BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

Offre essai 7 jours

MARTIN GEORGE (1926-2016)

Le producteur et arrangeur de musique britannique George Martin fut surnommé le « cinquième Beatle » en raison de son étroite collaboration avec les « Fab Four », sur lesquels il exerça une influence majeure, notamment en participant de manière innovante aux travaux de composition de John Lennon et de Paul McCartney. Entre 1962 et 1970, année qui marque la séparation du groupe, il supervisa les enregistrements des Beatles dans les studios d’Abbey Road, dont le mythique Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band (1967) qui constitue sans doute le point d’orgue de ses expérimentations sonores avec les BeatlesLes Beatles en compagnie de George Martin.

Les Beatles en compagnie de George MartinPhotographie

Les Beatles en compagnie de George MartinDe 1962 à 1970, de « Please Please me » à « Abbey Road », les « Fab Four » ont travaillé en étroite collaboration avec le producteur et arrangeur George Martin pour réaliser leurs multiples innovations et expérimentations sonores. 

Crédits: Hulton-Deutsch Collection/ Corbis via Getty Images Consulter

George Henry Martin, de son nom complet, naît le 3 janvier 1926 à Londres dans un milieu modeste. Après son service militaire dans les forces aéronautiques navales britanniques, il étudie le piano, le hautbois et l’arrangement à la Guildhall School of Music and Drama (1947-1950). En 1950, il rejoint Parlophone, l’un des labels de la compagnie phonographique EMI Records, où il enregistre aussi bien de la musique classique que du jazz ou des disques de comédiens comme Peter Sellers. En 1962, aussitôt après avoir fait signer un contrat aux Beatles par l’intermédiaire de leur manager Brian Epstein, il fait remplacer le batteur Pete Best par Ringo Starr et reprend l’arrangement de « Please Please Me », morceau à l’origine lent et triste qui devient sous son impulsion un air joyeux et rapide, et sera le premier grand succès du groupe en Grande-Bretagne. Toutefois, c’est surtout à partir de 1965 et des séances d’enregistrement de l’album Rubber Soul que la musique des Beatles devient plus sophistiquée et que le rôle de George Martin prend de l’importance. Riche de son expérience dans le jazz et la musique classique, encouragé par la curiosité de Lennon et McCartney ainsi que par leur désir d’explorer de nouveaux sons, il introduit dans leurs compositions des éléments sonores jusque-là inemployés dans le rock’n’roll. Il recourt ainsi aux techniques du re-recording, au sampling (notamment par l’emploi du mellotron), joue de la compression et de la distorsion des voix, des changements inattendus de tonalité ou de tempo et introduit des orchestrations symphoniques ainsi que d’autres sonorités instrumentales inhabituelles dans ce genre de musique. Parmi les contributions et initiatives les plus fameuses de George Martin, citons le solo de piano de « In My Life » – qu’il joue lui-même et dont le son ressemble à celui d’un clavecin –, le quatuor à cordes de « Yesterday » et « Eleanor Rigby », ou encore l’ensemble de quarante instruments jouant un crescendo semi-improvisé dans « A Day in the Life ». Sur l’insistance de Lennon, il mélange sur la version finale de « Strawberry Fields Forever » deux prises de la chanson, associant ainsi des tonalités, des rythmes et des orchestrations différentes. Toujours lors de l’enregistrement de Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band et à la demande du groupe, il fait découper des bandes de musique jouée sur un orgue à vapeur, et d’autres instruments insolites, et recoller les morceaux dans un ordre aléatoire, afin de créer les bruits discordants de fête foraine qui constituent le paysage sonore de « Being for the Benefit of Mr. Kite! ». Après la dissolution des Beatles, George Martin travaille avec Paul McCartney et Ringo Starr sur des albums solo et supervise de nouvelles anthologies des chansons du groupe. Il produit également des albums d’artistes tels que Elton John, Shirley Bassey, Kate Bush, Stan Getz, Gerry and the Pacemakers, Cilla Black ou encore Céline Dion. En 1979, il publie une autobiographie, All You Need Is Ears. Il est fait commandeur de l’ordre de l’Empire britannique la même année, et chevalier en 1996.

Il meurt le 8 mars 2016 dans le Wiltshire (sud-ouest de l’Angleterre).

Universalis

 

Offre essai 7 jours

Pour citer cet article

E.U., « MARTIN GEORGE - (1926-2016)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-martin/

Classification thématique de cet article :

 

« MARTIN GEORGE (1926-2016) » est également traité dans :

BEATLES

Écrit par :  Michel P. SCHMITT

Dans le chapitre "Errances croisées"  : …  groupe en 1962, le départ du précédent batteur, Pete Best (né à Madras le 24 novembre 1941), ayant été exigé par George Martin, leur producteur. Il est l'élément qui manquait au quartet pour prendre son visage de légende. Tous quatre ont en effet de forts points communs. Issus des milieux modestes ou pauvres de Liverpool, ils passent leur petite… Lire la suite

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.