BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

DIEU FILS DE

L'origine de la notion et du titre Fils de Dieu est à chercher dans les anciennes religions orientales. Dans la mythologie antique, l'expression « fils de dieu » désignait les dieux fils d'une divinité plus importante : en Phénicie, Baal et Mot étaient fils de El, le dieu suprême ; en Babylonie, Sin était fils d'Anu ; ou bien les demi-dieux (Gilgamesh) ou encore les rois et certains hommes aux vertus surhumaines. En Égypte, les pharaons étaient les fils du dieu solaire Rê, croyance qui semble avoir eu son correspondant en Babylonie et en Assyrie. Selon d'aucuns (école d'Upsal) la filiation divine du roi était en rapport avec les fêtes et rituels d'intronisation. Dans l'hellénisme contemporain du Nouveau Testament, on appelait « fils de Dieu » soit les empereurs romains, qui bénéficiaient du culte royal de l'Orient et prenaient le titre de divi filii, soit des thaumaturges — dénommés aussi theioi andres, « hommes divins » — comme Apollonius de Tyane, considérés comme investis de forces divines, soit les initiés des religions à mystères.

L'emploi de Fils de Dieu prit une ampleur et une signification privilégiées dans la littérature biblique et juive. Dans l'Ancien Testament, le Fils de Dieu est Israël (« Mon fils premier-né, c'est Israël », Exode, iv, 22), en tant qu'il est choisi par Dieu pour une mission particulière et que, en retour, il lui doit une obéissance absolue (Jérémie, xxxi, 20 ; Isaïe, xlv, 11, etc.). C'est aussi, et pour les mêmes raisons, le roi d'Israël, représentant du peuple élu (II Sam., vii ; Ps. II). Sont également dotés de cette qualité : les anges de la cour céleste (Job, i, 6 ; Ps. XXIX) ; les juges qui transmettent les sentences divines (Exode, xviii, 15-19) ; plus tard dans le judaïsme, avec l'avènement d'une religion plus personnelle, le juste israélite (Ecclésiastique ; Jubilés ; Hénoch éthiopien). Donc, élection et obéissance, et non filiation naturelle, sont constitutives du titre Fils de Dieu. On ne sait pas avec certitude s'il fut attribué au messie pa […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

Pour citer cet article

André PAUL, « DIEU FILS DE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fils-de-dieu/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« DIEU FILS DE » est également traité dans :

ANTÉCHRIST

Écrit par :  Hervé SAVON

… *C'est dans un texte du Nouveau Testament — la première Épître de Jean (fin ier/déb. iie s.) — qu'apparaît pour la première fois le mot grec antichristos, dont le français « antéchrist » est le calque imparfait. Cependant, on voit se former l'idée d'un antimessie — c'est ce que signifie proprement Lire la suite
IRÉNÉE DE LYON (130 env.-env. 208)

Écrit par :  Pierre HADOT

Dans le chapitre "Les traditions chrétiennes d'Asie Mineure"  : …  s'étend alors jusqu'à être présente réellement dans l'homme Jésus, à qui est réservé le nom de *Fils de Dieu (le Verbe n'est ainsi le Fils de Dieu qu'au moment de l'Incarnation) ; la puissance du Verbe devient, après l'ascension du Christ, l'Esprit présent dans l'Église. Après cette extension et dilatation maximales, la puissance de Dieu… Lire la suite
JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

Écrit par :  Joseph DORÉPierre GEOLTRAINJean-Claude MARCADÉ

Dans le chapitre "Les origines néo-testamentaires"  : …  *Au commencement, ici, il y a le fait historique : Jésus de Nazareth ; au terme, il y a la reconnaissance de ce Jésus comme « Christ, Fils de Dieu et Seigneur ». Quatre données, bien mises à jour par la recherche exégétique et historique contemporaine, portent un éclairage décisif sur un tel passage. D'abord : jamais Jésus ne s'est présenté lui-même… Lire la suite
PATRISTIQUE

Écrit par :  Pierre HADOT

Dans le chapitre "Le Christ et Dieu"  : …  et Dieu ? Était-il éternellement en Dieu ou près de Dieu, ou bien était-il engendré par Dieu ? *Dans la réponse à cette question, l'interprétation de la notion néo-testamentaire de Fils de Dieu a joué un rôle décisif. Originellement, cette notion correspondait seulement à un titre messianique ; elle désignait seulement une appartenance toute… Lire la suite
TRINITÉ

Écrit par :  Hervé SAVON

Dans le chapitre "Le Nouveau Testament"  : …  précise, et l'on ajouta : « Le Fils du Dieu vivant » (Matthieu, xvi, 16). L'expression « *Fils de Dieu » est prise ici dans un sens éminent, qui ne convient qu'à Jésus seul. Ce titre offre une clé pour penser les rapports du Christ et de Dieu : le Christ reçoit de Dieu non seulement l'être et la vie, mais toutes les œuvres qu'il accomplit… Lire la suite

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média