BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

FRANCE (Le territoire et les hommes) Un siècle de politique économique

2.   1945-1973 : le « miracle français »

De la fin de la guerre à la première crise du pétrole, la France connaît un taux de croissance exceptionnel (tabl. 1) , mais plus encore des progrès qualitatifs remarquables : l'investissement et les gains de productivité se situent à des niveaux très élevés, supérieurs à la moyenne de l'O.C.D.E. (tabl. 2)

  La modernisation par l'État

Les tendances au pouvoir après la Seconde Guerre mondiale – gaullistes, démocrates-chrétiens, socialistes, communistes – partagent la même volonté de changement, même si elles ne donnent pas tout à fait le même sens à ce terme. Ainsi, selon Pierre Rosanvallon, « la notion de malthusianisme joue après 1945 le même rôle que celle d'Ancien Régime après 1789 : elle permet le consensus, comme si la dénonciation du vieux suppléait l'indétermination du neuf ».

Un élément clé de ce consensus repose sur le rôle attribué à l'État dans la modernisation de l'économie, puisque le patronat en paraît incapable. Moralement, il semble discrédité, comme le rappelle Pierre Lefaucheux, premier président de la Régie Renault nationalisée : « La faillite du capitalisme n'avait pas été clairement établie par les difficultés économiques de la période 1919-1935. Elle est apparue d'une manière éclatante lorsque toute une partie du patronat de 1940 s'est ruée vers la collaboration. » Le capitalisme français paraît surtout trop faible pour soutenir et financer l'effort de modernisation. L'argument qui vaut pour les houillères, dispersées et vétustes, s'étend aux secteurs de pointe comme l'aéronautique pour laquelle l'ampleur des investissements dépasserait les moyens du privé. Dans le cas de l'électricité, où la concentration était déjà bien entamée avant 1939, on insiste sur l'indispensable harmonisation du réseau, la nécessité de lancer un vaste programme hydroélectrique et l'idée que l'organisation du secteur débouchera sur un monopole que l'État seul pourra assumer.

Cette condamnation n'est pas le fait de la seule gauche. Le général de Gaulle acquiesce pour l'essentiel. Même s'il s'oppose à certaines

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  29 pages…

 

Pour citer cet article

Pascal GAUCHON, Michel HUSSON, « FRANCE (Le territoire et les hommes) - Un siècle de politique économique  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-le-territoire-et-les-hommes-un-siecle-de-politique-economique/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« FRANCE » est également traité dans :

FRANCE - Vue d'ensemble
FRANCE (Le territoire et les hommes) - Géologie
FRANCE (Le territoire et les hommes) - Données naturelles
FRANCE (Le territoire et les hommes) - Données humaines et économiques
FRANCE (Histoire et institutions) - Naissance d'une nation
FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale
FRANCE (Histoire et institutions) - L'État monarchique
FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions
FRANCE (Histoire et institutions) - La France d'aujourd'hui
FRANCE (Histoire et institutions) - Le droit français
FRANCE (Arts et culture) - La langue française
FRANCE (Arts et culture) - Les langues régionales
FRANCE (Arts et culture) - La littérature
FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma
FRANCE (Arts et culture) - Le patrimoine
FRANCE (Arts et culture) - L'art public
FRANCE (Arts et culture) - Les Français en question

Afficher la liste complète (17 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.