BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ÉMERAUDE

1.  La structure cristalline de l'émeraude

L'émeraude est un cyclosilicate d'aluminium et de béryllium de formule Al2Be3(Si6O18). Elle cristallise dans le système hexagonal, sa dureté varie de 7,5 à 8 et son poids spécifique de 2,67 à 2,78. De transparente à opaque, elle présente un éclat vitreux et une cassure légèrement conchoïdale, inégale.

Comme chez les autres béryls, le motif élémentaire de l'émeraude est un anneau de six tétraèdres de silice (SiO44—), dont chacun possède deux sommets libres, ce qui correspond à la formule (Si6O18)12—. Les anneaux constitutifs s'empilent selon l'axe c de symétrie 6 du cristal ; les ions aluminium (Al3+) et béryllium (Be2+) s'intercalent entre les anneaux de silice et assurent la cohésion de l'ensemble. L'aluminium est en partie remplacé par du chrome (Cr3+) et du vanadium (V3+), éléments qui donnent la couleur verte à l'émeraude, ainsi que, plus rarement, par du magnésium (Mg2+) et du fer ferrique (Fe3+). Parfois du lithium (Li+) remplace le béryllium tandis que de l'aluminium peut se substituer au silicium (Si) des anneaux (fig. 1).

Cette structure ménage des « canaux » au cœur ou entre les anneaux de silice, laissant la place à des ions alcalins – sodium (Na+), potassium (K+), lithium (Li+), césium (Cs+) – ou à des éléments volatils (eau, dioxyde de carbone, gaz rares). D'autres inclusions peuvent cristalliser dans la charpente silicatée au cours de la paragenèse : micas, trémolites, actinotes, etc. On appelle « givres » ces inclusions ; ainsi, le « givre de guérison » est une fissure in situ cicatrisée par des substances externes provenant du milieu ambiant ou des solutions hydrothermales. Plusieurs givres forment le « jardin » d'une émeraude.

On comprend ainsi que l'étendue des possibilités de substitutions d'éléments chimiques et des variations d'incorporation de givres caractérise chaque type d'émeraude : loin d'être considérées comme des défauts, ces associations donnent au contraire une carte d'identité à chaque gemme, garantissant son authenticité dès lors que l'on a compris les modes de formation des divers gisements.

Si les émeraudes sont insensibles aux produits chimiques, excepté l'acide fluorhydrique, elles présentent cependant une certaine friabilité en raison des givres ; fragiles, elles doivent être taillées et serties en conséquence.

 […]
1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  5 pages…

Pour citer cet article

Yves GAUTIER, « ÉMERAUDE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emeraude/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« ÉMERAUDE » est également traité dans :

BÉRYL
BÉRYLLIUM
Dans le chapitre "Les béryls gemmes"
CHRYSOBÉRYL
COULEUR DES MINÉRAUX
Dans le chapitre "Quelques exemples"
GEMMES
Dans le chapitre "Émeraude"

 

Voir aussi

 

Dictionnaire

Définition du mot "EMERAUDE"

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média