BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

GOETHE (J. W. von) (repères chronologiques)

28 août 1749 Naissance de Goethe à Francfort-sur-le-Main.

1770-1771 À Strasbourg, où il poursuit ses études, Goethe se lie avec Herder. Avec lui, il va participer au Sturm und Drang, mouvement de réaction aux Lumières.

1772 Architecture allemande.

1773 Première version du drame Goetz von Berlichingen.

1774 Les Souffrances du jeune Werther (1re version).

1776 S'installe à Weimar auprès du duc Charles-Auguste.

1780 Première version de Faust.

1776-1786 Travaille à La Vocation théâtrale de Wilhelm Meister (livres I-VI).

Septembre 1786-juin 1788 Voyage en Italie (Rome, Naples, Sicile).

1787 Publication de la seconde version des Souffrances du jeune Werther.

Septembre 1788 Première rencontre avec Schiller. C'est le début d'une grande amitié.

1791 Prend la direction du théâtre de la cour de Weimar.

1792 Participe à la campagne de France et assiste à la bataille de Valmy.

1794-1796 Les Années d'apprentissage de Wilhelm Meister.

1798 Travaille au Faust. Rencontre Novalis, puis Schelling. Premier numéro de l'Athenaum, revue du premier romantisme allemand.

1799 Traduit Mahomet de Voltaire.

1805 Mort de Schiller. Goethe traduit en allemand Le Neveu de Rameau, de Diderot, encore inédit en France.

1806 Bataille d'Iéna.

1808 Publication de Faust I.

1809 Les Affinités électives.

1810 La Théorie des couleurs.

1811-1814 Publie son autobiographie Poésie et vérité. Elle sera achevée en 1831.

1819 Le Divan occidental-oriental.

1820-1850 Romantisme littéraire et artistique : Byron, Chateaubriand, Lamartine, Vigny, Musset, Nerval, Heine, Turner, Friedrich, Delacroix, Géricault...

1821 Première version des Années de voyage de Wilhelm Meister. La seconde paraîtra en 1829.

1827 Préface de Victor Hugo à Cromwell, qui marque les débuts du romantisme en France.

1831 Publication de Faust I et II.

22 mars 1832 Mort de Goethe à Weimar.

Jean-François PÉPIN

Pour citer cet article

Jean-François PÉPIN, « GOETHE (J. W. von) - (repères chronologiques)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/goethe-reperes-chronologiques/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« GOETHE JOHANN WOLFGANG VON (1749-1832) » est également traité dans :

GOETHE (J. W. von)

Écrit par :  Pierre BERTAUX

« Voilà un homme ! » dit Napoléon à son entourage après avoir, en 1808, accordé à Goethe une audience. Il avait touché juste. Être un homme, telle était bien toute l'ambition de Goethe. Bien sûr, il doit sa gloire à son œuvre littéraire. Mais, poète, il n'était pas pour autant un homme de lettres. Son œuvre, c'est avant tout son existence. Son… Lire la suite
ARCHITECTURE ALLEMANDE, livre de Johann Wolfgang von Goethe

Écrit par :  Christian HELMREICH

En novembre 1772, Goethe (1749-1832) fait paraître à Francfort un court texte dont le titre, Architecture allemande, cache le sujet précis : il s'agit d'un hymne à la gloire de la cathédrale de Strasbourg et de son concepteur, Erwin de Steinbach . Par architecture allemande, Goethe désigne l'architecture gothique. Ce texte,… Lire la suite
LE DIVAN OCCIDENTAL-ORIENTAL, livre de Johann Wolfgang von Goethe

Écrit par :  Jacques LE RIDER

Goethe (1749-1832) commença à concevoir sa dernière grande œuvre poétique dans l'été 1814. Il avait alors soixante-cinq ans. Depuis les Affinités électives (1809), il s'était consacré pour l'essentiel à la composition des trois premiers livres de ses Mémoires, Poésie et vérité , et à des travaux… Lire la suite
FAUST (J. W. von Goethe)

Écrit par :  Jacques LE RIDER

La genèse de l'œuvre sans doute la plus universellement connue de Goethe (1749-1832) fut particulièrement longue. Dans le prolongement de la version primitive et non publiée (Urfaust), Faust I (Faust. Une tragédie) fut achevé le 25 avril 1806 et publié en 1808. Les sources de la matière… Lire la suite
GOETHE ET LES DÉBUTS DU NÉO-GOTHIQUE ALLEMAND - (repères chronologiques)

Écrit par :  Christian HELMREICH

1772 Parution de l'essai Architecture allemande dans lequel Johann Wolfgang von Goethe , après deux années passées à Strasbourg, célèbre l'architecture gothique. À côté du drame Götz von Berlichingen (1773) et des Souffrances du jeune Werther (1774), il s'agit de… Lire la suite
LES SOUFFRANCES DU JEUNE WERTHER, livre de Johann Wolfgang von Goethe

Écrit par :  Anouchka VASAK

En 1774 paraît un court roman épistolaire dont la fortune dépasse rapidement son jeune auteur. Si Les Souffrances du jeune Werther expriment bien la « crise » du Sturm und Drang , moment pré-romantique, « tempête et assaut » des années 1770-1780 en Allemagne, J. W. von Goethe (1749-1832) s'attachera par la suite à lui donner… Lire la suite
POÉSIE ET VÉRITÉ, livre de Johann Wolfgang von Goethe

Écrit par :  Jacques LE RIDER

J. W. von Goethe (1749-1832) avait soixante ans lorsqu'il commença à composer la première partie de son autobiographie , dont le plan fut achevé en octobre 1809. La publication des trois premières parties, divisées chacune en cinq livres, s'échelonna entre 1811 et 1814. La quatrième partie, ébauchée en 1816, achevée en 1831, fut publiée à titre… Lire la suite
THÉORIE DES COULEURS, livre de Johann Wolfgang von Goethe

Écrit par :  Christian HELMREICH

De la Théorie des couleurs (Farbenlehre) que Goethe (1749-1832) publie en 1810, résultat de vingt années d'efforts assidus, on n'a souvent retenu que l'extravagante croisade anti-newtonienne. Dans la Préface de son ouvrage, Goethe décrit le corps de doctrine de Newton (Opticks, 1704) et… Lire la suite
LE VOYAGE EN ITALIE DE GOETHE (J. Lacoste)

Écrit par :  Lionel RICHARD

Été 1786 : Goethe accompagne à Carlsbad le duc Charles-Auguste, dont il est, à Weimar, le conseiller intime. Dans cette ville de cure, aujourd'hui tchèque sous le nom de Karlovy Vary, se trouve alors également celle qu'il considère comme son âme sœur, la baronne Charlotte von Stein. Et voici que, le 3 septembre 1786, après la célébration de son… Lire la suite
WILHELM MEISTER, livre de Johann Wolfgang von Goethe

Écrit par :  Jacques LE RIDER

Wilhelm Meister a occupé Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832) à trois reprises. D'abord à l'époque de Werther, et jusqu'au départ pour l'Italie (1786). C'est au début de son séjour dans ce pays que l'écrivain abandonne ce premier projet de roman, La Vocation théâtrale de Wilhelm Lire la suite
ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

Écrit par :  Nicole BARYClaude DAVIDClaude LECOUTEUXÉtienne MAZINGUEClaude PORCELL

Dans le chapitre "Le Sturm und Drang"  : …  une nouvelle erreur. Même si, dans Intrigue et amour de Schiller (1784), quelques scènes prolongent la satire sociale de l'Aufklärung, la littérature de ces années (Goethe, Justus Möser) a bien plutôt ses regards tournés vers le passé, vers les formes traditionnelles menacées par le mouvement du temps… Lire la suite
AUTOBIOGRAPHIE

Écrit par :  Daniel OSTER

Dans le chapitre "Autobiographie et roman"  : …  décision du sujet. Dans Poésie et vérité, Goethe a souligné combien les rapports du je « biographique » et du je « fictif » ne sauraient être éclairés par l'appel à un critère de « vérité » : « Chacun voulait savoir ce que le roman contenait de vérité. J'en fus très irrité et je répondis presque toujours brutalement ; car, pour satisfaire à… Lire la suite
BENJAMIN WALTER (1892-1940)

Écrit par :  Philippe IVERNEL

Dans le chapitre "Révélation et tragédie. La question de l'origine"  : …  abordent tout autant la question de l'art en termes de vérité, si ce n'est de révélation. Dans Les Affinités électives de Goethe (1923), Benjamin commence par redéfinir les tâches du commentaire et de la critique pour mieux explorer les arcanes de l'œuvre, au moins à deux niveaux : celui de l'Éros – le geste salvateur de l'amour… Lire la suite
BERLICHINGEN GÖTZ VON (1480-1562)

Écrit par :  Bernard VOGLER

Représentant typique de la chevalerie d'Empire au temps des débuts de la Réforme, Götz von Berlichingen a connu un prestige posthume grâce au drame de Goethe qui porte son nom (1772). C'est un aventurier qui a participé à de nombreuses expéditions militaires, ce qui lui a valu de perdre la main droite, remplacée par une main… Lire la suite
BRENTANO BETTINA (1785-1859)

Écrit par :  Jean MASSIN

« Mon âme est une danseuse passionnée ; elle va dansant sur une musique intérieure qu'elle est seule à percevoir », disait d'elle-même cette attirante et inquiétante Bettina, qui pour ses raisonnables détracteurs n'est qu'une extravagante mythomane et, pour ceux qui restent sensibles à ses dons d'enchanteresse, demeure une des plus poétiques… Lire la suite
CARUS CARL GUSTAV (1789-1869)

Écrit par :  Paul-Henri BIDEAU

Issu d'une famille d'artisans aisés et cultivés de Leipzig, Carus, dès ses études achevées (1811), enseigne à l'Université l'anatomie comparée et se perfectionne en gynécologie, tout en poursuivant sa formation de peintre. Le typhus, contracté en soignant les blessés de la bataille de Leipzig, le laisse plusieurs jours entre la Lire la suite
CLASSICISME

Écrit par :  Pierre DU COLOMBIERHenri PEYRE

Dans le chapitre "Recherche d'équilibre et de perfection"  : …  ne peut en triompher. On a parfois voulu faire de cet équilibre le synonyme de la santé. Goethe, dans une boutade célèbre et peu heureuse, avait traité le classicisme de sain et le romantisme de malade. Il n'était pas peu fier lui-même, après tant d'orages auxquels il avait dû ses plus belles inspirations, d'avoir cru atteindre à une sérénité… Lire la suite
CLASSIQUE MUSIQUE DITE

Écrit par :  Marc VIGNAL

L'expression « musique classique » recouvre, selon les cas, des réalités fort diverses. La musique « classique » peut s'opposer à la musique dite populaire, légère ou de variété, et comprend alors toute la musique savante (ou sérieuse) européenne, des prédécesseurs de Pérotin aux successeurs de Pierre Boulez. On peut… Lire la suite
COULEURS, histoire de l'art

Écrit par :  Manlio BRUSATIN

Dans le chapitre "Couleurs et lumière"  : …  Théorie des couleurs (Farbenlehre, 1810). Dans cet ouvrage, Goethe s'oppose délibérément au caractère primaire de la lumière blanche et au caractère secondaire des sensations chromatiques. Leur déniant une nature abstraite, il manifeste au contraire son intérêt pour la reconstruction d'une physiologie de la vision, qui passe par la subjectivité… Lire la suite
DRAME - Drame bourgeois

Écrit par :  René POMEAU

Dans le chapitre "Diffusion du genre au XVIIIe siècle"  : …  par son réalisme avec la commedia dell'arte, tend vers l'esthétique du drame bourgeois. Mais c'est en Allemagne que le genre est le mieux accueilli. Goethe en témoigne : « Le Père de famille de Diderot, L'Honnête Criminel, Le Vinaigrier, Le Philosophe sans le savoir, Eugénie se conformaient au respectable esprit… Lire la suite
DRAME - Drame romantique

Écrit par :  Anne UBERSFELD

Dans le chapitre "L'Allemagne"  : …  Ainsi naît ce qu'on peut appeler le premier drame romantique, le Goetz von Berlichingen de Goethe (1773), histoire d'un fameux reître du xvie siècle qui prit le parti des paysans révoltés avant d'échouer et de disparaître. Les traits fondamentaux de l'écriture théâtrale romantique apparaissent déjà dans cette œuvre exempte… Lire la suite
FAUST

Écrit par :  André DABEZIES

Dans le chapitre "Étapes du Faust de Goethe"  : …  Le plus brillant de ces « jeunes gens en colère », J. W. Goethe, a incarné en son Faust beaucoup de lui-même, ses rêves démesurés et ses révoltes, son goût pour la magie et l'alchimie et jusqu'au souvenir de son amour pour une jolie Alsacienne ; Faust, retombé de ses nobles ambitions dans les pièges du démon, séduit donc,… Lire la suite
FORME

Écrit par :  Jean PETITOT

Dans le chapitre "Le vitalisme structuraliste et sémiotique"  : …  de Nature. Un cas exemplaire est celui des travaux sur la morphogenèse végétale que Goethe poursuivit de 1770 jusqu'à sa mort en 1832. Goethe ne cherchait pas tant à comprendre les bases physico-chimiques de la biologie végétale que le principe organisateur interne responsable de la manifestation morphologique des plantes.… Lire la suite
HENRI D'OFTERDINGEN, Novalis

Écrit par :  Christian HELMREICH

Dans le chapitre "Un voyage initiatique"  : …  Henri d'Ofterdingen constitue une réplique aux Années d'apprentissage de Wilhelm Meister (1796). Novalis avait été impressionné par l'ouvrage de Goethe, mais l'éloge de la sobriété et de l'utilitarisme bourgeois l'avait profondément irrité. Si, dans l'esprit de Novalis, Goethe avait rédigé une apologie de la… Lire la suite
LENZ JACOB MICHAEL REINHOLD (1751-1792)

Écrit par :  Daniel ZERKI

Jacob Lenz, pendant quelques années (de 1772 à 1776), fut considéré comme l'un des plus brillants représentants de la génération littéraire du Sturm und Drang. Il était très lié avec Goethe. Leur brouille et la brutale rupture qui s'ensuivit ont précipité son œuvre dans une obscurité et une méconnaissance dont elle a mis… Lire la suite
LETTRES SUR LA PEINTURE DE PAYSAGE, livre de Carl Gustav Carus

Écrit par :  Elisabeth DÉCULTOT

Dans le chapitre "Le tournant scientifique : Carus lecteur de Goethe"  : …  scientifique de restitution exacte du réel, peu compatible avec l'esthétique romantique. Ce tournant a été influencé par un auteur très souvent cité dans les Lettres : Goethe, l'homme qui incarne aux yeux de Carus la rencontre harmonieuse de l'art et de la science, autrement dit l'homme qui a su concilier au mieux une vision… Lire la suite
LITTÉRATURE - La littérature comparée

Écrit par :  Pierre BRUNEL

Dans le chapitre "Le temps de la littérature européenne est-il venu ?"  : …  On donne toujours en exemple la Weltliteratur selon Goethe. Mais ne faut-il pas se demander si cette littérature-là est bien une littérature comparée pour notre temps… Lire la suite
MANN (T.)

Écrit par :  André GISSELBRECHT

Dans le chapitre "Ironie, jeu et parodie"  : …  Montagne magique, pour Joseph (les deux grands essais politico-culturels sur Freud de 1929 et 1936), pour Charlotte à Weimar (les discours de 1932, l'« année Goethe », l'année « décisive », aux titres provocants : La Carrière de Goethe comme littérateur et Goethe représentant de l'ère bourgeoiseLire la suite
NATURE PHILOSOPHIES DE LA

Écrit par :  Maurice ÉLIE

Dans le chapitre "La « Naturphilosophie »"  : …  le souvenir du premier commencement des choses ». La philosophie est alors re-création. Cette unité du microcosme et du macrocosme est également exprimée par Goethe, le poète-naturaliste qui, dans sa Farbenlehre, reprend une ancienne pensée de Plotin : « Si l'œil n'était pas solaire, / Comment apercevrions-nous la lumière ? / Si… Lire la suite
NOVALIS (1772-1801)

Écrit par :  Catherine KOENIG

Dans le chapitre "Le roman inachevé"  : …  de chevaliers. Poésie, de par cette volonté de l'auteur d'en faire un « Anti-Meister », un antiroman de formation à la manière de Goethe. Car si Wilhelm Meister « devenait » quelqu'un, Heinrich n'aspire qu'à rester un poète, n'aspire qu'à la métamorphose finale, que nous ne connaissons que grâce au canevas de Ludwig Tieck, fort sujet à caution… Lire la suite
OPPOSITION CONCEPT D'

Écrit par :  Émile JALLEY

Dans le chapitre "Freud et la pensée romantique"  : …  envisageable entre la pensée romantique et Freud est incontestablement la figure de Goethe, l'écrivain que celui-ci cite le plus souvent. Or Goethe ainsi d'ailleurs que son contemporain Schiller étaient très bien initiés à la pensée de Kant, dont la Critique du jugement en particulier a beaucoup inspiré leurs conceptions… Lire la suite
PROMÉTHÉE, mythe moderne

Écrit par :  Jean MASSIN

Il est plus significatif qu'étonnant de constater la mise en sommeil à peu près totale du mythe de Prométhée dans les arts et les lettres de l'âge médiéval. Les premières allusions au vieux titan grec apparaissent aux xvie et xviie siècles (Calderón écrit… Lire la suite
ROMANTISME

Écrit par :  Henri PEYREHenri ZERNER

Dans le chapitre "Le préromantisme"  : …  sont comme les devanciers de ce que comportera de mystique et de nuageux le romantisme germanique de Novalis, de Wackenroder, de Schelling. Goethe, par son roman Werther (1774) qui est, avec Ossian, le plus adoré des livres qui nourrirent le romantisme européen, Schiller (1759-1805), par ses drames de jeunesse : Les Brigands (1782) et… Lire la suite
SATANISME, littérature

Écrit par :  Max MILNER

Dans le chapitre "Du satanisme considéré comme fondement des beaux-arts"  : …  surtout que s'est opérée cette prise de conscience. Le démonique goethéen n'a certes pas la négativité du diabolique. Il tend, comme l'œuvre de Goethe tout entière, vers la lumière. Mais les tentations incarnées par Méphistophélès, toutes conformes qu'elles soient au plan divin, n'en sont pas moins nécessaires pour que FaustLire la suite
SCHILLER FRIEDRICH VON (1759-1805)

Écrit par :  Raoul MASSON

Dans le chapitre "L'art, chemin de la liberté"  : …  deux types humains : le réaliste et l'idéaliste. Il se définit du même coup par rapport à Goethe (poète « naïf »), qui devient son allié et ami, avec lequel il entreprend d'œuvrer au service de l'art et de la culture. Il s'agit d'abord de purifier le goût : avec Goethe il lance contre la mode l'offensive des Xénies (épigrammes… Lire la suite
STEINER RUDOLF (1861-1925)

Écrit par :  Universalis

et mort le 30 mars 1925 à Dornach, près de Bâle. Attiré dans sa jeunesse pas les œuvres de Goethe, il édite dans un premier temps les travaux scientifiques du poète. Après s'être installé à Weimar, il se penche sur l'édition classique des œuvres complètes du poète (publiées entre 1889 et 1896) et écrit parallèlement Die Philosophie Lire la suite
STURM UND DRANG

Écrit par :  Pierre GRAPPIN

Dans le chapitre "Un phénomène de génération"  : …  et Strasbourg, qui, bien que française, avait une université de langue allemande. Goethe, Klinger (1752-1831), H. L. Wagner (1747-1779) étaient nés dans les pays du Rhin ; les frères Jacobi étaient de Düsseldorf, mais d'autres venaient de loin, de l'extrême est de l'Allemagne : Lenz avait grandi en Courlande, Herder était originaire de Riga,… Lire la suite
SUBLIMATION, psychanalyse

Écrit par :  Baldine SAINT GIRONS

Dans le chapitre "De la purification des traces à la parousie mythique"  : …  contre les conséquences de l'histoire propre du sujet. Ainsi Goethe, prêtant à Werther son propre amour pour Lotte Kästner, parvient à trouver une issue à son désir de mort passionnel en s'identifiant fantasmatiquement à Jérusalem, dont il avait appris la mort tragique. Goethe a « vraisemblablement joué » avec l'… Lire la suite
SUICIDE

Écrit par :  René ARLABOSSEJean-Pierre BLANADETUniversalisBaldine SAINT GIRONS

Dans le chapitre "Impasse naturelle et pathos de la distance"  : …  vaincre l'extraordinaire force des pulsions de vie ? et par quelle voie le moi vient-il à renoncer à sa propre affirmation ? Goethe a tenté de préciser le sens de ce mortel adieu de l'être à lui-même, en posant sous leur double dimension, naturelle et subjective, les conditions de ce qui devient, au niveau romanesque, le suicide du jeune Werther… Lire la suite
THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

Écrit par :  Christian BIETHélène KUNTZ

Dans le chapitre "Une dramaturgie de la réception"  : …  et les effets de représentations réelles. De ce point de vue, la correspondance de Goethe et de Schiller semble en retrait par rapport à la dramaturgie fondée par Lessing. Dans son essai Sur la poésie épique et la poésie dramatique, écrit en marge d'une lettre à Schiller du 23 décembre 1797, Goethe formule en effet une… Lire la suite
WAGNER HEINRICH LEOPOLD (1747-1779)

Écrit par :  Lore de CHAMBURE

Né à Strasbourg, Heinrich Leopold Wagner étudie le droit et devient précepteur à Sarrebruck. En 1776, il obtient l'autorisation d'ouvrir un cabinet d'avocat, mais préfère travailler pour le compte de la Société Seyler, une troupe théâtrale. Il meurt à l'âge de trente-deux ans… Lire la suite
WERNER ZACHARIAS (1768-1823)

Écrit par :  Antoine FAIVRE

Enfant de Königsberg, Zacharias Werner se tourne de bonne heure vers la franc-maçonnerie, par calcul plus que par conviction. Mais, bien vite, il fait siennes les conceptions fondamentales de l'illuminisme de l'époque. Ernst Christian Friedrich Mayr (1755-1821), esprit inquiétant, Lire la suite
ZELTER CARL FRIEDRICH (1758-1832)

Écrit par :  Marc VIGNAL

Né à Berlin, ville dont, de 1800 environ à sa mort, il sera une des personnalités artistiques dominantes, fils d'un maçon, Zelter se fait connaître assez jeune comme violoniste, chef d'orchestre et compositeur (son concerto pour alto en mi bémol date de 1779). En 1786 est jouée en l'église de la Garnison… Lire la suite

Afficher la liste complète (43 références)

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.