de devises et surtout le départ quasi total des travailleurs nigérians maltraités et non payés par les Équato-Guinéens aboutirent à faire chuter la production à moins de 8 000 tonnes dans les dernières années de la dictature du président Macías. Ce dernier avait introduit sur les plantations d'État (celles qui étaient abandonnées par les Européens) le travail forcé de 20 000 de ses compatriotes du Río Muni pour remplacer les Nigérians disparus, mais l'utilisation de ces « esclaves du cacao », outre les drames humains qu'elle impliquait, était un effroyable gâchis économique. Depuis le début du xxie siècle, la production d[...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  7 pages…

 

Pour citer cet article

René PELISSIER,  E.U., « GUINÉE ÉQUATORIALE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guinee-equatoriale/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« GUINÉE ÉQUATORIALE » est également traité dans :

MACÍAS NGUEMA FRANCISCO (1924-1979)
MALABO

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.