BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

EAU, physico-chimie

Ce sujet est traité dans les articles suivants :

1.  EAU - Propriétés physico-chimiques

Écrit par : Antoine POTIER

Composé chimique de formule H2O, l'eau se rencontre à la surface du globe, sous les trois états de la matière. Bien connue sous la forme de glace ou de neige, l'eau solide est également présente dans d'innombrables minéraux, les hydrates naturels. Les eaux naturelles sont des mélanges, le dioxyde d'hydrogène étant souillé par des impure… Lire la suite
2.  ACIDES & BASES

Écrit par : Yves GAUTIERPierre SOUCHAY

Dans le chapitre "Rôle du solvant"  : … SH) qui se trouve jouer ainsi le rôle de base. Par conséquent, l'ionisation d'un acide dans l'*eau ne s'écrira pas : mais : et la constante d'acidité est, en réalité : et de façon générale : Parallèlement, l'ionisation de la base se fait suivant (f), l'eau se trouvant jouer le rôle d'acide, avec la constante de basicité : et, de façon générale… Lire la suite
3.  AMMONIAC

Écrit par : Henri GUÉRIN

Dans le chapitre "Propriétés physiques"  : … Les oxydes et hydroxydes métalliques sont insolubles. La comparaison avec l'auto-ionisation de *l'eau pure est immédiate et on considérera respectivement, comme acides et comme bases, des produits qui, au sein de l'ammoniac, libéreront respectivement NH4+ et NH2 au… Lire la suite
4.  CARBONE

Écrit par : Jean AMIELHenry BRUSSET

Dans le chapitre "Dioxyde"  : … et, vers 200 0C, en présence de catalyseurs comme le nickel, on obtient du méthane : L'*eau qui a dissous du dioxyde de carbone a des propriétés faiblement acides. On estime que cette solution est le siège de réactions dues à un diacide très faible non isolé dont la formule correspondrait à H2CO3. On a établi deux… Lire la suite
5.  CAVENDISH HENRY (1731-1810)

Écrit par : Jacques GUILLERME

Dans le chapitre "Une étape décisive de la chimie"  : … de l'air, mais de la combustion de l'air inflammable avec une proportion déterminée de l'air commun.* Il obtient encore de l'eau par combustion de l'air inflammable avec l'« air déphlogistiqué », c'est-à-dire l'oxygène que Priestley venait de séparer. L'eau est la combinaison dans la proportion de 2 à 1 de ces deux gaz, c'est ce qu'établissent à la… Lire la suite
6.  CELSIUS ANDERS (1701-1744)

Écrit par : Bernard PIRE

…  Ainsi qu’il le rapporte dans un article publié en 1742 dans une revue scientifique suédoise,* Celsius remarque que la température de solidification de l’eau est indépendante de la latitude et même de la pression atmosphérique. En revanche, il quantifie la variation de la température d’ébullition de l’eau avec la pression atmosphérique.… Lire la suite
7.  CÉMENTATION ZONE DE

Écrit par : Yannick LOZAC'H

… *Dans le schéma général de la circulation des eaux en terrain homogène, on peut distinguer trois zones superposées : au-dessus de la surface piézométrique, se trouve la zone d'oxydation, où l'eau, riche en O2 et en CO2, circule facilement et peut ainsi dissoudre les roches ; au-dessous de celle-ci, dans la zone de Lire la suite
8.  CHIMIE - Histoire

Écrit par : Élisabeth GORDONJacques GUILLERMERaymond MAUREL

Dans le chapitre " La stœchiométrie"  : … il admit arbitrairement que, en ce cas, ces deux éléments s'unissent atome pour atome. Pour Dalton,* l'eau est composée d'un atome d'hydrogène et d'un atome d'oxygène, contrairement à ce qui sera admis par la suite. Si, avec Dalton, on prend 1 pour masse atomique de l'hydrogène, il est impossible par simple analyse chimique de décider si l'eau… Lire la suite
9.  COLLAGE, physique

Écrit par : Jacques COGNARD

Dans le chapitre "Le rôle de l'eau "  : … Les *collages sont sensibles à la présence d'eau dans leur environnement. Quand elle ne déforme pas le substrat, l'eau à l'état liquide ou à l'état de vapeur modifie la colle durcie et agit à l'interface solide-adhésif. Elle diffuse lentement dans le volume et un peu plus vite à l'interface selon le degré d'ancrage. La quantité d'eau absorbée dépend… Lire la suite
10.  COLLOÏDES

Écrit par : Didier ROUX

Dans le chapitre "Les micelles sphériques"  : … Lorsque l'on solubilise des molécules tensioactives dans *l'eau, à très basse concentration et au-dessous d'une concentration micellaire critique (C.M.C.), les molécules sont dispersées de façon homogène et on a une solution moléculaire vraie. Au-dessus de la C.M.C., les molécules s'assemblent spontanément pour former de petits objets sphériques… Lire la suite
11.  CONTINUITÉ ET DISCONTINUITÉ, physique

Écrit par : Jean-Marc LÉVY-LEBLOND

… La transformation d'un liquide en gaz montre déjà le caractère limité et relatif de la distinction. *L'eau de la casserole que nous mettons sur le feu voit sa température augmenter régulièrement et continûment – jusqu'à ce qu'elle commence à bouillir, c'est-à-dire à se transformer en vapeur. Pendant l'ébullition, la température reste constante,… Lire la suite
12.  EAU DURETÉ DE L'

Écrit par : Cyrille GOMELLA

… *La dureté d'une eau traduit sa teneur globale en ions calcium (Ca++) et magnésium (Mg++). Elle est exprimée en degrés hydrotimétriques : un degré français correspond à 4 mg/l de calcium ou à 2,4 mg/l de magnésium. Les praticiens distinguent la dureté totale (titre hydrotimétrique, TH) et une de ses fractions : la dureté… Lire la suite
13.  ÉLECTROCHIMIE

Écrit par : Jacques SIMONET

Dans le chapitre " L'électrolyse de l'eau"  : … Ainsi,* l'eau additionnée d'un sel dissocié correspondant à un électrolyte fort dont les constituants ioniques sont nettement moins réactifs vis-à-vis des électrodes que l'eau elle-même peut être décomposée électrolytiquement : On remarque que, dans une cellule à compartiment séparé, le catholyte devient progressivement basique par l'accumulation… Lire la suite
14.  FAHRENHEIT DANIEL GABRIEL (1686-1736)

Écrit par : Bernard PIRE

… Philosophical Transactions of the Royal Society. Grâce à ces thermomètres, *Fahrenheit put étudier plus précisément les phénomènes de changements de phase de l’eau. Il découvrit ainsi que la température d’ébullition de l’eau dépend de la pression atmosphérique. Il inventa aussi une méthode permettant de refroidir l’eau sous… Lire la suite
15.  FORMULE, chimie

Écrit par : Pierre LASZLO

Dans le chapitre "Ce qu'une formule raconte"  : … Toute formule récapitule une histoire, à commencer par celle de sa propre élaboration. *L'eau ne fut pas toujours H2O. John Dalton (1766-1844), au début du xixe siècle, hésitait entre les trois formulations HO, HO2 et H2O. L'indétermination ne fut résolue qu'au bout de plusieurs décennies. Les… Lire la suite
16.  GAZ DE L'AIR - (repères chronologiques)

Écrit par : Claude LANCEDidier LAVERGNE

…  Laurent Lavoisier montre que l'air fixé est composé de carbone et d'oxygène (CO2). * Henry Cavendish, comme Antoine Laurent Lavoisier, détermine la composition chimique de l'eau (H2O) par combustion de l'hydrogène.

Antoine Laurent Lavoisier et Pierre Simon de Laplace calculent la quantité de chaleur produite au… Lire la suite
17.  GLACE

Écrit par : Louis LLIBOUTRY

L'homme a connu et baptisé la forme solide de l'*eau depuis les temps les plus reculés, ce qui nous vaut des noms très différents selon les langues : glace, ghiaccio, hielo... dans les langues latines ; is, Eis, ice... dans les langues germaniques ; led, lod... dans les langues slaves. Si cette… Lire la suite
18.  IONS ÉCHANGEURS D'

Écrit par : Robert ROSSET

Dans le chapitre "Permutations d'ions"  : … plus important au point de vue économique (99 p. 100 de toutes les résines échangeuses d'ions) est *le traitement des eaux naturelles. Ces eaux contiennent des sels dissous, qui sont gênants pour certains usages et doivent donc être éliminées. Parfois, on se contente d'« adoucir » l'eau en remplaçant les ions alcalino-terreux (Ca2+, Mg… Lire la suite
19.  LAVOISIER ANTOINE LAURENT (1743-1794)

Écrit par : Arthur BIREMBAUT

Dans le chapitre "Les grands travaux scientifiques"  : … déphlogistiqué et l'air inflammable tiré du fer par l'acide vitriolique. L'opération produisit de *l'eau pure, qui ne rougissait pas la teinture de tournesol. Lavoisier en conclut que l'eau n'est pas une substance simple et qu'elle est composée d'air inflammable et d'air vital. En juillet suivant, l'Académie royale des sciences nomma Lavoisier l'… Lire la suite
20.  LIAISONS CHIMIQUES - Liaison hydrogène

Écrit par : André JULG

Dans le chapitre "Méthodes thermodynamiques"  : … à des températures plus hautes que ce que leur masse moléculaire laisserait prévoir. Par exemple, *pour l'eau, si l'on extrapole les valeurs obtenues pour TeH2, SeH2 et SH2, on prévoit une température de fusion de l'ordre de − 100 0C et une température d'ébullition de − 80 0C. De même pour NH… Lire la suite
21.  LIAISONS CHIMIQUES - Liaisons biochimiques faibles

Écrit par : Antoine DANCHIN

Dans le chapitre "Liaison ionique"  : … et qui est d'autant plus faible que le milieu a une constante diélectrique plus élevée. Comme* l'eau a précisément une constante diélectrique élevée, les interactions ioniques ne jouent le plus souvent que sur une distance faible de l'ordre de quelques dixièmes de nanomètre (les dimensions des atomes sont du même ordre). Mais nombre d'… Lire la suite
22.  LOTUS EFFET, physique

Écrit par : David QUÉRÉ

…  orientale dont les larges feuilles ont la propriété spectaculaire d'être très peu mouillées par l'*eau. Que l'on jette une poignée de gouttes sur ces feuilles, et on verra autant de billes qui roulent sans la moindre friction apparente, et disparaissent très vite de la surface de la feuille. Et si c'est du miel que l'on dépose, son comportement… Lire la suite
23.  LYOPHILISATION

Écrit par : Charles ROMOND

Dans le chapitre "Principe"  : … La lyophilisation consiste à extraire *l'eau contenue dans les substances organiques ou minérales par interaction des techniques du vide et du froid. Le produit, préalablement congelé à basse température, est placé dans une enceinte sous vide. L'abaissement de la pression en deçà du point d'équilibre (point triple) sur la courbe de tension de vapeur… Lire la suite
24.  MATIÈRE (physique) - États de la matière

Écrit par : Vincent FLEURY

Dans le chapitre "Historique de la recherche sur l'état de la matière"  : … claires en présence d'un des éléments les plus communs et les plus présents dans la vie de l'homme, *l'eau. Le processus de congélation a alimenté tous les courants scientifiques s'interrogeant sur la composition des corps depuis que l'homme s'interroge sur la nature. Empruntons cette fois un exemple à l'Asie – en avance sur l'Europe sur plusieurs… Lire la suite
25.  MATIÈRE (physique) - État liquide

Écrit par : Jean-Louis RIVAIL

Dans le chapitre "Les potentiels intermoléculaires et les modèles de l'état liquide"  : … sont connues sous le nom de liaisons hydrogène, comme celles qui se forment entre deux molécules *d'eau voisines (cf. eau - Propriétés physico-chimiques). Ces liaisons intermoléculaires imposent à la glace une structure très lacunaire. Leur rupture partielle à la fusion provoque l'augmentation de masse spécifique caractéristique de l'eau… Lire la suite
26.  MEMBRANES, transferts

Écrit par : Michel RUMEAU

Dans le chapitre "Osmose"  : … connu depuis le xviiie siècle. Les membranes denses utilisées sont perméables à *l'eau, mais imperméables aux solutés. Si deux compartiments, l'un concentré, l'autre dilué, sont séparés par une telle membrane, l'équilibre des potentiels chimiques ne peut être obtenu que par transfert d'eau vers le milieu concentré, jusqu'à une… Lire la suite
27.  MESURE - Étalons fondamentaux

Écrit par : Pierre GIACOMO

Dans le chapitre "Température"  : … est défini en assignant la valeur 273,16 K à la température thermodynamique du point triple de *l'eau (C.R., 10e C.G.P.M., 1954, p. 79). Le degré Celsius (0C) lui est égal, mais le zéro de l'échelle Celsius correspond à 273,15 K dans l'échelle thermodynamique. Le point triple de l'eau est la température fixe à… Lire la suite
28.  MOUILLAGE

Écrit par : David QUÉRÉ

Dans le chapitre "Non-mouillage"  : … retentissants de la fin des années 1990. Le premier, issu du groupe japonais Kao, montre que l'* eau forme des perles presque parfaites quand on la pose sur des matériaux couvert de microtextures désordonnées et hydrophobes. Plutôt qu'une découverte originale (des travaux des années 1930 relataient déjà cet effet), ce travail a eu le mérite de… Lire la suite
29.  NEIGE

Écrit par : Jean-Pierre CHALON

Dans le chapitre "Métamorphoses de la neige sèche"  : … Lorsque la température reste inférieure à 0 0C, on dit que la neige est sèche. *Deux phases de l’eau (vapeur et solide) sont alors en présence. Il n’y a pas d’eau liquide. En raison des « effets de courbure » sur les tensions d’équilibre entre la glace et la vapeur d’eau, les régions concaves des cristaux ont alors tendance à… Lire la suite
30.  NUCLÉAIRE - Réacteurs nucléaires

Écrit par : Jean BUSSACFrank CARRÉRobert DAUTRAYJules HOROWITZJean TEILLAC

Dans le chapitre "Le fluide caloporteur"  : … sont le dioxyde de carbone (CO2) et l'hélium sous pression. Parmi les liquides, l'*eau ordinaire et l'eau lourde, qui sont aussi des modérateurs, ont la faveur des réacteurs à neutrons thermiques. Les réacteurs à neutrons rapides, qui excluent l'emploi de noyaux légers, ont utilisé des métaux fondus tels que le sodium. Le fluide… Lire la suite
31.  NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Isotopes

Écrit par : René BIMBOTRené LÉTOLLE

Dans le chapitre "Système 18O/16O"  : … physiques ou chimiques (fig. 1b). Les processus physiques ont surtout été étudiés dans le cas de *l'eau. Ils aboutissent aux différences relativement considérables de composition isotopique des eaux naturelles. L'évaporation conduit à un enrichissement de la phase vapeur en 16O et, corrélativement, de la phase liquide en 16O… Lire la suite
32.  ORGANOMÉTALLIQUES COMPOSÉS

Écrit par : Jacques METZGERCharles PRÉVOST

Dans le chapitre "Réaction des composés à hydrogène mobile"  : … forts aux hydrocarbures acétyléniques vrais en passant par les acides faibles, les phénols, l'*eau, les alcools, les amines non tertiaires. La nature de MgXA dépend de celle de A ; MgXA peut se comporter comme un sel métallique si A est un halogène, ou comme un complexe solvaté lorsque A = OR ; l'alcoolate magnésien mixte ROMgX est solvaté.… Lire la suite
33.  ORIGINE DE LA VIE

Écrit par : André BRACK

Dans le chapitre "L'eau et l'environnement de la Terre primitive"  : … Pendant les neuf dixièmes de son histoire, la vie n'a pas quitté *l'eau. Cet élément, indispensable à la vie, domine aujourd'hui encore les systèmes vivants. La majorité des constituants des cellules, et en particulier les protéines et les acides nucléiques, doivent leurs propriétés aux liaisons hydrogène qu'ils échangent entre eux, mais aussi avec… Lire la suite
34.  PNEUMATIQUE CHIMIE

Écrit par : Pierre LASZLO

…  (oxygène), et d'autre part des parties impropres à la combustion et à la respiration (azote). *Un développement ultérieur de la chimie pneumatique fut la combustion de l'hydrogène dans l'air. Elle fournit un liquide pur, dont l'analyse montra qu'il était constitué d'eau. Lavoisier fut le premier, en 1783, à interpréter ce résultat, auquel… Lire la suite
35.  PRESSIONS PHYSIQUE & CHIMIE DES HAUTES

Écrit par : Bernard LE NEINDREBoris OKSENGORNJacques ROMANDBoris VODAR

Dans le chapitre "Transformations de phases structurelles"  : … de Clapeyron : dT/dP = (T/L). ΔV. Plusieurs corps font exception à cette règle, *l'eau en particulier, parce que la densité du liquide est supérieure à celle du solide ; mais cela n'est vrai que dans le domaine des pressions relativement basses, le comportement redevenant normal aux pressions plus élevées : ainsi la forme… Lire la suite
36.  SODIUM

Écrit par : Luc AUFFRETAlbert HÉROLDAndré METROTBernard PIRE

Dans le chapitre "Action sur les composés"  : … comme réducteur, mais par des mécanismes divers (décomposition, substitution, addition). L'*eau est violemment décomposée dès la température ambiante avec libération d'hydrogène et formation de l'hydroxyde NaOH, base forte, fusible à 328 0C, sans déshydratation. La réaction des alcools qui conduit aux… Lire la suite
37.  SOLUTION ÉQUILIBRES EN

Écrit par : Claude COLINAlain JARDY

…  simple tient son origine dans le caractère polaire des molécules de la plupart des solvants usuels *– eau, alcools, amides... (interactions ion-dipôle ou dipôle-dipôle). Pendant la dissolution, le solvant exerce une action de solvatation (hydratation dans le cas de l'eau) au cours de laquelle chaque espèce dissoute (ion ou molécule) s'entoure d'un… Lire la suite
38.  SONS - Production et propagation des sons

Écrit par : Michel BRUNEAUAndré DIDIERJean-Claude RISSET

Dans le chapitre "Célérité du son dans les fluides"  : … plus compliquée que dans le cas des gaz et il n'existe aucune formule générale. Le cas de l'*eau a été étudié ; la formule suivante représente assez bien la variation de la vitesse du son en m/s avec la température exprimée en degrés Celsius. Cette vitesse passe par un maximum à 74 0C. Pour tous les autres liquides, c … Lire la suite
39.  SULFURE D'HYDROGÈNE ou HYDROGÈNE SULFURÉ

Écrit par : Bernard CARTON

… *Formule brute : H2S Masse moléculaire : 34,08 Point de fusion : — 85,5 0C Point d'ébullition : — 60,7 0C Température critique : 100,38 0C Gaz incolore, d'odeur caractéristique d'œufs pourris, assez soluble dans l'eau où il cristallise avec sept molécules d'eau ; il apparaît toujours dans la décomposition… Lire la suite
40.  ZINC

Écrit par : Noël DREULLEPaule DREULLEJean-Louis VIGNESBernard WOJCIEKOWSKI

Dans le chapitre " Propriétés"  : … le cas d'atmosphère polluée par des gaz industriels, elle peut atteindre 10 micromètres par an. L'*eau, et en particulier l'eau pure dégazée, attaque normalement le zinc avec formation d'oxyde ou d'hydroxyde. Cette attaque n'est pas négligeable, car les produits de corrosion ne constituent pas une couche homogène et protectrice. Lorsque l'eau… Lire la suite

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2016, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.