BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ÉTOILES

La majorité des astres visibles dans le ciel sont des étoiles. Elles sont souvent groupées en associations et amas de quelques centaines de milliers d'étoiles, ceux-ci se groupant à leur tour en unités beaucoup plus grandes, les galaxies. Une galaxie typique contient de 10 milliards à 100 milliards d'étoiles, et l'on dénombre des millions de galaxies sur les images acquises par les grands instruments modernes.

William Herschel (1738-1822) peut être considéré comme l'initiateur de l'astronomie stellaire. Après avoir montré que la Voie lactée correspondait en réalité à une accumulation d'étoiles en forme de disque aplati, il découvrit que plusieurs paires d'étoiles étaient des paires physiquement liées (étoiles doubles), ce qui permettait d'en déterminer les masses relatives. On lui doit aussi les premières mesures de photométrie stellaire.

Encore plus importante est la découverte – par Joseph Fraunhofer (1787-1826) – du spectre des étoiles, dont l'étude est le fondement même de l'astrophysique. La comparaison des spectres de différentes étoiles conduisit à une classification en un certain nombre de types spectraux, dont l'importance se révéla rapidement. L'interprétation théorique de ces spectres, rendue possible grâce aux progrès de la physique à la fin du xixe siècle, permit de déterminer la température et la composition chimique des étoiles et d'aborder l'étude des atmosphères stellaires.

Au xxe siècle, la découverte des réactions nucléaires permettait à l'astrophysique stellaire de progresser considérablement ; elle mettait en évidence l'origine de l'énergie rayonnée, ce qui fournissait le moyen d'étudier l'intérieur des étoiles : c'est dans les réactions de fusions thermonucléaires, qui se produisent au centre des étoiles, où la température et la pression sont considérables, que ces astres puisent leur énergie. Une conclusion s'imposa alors : la source de cette énergie n'est pas éternelle ; donc les étoiles évoluent, et les différents types spectraux correspondent à différents états d'évolution.

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  20 pages…

 

Pour citer cet article

André BOISCHOT, Jean-Pierre CHIÈZE, « ÉTOILES  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/etoiles/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« ÉTOILES » est également traité dans :

PREMIÈRE DÉTERMINATION DE LA DISTANCE D'UNE ÉTOILE

Écrit par :  James LEQUEUX

Bien que l'on soit depuis longtemps convaincu que les étoiles sont très éloignées, toutes les tentatives pour évaluer leur distance vont demeurer vaines jusqu'au début du xixe siècle. Le principe de cette mesure est pourtant simple : si l'on parvient à observer, au cours d'une année, le déplacement apparent d'une étoile proche… Lire la suite
ABERRATION ASTRONOMIQUE

Écrit par :  André BOISCHOTJean KOVALEVSKY

…  système solaire (aberration stellaire ou annuelle) et du mouvement d'ensemble de *l'étoile par rapport au barycentre du système solaire (aberration séculaire). Les deux premières sont des phénomènes périodiques, reflétant les périodicités diurne et annuelle de la position de l'observateur par rapport aux étoiles ; la… Lire la suite
A.L.M.A. (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array)

Écrit par :  Pierre LÉNA

Dans le chapitre "Les champs de recherche d'A.L.M.A. "  : …  en traçant les propriétés des nuages moléculaires géants qu'elles contiennent et qui aboutissent à* la formation des étoiles lors de ces collisions, explore un domaine qui n'est accessible à aucun autre instrument existant de performance comparable. Ainsi l'observation, au printemps de 2013, d'un champ limité de la taille apparente de la Lune… Lire la suite
AMBARTZOUMIAN VIKTOR AMAZASPOVITCH (1908-1996)

Écrit par :  Jean AUDOUZE

… Affirmer que la Terre et les êtres vivants sont *« poussières d'étoiles », c’est faire référence aux théories sur la naissance et l'évolution des étoiles et sur leur interaction avec le milieu interstellaire dont elles sont issues et auquel elles restituent une partie de la matière qu'elles ont transformée. Ces théories ont un père : l’… Lire la suite
ASTRE ou OBJET CÉLESTE

Écrit par :  Marc LACHIÈZE-REY

…  à tout corps céleste. Pour l'astronome de l'Antiquité, il désignait l'une des quelques milliers* d'étoiles suffisamment brillantes pour être visibles à l'œil nu ou l'une des sept planètes (du grec planêtes [asteres], « astres errants »), dites aussi « promeneuses du ciel », alors connues : Mercure, Vénus, Mars,… Lire la suite
ASTROCHIMIE

Écrit par :  David FOSSÉMaryvonne GERIN

Dans le chapitre "Les hydrocarbures aromatiques polycycliques"  : …  Univers. Inévitablement, ils ont un lien avec les chaînes carbonées et les petits cycles carbonés. *C'est dans les atmosphères d'une certaine classe d'étoiles que ce lien est le plus évident. En effet, dans les dernières phases de leur évolution, certaines étoiles se transforment en de formidables réacteurs chimiques où l'on observe PAH et petits… Lire la suite
ASTROMÉTRIE

Écrit par :  Jean KOVALEVSKY

Dans le chapitre "Repères de référence absolus"  : …  des repères dont les coordonnées sont connues par rapport à ces axes. Ces repères sont des *étoiles. Le repère de référence dynamique fut longtemps constitué par un catalogue de 1 535 étoiles appelé FK5 (Fundamental Katalog 5). Ce catalogue fournit les positions à l'époque J 2000,0 ainsi que les mouvements propres et les parallaxes… Lire la suite
ASTRONOMIE

Écrit par :  James LEQUEUX

Dans le chapitre " L'astronomie du XXe siècle"  : …  de distance dans l'Univers. Auparavant, seules les distances des objets du système solaire et des *étoiles les plus proches étaient connues. Le Néerlandais Jacobus Cornelius Kapteyn imagina une méthode statistique permettant d'obtenir la distance des étoiles plus lointaines : en utilisant l'énorme quantité d'observations de positions accumulée au… Lire la suite
ASTRONOMISCHE GESELLSCHAFT KATALOG

Écrit par :  Universalis

… Compilation* des positions de toutes les étoiles jusqu'à la magnitude 9, réalisée en Allemagne par l'Astronomische Gesellschaft. Friedrich W. A. Argelander, fondateur de cette société, proposa de créer ce catalogue stellaire en 1867, après avoir achevé le Bonner Durchmusterung (B.D.). Ce projet de grande ampleur exigea la participation d'… Lire la suite
BAHCALL JOHN NORRIS (1934-2005)

Écrit par :  Bernard PIRE

…  à l'Institute for Advanced Studies et à l'université de Princeton, où il reste jusqu'à sa mort. *L'œuvre majeure de Bahcall est liée à la compréhension des réactions nucléaires à l'intérieur d'une étoile comme le Soleil. Si les premières ébauches de la théorie de la nucléosynthèse stellaire datent de la fin des années 1930, élaborer un modèle… Lire la suite
BETHE HANS (1906-2005)

Écrit par :  Bernard PIRE

…  nouveau domaine scientifique, à la frontière de l'astronomie et de la physique microscopique. *Il développe en particulier un modèle cohérent des processus nucléaires dans les étoiles : le « cycle de Bethe » (ou cycle carbone-azote) est une série de six réactions nucléaires successives qui explique la production d'énergie et le destin des… Lire la suite
BONNER DURCHMUSTERUNG

Écrit par :  Universalis

… Catalogue* stellaire indiquant la position et la magnitude apparente de 324 188 étoiles situées entre les déclinaisons + 900 et — 20. Compilé à Bonn sous la direction de l'astronome allemand Friedrich Wilhelm August Argelander, cet ouvrage nécessita vingt-cinq années de travail et fut publié de 1859 à 1862. Les diagrammes qui l… Lire la suite
BURBIDGE E. MARGARET (1919- )

Écrit par :  Universalis

…  Burbidge est nommée en 1990 professeur émérite à l'U.C.S.D., où elle poursuit ses recherches. Dans* les années 1950, Margaret Burbidge mène des recherches sur les spectres stellaires. Avec ceux de son mari Geoffrey Burbidge, de l'Américain William Fowler et du Britannique Fred Hoyle, ses travaux conduisent à la formulation de la théorie de la… Lire la suite
BURBIDGE GEOFFREY R. (1925-2010)

Écrit par :  Universalis

…  Bristol en 1946, puis un doctorat en physique théorique au University College de Londres en 1951. *Six ans plus tard, il signe avec son épouse, l'astronome E. Margaret Burbidge, et deux autres collègues, William A. Fowler et Fred Hoyle, un article décisif, le célèbre « B2FH » (du nom de ses auteurs), expliquant comment tous les éléments… Lire la suite
CALIFORNIUM

Écrit par :  Marc LEFORTMonique PAGÈS

 *Le californium, élément chimique artificiel de symbole Cf, a été synthétisé pour la première fois en 1950. Son numéro atomique 98 le situe dans la classification périodique parmi les éléments transuraniens, après le curium et le berkélium.  Après avoir préparé l'américium en provoquant la… Lire la suite
CANNON ANNIE JUMP (1863-1941)

Écrit par :  Universalis

… observatoire, devenant la première d'une longue série de chercheuses au service de Pickering. Avec *Williamina P. S. Fleming, elle consacre toute son énergie à l'ambitieux projet lancé par le directeur depuis 1885 : enregistrer, classer et cataloguer le spectre de toutes les étoiles jusqu'à la magnitude 9. Partant de ses travaux antérieurs sur… Lire la suite
CAPE PHOTOGRAPHIC DURCHMUSTERUNG

Écrit par :  Universalis

… Catalogue* stellaire répertoriant plus de 454 000 étoiles jusqu'à la magnitude 11, situées entre les déclinaisons — 180 et — 900. Les plaques photographiques nécessaires à l'opération furent réalisées de 1885 à 1890 dans la ville du Cap (Afrique du Sud) par l'astronome britannique David Gill. Durant dix ans (de 1886 à 1896),… Lire la suite
CARTE DU CIEL

Écrit par :  Universalis

… Carte *photographique de plus de 10 millions d'étoiles réparties sur toute la voûte céleste, qui avait pour ambition de recenser toutes les étoiles jusqu'à la magnitude 14 et de répertorier dans un catalogue associé toutes les étoiles de magnitude inférieure ou égale à 12. Le projet fut élaboré vers 1887 par Ernest Amédée Mouchez, alors directeur de… Lire la suite
CATALOGUE HENRY DRAPER

Écrit par :  Universalis

… Liste* de la position, de la magnitude et du type spectral des étoiles de l'ensemble de la voûte céleste. Ce catalogue fut le premier à utiliser le système actuel de classement alphanumérique des étoiles par type spectral (classification de Harvard). Nommé en mémoire de l'astronome américain Henry Draper, il fut compilé à l'observatoire de l'… Lire la suite
CATALOGUES ASTRONOMIQUES

Écrit par :  Carlos JASCHEK

Dans le chapitre "Quelques grands catalogues"  : …  Chaque branche de l'astronomie possède ses propres catalogues. En ce qui concerne par exemple les *étoiles, il existe des catalogues de position, de mouvement propre, de vitesse radiale, de couleur, de température, de rayon, de masse, de champ magnétique, de spectres, de composition chimique, de variabilité, de binarité, etc. Cette diversité se… Lire la suite
CHANDRASEKHAR SUBRAHMANYAN (1910-1995)

Écrit par :  Bernard PIRE

…  qui entraînera un profond bouleversement dans l'évolution des idées concernant le destin ultime des* étoiles : dans un célèbre article publié en 1931, il démontra l'existence d'une masse maximale des étoiles naines blanches – dite limite de Chandrasekhar –, ouvrant ainsi la voie aux travaux qui aboutiront à la prédiction des étoiles à neutrons et… Lire la suite
COMÈTES

Écrit par :  Myriam DÉTRUY

Dans le chapitre "Orbites"  : …  bon nombre de comètes du Système solaire. Cela signifie-t-il que des objets provenant d'autres *étoiles ont pu sortir de leur propre système et voyager jusqu'à nous ? Des nuages de comètes ont certes été observés autour d'étoiles comme Bêta Pictoris, située à 63 années-lumière, et Fomalhaut, à 25 années-lumière. Mais aucun des astres observés… Lire la suite
CONSTELLATIONS

Écrit par :  Owen GINGERICHWarren Melvin YOUNG

Dans le chapitre "Les origines grecques"  : …   à la connaissance de l'astronomie, mais à un grand talent poétique. » La plus longue liste *d'étoiles et de constellations qui nous soit parvenue de l'Antiquité est l'Almageste de Ptolémée (vers le milieu du iie siècle apr. J.-C.). Cette « Grande Composition » contient les coordonnées écliptiques et la magnitude… Lire la suite
CÓRDOBA DURCHMUSTERUNG

Écrit par :  Universalis

… Catalogue* stellaire donnant la position et la magnitude apparente de près de 580 000 étoiles situées entre les déclinaisons — 230 et — 900. Compilé à l'Observatoire national d'Argentine, à Córdoba, et achevé en 1930, ce catalogue complète le Bonner Durchmusterung recensant les étoiles de l'hémisphère boréal. Lire la suite
DÉCOUVERTE DES PLANÈTES EXTRASOLAIRES

Écrit par :  James LEQUEUX

  La première planète gravitant* autour d'une étoile autre que le Soleil est découverte en 1995 par Michel Mayor et Didier Queloz, de l'Observatoire de Genève, qui présentent les résultats de leurs observations le 6 octobre 1995, lors d'un congrès scientifique à Florence, et publient dans le numéro du 23 novembre 1995 de la… Lire la suite
EDDINGTON ARTHUR STANLEY (1882-1944)

Écrit par :  Jacques MERLEAU-PONTY

Dans le chapitre "L'étude des étoiles"  : …  travaux le montrent attiré par les horizons lointains ; ses recherches portent en effet sur la *structure des systèmes stellaires, la distribution statistique des étoiles suivant leurs types spectraux, leurs mouvements propres et leurs vitesses radiales. Dès ce moment, il rencontre l'opposition de James Jeans qui fut, sa vie durant, son plus… Lire la suite
ÉNERGIE - La notion

Écrit par :  Julien BOK

Dans le chapitre "Énergie gravitationnelle d'une étoile homogène"  : …  *Il serait extrêmement pénible de calculer directement l'énergie potentielle d'un système aussi énorme qu'une étoile à partir de l'expression ci-dessus. On utilise donc une méthode globale fondée sur le théorème de Gauss. Une étoile se forme à partir d'une matière interstellaire si ténue que l'on peut considérer toutes les particules comme… Lire la suite
EXOPLANÈTES ou PLANÈTES EXTRASOLAIRES

Écrit par :  Anne-Marie LAGRANGEPierre LÉNA

Dans le chapitre "Premières découvertes de systèmes exoplanétaires"  : …  d’une classe particulière d’exoplanètes. En 1995, 51 Pegasi est donc la première *étoile de type solaire autour de laquelle une planète est découverte. Celle-ci est appelée 51 Pegasi b : le nom d’une exoplanète est constitué du nom de son étoile suivi de la lettre b. Dans le cas d’un système multiple, c’est-à-dire comprenant au… Lire la suite
FLAMSTEED JOHN (1646-1719)

Écrit par :  Universalis

…  1712, dans une version incomplète, tirée à 400 exemplaires ; Flamsteed réussira à en détruire 300. *Son propre catalogue d'étoiles, Historiae coelestis britannicae, paru en 1725, recense davantage d'étoiles (3 000) et donne leur position avec bien plus d'exactitude que tous les travaux qui l'ont précédé. Aujourd'hui encore, certaines… Lire la suite
FOWLER WILLIAM (1911-1995)

Écrit par :  Bernard PIRE

…  plus lourds que l'on trouve sur la Terre, du carbone à l'uranium, furent synthétisés au cœur des *étoiles (qui naquirent et vieillirent) avant d'être dispersés dans la Voie lactée, et cela bien avant que notre système solaire ne se forme. Le but de l'astrophysique nucléaire est donc d'abord de comprendre les réactions de synthèse nucléaire… Lire la suite
GAIA MISSION

Écrit par :  Olivier LE FÈVRE

… La mission spatiale Gaia de l’Agence spatiale européenne (ou E.S.A. pour European Space Agency) va *mesurer la position dans l’espace de plus d’un milliard d’étoiles de notre Galaxie, la Voie lactée, afin de la cartographier pour la première fois dans son ensemble. L’ambition est de percer les secrets de son origine et de son évolution. Cette… Lire la suite
GALAXIE LA ou VOIE LACTÉE

Écrit par :  James LEQUEUX

Dans le chapitre "Constituants de la Galaxie"  : …  La répartition des astres dans la Galaxie dépend de leur nature. Les *étoiles les plus brillantes intrinsèquement et les plus jeunes, de type O ou B, ne s'observent qu'au voisinage immédiat du plan galactique [cf. amas et associationsstellaires - Associations O B]. Elles appartiennent à ce qu'on appelle la population I. La répartition des… Lire la suite
GALAXIES

Écrit par :  Danielle ALLOINAndré BOISCHOTFrançois HAMMER

Dans le chapitre "Les galaxies et l'Univers"  : …  Brièvement, rappelons qu'une galaxie est d'abord une collection *d'étoiles : d'un milliard à cent milliards selon la taille de la galaxie, correspondant à une masse d'un milliard à cent milliards de fois celle du Soleil (nous nous référerons dorénavant à la masse du Soleil par le symbole Ṃo, qui représente donc une masse de 1,989 ( 10… Lire la suite
GRAVITATION ET ASTROPHYSIQUE

Écrit par :  Brandon CARTER

Dans le chapitre "Équilibre gravitationnel et relaxation de l'énergie dans les étoiles"  : …  Bethe vers 1930, la principale source d'énergie, non seulement dans le Soleil, mais dans toutes les *étoiles de la séquence principale, est fournie par la conversion de l'hydrogène en hélium par combustion thermonucléaire ; cette réaction s'effectue à la cadence requise pour avoir une température centrale située dans la gamme déduite de l'équation (… Lire la suite
HAWKING STEPHEN WILLIAM (1942- )

Écrit par :  Simon MITTON

Dans le chapitre "Du big bang aux trous noirs"  : …  Univers. Dans les années 1970, Hawking se tourne vers l'étude d'un autre type de singularité : les *étoiles effondrées. La théorie de la relativité générale prédit que, lorsqu'une étoile a épuisé son combustible nucléaire, elle s'effondre sous l'effet de sa propre gravité. Mais, si des étoiles semblables à notre Soleil peuvent aboutir au stade… Lire la suite
HERSCHEL MISSION

Écrit par :  Laurent PAGANI

Dans le chapitre "Milieu interstellaire galactique"  : …  ces observations montrent que la distribution en masse de ces cœurs est très semblable à celle des *étoiles ; on peut en conclure que la masse des étoiles découle directement de la masse des cœurs, un résultat qui est moins évident que l'on pourrait le penser. Herschel révèle la formation d'étoiles par propagation ; l'onde de choc de la région H II… Lire la suite
HERSCHEL sir WILLIAM (1738-1822)

Écrit par :  Dominique PROUST

Dans le chapitre "L'astronome"  : …  Univers accessible, étudiée à l'aide de télescopes qu'il ne cesse de perfectionner. Par un comptage *des étoiles environnantes, il parvient à montrer que le système solaire se déplace vers un point de la constellation d'Hercule, l'apex, et que la Galaxie est un disque d'étoiles plat, formé de bras, le Soleil se trouvant à proximité de l'un d'eux. Il… Lire la suite
HOYLE FRED (1915-2001)

Écrit par :  Marek A. ABRAMOWICZ

Dans le chapitre "Les quasars et la fin de l'Univers stationnaire"  : …  une théorie qui pouvait rendre compte de la luminosité énorme des quasars ; il s'agissait de la *théorie des étoiles supermassives. Des considérations théoriques permettent de démontrer que des étoiles « normales » de masses supérieures à environ 60 masses solaires seraient le siège d'instabilités violentes dues à la pression de radiation et à… Lire la suite
INTERSTELLAIRE MILIEU

Écrit par :  James LEQUEUX

Dans le chapitre "Les nuages moléculaires"  : …  constituants des nuages moléculaires et l'origine de la vie. Il est certain, en revanche, que les *étoiles se forment dans les nuages moléculaires par l'effondrement gravitationnel de leurs parties les plus denses. Il apparaît que les nuages les plus froids sont le siège de la formation d'étoiles de faible masse que l'on observe en infrarouge à l'… Lire la suite
IRAS (Infrared Astronomical Satellite)

Écrit par :  James LEQUEUX

…  plus de 200 000 sources. Il a fourni les premières images de l'Univers dans l'infrarouge lointain. *L'émission dans l'infrarouge lointain est essentiellement produite par le rayonnement thermique de la poussière interstellaire chauffée à quelques dizaines de kelvins par le rayonnement des étoiles, et aussi de la poussière juste formée dans les… Lire la suite
KEPLER, télescope spatial

Écrit par :  Bernard PIRE

… c’est un télescope de 95 centimètres de diamètre à grand champ de vision qui enregistre continûment *la brillance de plus de 150 000 étoiles afin de détecter les systèmes planétaires lointains et d’en faire un catalogue aussi détaillé que possible. Équipé de capteurs C.C.D. (charged couple device, dispositifs à transferts de charge), il est… Lire la suite
LEAVITT HENRIETTA (1868-1921)

Écrit par :  Universalis

… elle travaille sur le grand projet de l'observatoire, lancé par Edward Charles Pickering, visant à *déterminer la magnitude de toutes les étoiles mesurables. Au cours de ses travaux, elle collabore avec Williamina Fleming et Annie Jump Cannon. Henrietta Leavitt progresse rapidement dans la hiérarchie, devenant responsable du département de… Lire la suite
LENTILLE GRAVITATIONNELLE

Écrit par :  James LEQUEUXBernard PIRE

…  l'Univers, qui constitue un programme en cours mais de longue haleine. Des masses plus petites, *comme celles des étoiles et même des planètes, peuvent aussi produire des effets spectaculaires sur les objets d'arrière-plan. On a découvert ainsi des étoiles qui n’étaient pas observables directement, car trop froides ; ces dernières forment… Lire la suite
MARÉES

Écrit par :  Françoise COMBESAndré GOUGENHEIMChristian LE PROVOSTJean-Paul ZAHN

Dans le chapitre "La marée dans une étoile double"  : …  Plus de la moitié des *étoiles de la Galaxie sont associées en systèmes doubles ou multiples, dont certains sont extrêmement serrés : la distance entre étoiles se mesure alors en diamètres stellaires. Dans ce cas, les étoiles sont soumises à des forces de marée puissantes, dont l'intensité est comparable à la gravité même. L'effet le plus… Lire la suite
MASSE CACHÉE ou MASSE MANQUANTE ou MATIÈRE NOIRE

Écrit par :  Marc LACHIÈZE-REY

Dans le chapitre "Les galaxies spirales"  : …  Celles-ci apparaissent sous forme de disques lumineux réunissant des dizaines de milliards *d'étoiles qui y dessinent des bras spiraux (qui donnent leurs noms à ces systèmes). Elles sont également remplies de gaz, principalement de l'hydrogène, que l'on observe par son émission radio à la longueur d'onde de 21 centimètres. Les étoiles et le… Lire la suite
MÉCANIQUE CÉLESTE

Écrit par :  Bruno MORANDO

Dans le chapitre "Le problème d'un grand nombre de corps quelconques"  : …  initiales étant distribuées de façon quelconque. C'est le cas, par exemple, dans les ensembles d'*étoiles, amas galactiques, amas globulaires, galaxies. Il n'est pas question d'intégrer séparément les équations du mouvement de chacune des étoiles, mais, en revanche, on souhaite connaître l'évolution globale, dans le passé et dans l'avenir, de l'… Lire la suite
MÉTÉORITES

Écrit par :  Mireille CHRISTOPHE MICHEL-LEVYPaul PELLAS

Dans le chapitre "L'oxygène"  : …   16O fut attribuée à des processus nucléaires qui avaient dû se produire dans certaines *étoiles, préférentiellement dans les zones de combustion explosive du carbone d'une supernova. D'autres processus nucléosynthétiques ont été suggérés ultérieurement, presque tous cependant d'origine stellaire ; en effet, une irradiation locale par… Lire la suite
NAINES BLANCHES

Écrit par :  Bernard PIRE

… Les naines blanches sont *des étoiles vieillissantes dont la masse est de l'ordre de celle du Soleil et la taille proche de celle de la Terre. Leur grande densité rend gigantesques les forces gravitationnelles qui y règnent. Ce sont des astres assez communs dans l'Univers ; la plus proche naine blanche est à une distance de 8,6 années-lumière et on… Lire la suite
NAINES BRUNES

Écrit par :  Isabelle BARAFFE

Dans le chapitre "Qu'est-ce qu'une naine brune ?"  : …  Une* naine brune est une étoile « ratée » qui ne peut maintenir de façon stable les réactions de fusion nucléaire de l'hydrogène caractérisant les débuts de l'évolution stellaire. Les étoiles naissent de l'effondrement gravitationnel de nuages de gaz et de poussière interstellaires, essentiellement composés d'hydrogène et d'hélium. Lors de la… Lire la suite
NOVAE ET SUPERNOVAE

Écrit par :  Jean AUDOUZE

…  immuable alors que les événements sur Terre nous paraissent se dérouler à un rythme échevelé : une *étoile comme le Soleil brille avec le même éclat depuis 4,5 milliards d'années et les astrophysiciens prédisent qu'elle doit conserver un aspect à peu près identique pendant encore cinq autres milliards d'années. En comparant ces échelles de temps… Lire la suite
NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Les principes physiques

Écrit par :  Bernard PIRE

Dans le chapitre "Application astrophysique"  : …  L'évolution des *étoiles peut être comprise à la lumière de la physique nucléaire. Les étoiles jeunes, le Soleil par exemple, sont essentiellement constituées d'hydrogène et leur cœur est le siège de réactions de fusion associant deux protons en un noyau de deutérium (avec dégagement d'un positon et d'un neutrino). Cette réaction très lente, qui… Lire la suite
NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Isotopes

Écrit par :  René BIMBOTRené LÉTOLLE

Dans le chapitre " Isotopes naturels et artificiels"  : …  de la synthèse des éléments. On admet généralement que cette synthèse se produit au sein des *étoiles. Dans les étoiles de première génération, composées principalement d'hydrogène et d'hélium, sont synthétisés les éléments légers. Les réactions nucléaires intervenant sont principalement la capture de proton ou de particule alpha, ce qui… Lire la suite
NUCLÉOSYNTHÈSE

Écrit par :  Jean AUDOUZE

Dans le chapitre "La nucléosynthèse dans les étoiles"  : …  La nucléosynthèse dans les *étoiles fait intervenir tous les processus nucléosynthétiques à l'exception des réactions de spallation qui n'interviennent que de façon très secondaire à leur surface. La nucléosynthèse dépend fortement des conditions physiques qui règnent dans les milieux où celle-ci se produit et, donc, du type d'étoile considéré. Il… Lire la suite
ONDES GRAVITATIONNELLES

Écrit par :  Bernard PIRE

Dans le chapitre "La coalescence de systèmes binaires"  : …  Les observations astronomiques montrent que les *étoiles sont assez fréquemment en couples serrés, si bien que des systèmes binaires d’astres compacts – des étoiles à neutrons par exemple – apparaissent à la suite de leur évolution. Les forces gravitationnelles entre ces astres massifs, compacts et proches, sont suffisamment intenses pour que des… Lire la suite
OPTIQUE - Optique cohérente

Écrit par :  Michel HENRY

Dans le chapitre "Astronomie"  : …  et abordons une autre application, plus directement liée à la définition de la cohérence, la *mesure du diamètre apparent des étoiles. L'agitation de l'atmosphère interdit de mesurer directement ce diamètre, bien que le pouvoir de résolution des grands télescopes soit théoriquement suffisant. Diverses méthodes permettent de pallier cette… Lire la suite
ORIENTATION ANIMALE

Écrit par :  Georges THINÈS

Dans le chapitre "Navigation astronomique des migrateurs nocturnes"  : …  les migrateurs nocturnes (qui sont les plus nombreux) sont capables de s'orienter par rapport à la* position des étoiles. E. G. F. Sauer (1957) et E. G. F. Sauer et E. M. Sauer (1960) crurent pouvoir établir l'existence de ce type de navigation astronomique chez des fauvettes en observant les oiseaux dans un planétarium. Un tel dispositif permet… Lire la suite
PLANÉTAIRES SYSTÈMES

Écrit par :  Dominique PROUST

Dans le chapitre "Les contributions de Jeans et de Spitzer"  : …  en 1939 par Lyman Spitzer (1914-1997). Fondés sur les théories relatives à la structure interne des* étoiles, les travaux de Spitzer tendent en effet à démontrer que l'importante masse gazeuse extirpée – par effets de marée – des couches stellaires profondes où règne nécessairement une température fort élevée, loin de se condenser en corps… Lire la suite
PLANÈTES

Écrit par :  Guy ISRAËLAnne-Marie LAGRANGEJames LEQUEUX Universalis

Dans le chapitre " Les planètes extrasolaires"  : …  directement avec les moyens techniques actuels, à cause de leur faible distance apparente à *l'étoile autour de laquelle elles gravitent et de leur très faible luminosité. Les planètes – telluriques et géantes – de notre système solaire servent généralement de références pour la recherche de leurs consœurs extrasolaires. Si l'on observait… Lire la suite
RADIOASTRONOMIE

Écrit par :  André BOISCHOTJames LEQUEUX

Dans le chapitre "Le spectre de raies en radioastronomie"  : …  et denses, que l'on nomme nuages moléculaires. Ces nuages sont les lieux où se forment les *étoiles, et l'étude détaillée des raies qu'ils émettent jointe à des observations dans l'infrarouge permet de voir à l'œuvre la naissance des étoiles. Si nous n'en comprenons pas encore bien les détails, les grandes lignes sont connues, et c'est un… Lire la suite
RADIOSOURCES

Écrit par :  James LEQUEUX

Dans le chapitre "Radiosources galactiques et émission radioélectrique"  : …  , et le mécanisme d'émission est cohérent et analogue à celui de certains types de sursauts radio solaires. Des *étoiles de types particuliers émettent une faible quantité d'ondes radio selon des mécanismes semblables. Les radiotélescopes sont aujourd’hui assez sensibles pour détecter le rayonnement radio thermique des étoiles les plus brillantes… Lire la suite
RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons cosmiques

Écrit par :  Lydie KOCH-MIRAMONDBernard PIRE

Dans le chapitre " Anomalies isotopiques et étoiles Wolf-Rayet"  : …  importantes semblent montrer que si la majeure partie du rayonnement cosmique a pour origine des *étoiles brûlant de l'hydrogène, comme le Soleil, une petite fraction (2 p. 100) aurait pour origine des étoiles évoluées brûlant lentement de l'hélium. Cette hypothèse est confortée par le fait que le carbone est en excès d'un facteur 2 à 3 dans les… Lire la suite
RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons X cosmiques

Écrit par :  Monique ARNAUDRobert ROCCHIARobert ROTHENFLUG

Dans le chapitre "Les objets compacts dans les systèmes binaires"  : …  ailleurs, la localisation précise des sources X a permis d'associer la plupart d'entre elles à des *étoiles déjà cataloguées dans le visible. Ainsi, la compréhension de l'ensemble de ces phénomènes a permis de mettre au point le modèle (schématique) suivant. Le système binaire est composé d'une étoile à neutrons, d'une masse égale à une masse… Lire la suite
RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons gamma cosmiques

Écrit par :  François LEBRUNRobert MOCHKOVITCHJacques PAUL

Dans le chapitre "Les résultats"  : …  le plus souvent des disques d'accrétion formés autour d'astres effondrés dans un système double. *L'étoile cède de la matière à son compagnon compact, étoile à neutrons ou trou noir, soit par l'intermédiaire du vent stellaire si l'étoile est de forte masse, soit par dépassement du lobe de Roche dans le cas d'une étoile de faible masse à la fin de… Lire la suite
RELATIVITÉ - Relativité générale

Écrit par :  Thibault DAMOURStanley DESER

Dans le chapitre "Champs gravitationnels forts. Trous noirs"  : …  gravitationnellement condensés. Cette dénomination désigne les états finals de l'évolution des *étoiles. Après épuisement de leurs sources d'énergie nucléaire, les étoiles finissent par condenser une masse énorme dans un rayon très petit, conduisant, selon la masse initiale, à une naine blanche, à une étoile à neutrons ou à un trou noir.… Lire la suite
RUSSELL HENRY NORRIS (1877-1957)

Écrit par :  Jean-Marc BRISSAUD

… *Astronome américain. Après des études à l'université de Princeton, Russel part pour l'Angleterre en 1903 afin d'étudier à Cambridge une méthode photographique de détermination de la parallaxe des étoiles. Professeur d'astronomie à Princeton en 1905, il devient directeur de l'observatoire de cette université en 1911. Il est célèbre pour sa théorie… Lire la suite
SALPETER EDWIN ERNEST (1924-2008)

Écrit par :  Universalis

… Birmingham (Royaume-Uni) et entre à l'université Cornell (États-Unis), où il fera toute sa carrière.* En 1951, il suggère qu'à l'intérieur des étoiles vieilles le carbone est synthétisé par une réaction de fusion nucléaire, dite « triple alpha » : deux noyaux d'hélium (ou particule alpha) fusionnent en donnant un noyau de béryllium et un rayonnement… Lire la suite
SANDAGE ALLAN REX (1926-2010)

Écrit par :  Universalis

…  ; auj. Carnegie Observatories) en Californie en 1952, il y mènera l'essentiel de ses recherches. *Théoricien de l'évolution stellaire, Sandage démontre au début des années 1950, avec Harold L. Johnson, que l'éclat et la couleur des étoiles les plus brillantes observées dans divers amas globulaires permettent de classer ces derniers selon leur âge… Lire la suite
SCHATZMAN ÉVRY (1920-2010)

Écrit par :  Jean AUDOUZE

…  l'observatoire que naît sa vocation d'astrophysicien, ses lectures le conduisant à s'intéresser à *un type particulier d'étoiles, les naines blanches. Celles-ci sont des étoiles particulièrement denses, puisque leur masse est typiquement celle du Soleil et leur rayon analogue à celui de la Terre ; leur température de surface est de l'ordre de 10 … Lire la suite
SCHLESINGER FRANCK (1871-1943)

Écrit par :  Universalis

…  Latitude Observatory à Ukiah (Californie). Nommé astronome au Yerkes Observatory, près de Chicago, *il est l’un des premiers à utiliser la photographie pour mesurer les parallaxes stellaires, qui permettent de déduire la distance à laquelle se trouvent les astres observés. Éliminant ou compensant soigneusement toute source d’erreur importante, il… Lire la suite
SOLEIL

Écrit par :  Pierre LANTOS

Le Soleil est l'une des innombrables *étoiles de notre Galaxie ; à cet égard, ni sa position ni ses propriétés intrinsèques ne sont exceptionnelles. Situé aux deux tiers du rayon galactique (à 8,5 kpc du centre galactique), il appartient à un bras spiral semblable à ceux que l'on observe dans certaines… Lire la suite
STELLAIRES AMAS

Écrit par :  André BOISCHOT

Un amas stellaire est un groupe *d'étoiles physiquement liées par la gravitation, formées dans des conditions semblables en un temps relativement court, et évoluant dans les mêmes conditions. L'étude des amas fournit des renseignements de première importance sur la formation et l'évolution des étoiles. De… Lire la suite
STELLAIRES ASSOCIATIONS

Écrit par :  Thierry MONTMERLE

De tout temps, l'homme a remarqué que la distribution des *étoiles dans le ciel n'est pas uniforme. En plus de la traînée lumineuse de la Voie lactée, des groupements d'étoiles sont clairement visibles. Ils ont conduit à l'invention des constellations, chez les Assyriens, ou des astérismes, chez les Chinois… Lire la suite
STRUVE OTTO (1897-1963)

Écrit par :  Universalis

… mais, en 1921, il parvient à émigrer aux États-Unis. Membre du Yerkes Observatory, près de Chicago, *il commence ses recherches en spectroscopie stellaire, et il va apporter des contributions remarquables en astrophysique stellaire. En étudiant delta Orionis et plusieurs autres étoiles, il constate que le spectre émis par les étoiles chaudes… Lire la suite
SUR UNE ÉTOILE NOUVELLE (T. Brahe)

Écrit par :  James LEQUEUX

  *Dans la soirée du 11 novembre 1572, l'astronome danois Tycho Brahe observe dans la constellation de Cassiopée une étoile qu'il n'avait jamais vue auparavant. Aussi brillante que Vénus, celle-ci est visible même en plein jour. Ce phénomène est une source d'interrogations. L'astre annonce-t-il quelque calamité ? S'agit-il… Lire la suite
TABLES RUDOLPHINES

Écrit par :  Universalis

… En *latin Tabulae Rudolphinae, tables planétaires et catalogue d'étoiles publiés en 1627 par Johannes Kepler, basés principalement sur les observations de Tycho Brahe. Meilleur catalogue réalisé avant l'invention du télescope, cet ouvrage a une précision de quelques minutes d'arc et contient la position de 1 005 étoiles (Kepler ayant… Lire la suite
TÉLESCOPES

Écrit par :  Olivier LE FÈVREJean RÖSCH Universalis

Dans le chapitre "L'observation visuelle"  : …  la distance entre eux, on obtient deux croisées de fils, par lesquelles on peut « bissecter » deux *étoiles du champ, et mesurer ainsi leur écart angulaire en grandeur et en direction. C'est le micromètre à fils. Comme son emploi est affecté par les mouvements de l'instrument, on a imaginé des micromètres à double image dans lesquels, par exemple… Lire la suite
TERRE - La planète Terre

Écrit par :  Jean AUBOUINJean KOVALEVSKYEvry SCHATZMAN

Dans le chapitre "Le proto-Soleil"  : …  éruptive actuelle. Cette hypothèse correspond à l'observation, dans les amas très jeunes, d'*étoiles brillantes (de 10 à 50 fois la luminosité solaire), plus froides que le Soleil et de rayon cinq fois plus grand. Ces étoiles présentent des variations importantes d'éclat qui font penser à l'activité solaire. Elles sont encore en contraction… Lire la suite
THERMONUCLÉAIRE ÉNERGIE

Écrit par :  Robert DAUTRAYPascal GARINMichel GRÉGOIREGuy LAVALJean-Paul WATTEAUJoseph WEISSE

Dans le chapitre "La fusion thermonucléaire"  : …  de mélange deutérium-tritium à 94 × 106 kWh. Comme nous l'avons vu, la vie des *étoiles est la manifestation « éclatante » des principes évoqués. L'énergie thermonucléaire dégagée par les réactions de fusion qui s'y produisent est la source du rayonnement considérable dont nous percevons les effets, notamment le rayonnement… Lire la suite
TROUS NOIRS

Écrit par :  Jean-Pierre LUMINET

Dans le chapitre "Formation des trous noirs"  : …  Par *suite de l'effondrement gravitationnel du cœur des étoiles lorsque tout leur combustible thermonucléaire (hydrogène, hélium...) est épuisé, l'évolution stellaire aboutit à l'expulsion plus ou moins violente de l'atmosphère gazeuse (nébuleuse planétaire ou supernova) et à la formation d'astres résiduels extrêmement condensés. Les naines blanches… Lire la suite
TURBULENCE

Écrit par :  Fabien ANSELMETMichel COANTICGérard TAVERA

Dans le chapitre "L'univers primordial, la formation des galaxies, des étoiles et des planètes"  : …  d'années après le big-bang initial, la température étant tombée à moins de 104 K : *les premières galaxies et les premières étoiles peuvent alors à se former. Les radiotélescopes embarqués en ondes millimétriques ou submillimétriques permettent de remonter à cette époque, la température de rayonnement du fond diffus cosmologiqueLire la suite
UNIVERS

Écrit par :  Jean AUDOUZEJames LEQUEUX

Dans le chapitre " L'échelle des distances dans l'Univers"  : …  base très étendue offerte par l'orbite terrestre. La première mesure réussie de la distance d'une *étoile est due à Friedrich Bessel et ne date que de 1838. L'étoile la plus proche, un objet peu brillant dénommé Proxima Centauri, est à 4,2 années-lumière de nous, soit 270 000 fois le rayon de l'orbite terrestre. L'année-lumière, qui vaut 9,46 × 10… Lire la suite
UNIVERS (notions de base)

Écrit par :  Universalis

Dans le chapitre "Étoiles, amas d’étoiles, nuages et rayonnements"  : …  qui les éclaire. Il apparaît ensuite, que, au-delà du Soleil et de son cortège de satellites,* les milliers d’étoiles du ciel nocturne sont elles-mêmes d’autres soleils. Parfois plus rouges ou plus bleus, plus ou moins gros que le nôtre, ces derniers sont situés à des distances grandes, mais mesurables, au moins pour les plus proches. À côté… Lire la suite
URANOMETRIA (J. Bayer)

Écrit par :  James LEQUEUX

  *Jusqu'à la fin du xvie siècle, les étoiles sont désignées par la partie de la constellation où elles sont situées – ce qui n'est pas dénué d'ambiguïté – ou, pour les principales, par leur nom arabe. Grâce aux instruments perfectionnés de son observatoire d'Uraniborg, l'astronome danois Tycho Brahe… Lire la suite

Afficher la liste complète (83 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2016, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.