BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) Théorie néo-classique

2.  Le producteur et le consommateur

Le consommateur retire de la consommation de chaque bien une satisfaction, ce que l'économiste appelle l'utilité du bien. Comme il y a un effet de saturation, la satisfaction procurée par la consommation d'une unité supplémentaire de bien est de moins en moins importante. Par ailleurs, en regard de chaque acte de consommation, il faut mettre le désagrément du prix à payer pour acquérir le bien que l'on souhaite consommer. Un consommateur achète tant que l'utilité qu'il retire de la consommation d'une unité supplémentaire de bien, ce que les économistes appellent l'utilité marginale, est supérieure au désagrément, c'est-à-dire au prix de cette unité supplémentaire de bien. Il s'arrête à un moment défini comme son équilibre, qui correspond au moment où l'utilité marginale est égale au prix.

La satisfaction du producteur, c'est le produit de ses ventes ; son désagrément, ses coûts. Les rendements décroissants, que les économistes néoclassiques ont hérité de leurs prédécesseurs, se traduisent par une augmentation des coûts plus que proportionnelle à celle des quantités produites. Au fur et à mesure qu'il produit et que le coût de l'unité supplémentaire produite, ce que les économistes appellent le coût marginal, s'accroît, le bénéfice par unité vendue, qui est égal à la différence entre le prix et le coût marginal, s'amenuise. Et ce jusqu'au moment où prix et coût marginal sont identiques, moment qui correspond à la production maximale de l'entreprise, au-delà de laquelle toute production supplémentaire se traduirait par des pertes.

De cette description de chacun des deux acteurs de l'économie pris individuellement, l'économiste néoclassique passe au niveau de l'économie générale par l'intermédiaire du marché où se fait leur mise en relation. L'apport des néoclassiques par rapport aux classiques est une vision double de la concurrence. Pour les classiques, la concurrence est une contrainte qui s'exerce essentiellement sur les offreurs. Offreurs de travail,[...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  4 pages…

 

Pour citer cet article

Jean-Marc DANIEL, « ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Théorie néo-classique  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-theorie-neo-classique/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« ÉCONOMIE » est également traité dans :

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes
ÉCONOMIE (Définition et nature) - Une science trop humaine ?
ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie
ÉCONOMIE (Définition et nature) - Sociologie de l'économie
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marxisme
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marginalisme
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Monétarisme
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Économie des conventions
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - École de la régulation
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Néo-institutionnalisme
GÉOGRAPHIE ÉCONOMIQUE
TIROLE JEAN (1953-    )

Afficher la liste complète (15 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.