BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

GALLÉ ÉMILE (1846-1904)

Né à Nancy où son père possédait une gobeleterie, Émile Gallé fonde une école d'art appliqué à l'industrie, célèbre sous le nom d'École de Nancy, qui a joué un rôle prépondérant dans la diffusion du « style 1900 ». De 1862 à 1866, Émile Gallé séjourne en Allemagne et fait son apprentissage de verrier dans les fabriques de Meisenthal. En 1870, il collabore à la réorganisation de la faïencerie de Saint-Clément. Au retour d'un voyage à Londres en 1872, il s'arrête à Paris, visite de Louvre où il admire les gemmes de la couronne, qui influenceront son œuvre verrier. En 1874, il ouvre avec son frère une verrerie à Nancy. Il obtient un grand succès aux Expositions universelles : en 1878, avec des verres bleutés au cobalt dits « clair de lune » ; en 1884, où il accompagne les verres qu'il présente d'une notice sur les matières et les formes révélant l'ampleur de ses recherches chimiques et de ses expériences sur les émaux ; en 1889 et en 1900. Il s'inspire d'abord des œuvres de la Renaissance et de l'Extrême-Orient : verres incolores ou légèrement teintés, ornés d'émaux en surface ou gravés au touret. Par la suite, il s'adonne à toutes les virtuosités techniques, décors dans la masse, combinaisons subtiles de verres de couleurs translucides ou plus ou moins opaques et découpés, verres incrustés en marqueterie (intarsia), imitations de pierres dures. Toute son œuvre est fondée sur l'amour profond et l'étude raisonnée de la nature ; savant botaniste, il exploite sans cesse le thème végétal, non seulement pour les décors mais pour les formes des vases. Il applique la même conception à la céramique et au mobilier. Homme cultivé et poète sensible, il veut donner aux objets une signification spirituelle et introduit dans leur décor des sentences ou des vers empruntés tant à Virgile qu'à Victor Hugo, Baudelaire ou Verlaine (« verrerie parlante »). Gallé a lui-même expliqué ses idées et rédigé des descriptions lyriques de ses œuvres dans ses Écrits pour l'art (1908).

Après la mort d'Émile Gallé, l'atelier de fabrication industrielle qu'il avait ouvert à Nancy dès 1890 continuera à produire jusqu'en 1914 suivant les procédés du maître et sous son nom. Un certain temps dépréciées par trop d'imitations vulgaires, les verreries de Gallé connaissent de nos jours un regain de faveur, les formes de la signature étant différentes sur les œuvres originales et sur les produits en série. Émile Gallé a donné une grande impulsion à l'art de la verrerie ; parmi ses plus brillants émules, il faut citer l'Américain Louis Comfort Tiffany et les frères Auguste et Antonin Daum établis à Nancy.

 […]
1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

Pour citer cet article

Jeanne GIACOMOTTI, « GALLÉ ÉMILE - (1846-1904)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-galle/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« GALLÉ ÉMILE (1846-1904) » est également traité dans :

ART NOUVEAU

Écrit par :  Françoise AUBRY

Dans le chapitre " La naissance d'un style"  : …  Selon* Émile Gallé, la nature « prête à l'artiste bien d'autres choses que les lombrics et ténias, les pseudo-varechs et les vermicelles affolés dont on a pensé faire avec beaucoup de talent, à l'occasion de 1900, un berceau où abriter le xxe siècle » (Le Mobilier contemporain orné d'après la nature). Dans ce texte paru… Lire la suite
LALIQUE RENÉ (1860-1945)

Écrit par :  Yvonne BRUNHAMMER

Dans le chapitre "Un « art total »"  : …  aspects et de la femme, à travers la culture symboliste. À l'occasion du Salon de 1897, le verrier* Émile Gallé, de quatorze ans son ainé, découvre le talent unique de Lalique, « inventeur du bijou moderne ». Dans un article d'anthologie, il réfute le fossé qui sépare les « arts majeurs » – les beaux-arts – des arts « dits mineurs », considérant… Lire la suite
NANCY ÉCOLE DE

Écrit par :  Hervé DOUCET

Dans le chapitre "Un mouvement régionaliste"  : …  fournit le sujet des objets les plus divers, tout comme la croix de Lorraine à double traverse *qu'Émile Gallé, artiste touche à tout et chef de fil de l'Art nouveau nancéien, associe à sa signature. Particulièrement éloquente est la table Le Rhin (Musée de l'école de Nancy, Nancy), que Gallé présenta à l'Exposition universelle de… Lire la suite
NANCY ET L'ART NOUVEAU (exposition)

Écrit par :  Christine PELTRE

…  constitué en 1901 – sous le nom d'« Alliance provinciale des industries d'art », présidée par *Émile Gallé (1846-1904) – et qui étendit son activité jusqu'en 1909, date de la dernière manifestation collective. Trois expositions majeures ont contribué à Nancy à la commémoration de 1999 : aux galeries Poirel, inaugurées en 1888 et rénovées pour… Lire la suite
PROUVÉ VICTOR (1858-1943)

Écrit par :  Jeanne GIACOMOTTI

… *Artiste polyvalent, Victor Prouvé a pratiqué toutes les techniques ; il fut peintre, graveur, sculpteur et décorateur. Originaire de Nancy, ses précoces dispositions pour le dessin lui valent, dès 1877, une bourse d'études à l'École des beaux-arts de Paris où il sera l'élève de Cabanel. Il expose aux Salons des artistes français à partir de 1885.… Lire la suite
VERRE ART DU

Écrit par :  James BARRELET

Dans le chapitre "Les XIXe et XXe siècles"  : …  restera marqué des noms de Brocard, de Rousseau, de Léveillé, de Jean, de Daum, et surtout d'Émile *Gallé qui poussa lui-même très loin des recherches, souvent avec bonheur. Il faut ajouter à ces noms celui de René Lalique qui fut un des grands décorateurs et innovateurs de l'époque, donnant au verre un rôle nouveau dans la bijouterie fantaisie,… Lire la suite

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média