BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

Chiffres du MondeAltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ENVIRONNEMENT ÉCONOMIE DE L'

Jusqu'au milieu des années 1980, l'économie de l'environnement et l'économie des ressources naturelles ont constitué deux disciplines qui se sont développées de façon indépendante. L'économie de l'environnement traite des modalités selon lesquelles peuvent être gérés (et éventuellement tempérés) les rejets, pollutions ou nuisances qu'entraînent les activités économiques. L'économie des ressources naturelles, quant à elle, s'intéresse à l'extraction des ressources naturelles (ensemble des biens non reproductibles par l'homme) et aux incidences des activités socio-économiques sur la reproduction des ressources naturelles.

Avec l'apparition des nouveaux risques environnementaux et la naissance du concept de développement durable, cette dissociation entre une économie de l'environnement et une économie des ressources naturelles est devenue moins pertinente. Il apparaît que la pollution peut contrecarrer la reproduction des ressources naturelles (les pluies acides et le changement climatique nuisent par exemple à la biodiversité) ; de même, l'extraction et la consommation de ressources naturelles accentuent la pollution (l'utilisation du charbon dans les centrales thermiques est en partie responsable des pluies acides et l'utilisation du pétrole via les carburants, est la principale source d'accroissement de l'effet de serre). Il devient dès lors nécessaire de prendre en compte ces interactions.

Le concept de capital naturel a favorisé la jonction des deux disciplines. Le capital naturel désigne l'ensemble des biens et services fournis par la nature, c'est-à-dire les ressources naturelles mais aussi les services écologiques tels que l'épuration permise par les océans, les grands équilibres bio-géochimiques, l'équilibre climatique, etc. La dégradation environnementale s'interprète dès lors comme une dépréciation du capital naturel dont l'économie de l'environnement a vocation à éclairer les modalités de gestion.

1.  De la théorie des externalités aux droits de propriété : les fondements de l'économie de l'environnemen […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  9 pages…

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« ENVIRONNEMENT ÉCONOMIE DE L' » est également traité dans :

ENVIRONNEMENT - Environnement et économie

Écrit par :  Sylvie FAUCHEUXChristelle HUE

Dans les années 1980, les pollutions et l'utilisation des ressources naturelles ont changé d'échelle. La découverte du trou dans la couche d'ozone, la mise en garde contre les conséquences climatiques des émissions de gaz à effet de serre, la pollution marine, la perte en biodiversité, la dégradation quantitative et qualitative des ressources en… Lire la suite
ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'économie allemande depuis la réunification

Écrit par :  Hans BRODERSEN

Dans le chapitre "Consolidation des finances publiques"  : …  finances publiques et pour stopper la baisse relative de compétitivité de l'appareil de production. *Dès 1999, Gerhard Schröder met en place une réforme de l'imposition de la consommation d'énergie pour en optimiser l'utilisation, favoriser les énergies renouvelables et augmenter l'assiette du financement de la Sécurité sociale. Ce point est capital… Lire la suite
COÛT SOCIAL

Écrit par :  Xavier GREFFE

Dans le chapitre "Définition du coût social"  : …  redouble d'intensité dès lors qu'il s'agit de prendre en considération les générations futures. *Si j'épuise aujourd'hui un stock de ressources non renouvelables, je dois tenir compte des coûts correspondants, quitte à faire apparaître dès maintenant, d'une part, un « coût d'option », valeur qu'il conviendrait d'assumer pour maintenir, d'un… Lire la suite
DÉCROISSANCE

Écrit par :  Fabrice FLIPO

Dans le chapitre "Les thèses en présence"  : …  d'avoir exagéré le caractère nocif de certains produits, notamment les pesticides. La même année, *l'économiste américain William Nordhaus estime que le problème est moins la ressource naturelle que le capital et le travail, qui permettent d'accéder à des ressources très abondantes comme l'énergie nucléaire (par fission et, un jour sans doute, par… Lire la suite
ÉCOLOGIE ET SOCIÉTÉ

Écrit par :  Robert BARBAULT

Dans le chapitre "Prendre en compte les services écologiques"  : …  ils ne sont pas appréhendés par les estimateurs économiques traditionnels : ils sont hors marché. *C'est ce constat qui suscita l'émergence, dans les années 1990, d'un nouveau champ scientifique, à l'interface de l'économie et de l'écologie : l'économie écologique. Celle-ci a pour but de promouvoir des stratégies de gestion et de développement… Lire la suite
ÉCONOMIE MONDIALE - 2006 : symphonie de croissances

Écrit par :  Nicolas SAGNES

Dans le chapitre "La finance du carbone "  : …  attiré l'attention sur le coût économique potentiellement gigantesque du changement climatique. À* la suite des engagements pris par différents États de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, notamment dans le cadre du protocole de Kyōto, de véritables marchés financiers des droits à polluer se sont développés, comme celui institué en… Lire la suite
EXTERNALITÉ, économie

Écrit par :  Dominique HENRIET

…  être positive ou négative selon que sa conséquence sur le bien-être est favorable ou défavorable. *La pollution sous toutes ses formes est un exemple typique d'externalité négative : lorsqu'une usine rejette des déchets dans l'environnement, elle inflige, sans contrepartie, une nuisance aux habitants de la région. L'encombrement dû à la… Lire la suite
IMPÔT - Politique fiscale

Écrit par :  Jean-Marie MONNIER

Dans le chapitre "Nouvelles perspectives "  : …  illustrations. L'une des évolutions importantes des années 1990 est l'irruption de la préoccupation *écologique dans les débats publics, mais également dans les systèmes fiscaux. Les activités humaines produisent des externalités, que l'on peut définir de la façon suivante : il y a externalité lorsque l'action d'un agent économique influe… Lire la suite
INDE (Le territoire et les hommes) - L'économie contemporaine

Écrit par :  Gilbert ÉTIENNEJoël RUET

Dans le chapitre "L'environnement"  : …  les quarante premières années de son indépendance par concentrer ses efforts sur le développement. *Depuis les années 1980, les dangers provoqués par la dégradation de l'environnement ont pris des proportions telles qu'il s'agit d'un défi majeur. Les dommages causés à l'environnement pourraient correspondre à 4 voire 6 p. 100 du P.I.B. par an, et à… Lire la suite
INÉGALITÉS - Analyse et critique

Écrit par :  Alain BIHRRoland PFEFFERKORN

Dans le chapitre " Évolution des inégalités"  : …  à la « vraie » richesse et au bien-être (par exemple l'activité bénévole ou le travail domestique). *Puis on soustrait la valeur estimée des « richesses perdues », qu’il s’agisse de richesses naturelles (destruction de la couche d'ozone, autres dommages à l'environnement, destruction de ressources non renouvelables) ou de richesses sociales (coût… Lire la suite
INTERVENTION DE L'ÉTAT, économie

Écrit par :  Dominique HENRIETAndré PIETTRE

Dans le chapitre "Externalités"  : …  sur le bien-être d'un autre, sans que cette interaction fasse l'objet d'une transaction économique. *La pollution est un effet externe négatif évident : en produisant, une usine peut déverser dans la nature des matières polluantes qui affectent l'état de santé et donc le bien-être des populations environnantes. De la même façon, l'encombrement… Lire la suite
MARCHÉS DE DROITS À POLLUER

Écrit par :  Stéphanie MONJON

… *Un marché de droits à polluer, encore appelé marché de permis négociables, est un instrument économique de politique environnementale qui vise à limiter le niveau global de rejets polluants en répartissant les coûts à supporter pour respecter cette contrainte de manière efficace. L'idée de marché de permis négociables est née à la fin des années… Lire la suite
MARÉES NOIRES

Écrit par :  Lucien LAUBIER

Dans le chapitre "L'indemnisation des dommages "  : …  La nature des dommages à indemniser est très variée. *Les économistes distinguent, d'une part, le coût de la lutte, du nettoyage et de la restauration, d'autre part, des dommages économiques, marchands ou non. Ces derniers comprennent les pertes économiques, les pertes d'aménité (d'agrément) et, enfin, les dommages écologiques au sens strict. Pour… Lire la suite
NATURE VALEUR ÉCONOMIQUE DE LA

Écrit par :  Jean-Michel SALLES

L'idée de donner une *valeur économique à la nature ou, plus récemment, à la biodiversité et aux services rendus par les écosystèmes (services dits écosystémiques) a émergé dès les années 1960. Elle suscite toujours un large débat, tant au sein de la communauté scientifique, partagée entre l'intérêt de… Lire la suite
RICHESSE DÉFINITIONS ET MESURES DE LA

Écrit par :  Jean GADREY

Dans le chapitre "Les variantes du « P.I.B. vert » ou « indices de bien-être économique durable »"  : …  richesse et au bien-être (par exemple l'activité bénévole, le travail domestique). Puis on soustrait* la valeur estimée des « richesses perdues », notamment naturelles (destruction de la couche d'ozone, autres dommages à l'environnement, destruction de ressources non renouvelables), mais aussi sociales (coût social du chômage, des délits, des… Lire la suite

Afficher la liste complète (15 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média