BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

GRIMM JAKOB (1785-1863) et WILHELM (1786-1859)

Il est sans doute peu d'œuvres qui aient connu à l'égal des Contes des frères Grimm une telle fortune auprès des lecteurs de tout âge et de toutes les couches sociales. Ce succès durable est à la fois mérité et injuste : il rend certes hommage au génie littéraire des deux frères, mais il étouffe leurs personnalités réciproques en les confondant dans une même gloire ; il les sacre grands écrivains modernes, mais fait oublier qu'ils sont, surtout l'aîné, les fondateurs de la germanistique. Il n'est pas un enfant qui ignore leurs contes, mais il est bien peu d'adultes qui comprennent ce que fut l'admirable travail de Jakob et Wilhelm, qui sont d'abord de grands écrivains romantiques.

1.  Élaboration des « Contes »

Les frères Grimm naquirent à Hanau, Jakob en 1785, Wilhelm en 1786, et tous deux moururent à Berlin, le cadet en 1859, Jakob en 1863. Au cours de leurs études de droit, ils furent disciples du célèbre juriste Friedrich von Savigny.

L'aîné connut une carrière brillante : bibliothécaire du roi de Westphalie, professeur d'histoire médiévale à l'université de Göttingen – dont il fut renvoyé à cause de ses idées politiques –, membre du Parlement de Francfort ; le cadet ne fut que sous-bibliothécaire, avant de professer également à l'université de Göttingen.

Mais l'œuvre des deux frères – qu'il s'agisse des Contes ou de leur travail scientifique – est née tout entière de leur profonde intimité, d'une communauté de sentiments et d'intérêts intellectuels qui les unit jusqu'au bout. Leur gloire montante éclipsa bientôt le talent de graveur et de dessinateur de Ludwig, le troisième des frères Grimm, dont les Mémoires sont pleins d'intérêt.

Les frères Grimm ne voulaient pas faire œuvre véritablement créatrice en éditant leurs contes, mais seulement sauver, pendant qu'il en était temps encore, les grands témoignages du sentiment populaire poétique en Allemagne. Cette intention n'était pas très originale au moment de leur première édition. Ils avaient eu pour précurseurs de nombreux romantiques, dont Ludwig [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  3 pages…

 

Pour citer cet article

Michel-François DEMET, « GRIMM JAKOB (1785-1863) - et WILHELM (1786-1859)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/grimm-jakob-et-wilhelm/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« GRIMM JAKOB (1785-1863) et WILHELM (1786-1859) » est également traité dans :

CONTE

Écrit par :  Bernadette BRICOUT

Dans le chapitre "Transcription ou trahison ?"  : …  les croyances du temps jadis et une ironie qui, pour ainsi dire, les désamorce de l'intérieur ». Si les frères Grimm se font un devoir de restituer fidèlement le contenu des contes recueillis, ils admettent bien volontiers que, dans le domaine stylistique, « l'expression et l'exécution du détail viennent d'eux pour la plus grande part ». Andersen… Lire la suite
CONTES DE L'ENFANCE ET DU FOYER, livre de Jakob et Wilhelm Grimm

Écrit par :  Christian HELMREICH

La publication en 1812 du premier volume des Contes des frères Jakob (1785-1863) et Wilhelm Grimm (1786-1859) s'inscrit dans un mouvement de redécouverte de la culture « populaire », particulièrement sensible en Allemagne depuis l'édition par Johann Lire la suite
FOLKLORE

Écrit par :  Nicole BELMONT

Dans le chapitre "Les genres"  : …  En revanche, en Allemagne, contes et légendes mobilisent une grande partie des travaux des frères Grimm. En 1860, les Kinder- und Hausmärchen ont déjà eu sept éditions progressivement enrichies, tandis que le troisième volume, Anmerkungen (les « remarques », « annotations »), en est à sa troisième édition. Celui-ci, qui… Lire la suite
RACKHAM ARTHUR (1867-1939)

Écrit par :  Laura NOESSER

Né à Lewisham, en Angleterre, Rackham suit les cours du soir de l'école d'art de Lambeth en gagnant sa vie dans le journalisme illustré qu'il abandonne dès que sa formation longue et ardue lui permet d'exprimer son talent d'illustrateur. Le tournant décisif de sa carrière se situe en 1900, année où il rencontre sa future femme, artiste sensible qui… Lire la suite
VERNER KARL ADOLF (1846-1896)

Écrit par :  Louis-Jean CALVET

Linguiste danois, apparenté à l'école dite des Junggrammatiker (jeunes grammairiens) et surtout connu pour la loi qui porte son nom (loi de Verner), formulée en 1875. Cette loi complète la loi de Grimm sur la mutation en haut-germanique, prenant en compte les exceptions à cette loi (passage des aspirées sourdes à des aspirées… Lire la suite

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.