BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ÉLASTOMÈRES ou CAOUTCHOUCS

2.  Caractéristiques fondamentales des élastomères

Bien que faisant partie d'une seule et même grande famille, celle des polymères, les élastomères ont un comportement très particulier et très différent des matières plastiques, ou plastomères.

Pour qu'un matériau soit mécaniquement reconnu comme un caoutchouc, il doit être :

– souple, c'est-à-dire de faible rigidité (quelques mégapascals) ;

– hautement déformable, c'est-à-dire capable de supporter de très grandes déformations sans se rompre ou d'atteindre des allongements « rupture » de plus de 100 p. 100, tout en possédant, à son allongement maximal, une résistance à la rupture relativement élevée ;

–  élastique ou résilient, c'est-à-dire capable de retrouver sa géométrie initiale, après cessation d'une sollicitation, tout en restituant quantitativement au milieu l'énergie qui lui a été fournie pour le déformer.

  Aspect moléculaire

Pour répondre à ces caractéristiques mécaniques, un élastomère est constitué de longues chaînes moléculaires, appelées macromolécules, qui sont repliées sur elles-mêmes au repos : c'est la pelote statistique. Les interactions entre chaînes sont faibles (faible cohésion) et sous l'action d'une contrainte externe, les chaînes possèdent de très nombreuses possibilités conformationnelles (par rotation autour des liaisons carbone-carbone) dans le domaine des températures d'utilisation. Ces chaînes macromoléculaires repliées sur elles-mêmes s'enchevêtrent avec leurs voisines et conduisent à un matériau élastique sous l'effet d'une faible contrainte. Lorsque l'on applique une plus forte contrainte, les chaînes vont se déployer, glisser et finir par se désolidariser les unes des autres. C'est pourquoi la réalisation de liaisons chimiques entre les chaînes, pour former un réseau tridimensionnel stable, a été la découverte primordiale pour l'utilisation des élastomères.

Cette formation de liaisons chimiques (généralement covalentes), appelées encore ponts de réticulation, est le résultat de la

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  12 pages…

 

Pour citer cet article

Françoise KATZANEVAS, Christian HUETZ DE LEMPS, « ÉLASTOMÈRES ou CAOUTCHOUCS  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/elastomeres-caoutchoucs/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« ÉLASTOMÈRES ou CAOUTCHOUCS » est également traité dans :

ANILINE
Dans le chapitre "Applications"
ANTIOXYGÈNES
Dans le chapitre " Applications des antioxygènes"
AUTOMOBILE - Technologie
Dans le chapitre "Les pneumatiques"
COLLAGE, physique
Dans le chapitre "L'interphase microcomposite sur les surfaces inorganiques"
DIÈNES & POLYÈNES
Dans le chapitre "Préparations"
INVENTION DU PNEUMATIQUE
MATIÈRE (physique) - État solide
Dans le chapitre "Les polymères solides"
MÉCANIQUE - Liaisons mécaniques
Dans le chapitre "Liaisons complètes élastiques"
POLYMÈRES
Dans le chapitre "Grandes classes de polymères"
SILICIUM
Dans le chapitre "Les silicones"

Afficher la liste complète (10 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.