BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) Keynésianisme

2.   Les relances keynésiennes : efficacité et limites

Si l'offre ne crée pas sa propre demande, l'économie peut être durablement bloquée dans des régimes de faible croissance ne permettant pas d'employer pleinement les facteurs de production. Il s'agit donc prioritairement de concevoir des politiques susceptibles d'accroître la demande globale.

  Principes de fonctionnement des relances monétaires et budgétaires

" : PROPOSITION D'UNE INTERPRETATION, John R. Hicks">L'analyse et la mise en œuvre des politiques de relance keynésienne se situent, le plus couramment, dans le cadre du schéma d'interprétation de la Théorie générale qui fut proposé par John Hicks en 1937 dans son article « Mr. Keynes and the Classics ». Dans cette interprétation, connue sous le nom de « modèle IS/LM/DG/OG », la situation macroéconomique d'un pays est représentée comme le résultat d'un processus d'égalisation de l'offre et de la demande globale de biens et services, ainsi que de l'offre et de la demande de travail. Ce processus détermine le produit national, l'emploi et le niveau général des prix.

Par offre globale, il faut entendre les quantités que les entreprises désirent vendre aux différents niveaux de prix possibles. Et par demande globale, les quantités de biens et services demandées par les consommateurs et les entreprises pour les différents niveaux de prix possibles. Ces biens et services demandés et offerts peuvent être des biens de consommation ou des biens d'équipement (d'investissement).

La demande globale se décompose en trois éléments : la consommation des ménages ; l'investissement des entreprises et des ménages (essentiellement en logements pour ces derniers) ; les dépenses publiques. Toute augmentation de l'une des composantes de la demande entraîne une augmentation plus que proportionnelle du produit national, car elle induit d'autres dépenses supplémentaires. Par exemple, lorsque la dépense publique s'accroît, cela engendre des revenus supplémentaires distribués aux ménages. La consommation va donc s'accroître à s[...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  12 pages…

 

Pour citer cet article

Olivier BROSSARD, « ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-keynesianisme/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« ÉCONOMIE » est également traité dans :

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes
ÉCONOMIE (Définition et nature) - Une science trop humaine ?
ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie
ÉCONOMIE (Définition et nature) - Sociologie de l'économie
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marxisme
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marginalisme
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Théorie néo-classique
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Monétarisme
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Économie des conventions
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - École de la régulation
ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Néo-institutionnalisme
GÉOGRAPHIE ÉCONOMIQUE
TIROLE JEAN (1953-    )

Afficher la liste complète (15 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.