BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

POLICIER FILM

Comment ne pas considérer, à côté du western et de la comédie musicale, le film policier – le thriller des Américains – comme un genre cinématographique dont l'évolution a reflété celle du cinéma ? Puisant à ses débuts dans la littérature populaire, il a contribué à attirer dans les salles obscures une foule énorme qui venait vibrer aux périls de Pauline ou aux exploits de Judex étalés sur plusieurs épisodes. Par la suite, transformés en scénaristes, Faulkner et Anouilh, parmi d'autres, ont introduit une certaine ambiguïté morale dans les histoires où toute séparation semblait abolie entre le milieu des gangs et la bonne société, où le bien et le mal recouvraient une même réalité : ce fut l'apogée du « film noir » dont Hawks, Huston, Walsh, Welles, Lang et Preminger signèrent les principaux chefs-d'œuvre. La dégradation du roman policier gagnant le thriller, les films consacrés à James Bond sonnèrent le déclin passager du genre. L'histoire du crime n'est-elle pas inépuisable ? Les œuvres de Brian De Palma, Martin Scorsese, David Cronenberg ou, dans une veine plus parodique, des frères Coen, le montrent assez.

1.  Esthétique du film policier

On peut définir le film policier comme le récit d'une chasse à l'homme. Il diffère du film d'aventures en ce que le mystère entoure jusqu'à l'explication finale des motifs du poursuivant ou la personne du poursuivi. C'est le plus souvent la seule curiosité du spectateur que l'auteur cherche à exciter : l'intrigue est alors la pièce maîtresse du film. Mais toutes les données peuvent être fournies d'emblée : l'atmosphère, la peinture d'un caractère, la description d'un milieu constituent alors le ressort essentiel de l'œuvre.

La faiblesse du film policier par rapport au roman saute aux yeux. Ce qu'une action contient d'ambigu ou de mensonger n'apparaît pas à l'image. Comme l'a noté Freud, celle-ci peut être contredite, elle ne peut pas se contredire. Ce que l'image cache ne pourra se révéler que dans une autre image. Faiblesse mais aussi force, car il devient plus aisé d'égarer le public. Dans Le Grand Alibi (Stage Fright, 1950) de Hitchcock, le criminel raconte le m [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  6 pages…

 

Pour citer cet article

Jean TULARD,  E.U., « POLICIER FILM  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/film-policier/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« POLICIER FILM » est également traité dans :

ALDRICH ROBERT (1918-1983)

Écrit par :  Olivier EYQUEM

Robert Aldrich doit beaucoup à la critique française, qui sut très tôt déceler l'originalité de son talent. Dès 1955, les futurs meneurs de la Nouvelle Vague firent de Kiss Me Deadly (En quatrième vitesse) un de leurs films de chevet. L'œuvre avait, en effet, tout pour séduire : un mélange détonant de… Lire la suite
ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Cinéma

Écrit par :  N.T. BINH

Dans le chapitre "Une floraison de genres"  : …  Autre genre prisé par le cinéma britannique, le film criminel, qui a révélé, dès les années 1920, le talent de Hitchcock, alors considéré comme le meilleur cinéaste de son pays jusqu'à son départ pour Hollywood, en 1940. Les deux décennies suivantes vont voir se déployer le talent de Carol Reed, qui n'a pas son pareil pour… Lire la suite
ARGENTO DARIO (1940-    )

Écrit par :  Joël MAGNY

Mario Bava avec La Fille qui en savait trop (1962). Il s'agit de films policiers à énigme reposant surtout sur la recherche de l'identité d'un tueur en série, agrémentés d'érotisme, voire de sadisme, de violence, et dont l'atmosphère tend au fantastique. À l'exception de Suspiria (1977),… Lire la suite
BARTON FINK, film de Joel et Ethan Coen

Écrit par :  Michel CHION

caricature, et leur mise en scène, réputée méticuleuse, ne craint pas la stylisation. Ils aiment nous plonger dans des époques révolues, comme les années 1920, ou, ici, le début des années 1940, et présenter des héros « décalés », plongés dans des intrigues à rebondissements – le tout empruntant, la plupart du temps, le cadre du film policierLire la suite
BOGART HUMPHREY (1899-1957)

Écrit par :  Christian VIVIANI

Dans le chapitre "Un aventurier sentimental"  : …  grandiose des rochers arides de la Sierra. Adaptation d'un roman de Dashiel Hammett, Le Faucon maltais crée un genre (le film noir), et Bogart y fixe avec précision l'archétype cinématographique du détective privé : Sam Spade n'est pas seulement un dur à cuire, il se montre sensible et possède un code d'honneur intransigeant.… Lire la suite
BURNETT WILLIAM RILEY (1899-1982)

Écrit par :  Michel LEBRUN

Considéré comme l'un des pères du roman noir américain, William Riley Burnett, né à Springfield (Ohio), fait ses études à l'institut militaire de Germantown, puis à la State University de Columbus (1919-1920). Employé, de 1921 à 1927, au Bureau des statistiques industrielles de l'Ohio, il va s'installer à Chicago pour écrire… Lire la suite
CAGNEY JAMES (1899-1986)

Écrit par :  André-Charles COHEN

Son dynamisme constitue l'élément réaliste et moderne de ce film onirique et baroque. Puis il alterne des rôles de « G-Man » (hors-la-loi) avec ceux qui firent sa gloire. Gangster de circonstance dans Les Anges aux figures sales (1938), il entraîne vers la délinquance un groupe de jeunes gens. Condamné à mourir sur la chaise… Lire la suite
CLÉMENT RENÉ (1913-1996)

Écrit par :  Olivier EYQUEM

obscures jalousies chez les jeunes tenants de la nouvelle vague. Plein Soleil (1960), d'après un roman de Patricia Highsmith, n'échappe pas à certaines critiques, mais quelques années suffiront à l'imposer comme l'un des plus purs joyaux du film criminel français. Tous les grands thèmes du réalisateur… Lire la suite
COEN JOEL (1954-    ) & ETHAN (1957-    )

Écrit par :  Frédéric STRAUSS

Dans le chapitre "Un burlesque noir"  : …  Blood Simple (Sang pour sang, 1984) ouvre cette œuvre sous les auspices de l'écrivain James M. Cain et d'Alfred Hitchcock : à partir d'une situation type du film noir (un homme engage un détective pour tuer sa femme infidèle), les frères Coen construisent une mécanique de suspense très efficace, mais déjà… Lire la suite
COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

Écrit par :  Joël MAGNY

Dans le chapitre "L'hybridation des genres"  : …  , 1992 ; Pulp Fiction, 1994), sans se limiter à la parodie, introduisent une part importante de comédie dans le genre policier. Chez Tim Burton, après les très délirants Pe Wee's Big Adventure (1985) et Beetlejuice (1988), les deux Batman (1989 et 1992) et surtout Edward Scissorhands (… Lire la suite
CONSTANTINE EDDIE EDWARD CONSTANTINOWSKY dit (1917-1993)

Écrit par :  Raymond CHIRAT

Lemmy Caution surgit alors dans sa vie. Création du romancier Peter Cheyney, cet énergique petit gars avait conquis les premiers lecteurs de la Série noire ; dans La Môme Vert-de-Gris, de Bernard Borderie (1952), l'agent fédéral, sous les traits d'Eddie Constantine, tuméfie les visages, trouble les esprits, chavire les cœurs. Il… Lire la suite
CORNEAU ALAIN (1943-2010)

Écrit par :  René PRÉDAL

France, société anonyme (1973) retient l'attention mais ne convainc ni la critique ni le public. Corneau va s'imposer alors au box-office comme le maître du policier en dix ans et cinq films. Trois d'entre eux seront réalisés avec Yves Montand, qui incarne d'abord « un flic » pris à son propre piège (Police Python 357Lire la suite
LE DAHLIA NOIR (B. de Palma)

Écrit par :  Christian VIVIANI

En 1947, la police de Los Angeles découvre le cadavre mutilé, vidé de ses organes, d'une starlette, Elizabeth Short, surnommée le Dahlia noir. Le décor, le milieu, le mystère, les personnages qui gravitaient autour de la jeune femme paraissaient comme un débordement de la vague hollywoodienne du « film noir » jusque dans la vraie vie, comme si un… Lire la suite
DASSIN JULES (1911-2008)

Écrit par :  Alain GAREL

The Naked City (La Cité sans voile, 1948), un « policier » semi-documentaire tourné en grande partie en extérieurs à New York, puis chez R.K.O. où il réalise Thieves Highway (Les Bas-fonds de Frisco, 1949), un autre « policier » de la même veine, cette fois sur le racket des transporteurs routiers de… Lire la suite
DAVES DELMER (1904-1977)

Écrit par :  Jean-Louis RIEUPEYROUT

sous le titre La Route des ténèbres. À cette date, sa carrière de réalisateur était achevée depuis 1964. Parmi ses dernières productions, bien peu trouvèrent grâce aux yeux de la critique, encore éblouie par la mémoire de son unique film « policier », The Dark Passage (1947, Les Passagers de la nuit) et de ses westerns… Lire la suite
DERAY JACQUES (1929-2003)

Écrit par :  Universalis

Marcel Camus, de Jules Dassin puis de Luis Buñuel, Jacques Deray réalise, de 1960 à 2000, quelque vingt-cinq films, pour la plupart policiers. Alain Delon et Jean-Paul Belmondo, réunis dans Borsalino (1970), lui permettront de réaliser bon nombre de ses succès, interprétant notamment, pour le… Lire la suite
EASTWOOD CLINT (1930-    )

Écrit par :  Joël MAGNY

Dans le chapitre "Le goût pour les marginaux"  : …  Don Siegel, Clint Eastwood, interprétera cinq fois le personnage de Harry Callahan, qui recueille certaines tendances contradictoires de la société américaine. En France, dès Dirty Harry (L'Inspecteur Harry, de Don Siegel, 1971), l'acteur (Magnum Force, de Ted Post, 1973 ; The Enforcer [L'inspecteur ne renonce jamaisLire la suite
ELLIPSE, cinéma

Écrit par :  Jean-Louis COMOLLI

Comme en littérature, l'ellipse est, au cinéma, une figure narrative consistant à supprimer du récit un certain nombre d'éléments, tels que plans, scènes, etc., faisant partie du déroulement logique de la fiction, mais jugés inessentiels à sa compréhension. L'ellipse est classiquement utilisée pour « alléger » le récit, en éliminant ce qui est… Lire la suite
ESPIONNAGE FILM D'

Écrit par :  Jean TULARD

Sans rompre entièrement avec l'énigme classique chère aux lecteurs d'Edgar Wallace, de Stanley Gardner, de Francis Iles ou de Boileau-Narcejac, la littérature d'espionnage s'est développée en marge du roman policier dont Van Dine avait fixé les règles en 1928. Sans doute l'espionnage est-il ancien et se retrouve-t-il à toutes les époques (ne citons… Lire la suite
FERRARA ABEL (1951-    )

Écrit par :  Frédéric STRAUSS

Dès ses débuts, à l'aube des années 1980, Abel Ferrara se forge une réputation enviable dans le cercle des cinéphiles américains amateurs de séries B. Son statut, d'abord lié à un phénomène typiquement new-yorkais (il est né dans le Bronx), passe progressivement de celui de cinéaste culte à celui d'auteur, avec l'affirmation d'un style et d'un… Lire la suite
GRANGIER GILLES (1911-1996)

Écrit par :  André-Charles COHEN

nouvelle vague, Gilles Grangier a signé d'incontestables réussites dans le domaine du « polar » à la française ou des films d'atmosphère à la Simenon. Après avoir été assistant à la mise en scène, il commence sa carrière en 1943, en dirigeant Noël-Noël dans Adémaï bandit d'honneur. Suivront deux comédies musicales,… Lire la suite
GRAY JAMES (1969-    )

Écrit par :  Michel CIEUTAT

Car, homme de gauche notoire, soucieux de dénoncer la corruption profonde de son pays, il s'est engagé à le faire en œuvrant au sein de deux genres populaires bien établis, le « polar » (Little Odessa, 1994 ; The Yards, 2000 ; La Nuit nous appartient [We Own the Night], 2007) le drame sentimental (Two Lovers, 2008) et le mélodrame (… Lire la suite
LANG (F.)

Écrit par :  Patrick BRION

Dans le chapitre "Amérique, 1934-1957 : la maturité"  : …  Du cinéma américain, il prend les deux genres les plus dramatiques : le western et le film policier, y retrouvant ses vieux thèmes de la vengeance, de la corruption, de la soif de puissance et de la justice. Ce sont Le Retour de Frank James, équivalent américain… Lire la suite
LANG (F.) - (repères chronologiques)

Écrit par :  Joël MAGNY

1936-1956 Durant cette période américaine (22 films réalisés), Lang voit échouer de nombreux projets, travaille avec divers producteurs, parfois sur des films de commande, surtout dans les genres du film criminel ou du film noir. Naîtront pourtant des chefs-d'œuvre tels que… Lire la suite
LAURA, film de Otto Preminger

Écrit par :  Kristian FEIGELSON

Dans le chapitre "Les multiples figures du double"  : …  Construit autour de l'enquête policière et d'une recherche de vérité, ce film complexe va au-delà d'un policier classique. Otto Preminger décrypte des mécanismes plus intimes. L'histoire vécue par les quatre personnages principaux procède d'une série de révélations progressives. Laura entremêle différentes figures dans une mise… Lire la suite
MELVILLE JEAN-PIERRE (1917-1973)

Écrit par :  Alain GAREL

Dans le chapitre "Le film noir comme tragédie moderne"  : …  Kessel, Le Cercle rouge (1970) et Un flic (1972). Tous sont des films noirs qui poursuivent et développent l'univers du Doulos, à l'exception du troisième, qui clôt une trilogie sur l'Occupation entreprise avec Le Silence de la mer et poursuivie avec Léon Morin, prêtre. Cette œuvre, la… Lire la suite
MONTGOMERY ROBERT (1904-1981)

Écrit par :  Gilbert SALACHAS

: They were expendable (Les Sacrifiés), en 1945. Il tourne ensuite, seul, The Lady in the Lake (La Dame du Lac, 1946). C'est, d'après un roman de Raymond Chandler, l'un des rares exemples de « caméra subjective ». Ce procédé consiste à considérer l'action, non seulement à travers la psychologie, mais… Lire la suite
SELLERS PETER (1925-1980)

Écrit par :  Universalis

Le rôle qui le propulse au rang de superstar est celui de l'inspecteur Clouseau, un policier formidablement incompétent, dans The Pink Panther (La Panthère rose) et A Shot in the Dark (Quand l'inspecteur s'emmêle), tous deux réalisés en 1964 par BlakeLire la suite
SUEURS FROIDES,, film de VERTIGO

Écrit par :  Jacques AUMONT

Dans le chapitre "Perdre deux fois la femme qu'on aime"  : …  L'inspecteur Scottie Ferguson, qui, au cours d'une poursuite sur les toits, a causé involontairement la chute et la mort d'un policier, est en proie au vertige. Il a pris sa retraite. Un de ses anciens amis le charge de suivre son épouse Madeleine ; il découvre qu'elle s'identifie à une jeune femme morte au siècle précédent. Devenu amoureux de la… Lire la suite
TAPPERT HORST (1923-2008)

Écrit par :  Universalis

À partir des années 1950, il travaille pour le cinéma et la télévision, dans des films où il interprète essentiellement des rôles de policier ou de brigand. Il se produit dans la série Der Kommissar, où s'esquissent les traits de la future série Inspecteur Derrick, avec là encore Herbert Reinecker pour scénariste. Le premier épisode est… Lire la suite
THRILLER

Écrit par :  Jean-Paul ROSPARS

L'étymologie du terme (en anglais « qui donne des frissons ») est responsable de son extension et, partant, de la constitution d'une espèce de catégorie aux contours très imprécis : est souvent baptisé thriller tout roman, pièce ou film qui, pour toucher lecteurs ou spectateurs, s'attache avant tout à déclencher en eux des émotions ou sensations… Lire la suite
VENTURA LINO (1919-1987)

Écrit par :  Raymond CHIRAT

Dans la production française des années cinquante et soixante, fertile en histoires de gangsters, Lino Ventura impose sa carrure et ce visage qu'on eût dit taillé dans le granit. Visage qui au fil des ans devait se raviner et devenir pathétique. Dans un premier temps, les rôles de truands alternent avec les rôles de « flics », et le spectateur… Lire la suite
VERTIGO (A. Hitchcock), en bref

Écrit par :  Joël MAGNY

Avec Vertigo (Sueurs froides, 1958), Alfred Hitchcock pousse à son comble sa conception du suspense. La profondeur psychologique de l'intrigue, inspirée d'un roman de Boileau et Narcejac, le confirme définitivement comme un immense cinéaste à la fois populaire et expérimental. Le… Lire la suite
VOLTE-FACE,, film de FACE/OFF

Écrit par :  Jacques AUMONT

John Woo commence par la violence : son premier film, Farewell Buddy (1973), est interdit. Il se fait une réputation avec des films qui renouvellent le genre policier, toujours dans une surenchère d'effets, jusqu'aux mythiques The Killer (1989) et Une balle dans la tête (A Bullet in the Head, 1990). Il est… Lire la suite
WOO JOHN (1946-    )

Écrit par :  Frédéric STRAUSS

Volte/Face (Face/Off, 1997), le vingt-cinquième film de John Woo après vingt-cinq ans de carrière, est aussi le premier à avoir porté à la connaissance d'un large public le style flamboyant de ce réalisateur de Hong Kong devenu maître du cinéma d'action à Hollywood. Découverts en… Lire la suite

Afficher la liste complète (35 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.